Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Christophe Alévêque
Interview  (Paris)  24 février 2006

L'année 2006 démarre fort pour Christophe Alévêque et sur tous les fronts.

Tout en continuant de sévir dans les émissions de Laurent Ruquier, à la petite lucarne sur France 2 dans "On a tout essayé" et sur les ondes à Europe 1 dans "On va s'gêner", il est à l'affiche de la Comédie Caumartin à Paris du 17 janvier au 1 er avril avec son nouveau spectacle "Debout!".

Le 27 janvier sortait son album Alévêque en live avec son Groupo avec qui il a tourné dans la France entière en 2005 et qui jouera le 28 avril 2006 au Café de la Danse.

Rencontre expresse quelques minutes avant le début d'une représentation.

Depuis la formation de votre "Groupo" vous êtes sur scène à la fois en tant qu'humoriste-coémdien que musicien-chanteur. Qui est l'œuf et qui est la poule?

Christophe Alévêque : J'ai commencé par la musique il y 20 ans et je suis revenu à mes premières amours en 2003 et j'ai formé ce groupe qui comprend six musiciens dont 3 m 'accompagnent sur scène dans mon spectacle "Debout!". En live, c'est plus rock, plus électrique qu'au théâtre. L'album est sorti récemment et un single "Bernadette" qui commence à tourner sur les radios. Nous préparons un autre album et continuons de tourner.

Le premier album était enregistré live. En sera-t-il de même pour le second?

Christophe Alévêque : Non, ce sera un album studio. Le premier était enregistré live pour dire "Coucou, on est là! Je fais de la musique aussi". Il avait été enregistré à la Scène Bastille à Paris, à Valence dans une salle de concert et également à Montréal.

Ce prochain album s'inscrira-t-il dans la lignée du premier?

Christophe Alévêque : Oui. Et il y aura je pense 4-5 morceaux du live que nous enregistrerons en studio et des nouvelles chansons.

Les thèmes qui vous sont chers se retrouvent dans vos chansons. Les chansons sont-elles des sketches mis en musique?

Christophe Alévêque : Non, pas du tout. Il s'agit d'un autre exercice qui permet de raconter la même chose avec l'argument de la musique en les faisant passer autrement et surtout d'étendre le registre à des chansons sensibles, tristes, absurdes. En matière musicale, c'est le chaud et le froid qui m'intéresse. Sur scène c'est plus difficile à faire car il y a un rythme à maintenir et les gens sont là pour se marrer.

C'est la première fois que vous optez pour ce format sketches/chansons?

Christophe Alévêque : Oui, effectivement. J'avais envie de le faire depuis longtemps et la formation du groupe m'en a donné l'opportunité. Cela agit donc comme des vases communicants.

Votre spectacle commence avec le moustique. N'êtes-vous pas également un moustique qui vient tarauder le spectateur?

Christophe Alévêque : Alors un moustique qui j'espère inocule de belles maladies, j'espère (rires). Oui, un emmerdeur …pour la bonne cause.

Votre humour est à plusieurs vitesses ce qui peut intéresser tous les publics. Cette forme est-elle courante chez vous?

Christophe Alévêque : Oui. J'ai toujours écrit comme cela. Il y a des strates différentes qui s'accumulent car tout lemonde n'est pas sensible aux mêmes choses. Les gens se rejoignent à la fin du spectacle ce qui est l'essentiel.

Selon les soirs, il y a sans doute parfois des "strates" qui fonctionnent moins bien que d'autres. Vous laissez-vous une marge d'improvisation pour en tenir compte?

Christophe Alévêque : Oui, il existe une marge d'improvisation mais qui est très petite. Il faut faire croire au public que l'on improvise beaucoup mais en réalité c'est par dose infinitésimale car c'est très délicat et ensuite c'est difficile, non pas d'improviser, mais de revenir au sketch. Selon les soirs la montée en puissance du spectacle et du rire s'effectue de manière différente et il faut faire avec. Le public est différent tous les soirs et…heureusement ! Sinon, on ferait un autre métier.

Comment avez-vous choisi les thèmes de ce spectacle?

Christophe Alévêque : Ce sont toujours les mêmes thèmes qui me tiennent à cœur depuis très longtemps. Mais ils sont toujours et de plus en plus d'actualité.

Parce que les faits sont têtus?

Christophe Alévêque : Oui et quand je relis les textes de mes spectacles, je constate que je ne me suis pas trop trompé. Malheureusement ! Parce qu'en général le spectacle est assez critique et parfois il arrive ce que j'avais écrit. C'est à nous de changer les choses.

Vous êtes très médiatisé du fait de votre participation à des émissions de télévision et de radio et dans votre album il y a une chanson sur le monde de la télé "TV boy". Or, le sujet n'est pas du tout abordé dans votre spectacle.

Christophe Alévêque : Ce n'est pas un thème que je souhaitais aborder dans ce spectacle et de plus il n'y trouvait pas sa place. Pour ce spectacle, je tenais à évoquer les rapports des gens dans la société, le mensonge l'hypocrisie. Or la télé est un miroir déformant et non un reflet de la société. Peut être l'aborderai-je dans un prochain spectacle.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique du spectacle Debout
La chronique de l'album Christian Alévêque en live avec son groupo

En savoir plus :

Le site officiel de Christophe Alévêque


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 2 août 2020 : Une petite pause s'impose

Le mois d'août arrive. Sans les festivals, l'actualité culturelle sera plus calme mais nous serons toujours là pour vous tenir compagnie chaque semaine notamment sur Twitch. Commençons par le replay de la Mare Aux Grenouilles #8 (la prochaine sera le 29 août) et bien entendu le sommaire habituel.

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

chez soi avec des comédies blockbusters at home :
"Lady Oscar" de Guillaume Mélanie
"La vie de chantier" de Dany Boon
"Post-it" de Carole Greep
"Mon meilleur copain" de Eric Assous
"L'ex-femme de ma vie" de Josiane Balasko
"Un point c'est tout" de Laurent Baffie
et de l'eclectisme lyrique avec :
"L'Ange de feu" de Serge Prokofiev revisité par Mariusz Trelinski
les antipodes stylistiques avec "L'Enfant et les Sortilèges" de Maurice Ravel par James Bonas et "Dracula, l'amour plus fort que la mort" de Kamel Ouali
et le concert Hip-Hop Symphonique avec des figures du rap et l'Orchestre Philharmonique de Radio France

Expositions :

en virtuel :
"Warhol" à la Tate Modern de Londres Exhibition Tour avec l'exhibition tour par les commissaires et et 12 focus
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des impressionnismes de Giverny
avec l'audioguide illustré ainsi qu'une approche en douze focus
en real life :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
du vintage avec la version restaurée de "Quelle joie de vivre" de René Clément
un documentaire "Dawson City : le temps suspendu" de Bill Morrison
des films récents dans son salon :
"Hauts les coeurs !" de Solveig Anspach
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert
"Pieds nus sur des limaces" de Fabienne Berthaud
"Le Voyage aux Pyrénées" de Jean-Marie Larrieu et Arnaud Larrieu
"Dans Paris" de Christophe Honoré
"La promesse" de Luc et Jean-Pierre Dardenne

Lecture avec :

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 20 septembre 2020 : Orages ...ô des...espoirs !
- 13 septembre 2020 : On ira où tu voudras quand tu voudras
- La Mare Aux Grenouilles #10
- 6 septembre 2020 : On danse au bal masqué
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=