Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Nous, l'Europe, banquet des peuples
Théâtre de l'Atelier  (Paris )  mai 2022

Spectacle sur un texte de Laurent Gaudé, conception, musique et mise en scène de Roland Auzet, avec Karina Beuthe Orr, Robert Bouvier, Nina Dipla (ou Artemis Stavridi), Rodrigo Ferreira, Yasin Houicha, Rose Martine, Dagmara Mrowiec-Matuszak, Stanislas Roquette, Thibault Vinçon et la Nébuleuse d’HIMA (Faustine Berardo, Bro’Lee et Maxime Pillard).

Adaptation du roman éponyme de Laurent Gaudé, "Nous l’Europe, Banquet des peuples" détricote, dans une grande fresque musicale et théâtrale, l’entrelacement d’évènements et d’évolutions sociétales qui ont sous-tendu la construction de l’Union Européenne.

Dans une mise en scène énergique et puissante, qui habille le lyrisme du texte de rires, de chants, de sueur et de larmes, Roland Auzet propose une vision chorale de l’Europe, faite d’un collectif d’individus et qui semble prendre corps presque malgré elle au milieu d’une joyeuse mais chaotique cohabitation de points de vue et intérêts.

Revenant sur l’utopie des origines, celle du "plus jamais ça" d’après-guerre, mais n’occultant pas les heures sombres et les renoncements de son histoire (les dictatures, la guerre des Balkans, les repliements nationalistes, la crise des migrants…), "Nous l’Europe, Banquet des peuples" questionne le spectateur en tant qu’Homme et Citoyen.

Le rêve européen est-il destiné à mourir, victime de son incapacité à fédérer les peuples autours d’une aspiration commune plus élevée qu’une somme de décrets ou qu’une régulation d’échanges commerciaux ? Mais l’Europe n’a-t-elle justement pas pour mission première de juguler les passions traîtresses de peuples trop empressés à verser dans leurs éternelles pulsions fratricides ?

Sur scène ils sont 12 comédiens d’horizons et de cultures très différents (français, belge, allemand, polonais, italien, portugais, grec, ukrainien…) pour donner vie, dans une alternance incessante de langues (traduites par d’autres comédiens ou sous-titrées) aux multiples saynètes du spectacle dans une escalade d’énergie communicative.

Ils livrent chacun une prestation forte et engagée, se donnant tous avec une ardeur peu commune. Puissance, poésie, colère, courage, crainte, facétie, chacun amène sur scène une facette de sa propre histoire et de sa personnalité et ceci avec beaucoup de naturel.

Pour renforcer encore la vitalité de sa vision européenne, Roland Auzet fait la part belle dans sa mise en scène à la musique, intégrant à la distribution un chœur, un chanteur baroque et un collectif electrorock ( La Nébuleuse d’HIMA) qui interprète quelques-unes de leurs compositions en plus de titres emblématiques (Bella ciao, l’Estaca, Hey Jude).

La scénographie, très inventive (œuvre de Roland Auzet, Bernard Revel et Juliette Seigneur) mixe modularisation de l’espace, captations vidéo de la scène projetées en direct sur un large panneau amovible blanc qui sert tour à tour de mur, d’écran et de toiles de maître.

Le déplacement de ce panneau tout au long du spectacle permet habilement de moduler les volumes et marquer les transitions, sans aucun temps mort. L’utilisation de matelas permet également de délimiter les espaces de déplacement au sol, les rendant également plus aléatoires, fragiles, chaotiques… avant de disparaître.

Mélangeant habilement l’intelligence de l’écriture de Laurent Gaudé, l’actualité du sujet, le foisonnement créatif de Roland Auzet et servie par un collectif de comédiens tous plus brillants les uns que les autres, "Nous l’Europe, Banquet des peuples" est sans conteste un spectacle d’une grande force évocatrice tant sur le fond que sur la forme. Le spectateur en ressort forcément interpellé.

 

Cécile B.B.         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 25 septembre 2022 : La culture n'est pas un luxe

8ème vague, confinement énergétique... rien de bien brillant pour le futur, heureusement il reste la curiosité et la culture. Gardons le cap et restons groupés. Voici le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Bobo playground" de Alexis HK
"Ca pixellise" de Dimoné
"The portable Herman Dune Vol 1" de Herman Dune
"La mélodie, le fleuve et la nuit" de Jérôme Minière
"Kramies" de Kramies
"Mémoires d'une femme" de Myriam Barbaux-Cohen
"The hardest part" de Noah Cyrus
"Dvorak : Quatuor américain, valses" de Quatuor Talich
"Fauré le dramaturge" de Takénori Némoto, Cécile Achille, Cyrille Dubois et Ensemble Musica Nigella
et toujours :
"J'ai vécu les étoiles" de Andoni Iturrioz
"Ornette Under the Repetitive Skies 3" de Clément Janinet
"Alan Hovhaness : oeuvres pour piano" de François Mardirossian
"Live in Paris" de Fred Nardin Trio
"Show AC/DC" de Ladies Ballbreakers
"Luigi Concone" de Mavroudes Troullos & Rachel Talitman
quelques clips avec Moundrag, Ottis Coeur et Madam
"Souvenirs" de Pale Blue Eyes
"Life and life only" de The Heavy Heavy

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Harvey" au Théâtre du Rond-Point
"Les Producteurs" au Théâtre de Paris
"Bérénice" à La Scala
"Les Filles aux mains jaunes" au Théâtre Rive Gauche
"Il n'y a pas d'Ajar" aux Plateaux Sauvages
"Echo" aux Plateaux Sauvages
"Le syndrome d'Hercule" au Théâtre Essaion
les reprises :
"Cahier d'un retour au pays natal" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Le dépôt amoureux" au Théâtre Les Déchargeurs
"Darius" au Théâtre Essaion
"A la recherche du temps perdu" au Théâtre de la Contrescarpe
"L'Autre fille" au Théâtre des Mathurins
"Les Divalala - C'est LaLamour !" au Grand Point Virgule
et les spectacles à l'affiche

Expositions :

"Frida Khalo, au-delà des apparences" au Palais Galliera
"Hyperréalisme - Ceci n'est mon corps" au Musée Maillol
'Miroir du monde - Chefs d'oeuvre du Cabinet d'art de Dresde" au Musée du Luxembourg
et les expositions à l'affiche

Cinéma :
en salle : "L'Ombre de Goya" de José Luis Lopez-Linares
en streaming gratuit :
"Qui vive" de Marianne TArdieu
"Big Fish" de Tim Burton
"Marguerite" de Xavier Giannoli
"Chained" de Yaron Shani

Lecture avec :

"Les masques éphémères" de Donna Leon
"La guerre de cent ans" de Amable Sablon du Corail
"D'où vient l'amour" de Yann Queffélec
et toujours :
"Combattre en dictacture" de Jean Luc Leleu
"Hideo Kojima, aux frontières du jeu" de Erwan Desbois
"Le cartographe des absences" de Mia Couto
"Le coeur ne cède pas" de Grégoire Bouillier
"Le tumulte" de Sélim Nassib
"Un profond sommeil" de Tiffany Quay Tyson

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=