Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Les nuits de l'alligator 2006 (jeudi)
Mathias Malzieu et Joann Sfar - Black Diamond Heavies - Scott H Biram - Kenny Brown  (Paris (La Maroquinerie))  23 février 2006

Etonnement, beaucoup plus de jeunes ce soir là, et plus de monde aussi. Moi je pigeais pas pourquoi, jusqu'a ce que l'on me fasse remarquer que Mathias Malzieu n'était autre que le Mathias de Dionysos... alors forcément tout s'éclaire.

Et ça pour être lui c'était bien lui, petit diable à ressort, à peine sur scène qu'il était déjà debout sur sa chaise. Pas de doute sur son identité. Accompagné du dessinateur de leur pochette (Joan Sfar) et du beau frère de celui-ci, il fait lever le public en moins de deux et l'invite a venir devant la scène.

Ce qu'ils jouent ils ne l'ont pas spécialement répéter. Alors ils reprennent deux morceaux de Dionysos, le morceau phare du film "Rio Bravo", de Johnny Cash, le tout avec un banjo, un ukulélé, une guitare douze cordes et un harmonica.

L'ambiance fait très colo de vacances, truc entre potes juste là pour rire un bon coup. Ca pour rire on a ri : entre les vannes de Mathias et le slam final de Joann Sfar, on se serait cru au café-théâtre.

Alors que dire? Pas franchement mirobolant, le concert était sympa, juste sympa. Les fans de Dionysos était bien sur ravis de voir Mathias sur une petite scène, quand aux autres, ils ont passé un moment plaisant.

Mais tout a changé avec les Black Diamond Heavies.

L'heure n'était plus à la blague. En seulement deux notes on savait qu'allait se dérouler un putain de concert.

Le tout se présentait à peu près comme ceci : juste un clavier et une batterie.

Derrière le clavier, une sorte de Lemmy Kilminster anorexique, véritable rock-star aux ray-bans semi transparentes.

La batterie entame un tempo d'enfer alors qu'une ligne de basse rentre en piste dans un groove total. Une sonorité franchement sixtie's qui rend cette musique franche et directe.

 

Les chansons sont du Rythm and Blues poussé par l'incroyable voix du chanteur (je vous dis, celle de Lemmy).

Cette voix, intransigeante, autoritaire, un grand malade qui a des airs de Kim Fowley (compositeur entre autres de "Born To Be Wild"). Le tout avec le côté très pervers du type qui se touche sous le piano. Voila la vrai claque qui donnera le vrai coup d'envoi de la soirée.

Même s'ils se sont mangés les dents sur un slow que même Scorpions n'aurait pas osé, la dernière chanson aura pour thème "About to fuck".

Il faut tout de même signaler qu'ils leur manquaient leur guitariste, événement important car le groupe au complet sonne beaucoup moins original.

Tant pis, il fallait être là à ce concert !

Le miracle a continué. Scott H.Biram.

Imaginez le plus gros beauf américain, coiffé d'une casquette de milicien et vous avez le personnage.

Alors maintenant si vous lui mettez entre les mains une guitare au son crade au possible, un harmonica et un tambourin sous le pied, vous avez un monstre sur scène.

Sa musique était un blues très gras, passant du hillbilly à des accents limite Black Metal. Le type a la bouche pleine de bière, de Mother Fucker, Asshole et Pussy. Sa voix d'ailleurs, hallucinante dans le style rocailleux, crache toute la vérité sur l'Amérique d'aujourd'hui.

 

Ici il n'est pas question des paillettes et de dorures, on parle de gala de monster truck, de beauferie, de fermeture d'esprit et d'autoroute en ligne droite.

Un putain de sudiste, tellement jouissif dans sa puissance. C'est ici la fin du rêve américain, c'est le début du règne de H.Biram. Ce mec a l'intelligence de la grossièreté, celui qui raconte la vérité et qui ne mâche pas ses mots.

Ajoutez à tout cela un superbe morceau simplement joué à l'harmonica et avec de grands coups sur le micro.

Un seul adjectif s'impose: DEMENT.

Tout rêve ayant une fin, la fin s'appelle Kenny Brown.

Son groupe est génial, super look, attitude de boxeur et tout le tralala. Mais lui... c'est papy qui fait ses gammes.

A coté de lui, Bob Dylan a des airs de Johnny Rotten. Kenny Brown, tête d'affiche soporifique, grand guitariste dans le style Marc Knofler, soit dans le style super chiant.

Avec son physique de Chuck Noris, ce concert ressemblait a une séance de téléachat pour une vente de guitare. Démonstration de supermarché, sa musique avais autant d'âme qu'un poulpe mort la veille de Noël... ça sentait le sapin quoi.

Même sa reprise de "Death Letter" ne marchait pas. Quand les White Stripes n'ont que 28 ans et l'ont fait magnifiquement bien, lui nous emmerde sec.

Alors que faire? Faire comme la moitié du public: se barrer!!

 

 

A lire également sur Froggy's Delight :

Mardi au festival des nuits de l'alligator
Vendredi au festival des nuits de l'alligator

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Scott H Biram en concert au Festival GéNéRiQ 2009

En savoir plus :

Le site officiel de Joann Sfar
Le site officiel de Scott H Biram
Le site officiel de Black Diamond Heavies
Le site officiel de Kenny Brown

Crédits photos : Laurent (plus de photos sur Taste of indie)


L.J.Jet         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 22 septembre 2019 : Fin d'été

Fin d'été c'est le titre du nouvel album de Samir Barris, on vous en parle en ces premiers jours d'automne, tout comme les autres sorties musicales, littéraires, théâtrales, cinématographiques et muséales qui ont retenu notre attention cette semaine. C'est parti !

Du côté de la musique :

"Corpse flower" de Mike Patton & Jean Claude Vannier
Rencontre avec Joseph Fisher autour de "Chemin Vert", assortie d'une session acoustique à découvrir ici
"Prokofiev : Visions fugitives" de Florian Noack
"The basement tapes" de Mister Moonlight
"The uncompleted works volume 1, 2 & 3" de Nantucket Nurse
"Là-Haut" de Gérald Genty
"Ilel" de Hildebrandt
"Buxton palace hotel" de Studio Electrophonique
"Vian" par Debout sur le Zinc
"Impressions d'Afrique" de Quatuor Béia & Moriba Koita
"Fin d'été" de Samir Barris
et toujours :
"Schlagenheim" de Black Midi
"Tokyo dreams" de Dpt Store
"Terry Riley : Sun rising" de Kronos Quartet
"Diabolique" de l'Epée
"Mer(s) : Elgar, Chausson & Joncières" de Marie-Nicole Lemieux
"Like in 1968" de Moddi
"Voodoo queen" de One Rusty Band
"Moon" de Violet Arnold

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"L'Autre monde ou les Etats et Empires de la Lune" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Le Misanthrope" à l'Espace Cardin
"L'Animal imaginaire" au Théâtre de la Colline
"Data Mossoul" au Théâtre de la Colline
"Danser à la Lughnasa" au Théâtre 13/Jardin
"Le Frigo" au Théâtre de la Tempête
"A deux heures du matin" au Théâtre L'Atalante
"La Veuve Champagne" au Théâtre de la Huchette
"Le Square" au Lavoir Moderne Parisien
"Jo" au Théâtre du Gymnase
"Jean-Marie Galey - Ma Comédie française" au Lavoir Moderne Parisien
"Ah ! Félix" à l'Eglise Sainte-Eustache
"Le Voyage musical des Soeurs Papilles" à la Comédie des 3 Bornes
"Lucie Carbone - Badaboum" à la Comédie des 3 Bornes
"Casse-toi diva" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Nora Hamzawi" au Théâtre du Rond-Point
des reprises
"Letzlove - Portrait(s) Foucault" aux Plateaux Sauvages
"One night with Holly Woodlawn" aux Plateaux Sauvages
"Diva sur Divan" à la Comédie Bastille
"La Liste de mes envies" au Théâtre Lepic
et la chronique des spectacles à l'affiche en septembre

Expositions avec :

"Mondrian figuratif" au Musée Marmottan-Monet
"L'Age d'or de la peinture anglaise - De Reynolds à Turner" au Musée du Luxembourg

Cinéma avec :

"Ne croyez surtout pas que je hurle" de Franck Beauvais
Oldies but Goodies avec "Marie pour mémoire" de Philippe Garrel

et la chronique des films à l'affiche en septembre

Lecture avec :

"Barbarossa : 1941. La guerre absolue" de Jean Lopez & Lasha Otkhmezuri
"Bête noire" de Anthony Neil Smith
"Dictionnaire égoiste de la littérature mondiale" de Charles Dantzig
"Gaeska" de Elrikur Orn Norddahl
"Les refuges" de Jérôme Loubry
"Liquide inflammable" de Robert Bryndza
et toujours :
"Ici seulement nous sommes uniques" de Christine Avel
"Les altruistes" de Andrew Ridker
"Les yeux fumés" de Nathalie Sauvagnac
"Un autre tambour" de William Melvin Kelley
"Un mariage américain" de Tayari Jones
"Week end à New York" de Benjamin Markovits

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 22 septembre 2019 : Fin d'été
- 15 septembre 2019 : Life in Vain
- 8 septembre 2019 : du nouveau à l'Horizon
- 1er septembre 2019 : C'est reparti pour un tour
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=