Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Charles-Baptiste
Le Love & le Seum  (Robert Records / Microcultures)  juin 2020

Aujourd’hui, nous allons parler de Le Love & Le Seum de Charles-Baptiste que l’on pourrait traduire dans la langue de Queneau par "L’Amour & La Mélancolie", avouez que c’est déjà un beau programme. J’avais de Charles-Baptiste l’image d’un beau dandy parisien fan de variétés des années soixante-dix, et on le dit star au Japon, souvent entourée de jolies jeunes filles rejouant sans fin "La symphonie pornographique" dans des bars d’hôtels luxueux où inlassablement un pianiste d’ambiance blasé et en smoking usé joue pour la trois cent quarante deuxième fois une version neurasthénique de "Stranger in the night".

Dès les premières minutes du disque, il remet pourtant les pendules à l’heure : "Je viens d’un village, un patelin sous les écobuages". Voilà, il est originaire d’Oloron-Sainte-Marie (c’est vers Pau en Pyrénées-Atlantiques), c’est de là qu’il vient, alors que sur son premier album il prenait parfois un malin plaisir à se mettre dans la peau de personnages, ici cette petite présentation à la manière d’un "je me présente je m’appelle Henri", place toute de suite son disque sur le registre du personnel et de l’intime, il va parler non seulement de lui mais aussi du monde qui l’entoure. Une introduction comme un résumé de l’album à venir : d’où je viens, où je suis, qui je suis, où j’en suis et où j’aimerai aller (et si tu m’aimes tu me suis, évidemment).

Son premier album était une sorte d’hommage à la variété française seventies entre Michel Berger et Michel Delpech. Des envolées de cordes et de cuivres, des chœurs dans tous les sens il n’en reste pas grand-chose et pourtant... A l’écoute de la relecture de "Non négociable" (ft. Sina) par "Souvenir", on se rendait déjà bien compte que les compositions du Oloronais gardaient leur force quels que soient les atours dont elles se paraient.

Magnifiées par le beatmaker MiM, collaborateur régulier de Disiz & Youssoupha, ces onze nouveaux morceaux restent dans une efficacité qui fait les bonnes chansons - pardon je crois qu’on dit "qui fait les hype tracks" désormais - mais surtout qui fait des tubes ("Prosecco", "Sexamour") - pardon je crois qu’on dit "qui fait les bons sons" dorénavant. Les mélodies sont imparables, fussent-elles habillées parfois d’une synthpop flashy chère aux années 80. Et comme les eighties c’est aujourd’hui, cela donne un disque au son de l’époque. Vive la modernité.

A ce moment de la chronique vous êtes en droit de vous poser la question : mais quid de l’amour et du seum ?

Si les morceaux sont plein de lumière, ils sont toujours empreints d’une certaine mélancolie, soit par les textes soit par la musique qui semble dire "presse-toi de rire de tout, de peur d’être obligé d’en pleurer". Usant d’un sens de la formule rare, parfois plus scandées que chantées, mêlant écriture classique et expressions trendy "et les pouces en l’air pleuvent", émoji câlin, ce disque est composite à l’image de sa pochette où Charles-Baptiste pose dans un imper qui ressemble plutôt à une couverture de survie devant les cheminées d'une centrale nucléaire avec un bouquet de fleurs le tout dans une lumière postapocalyptique, que reste-t-il de nous dans ce monde qui s’écroule ? Posant un constat amer sur l’amour, la sexualité mais aussi surtout sur la place de chacun dans cette société qui part dans tous les sens ("Slalom", "Pas de soucis"). Comme si seul le love même imparfait pouvait nous sauver du seum.

Et comme un pied de nez à l’industrie musicale où chacun se vante de featuring ou autres remix par un DJ à la con heu à la mode pardon, ici l'argument commercial est "inclus un poème de Paul Eluard & un chant dothraki", une autre façon de dire : bisous à tous les rageux !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Charles-Baptiste parmi une sélection de singles (janvier 2016 )
Charles-Baptiste en concert au Festival international de la chanson de Granby 2014 (46ème édition) - vendredi 12 septembr

En savoir plus :
Le Facebook de Charles-Baptiste


sy!         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 27 septembre 2020 : Autumn Sweater

Voici les premiers jours d'automne, les premiers froids, la pluie et l'envie de s'auto-confiner avec une boisson réconfortante, du chauffage, de la bonne musique, un bon livre, film, jeu voire avec des amis autour d'un bon repas. Bref, c'est l'automne et voici le programme réconfortant de la semaine. Sans oublier le replay de la MAG #11 du 26/09.

Du côté de la musique :

"Echos" de Romain Humeau
"American head" de The Flaming Lips
"Grand écran" de Ensemble Triptikh
"Beethoven : op 109, 110, 111" de Fabrizio Chiovetta
"B.O. d'une scène de meurtre" première émission de la saison 2 de Listen In Bed
"Oiseau(x) scratch" de Luc Spencer
"Debussy" de Philippe Bianconi
"Tête Blême" de Pogo Car Crash Control
"XIII" de Quatuor Ardeo
et toujours :
"In and out of the light" de The Apartments
"Chrone EP" de Atrisma
"State of emergency" de Babylon Circus
"Nomadic spirit" de La Caravane Passe
"Règle d'or" de Marie Gold
"Berg, Webern, Schreker" de Orchestre National d'Auvergne & Roberto Forès Veses

Au théâtre :

les nouveautés :
"Le Grand Inquisiteur" au Théâtre national de l'Odéon
"Iphigénie" aux Ateliers Berthier
"Philippe K. ou la flle aux cheveux noirs" au Théâtre de la Tempête
"Le Grand Théâtre de l'épidémie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Crise de nerfs" au Théâtre de l'Atelier
"Le Quai de Ouistreham" au Théâtre 14

"Les Pieds tanqués" au Théâtre 12
"Le nom sur le bout de la langue" au Théâtre de la Huchette
"La Folle et inconvenante Histoire des femmes" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
les reprises :
"Un Vers de Cid" au Théâtre Essaion
"Album de famille" au Studio Hébertot
"A la recherche du temps perdu" au Théâtre de la Contrescarpe
"Félix Radu - Les mots s'improsent" au Théâtre des Mathurins
"Contrebrassens" au Studio Hébertot
"Leonard de Vinci, naissance d'un génie" au Studio Hébertot
"J'aime Brassens" au Théâtre d'Edgar
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec :
"Victor Brauner - Je suis le rêve. Je suis l'inspiration" au Musée d'Art Moderne de Paris
"Alaïa et Balenciaga - Sculpteurs de la forme" à la Fondation Azzedine Alaïa
"Pierre et Gilles - Errances immobiles" à la Galerie Templon
"Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris

Cinéma :

en salle :
"L'Ordre moral" de Mario Barroso
at home :
"Drôles d'oiseaux" de Elise Girard
"Mise à mort du cerf sacré" de Yorgos Lanthimos
"Terror 2000 - Etat d'urgence en Allemagne" de Christoph Schlingensief
"Vers un destin insolite sur les flots bleus de l'été" de Lina Wertmüller
"Ruth et Alex" de Richard Loncraine

Lecture avec :

"Ici finit le monde occidental" de Matthieu Gousseff
"L'heure des spécialistes" de Barbara Zoeke
"Mémoires" du Général von Choltitz
"Porc braisé" de An Yu
"Portraits d'un royaume : Henri III, la noblesse et la Ligue" de Nicolas Le Roux
"Sublime royaume" de Yaa Gyasi

et toujours :
clickez ici pour Notre sélection des livres de la rentrée mais aussi
"De soleil et de sang" de Jérôme Loubry
"Fin de combat" de Karl Ove Knausgaard"
"KGB" de Bernard Lecomte et "Napoléon, dictionnaire historique" de Thierry Lentz
"La danse du vilain" de Fiston Mwanza Mujila
"Louis XIV, roi du monde" de Philip Mansel

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=