Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Close
Lukas Dhont  (novembre 2022) 

Réalisé par Lukas Dhont. France/Pays Bas/Belgique. Drame. 1h35 (Sortie 1er novembre 2022). Avec Eden Dambrine, Gustav De Waele, Emilie Dequenne, Léa Drucker, Kevin Janssens et Marc Weiss.

On se souvient du précédent film de Lukas Dhont, "Girl", qui l'avait fait connaître à Cannes. Cette fois-ci, "Close" lui a permis d'obtenir au même festival le "Grand prix".

Toujours passionné par l'intime, par la période de l'adolescence où l'on affirme ses préférences et où construit et choisit son identité, Lukas Dhont a choisi la forme mélodramatique pour parler de l'entrée de deux garçons dans l'adolescence, Léo (Eden Dambrine) et Rémi (Gustav De Waele)

Très fusionnels, les deux amis sont toujours ensemble, dorment régulièrement l'un chez l'autre, au point qu'on aura, un moment, de la peine à comprendre à quelle famille ils appartiennent. Leur cadre de vie est idyllique, lumineux, coloré, comme les fleurs dans lesquelles baignent les parents horticulteurs de Léo. Mais un jour, tout s'écroule : Léo refuse désormais de se rendre chez Rémi. Quelque temps plus tard, celui-ci se suicide...

Attention : on ne "verra" pas ce qui s'est passé. Le drame sera révélé suite à un voyage scolaire. Au départ du bus, on constate que le siège de Rémi est vide ; à son arrivée, les autorités scolaires apprendront aux élèves que "Rémi est parti".

Sans doute, certains vont trouver que le film hésite trop entre le pudique et le démonstratif avec une musique très présente, et très belle, de Valentin Hadjadj qui ponctue les moments les plus émouvants.

Mais comment ne pas frissonner, ou franchement pleurer, quand une mère qui a perdu son garçon, Sophie (Emilie Dequenne) tente de comprendre auprès du meilleur ami de son fils comment les choses se sont déroulées.

Peut-être aurait-il fallu que Lukas Dhont fasse une ellipse ou ne monte pas la séquence où l'on découvre que Rémi devenu adolescent espérait, sans jamais l'avoir calculé, que l'amitié qui l'unissait à Léo débouche sur quelque chose d'encore plus fort...

Mais il a préféré montrer que suggérer et on ne peut pas lui en vouloir car ce qui l'occupe dans son film, c'est le chemin que vont faire ensemble Léo et Sophie, aidés de tous, pour faire à la fois leur deuil et comprendre qu'ils n'ont ni l'un ni l'autre à s'en vouloir. Cet exercice de "résilience", qu'ils vont pratiqués ensemble, à tâtons, sans mode opératoire préalable, sera extrêmement douloureux.

Sortir indemne d'un tel film est impossible, surtout pour qui a été père ou mère et s'est, un jour, posé la question du possible mal être de leur enfant en train de se transformer.

On le répète, on ne voit pas de complaisance dans "Close" de Lukas Dhont. S'il y a quelques moments qu'il aurait pu se dispenser de montrer, on les perçoit comme une erreur et pas comme un choix calculé d'ajouter du pathos au pathos.

Au contraire, tous les protagonistes savent se contenir, et notamment, lors d'un repas qui aurait pu aligner les fautes de goût, la famille de Léo par rapport à celle de Rémi. On soulignera - comment pourrait-on ne pas faire faire autrement ? - la prestation impeccable d'Emilie Dequenne et celle bluffante du jeune Eden Dambrine, archange malgré lui de la mort de son camarade.

Il aurait pu être Tadzio dans "Mort à Venise", mais Lukas Dhont n'a pas voulu jouer de l'ambiguïté. Il l'a brillamment dirigé pour qu'il n'y ait chez lui aucune once de perversité.

Chacun choisira donc de voir le film selon ses intimes convictions. Pas question de concevoir un jugement critique péremptoire.

"Close" de Lukas Dhont est un film où l'on apportera beaucoup de soi et cela devrait remuer bien des consciences. C'est aussi ça le rôle d'un film à "sujet fort

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

• Edition du 2024-04-21 :
Marilu - Sandrine Dumas
Que notre joie demeure - Cheyenne-Marie Carron
Le déserteur - Dani Rosenberg

• Edition du 2024-04-14 :
L'île - Damien Manivel
Amal - Jawad Rhalib

• Edition du 2024-04-07 :
Le Naméssime - Xavier Bélony Mussel
 

• Archives :
Yurt - Nehir Tuna
Le squelette de Madame Morales - Rogelio A. Gonzalez
Le Jeu De La Reine - Karim Aïnouz
Laissez-moi - Maxime Rappaz
L'innondation - Igor Miniaev
El Bola - Achero Manas
Blue Giant - Yuzuru Tachikawa
Alice - Jan Svankmajer
Universal Theory - Timm Kroger
Elaha - Milena Aboyan
L'Homme d'argile - Anaïs Tellenne
Means Girls, Lolita malgré moi - Samantha Jayne et Arturo Perez Jr
Sirocco et le royaume des courants d'air - Benoit Chieux
La Venus d'Argent - Helena Klotz
Ricardo et la peinture - Barbet Schroeder
A L'intérieur - Vasilis Katsoupis
Le Gang du Bois du Temple - Rabah Ameur-Zaimeche
Juniors - Hugo Thomas
Oppenheimer - Christopher Nolan
Les Meutes - Kamal Lazraq
Mission : impossible – Dead Reckoning Partie 1 - Christopher McQuarrie
Love Life - Koji Fukada
Le prix du passage - Thierry Binisti
Kokon - Leonie Krippendorff
Nothing but a man - Michael Roemer
Pulse - Aino Suni
La Femme de Tchaikovski - Kirill Serebrennikov
La ferme à Gégé - Florent Verdet
Amore Mio - Guillaume Gouix
J'aurais voulu être astronaute - Comédie de Paris
- les derniers articles (2)
- les derniers cineclub (6)
- les derniers concerts (20)
- les derniers expos (1)
- les derniers films (1687)
- les derniers interviews (15)
- les derniers spectacles (4)
           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=