Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Bertrand Betsch
La traversée  (Microcultures Records / Kuroneko)  avril 2020

Un nouvel album de Bertrand Betsch est toujours pour moi un évènement en soi tant j’aime la musique (et les textes) de cet artiste toulousain pas reconnu à sa juste valeur selon moi. Je me souviens encore de ses deux premiers albums, La soupe à la grimace et B.B. Sides, écoutés en boucle des nuits entières avec mon pote de Bordeaux qui me l’avait fait découvert. Je me souviens d’autres albums adorés, La chaleur humaine, Le temps qu'il faut et tant d’autres qui véhiculent chez moi tendresse, mélancolie et sincérité.

La voix et la musique de l’artiste sont reconnaissables dès les premières secondes et La traversée, son dernier album ne déroge pas à la règle. "A la nage", titre superbe qui ouvre l’album, nous plonge immédiatement dans l’univers betschien que j’aime tant. La poésie des mots qui accompagnent ses musiques délicates faites de cordes délicates, de clarinette et de flûte.

Elégance et maîtrise sont les maitres-mots de cet album composé de 10 superbes titres dont il est compliqué d’en sortir un plutôt que l’autre. Bertrand Betsch a pris soin de nous composer ses dix petites pépites qui s’enchaînent merveilleusement bien. "A la dérobée", c’est comme il nous le susurre "presque rien mais ça fait du bien". Comme quoi l’optimisme existe aussi chez Bertrand Betsch.

Vient alors "L’échappée" où le talent de l’artiste est au diapason, une immense claque pour celui qui l’écoute, des mots précis sur une musique langoureuse, des cordes magnifiques, de la mélancolie à foison comme lui seul sait nous en donner. Sublime, tout simplement.

Vient alors le temps de "Rendez-vous" qui marque un changement de registre, la mélancolie disparait au profit d’une musique plus entraînante, toujours accompagnée de textes ciselés. Evidemment, le titre suivant, "La vie remue", centré au début sur un piano délicat, accompagné ensuite de superbes cordes, nous ramène dans des ambiances nostalgiques que l’on aime tant.

Vient alors "Les embardées", encore un superbe titre que l’on écoutera longtemps. Un titre sublimé une fois de plus par des cordes superbes et une flûte parfaite. Envoûtant au possible, cette embardée à ses côtés est pleine de promesses.

"A la fin" semble marquer une forme d’apaisement chez l’artiste. Le titre ne conclut pas l’album, cela aurait été trop facile mais il nous offre une forme de bilan anticipée. La musique, une fois de plus, est parfaite par rapport au texte. Avec "Le bus 51", Bertrand Betsch nous fait une description de ce que peut être une vie ratée de presque rien. Simple et émouvant, basé sur des multiples comparaisons, ce titre se glisse intelligemment parmi les autres de l’album. Le message est passé.

Restent les deux derniers titres, "La relève" puis "Le bonheur", deux titres qui en disent déjà beaucoup. "La relève" est de nouveau une chanson fragile, toujours et encore portée par les cordes sensibles du violon. "Le bonheur", qui clôture ce magnifique album, nous dévoile où se trouve le bonheur. Au travers d’un éloge subtil de ce sentiment, l’auteur prend soin néanmoins de la conjuguer au futur antérieur. Superbe titre, une fois encore.

Alors voilà, ce nouvel album de Bertrand Betsch est d’une beauté rare. Ses textes et ses musiques m’ont de nouveau embarqué, je n’en espérais pas moins ceci dit. La traversée qu’il nous propose est tout simplement magnifique, cohérente de bout-en-bout. On retrouve des mélodies qui nous restent en mémoire, l’univers si particulier de l’artiste et la délicatesse de ses textes. Une fois encore, Bertrand Betsch nous touche en plein cœur avec cet album qui fait la part belle aux sentiments.

Bertrand Betsch est un grand artiste, qu’on se le dise une bonne fois pour toutes. Et ses albums sont des merveilles.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Pas de bras, pas de chocolat de Bertrand Betsch
La chronique de l'album La chaleur humaine de Bertrand Betsch
La chronique de l'album Je Vais Au Silence de Bertrand Betsch
La chronique de l'album Le temps qu'il faut de Bertrand Betsch
La chronique de l'album La nuit nous appartient de Bertrand Betsch
La chronique de l'album My love is for free de Bertrand Betsch
La chronique de l'album La Vie Apprivoisée de Bertrand Betsch
La chronique de l'album Tout doux de Bertrand Betsch
La chronique de l'album Pour mémoire de Bertrand Betsch
Bertrand Betsch en concert au Café de la Danse (9 mars 2005)
Bertrand Betsch en concert au Festival Détours de chant #16 (édition 2017)
L'interview de Bertrand Betsch (23 janvier 2007)
L'interview de Bertrand Betsch (janvier 2012)
L'interview de Bertrand Betsch - Seconde partie (janvier 2012)
L'interview de Bertrand Betsch (dimanche 17 novembre 2013)
L'interview de Bertrand Betsch (février 2015)
L'interview de Bertrand Betsch (mecredi 11 mai 2016)

En savoir plus :
Le Bandcamp de Bertrand Betsch
Le Soundcloud de Bertrand Betsch
Le Facebook de Bertrand Betsch


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

• Edition du 2020-07-05 :
Listen in Bed - Jimmy Cobb (Mix #19)
Divers artistes - INTENTA Experimental & Electronic Music from Switzerland 1981-93
Thibault Noally & L'ensemble Les Accents - Alessandro Scarlatti : Il Martirio di Santa Teodosia
Benoît Menut - Les îles
Musica Nigella & Takénori Némoto - Chausson le littéraire
Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet - Echange

• Edition du 2020-06-28 :
Marianne Piketty, Le Concert Idéal - L'Heure bleue
Silas Bassa - Silas
Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay - Eivind Groven Symphonies N°1 & 2
Jean-Efflam Bavouzet - The Beethoven Connection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wölfl
Benjamin Biolay - Grand Prix
Merakhaazan - Veines
Marion Cousin & Kaumwald - Tu rabo par'abanico
 

• Archives :
Cie Guillaume Lopez - Anda-Lutz
François Club - Cobra
Yadam - Safeplace EP
Hailey Tuck - Coquette EP
Austyn - Désordres EP
Volo - Avec son frère
Daniel Jea - A l'instinct A l'instant
Epilexique - Cérébro Dancing
Fugu - As Found
Magic Malik - Fanfare XP, volume 2
Listen in Bed - Springtime With No Harm (Mix #18)
Listen in Bed - Two Lovers (Mix #17)
Cold War Kids - New Age Norms 1
The Nits - Knot
Ensemble Thélème & Quatuor XASAX - Mutations Les chimères de Clément Janequin
Les Marquises - La battue
Sarah Lancman - Parisienne
Charles-Baptiste - Le Love & le Seum
Gontard! - Le Sismographe / Noyé 45 tours
Olivier Perrot - C'est la vie
Camille Bénâtre - Après le soir
Roseland - To save what is left
Dätcha Mandala - Interview
Listen in Bed - Plus Rien (Mix #16)
Mcbaise - Raviolo EP
Fontiac - Oxurya EP
YN - Chants de force EP
Söng Söng - Polychrome sounds from the underground
Olivier Savaresse - Acapas
Dätcha Mandala - Hara
- les derniers albums (6108)
- les derniers articles (155)
- les derniers concerts (2323)
- les derniers expos (4)
- les derniers films (20)
- les derniers interviews (1095)
- les derniers livres (8)
- les derniers oldies (20)
- les derniers spectacles (8)
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=