Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Betty
Tiffany McDaniel  (Editions Gallmeister)  août 2020

Voilà peut-être l’une des révélations de cette rentrée littéraire, un de mes coups de cœur du moment, un ouvrage annoncé dans la lignée de celui de Gabriel Tallent, My absolute darling, qui rencontra un immense succès. Une fois encore, les éditions Gallmeister ont été déniché une petite pépite aux Etats-Unis écrite par une certaine Tiffany McDaniel, une auteure vivant dans l’Ohio, dont l’écriture se nourrit des paysages de collines ondulantes et de forêts luxuriantes de la terre qu’elle connaît. Elle est également poète et plasticienne. Son premier ouvrage devrait bientôt paraître chez Gallmeister.

Nous la découvrons donc avec Betty, un roman magnifique d’un peu plus de 700 pages que je ne suis pas prêt d’oublier, un ouvrage éblouissant qui nous transporte dès les premières pages et nous procure des émotions incroyables.

Betty, c’est le nom d’une petite indienne que nous allons suivre tout au long du livre. Betty Carpenter. Betty Carpenter est née dans une baignoire, sixième de huit enfants. Sa famille vit en marge de la société car, si sa mère est blanche, son père est cherokee. Lorsque les Carpenter s’installent dans la petite ville de Breathed, après des années d’errance, le paysage luxuriant de l’Ohio semble leur apporter la paix. Avec ses frères et sœurs, Betty grandit bercée par la magie immémoriale des histoires de son père. Mais les plus noirs secrets de la famille se dévoilent peu à peu. Pour affronter le monde des adultes, Betty puise son courage dans l’écriture : elle confie sa douleur à des pages qu’elle enfouit sous terre au fil des années. Pour qu’un jour, toutes ces histoires n’en forment plus qu’une, qu’elle pourra enfin révéler.

L’histoire que nous raconte l’ouvrage se déroule dans l’Ohio, sur les contreforts des Appalaches et on suit ce que Betty nous raconte de sa vie, au fil des années, entourée de ses frères et sœurs mais surtout de son père, particulièrement protecteur. Betty est métisse, différente de ses frères et sœurs, ce qui ne lui facilite pas la tâche dans un village où la plupart des habitants sont des sombres racistes. Betty est la petite indienne de son père, celle qui lui ressemble le plus. Le père, un homme pilier du roman, est un touche à tout, jardinier, formidable conteur d’histoire, soignant à l’aide d’herbes trouvées dans la foret mais aussi sculpteur sur bois. Il distille aussi lui-même son alcool. C’est un homme honnête, un être bon de nature, un bon père de famille qui se nourrit de spiritualité et de légendes indiennes qu’il aime raconter à sa fille.

Betty aussi va se nourrir des histoires de son père, de ses conseils pour arriver à traverser les tourments et les drames qui ont touché sa famille, particulièrement sa mère et sa sœur. Betty écrit aussi tout ce que les autres lui confient et les enterrent dans des bocaux en verre à proximité du potager de son père.

Betty est au final un magnifique roman sur l’enfance et la perte de l’innocence. Il y a tout dans ce livre, des passages d’une tendresse incroyable mais aussi des passages terriblement cruels. Sombre et lumineux à la fois, le livre n’oublie pas de nous brosser au passage les maux de l’Amérique de l’époque, entre racisme ordinaire et discriminations vis-à-vis des indiens mais aussi autour des violences faites aux femmes. Bref, on n'est pas prêts d’oublier cette petite indienne, cette petite Betty qui nous aura embarqués dans son enfance de la plus belle des manières.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Tiffany McDaniel


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 22 novembre 2020 : Le Froggy's Nouveau

L'arrivée du Beaujolais nouveau sera moins festive qu'à l'habitude cette année. Qu'à cela ne tienne la nouvelle édition de Froggy's Delight et le replay de la nouvelle Mare Aux Grenouilles est là pour vous tenir chaud ! Voici le programme :

Du côté de la musique :

"Sweet roller" de Al Pride
"After the great storm" et "How beauty holds the hand of sorrow" de Ane Brun
"Bisolaire" de Fredda
"Stillness" de Laetitia Shériff
"Un soir d'été" de Aurore Voilqué Trio
"Warning bell" de Daniel Trakell
"Trip" de Lambchop assortie de la nouvelle émission de Listen in Bed "Lambchop's Trip"
"Glo" de Manuel Bienvenu
"Serpentine prison" de Matt Berninger
"Je ne vous oublierai jamais" de Morgane Imbeaud
"Lockdown care bundle EP" de Nadeah
"Nashville tears" de Rumer

et toujours :
"Pursue a less miserable life" de Saffron Eyes
"Reborn" de Aldo Romano
"Dear mademoiselle" de Astrig Siranossian
"Lignes futures" de Brazzier
"Song machine, season one : Strange timez" de Gorillaz
"Mémoire d'un enfant de 300 000 ans" de Imbert Imbert
"Perspectives & avatars" de Laura Perrudin
"Aux amis qui manquent" la 4eme émission de la saison 2 de Listen In Bed
"Frédéric Chopin" de Roustem Saitkoulov
"Beethoven, un nouveau manifeste" de Simon Zaoui
"Any day now" de The Brooks

Au théâtre at home :
avec les captations vidéo de :
"Douze Hommes en colère" de Reginald Rose
"Phèdre!" par François Gremaud
"La Dame de chez Maxim" de Georges Feydeau
"Comme s'il en pleuvait" de Sébastien Thiéry
"La journée de la jupe" de Jean-Paul Lilenfeld
"Hier est un autre jour" de Sylvain Meyrac et Jean-François Cros
"10 ans de mariage" d'Alil Vardar
"Ils s’aiment" de Pierre Palmade et Muriel Robin
"Le Professeur Rollin se re-rebiffe" de François Rollin
et un malicieux air d'opéra avec "The Opera Locos"

Expositions :

découvrir l'exposition commentée "Soleils Noirs" au Louvre-Lens
en virtuel :
"Miro "Bleu I, Bleu II, Bleu III" au Centre Pompidou
"Gregory Crewdson - An Eclipse of Moths" à la Galerie Templon
voir ou revoir l'exposition "Les costumes font leur show !" au Centre national du costume de scène à Moulins
parcourir les collections de la National Gallery of Denmark à Copenhague
du Palais de Schönbrunn à Vienne
du Museu Imperial de Petropolis au Brésil et en Thaïlande
et du Museum of Contemporary Art à Bangkok
et "Les petites histoires des chansons coquines" du Musée de la Sacem

Cinéma :

at home en steaming gratuit :
"Les bien-aimés" de Christophe Honoré
"L'exercice de l'Etat" de Pierre Schoeller
"Jimmy Rivière" de Teddy Lussi-Modeste
"Peur de rien" de Danielle Arbid
"The Bookshop" de Isabel Coixet

Lecture avec :

"Lire les morts" de Jacob Ross
"La mer sans étoiles" de Erin Morgenstern
"Les filles mortes ne sont pas aussi jolies" de Elizabeth Little
"Batailles" de Isabelle Davion & Béatrice Heuser
"De Gaulle et les communistes" de Henri Christian Giraud
et toujours :
"Histoire politique de la roue" de Raphael Meltz
"Inépuisables" de Vivian Gornick
"Kudos" de Rachel Cusk
"Se cacher pour l'hiver" de Sarah St-Vincent
"Histoire navale de la seconde guerre mondiale" de Craig L. Symonds

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=