Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Levitation France #9 (édition 2022) - You Said Strange
Interview  (Chabada, Angers)  samedi 4 juin 2022

A l'occasion du Festival Levitation à Angers, après leur passage sur scène, le groupe normand You Said Strange nous accorde une interview. Nous sommes en compagnie des deux frères du groupe Eliot et Martin.

La musique pour vous, c’est une histoire de famille, c’est ça ?

Eliot : Nos parents organisaient un festival de musique de 1998 à 2016. Cela n’a rien à voir avec ce qur l’on fait car c’était de la chanson française, un peu de rock, voilà. Et on a grandi dans les concerts, on dormait entre les futs de bières. Il y a un groupe qui s’appelle les Têtes Raides, avec lequel on chantait quand on était petits. Martin un peu plus que moi.

Martin : Oui parce que j’étais un peu plus vieux.

Eliot : Nos parents les ont fait venir dans une grange à Giverny chez nous en 1999 dans un truc complètement délabré, ils sont venus pendant 10 jours jouer le spectacle "Non" avec une première partie différente tous les soirs et ils ont écrit l’album Gratte poil à la maison et Qu’est-ce qu’on se fait chier aussi.

Martin : Entre 99 et 2001.

Eliot : Voilà, et on s’est fait pas mal de concerts avec eux étant petits. Notre maman était prof de théâtre et donc disons que dès le plus jeune âge, on a été confrontés à ce genre d’ambiance.

Et pour le batteur du groupe, Mathieu, son papa avait un groupe de cold wave dans les années 80 qui s’appelait "Brigades internationales", qui avait fait la première partie de Béru à l’Olympia. Du coup on a tous un peu baignés dans la musique assez jeunes et c’était assez évident de se diriger vers ça.

Tout à l’heure je vous regardais jouer. Vous êtes jeunes et talentueux, vous appréhendez cela comment le succès ?

Eliot : Rires : Oh la la ! Alors ça !

Martin : On ne s’est jamais posé la question car on n’a jamais considéré qu’on avait du succès.

Tout à l’heure tu as dit : "on est à Lévitation quand même" !

Martin : Oui, on l’attendait c’est vrai. Il ne faut pas le voir comme une finalité. C’est énorme pour nous, cela veut dire beaucoup de chose. Mais on est intermittents depuis un an en étant que musiciens, donc super mais il y a encore plein de choses à faire.

Et vous ne vous dites pas ça va trop vite, comment on va gérer ça ?

Eliot : Non, non, disons que ça fait un moment qu’on tourne et je crois que c’est un chance d’avoir joué dans des bars, des plans galères on en a eu beaucoup à travers l’Europe, à dormir dans des endroits pas possibles ou aucun endroit, décharger ton matos et avoir plein de galère sur la route. Tout ça on en est assez conscients parce ça fait depuis 2015 qu’on fait des tournées et c’est hyper formateur. On ne fait pas du tout partie des groupes qui ont explosé d’un coup, on suit notre chemin tranquillement et c’est peut-être cela qui fait qu’on a conscience d’avoir la chance d’être ici dans ce festival. On paye notre loyer grâce à notre passion et on en est conscient.

On arrive à se dire qu’on n’est pas là pour rien, mais ce sont de longues années de boulot. Je ne sais pas du tout comment on appréhende le succès, je ne sais pas s’il y aura du succès.

Martin : On ne grille pas les étapes, on y va doucement.et on apprécie d’autant plus ce genre de moment comme celui-là.

Mon autre pote photographe Antoine m’a chargé de vous dire que ce soir il vous a trouvé très pop anglaise.

Martin : Nous ça nous va très bien ! rires

Vous avez déjà joué aux USA dans plusieurs endroits ?

Eliot : Ouais ouais ! On a enregistré notre premier album à Portland dans l’Oregon. On fait quelques dates. La première c’était quand on est allés enregistrer pendant un mois là-bas, on a trouvé un plan à l’arrache avec des potes qui nous ont prêté du matos.

Martin : C’était à l’arrière d’un resto chinois.

Eliot : Le chinatown de Portland. Ricky le guitariste et moi étions mineurs pour les USA, moins de 21 ans donc on n’avait pas le droit de jouer dans de vraies salles. Une asso nous a programmés dans ce restaurant à l’arrière et c’était complètement n’importe quoi car tous les moins de 21 ans venant au concert sont complètement éclatés. Ça n’a aucun sens ! Hypocrisie du système américain.

Martin : C’était dans un zone sinistrée un peu border.

Eliot : Mais super ambiance et tous les copains rencontrés là-bas. Mais très curieux de voir ce resto chinois avec les toilettes comme repère pour aller de l’autre côté dans la salle de concert.

Martin : Voilà c’est le seul concert en 2017.

Eliot : Et on a pu y retourner après, 2 ans plus tard car Kevin Call le responsable de chez KEXP à Seattle est passé en France aux Trans musicales et est tombé à Paris chez un disquaire sur notre vinyle. Il a kiffé la pochette et a mis une notification sur Instagram. Pour nous c’est un peu un héros ce gars-là. Notre attaché de presse de l’époque l’a contacté en demandant de tenter une session. Il a dit OK mais il vous faut une tournée aux Etats-Unis, on ne vous fait pas venir pour juste une session. On a dit qu’on avait une tournée aux USA, ce qui n’était pas vrai, et on a pu booker le peu de dates qu’on avait là-bas et faire l’accueil KEXP, grâce aux salles, aux bars.

En 2019 on a fait deux dates à New York, deux dates à Portland et une date à Seattle, l’orga KEXP, une date en Idaho, et l’état de Washington.

Est-ce que c’était des premières parties ?

Martin : Cela dépendait. A Seattle oui, et à Portland, le concert était super bien, il y avait 250 personnes en plein air. Derrière le bar il y a un parc où ils mettent une scène.

Je suis fan de garage. Je vous ai vus, vous êtes passés à Tours.

Eliot : Oui au Canadian café en 2018. On n’y est pas retourné depuis.

Martin : On joue à Terres du son cette année.

Très bien, merci. Je suis ravie de vous avoir rencontré pour cette interview. J’aime beaucoup ce que vous faites. Je vous souhaite de bonnes choses pour l’avenir. Ce soir vous étiez bien dans le thème "Lévitation", j’ai regardé le public pendant votre concert, ils étaient tous en "lévitation".

Eliot : Oui ça a été ?

Oui le dernier morceau a bien embarqué tout le monde.

Eliot : C’est le morceau qui ressemble le plus à ce public-là. Nous c’est notre délire quand on était ado, on est des fans de Brian Johnson, toute la prog de Lévitation chaque année. Sur le premier album c’est le son qu’on voulait, qui nous intéresse. Et là finalement, on est programmé ici et notre deuxième album est beaucoup plus pop, des morceaux plus courts, plus bruts. On s’est demandé en passant après Servo qui déboite bien dans le psyché lourd et contemplatif comment ça allait se passer.

Martin : Moi je l’ai bien senti tout de suite. Quand on a commencé sur "Run away" avec la batterie les gens et les têtes ont bougé tout de suite, tu sens que ça va être un bon concert.

Eliot : En fait je me suis rassuré sur scène en me disant hier il y avait Kevin Morby, demain il y a Unscholling. J’ai l’impression que la prog de Lévitation évolue beaucoup avec son public. Ce sont des groupes que tu n’aurais pas vu au festival il y a 5 / 6 ans. Avant on était vraiment sur un truc très drone, la psyché qui emmène sur nos premières influences comme Dead Skeletons. Kevin Morby hier dans ses morceaux on est sur de la folk, musicien ricain, plus proche d’Andy Shauf que de Skeletons. C’est ce qui m’a rassuré en commençant les morceaux vachement pop. Au final ça donne une prog qui nourrit un public qui sait pourquoi il est là mais ça reste assez éclectique en fait. C’est intéressant même s’il y a vraiment des puristes.

Encore un fois un grand merci pour cette interview. Bonne continuation.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album The world is in your hands EP de Levitation Free
Levitation en concert au Festival Levitation France #7 (édition 2019)
Levitation en concert au Festival Levitation France #9 (édition 2022) - samedi 4 juin
Levitation en concert au Festival Levitation France #9 (édition 2022)
L'interview de Festival Levitation France #9 (édition 2022) - Bruit (samedi 4 juin 2022)
You Said Strange en concert au Festival Beauregard #14 (édition 2022) - Dimanche 10 juillet

En savoir plus :
Le site officiel de Levitation France
Le Facebook de Levitation France

Crédits photos : Cesar et Antoine


Catherine Leclerc         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

Abonnez vous à la Newsletter pour recevoir, outre les mises à jour en avant première, des infos de première importance et peut être des choses dont vous n'avez même pas encore imaginé l'existence et l'impact sur votre vie... et nous non plus.

se désabonner, changer son mail ... c'est ici!


» Contacter un membre ou toute
   l'équipe (cliquez ici)


Afficher les chroniques d'un membre :

Liste des chroniques... Cécile B.B.
Liste des chroniques... David
Liste des chroniques... Didier Richard
Liste des chroniques... Fred
Liste des chroniques... Jean-Louis Zuccolini
Liste des chroniques... Julien P.
Liste des chroniques... LaBat’
Liste des chroniques... Laurent Coudol
Liste des chroniques... Le Noise (Jérôme Gillet)
Liste des chroniques... Margotte
Liste des chroniques... MM
Liste des chroniques... Monsieur Var
Liste des chroniques... Nathalie Bachelerie
Liste des chroniques... Nicolas Arnstam
Liste des chroniques... Paola Simeone
Liste des chroniques... Philippe Person
Liste des chroniques... Rickeu
Liste des chroniques... Séb.T

 

Les articles de ce site sont la propriété de froggydelight.com et de leurs auteurs.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=