Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The Sadness
Rob Jabbaz    (juillet 2022) 

Réalisé par Rob Jabbaz. Taïwan. Epouvante/Horreur. 1h40 (Sortie 6 juillet 2022). Avec Regina Lei, Berant Zhu, Tzu-Chiang Wang et Ying-Ru Chen.

Evidemment, il ne faut pas conseiller "The Sadness" de Rob Jabbaz aux yeux sensibles. Mais il faut aussi le déconseiller à ceux qui n'ont besoin que de leur dose quotidienne d'hémoglobine cinématographique.

Car "The Sadness", film d'un canadien vivant à Taïwan est avant une histoire d'amour entre deux jeunes vingtenaires pris dans une époque pandémique portée à son maximum d'horreur.

Ici, les gens aiment tuer et leur libido participe au carnage, donnant à Rob Jabbaz l'occasion de montrer tout sa maîtrise dans des scènes d'une grande efficacité.

On pense forcément à "Rage", l'un des premiers films de David Cronenberg. Peut-être l'initiateur du "gore" moderne. Et l'on retrouve aussi dans "The Sadness" tout l'humour Grand-Guignol de "Dernier train pour Busan" du coréen Yeon Sang-ho.

Cette question de "l'humour" dans un film qui aligne les meurtres et les viols sera pour ceux qui sont rétifs au genre "gore" une nouvelle fois la question majeure.

A-t-on le droit de filmer une scène où l'on découvre un bébé vivant dans un sac poubelle en plastique ? Est-on passé de l'autre côté de la morale ? Le cinéma va-t-il trop loin et tous ces "critiques" qui vont parler de "The Sadness" comme ils parleraient d'un film de Dreyer ou de Godard ne sont-ils pas des irresponsables ?

https://www.youtube.com/embed/OusJKJaLkMA

On leur répondra que Rob Jabbaz tient son histoire jusqu'au bout, parvient à montrer, ne serai-ce qu'une microseconde, toute la détresse de ses gens contaminés. Ce ne sont pas des sadiques heureux de leur sort, mais des victimes contraintes à des actes de violence ou des actes contre-nature et dont l'espérance ultime n'est plus que la mort.

Film désespérant, nihiliste, "The Sadness" porte bien son titre. Ne s'y entrevoit qu'un vain espoir dans un final assez époustouflant dans sa conception minimale. On n'oubliera pas la jeune Regina Lei, toute en fraîcheur devant tant de crimes et d'horreurs. Pas plus que son compagnon, Berant Zhu, guère plus âgé, arpentant Taipeh de fond en comble au volant de son deux-roues, pour la rejoindre.

Ce qui se joue entre eux fait de "The Sadness" de Rob Jabbaz un film paradoxalement romantique.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

Abonnez vous à la Newsletter pour recevoir, outre les mises à jour en avant première, des infos de première importance et peut être des choses dont vous n'avez même pas encore imaginé l'existence et l'impact sur votre vie... et nous non plus.

se désabonner, changer son mail ... c'est ici!


» Contacter un membre ou toute
   l'équipe (cliquez ici)


Afficher les chroniques d'un membre :

Liste des chroniques... Cécile B.B.
Liste des chroniques... David
Liste des chroniques... Didier Richard
Liste des chroniques... Fred
Liste des chroniques... Jean-Louis Zuccolini
Liste des chroniques... Julien P.
Liste des chroniques... LaBat’
Liste des chroniques... Laurent Coudol
Liste des chroniques... Le Noise (Jérôme Gillet)
Liste des chroniques... Margotte
Liste des chroniques... MM
Liste des chroniques... Monsieur Var
Liste des chroniques... Nathalie Bachelerie
Liste des chroniques... Nicolas Arnstam
Liste des chroniques... Paola Simeone
Liste des chroniques... Philippe Person
Liste des chroniques... Rickeu
Liste des chroniques... Séb.T

 

Les articles de ce site sont la propriété de froggydelight.com et de leurs auteurs.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=