Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Les nuits de l'alligator 2006 (jeudi)
Mathias Malzieu et Joann Sfar - Black Diamond Heavies - Scott H Biram - Kenny Brown  (Paris (La Maroquinerie))  23 février 2006

Etonnement, beaucoup plus de jeunes ce soir là, et plus de monde aussi. Moi je pigeais pas pourquoi, jusqu'a ce que l'on me fasse remarquer que Mathias Malzieu n'était autre que le Mathias de Dionysos... alors forcément tout s'éclaire.

Et ça pour être lui c'était bien lui, petit diable à ressort, à peine sur scène qu'il était déjà debout sur sa chaise. Pas de doute sur son identité. Accompagné du dessinateur de leur pochette (Joan Sfar) et du beau frère de celui-ci, il fait lever le public en moins de deux et l'invite a venir devant la scène.

Ce qu'ils jouent ils ne l'ont pas spécialement répéter. Alors ils reprennent deux morceaux de Dionysos, le morceau phare du film "Rio Bravo", de Johnny Cash, le tout avec un banjo, un ukulélé, une guitare douze cordes et un harmonica.

L'ambiance fait très colo de vacances, truc entre potes juste là pour rire un bon coup. Ca pour rire on a ri : entre les vannes de Mathias et le slam final de Joann Sfar, on se serait cru au café-théâtre.

Alors que dire? Pas franchement mirobolant, le concert était sympa, juste sympa. Les fans de Dionysos était bien sur ravis de voir Mathias sur une petite scène, quand aux autres, ils ont passé un moment plaisant.

Mais tout a changé avec les Black Diamond Heavies.

L'heure n'était plus à la blague. En seulement deux notes on savait qu'allait se dérouler un putain de concert.

Le tout se présentait à peu près comme ceci : juste un clavier et une batterie.

Derrière le clavier, une sorte de Lemmy Kilminster anorexique, véritable rock-star aux ray-bans semi transparentes.

La batterie entame un tempo d'enfer alors qu'une ligne de basse rentre en piste dans un groove total. Une sonorité franchement sixtie's qui rend cette musique franche et directe.

 

Les chansons sont du Rythm and Blues poussé par l'incroyable voix du chanteur (je vous dis, celle de Lemmy).

Cette voix, intransigeante, autoritaire, un grand malade qui a des airs de Kim Fowley (compositeur entre autres de "Born To Be Wild"). Le tout avec le côté très pervers du type qui se touche sous le piano. Voila la vrai claque qui donnera le vrai coup d'envoi de la soirée.

Même s'ils se sont mangés les dents sur un slow que même Scorpions n'aurait pas osé, la dernière chanson aura pour thème "About to fuck".

Il faut tout de même signaler qu'ils leur manquaient leur guitariste, événement important car le groupe au complet sonne beaucoup moins original.

Tant pis, il fallait être là à ce concert !

Le miracle a continué. Scott H.Biram.

Imaginez le plus gros beauf américain, coiffé d'une casquette de milicien et vous avez le personnage.

Alors maintenant si vous lui mettez entre les mains une guitare au son crade au possible, un harmonica et un tambourin sous le pied, vous avez un monstre sur scène.

Sa musique était un blues très gras, passant du hillbilly à des accents limite Black Metal. Le type a la bouche pleine de bière, de Mother Fucker, Asshole et Pussy. Sa voix d'ailleurs, hallucinante dans le style rocailleux, crache toute la vérité sur l'Amérique d'aujourd'hui.

 

Ici il n'est pas question des paillettes et de dorures, on parle de gala de monster truck, de beauferie, de fermeture d'esprit et d'autoroute en ligne droite.

Un putain de sudiste, tellement jouissif dans sa puissance. C'est ici la fin du rêve américain, c'est le début du règne de H.Biram. Ce mec a l'intelligence de la grossièreté, celui qui raconte la vérité et qui ne mâche pas ses mots.

Ajoutez à tout cela un superbe morceau simplement joué à l'harmonica et avec de grands coups sur le micro.

Un seul adjectif s'impose: DEMENT.

Tout rêve ayant une fin, la fin s'appelle Kenny Brown.

Son groupe est génial, super look, attitude de boxeur et tout le tralala. Mais lui... c'est papy qui fait ses gammes.

A coté de lui, Bob Dylan a des airs de Johnny Rotten. Kenny Brown, tête d'affiche soporifique, grand guitariste dans le style Marc Knofler, soit dans le style super chiant.

Avec son physique de Chuck Noris, ce concert ressemblait a une séance de téléachat pour une vente de guitare. Démonstration de supermarché, sa musique avais autant d'âme qu'un poulpe mort la veille de Noël... ça sentait le sapin quoi.

Même sa reprise de "Death Letter" ne marchait pas. Quand les White Stripes n'ont que 28 ans et l'ont fait magnifiquement bien, lui nous emmerde sec.

Alors que faire? Faire comme la moitié du public: se barrer!!

 

 

A lire également sur Froggy's Delight :

Mardi au festival des nuits de l'alligator
Vendredi au festival des nuits de l'alligator

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Scott H Biram en concert au Festival GéNéRiQ 2009

En savoir plus :

Le site officiel de Joann Sfar
Le site officiel de Scott H Biram
Le site officiel de Black Diamond Heavies
Le site officiel de Kenny Brown

Crédits photos : Laurent (plus de photos sur Taste of indie)


L.J.Jet         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 24 mai 2020 : Culture pour tous !

Toujours pas de festival, de théâtre, de concert, et autres ouvertures de lieux de réjouissances diverses sinon quelques passe droits pour les amis de Manu. En espérant que tout rentre dans l'ordre et que l'on retrouve le plaisir du spectacle vivant bientôt. Soyez prudents, sortez couverts et restez curieux !

Du côté de la musique :

Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac
et toujours :
"Chante-nuit" de Facteurs Chevaux
"9 songs" de Pierre
"Sex education" de Ezra Furman
"Cage meet Satie" de Anne de Fornel et Jay Gottlieb
Interview de Batist & the 73' réalisé à l'occasion de son live Twitch dont des extraits accompagnent cette entretien
"Hundred fifty roses" de Dune & Crayon
"F.A. Cult" de Hermetic Delight
"Love is everywhere" de Laurent Bardainne & Tigre d'Eau Douce
"Hum-Ma" de Les Enfants d'Icare
"Spirals" de Sébastien Forrestier

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Frida jambe de bois" de Pascal Rinaldi en vidéo
le diptyque Arne Lygre mis en scène par Stéphane Braunschweig :
"Je disparais" en vidéo
"Rien de moi" en vidéo
des comédies :
"Alors on s'aime"
"L'Appel de Londres"
"Hier est un autre jour"
du divertissement :
"On ne choisit pas sa famille"
"Double mixte"
du vaudeville avec "Le Système Ribadier"
du côté des humoristes :
"François Rollin - Colères"
"La Teuf des Chevaliers du fiel"
"Franck Duboscq - Il était une fois"
Au Théâtre ce soir :
"Le canard à l'orange"
"Le prête-nom"
"Deux hommes dans une valise"
des classiques par la Comédie française :
"Le Petit-Maître corrigé" de Marivaux
"Cyrano de Bergerac" d"Edmond Rostand
et aller à l'opéra pour :
"Fortunio" d'André Messager
"Falstaff" de Verdi

Expositions avec :

les visites commentées par les commissaires d'expositions qui se sont tenues au Musée Jacquemart-André :
"Hammershøi, le maître de la peinture danoise" en vidéo
et "La collection Alana - Chefs-d'oeuvre de la peinture italienne"
partir en province pour découvrir en images le Musée d'Art Moderne et Contemporain de Strasbourg
et le Musée des Beaux-Arts de Nancy
puis en Europe en Espagne le Musée national Thyssen-Bornemisza à Madrid
en Allemagne au Städel Museum à Francfort
ailleurs au Brésil à la Pinacothèque de Sao Paulo
et au Japon au Ohara Museum of Art à Kurashiki
avant de revenir dans l'Hexagone pour une déambulation virtuelle dans le Petit Palais

Cinéma at home avec :

du drame : "Aime ton père" de Jacob Berger
de l'espionnage : "Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
du thriller : "The Unseen" de Geoff Redknap
du thriller fantastique avec "La Neuvième Porte" de Roman Polanski
du divertissement :
"Cassos" de Philippe Carrèse
"Promotion canapé" de Didier Kaminka
"Les Frères Pétard" de Hervé Palud
de glorieux péplums italiens avec Steve Reeves :
"Les Travaux d'Hercule' de Pietro Francisci en VO
"La Bataille de Marathon" de Jacques Tourneur, Mario Bava et Bruno Vailati en VF
du western :
"L'Homme aux colts d'or" d'Edward Dmytryk
"Chino" de John Sturges
au Ciné Club, du cinéma français des années 30 :
"Mister Flow" de Robert Siodmak
"La Banque Némo" de Marguerite Viel
"Les amours de minuit" d'Augusto Genina et Marc Allégret
"Ces messieurs de la santé" de Pierre Colombier
et des films récents en DVD :
"Deux" de Filippo Meneghetti
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"La Dernière vie de Simon" de Léo Karmann

Lecture avec :

"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan
et toujours :
"Là où chantent les écrevisses" de Delia Owens
"Les lumières de Tel Aviv" de Alexandra Schwartzbrod
"Faites moi plaisir" de Mary Gaitskill
"La chaîne" de Adrian McKinty
"Incident au fond de la galaxie" de Etgar Keret

Froggeek's Delight :

Des lives jeux vidéo (mais aussi des concerts) tout au long de la semaine sur la chaine Twitch. Rejoignez la chaine et cliquez sur SUIVRE pour ne rien rater de nos diffusions.

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 24 mai 2020 : Culture pour tous !
- 17 mai 2020 : le joli mois de mai
- 10 mai 2020 : Sortez Masqués !
- 3 mai 2020 : Déconfi...ture
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=