Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Terrifier 2
Damien Leone  (janvier 2023) 

Réalisé par Damien Leone. Etats Unis. Horreur/Gore. 2h12 (Sortie 11 janvier 2023). Avec David Howard Thornton, Lauren LaVera, Elliott Fullam, Sarah Voigt et Amelie McLain.

Après avoir exploré tout ce que le corps humain peut subir d'opérations chirurgicales "terrifiantes", dans "De Humani corporis fabrica", où les virtuoses Verena Paravel et Lucien Castaing-Taylor sont à la caméra, voir "Terrifier 2" de Damien Leone paraît une partie de plaisir

Pourtant, selon une rumeur certainement purement publicitaire, les spectateurs américains ont vomi en masse avant de s'évanouir en nombre en suivant les turpitudes commises joyeusement par Art le clown, portant sur l'épaule un sac plastique bourré d'instruments de tortures et de bas morceaux de ses victimes.

Ce deuxième épisode de ce qui risque d'en comprendre beaucoup se déroule évidemment toujours aux alentours d'Halloween et les cadavres vont s'accumuler autour de la jeune héroïne, Sienna, dont le père s'est suicidé et dont elle a retrouvé un carnet de dessins représentant les supplices infligés lors du précédent Halloween par le méchant clown.

Elle y puisera l'inspiration pour se mouler dans un costume pour Halloween tenant de Barbarella et de Wonder Woman, avec en bonus une paire d'ailes blanches d'ange de la mort... Traumatisée par le décès de son père, dont les liens avec Art le clown demandent à être éclairés, elle s'apprête à vivre 2 heures 12 assez éprouvantes...

2h12 ! Damien Leone a gros appétit puisque, en général, les films de cette catégorie gore dépassent rarement les 90 minutes. Avec ce deuxième volet, le réalisateur anglais passe ainsi à la vitesse supérieure et est, cette fois, à la tête d'une vraie production américaine.

Son credo n'est pas l'originalité à tout prix. Au contraire, c'est dans la fidélité aux classiques qu'il puise de quoi nourrir son cinéma. Il étonne aussi en ne pratiquant pas à tout bout de champ ce second degré que ses concurrents aiment souligner pour montrer qu'ils ont de l'humour, maîtrisent un cinéma qu'ils ne feront pas toute leur vie (croient-ils, alors que souvent ils n'en sortiront pas).

Damien Leone, lui, se moque complètement de la question. Son ambition serait plutôt de devenir le réalisateur incontournable du genre. Il ne se lasse pas de répéter des scènes souvent semblables où les meurtres s'accumulent. Il peut les refilmer plusieurs fois : il sera à chaque fois aussi méticuleux, systématique dans le déroulement des crimes.

Art le clown aime dépecer ses victimes, les massacrer par petites touches afin que l'horreur dure et qu'ils ne meurent pas immédiatement. Il aura un goût prononcé pour leurs entrailles qu'il extrait consciencieusement des corps meurtris, pouvant au passage en ponctionner quelque organe pour sa consommation personnelle.

Avec son faux sourire, Art n'a aucune pitié et adore laisser à la contemplation d'une de ses prochaines victimes la précédente sous forme de bouillie rougeoyante... et souvent délestée de sa tête qui peut finir dans son sac plastique à malice qui paraît, comme sa cruauté, sans fond...

Est-ce qu'on peut affirmer après cette description, que "Terrifier 2" de Damien Leone fait vraiment peur ? Franchement, cela dépendra si l'on est ou pas consommateur régulier de ce genre de films. On est quand même très près du Grand Guignol, certes pratiqué avec beaucoup de soin et de conscience du travail bien fait.

Non, ce qui fait le plus peur, c'est un monde où des millions de spectateurs peuvent avoir envie de voir ce clown sinistre accomplir ses jeux sadiques. Damien Leone ajoute quelque chose qu'il n'y avait pas jusqu'à présent dans ce cinéma : son héroïne est parfois sous ecstasy, toujours sous médicaments.

Comme elle se sort très bien de cette épisode, avec seulement de belles griffes sur la peau, à l'instar des victimes des lames effilées dans le Gialo transalpin, elle risque de revenir quand, inévitablement, Art le clown ressuscitera sous une forme ou une autre. Ici, sa fille adorée pourrait très bien prendre la relève contre la belle Sienna et son petit frère Jonathan.

On attend la suite car "Terrifier 2" de Damien Leone se suit sans ennui et l'on préfère voir couler sur les écrans où il est diffusé des tonnes d'hémoglobine que de les voir en vrai au coin d'une rue bien réelle

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 19 mai 2024 : Le plein de news avant l'été

L'été approche et avec lui la pénurie de sorties en tout genre mais d'ici là, on fait le plein !.
Pensez aussi à nous soutenir en suivant nos réseaux sociaux et nos chaines Youtube et Twitch.

Du côté de la musique :

"Amour noir" de Bad Juice
"Session" de Bruit d'Avril
"Tonight will only make me love you more" de Caesaria
"What the thunder said" de Elysian Fields
"Une vie cool" de Matt Low
MATW, Soft Michel, Sun, Sunshade, Seppuku, Servo et Dye Crap à découvrir
"The Lake" de Morgane Imbeaud
"La balade sauvage" de Nicolas Paugam
"London tropical" de Space Alligators
"Slydee" de Sylvain Daniel
"Nos chansons préférées de WHY" c'est le 30ème épisode du Morceau Caché
et toujours :
"Following the sun" de Alexis Valet
"Batist & the 73'" de Batist & The 73'
"El magnifico" de Ed Harcourt
"Big anonymous" de El Perro Del Mar
Petit coup d'oeil sur le Festival Paysage Pop #2
"Until now" de Gabriel Pierre
"A kingdom in a cul-de-sac" de Ha The Unclear
"Dysphorie" de Intrusive Thoughts
"Family affair" de Kokopeli
"La balade sauvage" de Nicolas Paugam
"Korzéam" de Thibaut Wolf
"Folk tales of today" de Two Magnets

Au théâtre :

les nouveautés :

"La contrainte" au Théâtre La Verrière de Lille
"Les possédés d'Illfurth" au Théâtre du Rond Point
"Les tournesols" au Théâtre Funambule Montmartre
"Un faux pas dans la vie d'Emma Picard" au Théâtre Essaïon

"L'affaire Rosalind Franklin" au Théâtre de la Reine Blanche
"Un mari idéal" au Théâtre Clavel
"Chère insaisissable" au Théâtre Le Lucernaire
"La loi du marcheur" au Théâtre de la Bastille
"Le jeu des ombres" au Théâtre des Bouffes du Nord
et toujours :
"Capharnaüm, poème théâtral" au Théâtre de la Cité Internationale
"Jean Baptiste, Madeleine, Armande et les autres" au Théâtre Gérard Philipe
"Majola" au Théâtre Essaïon
"Mon pote" au Théâtre de la Manufacture des Abbesses
"Tout l'or du monde" au Théâtre Clavel
"Dans ton coeur" au Théâtre du Rond Point
"Du pain et des jeux" au Théâtre 13 Bibliothèque
"Vernon Subutex" au Théâtre des 2 Rives
"37 heures" au Théâtre la Flèche
"Fantasmes" au Théâtre La Croisée des Chemins
des reprises :
"Rembrant sous l'escalier" au Théâtre Essaion
"Le chef d'oeuvre inconnu" au Théâtre Essaion
"Darius" au Théâtre Le Lucernaire
"Rimbaud cavalcades" au Théâtre Essaion
"La peur" au Théâtre La Scala

Une exposition à la Halle Saint Pierre : "L'esprit Singulier"

Du cinéma avec :

"Roqya" de Saïd Belktibia

"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein
et toujours :
"Le déserteur" de Dani Rosenberg
"Marilu" de Sandrine Dumas
"Que notre joie demeure" de Cheyenne-Marie Carron
"Amal" de Jawad Rhalib
"L'île" de Damien Manivel
"Le naméssime" de Xavier Bélony Mussel
"Yurt" de Nehir Tuna
"Le squelette de Madame Morales" de Rogelio A. Gonzalez

Lecture avec :

"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier

"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

"C'était mon chef" de Christa Schroeder
"L'embrasement" de Michel Goya
"Nouvelle histoire d'Athènes" de Nicolas Simon

"Hervé le Corre, mélancolie révolutionnaire" de Yvan Robin
"Dans le battant des lames"' de Vincent Constantin
"L'heure du retour" de Christopher M. Wood
"Prendre son souffle" de Geneviève Jannelle
et toujours :
"L'origine des larmes" de Jean-Paul Dubois
"Mort d'un libraire" de Alice Slater
"Mykonos" de Olga Duhamel-Noyer
"Des gens drôles" de Lucile Commeaux, Adrien Dénouette, Quentin Mével, Guillaume Orignac & Théo Ribeton
"L'empire britanique en guerre" de Benoît Rondeau
"La république des imposteurs" de Eric Branca
"L'absence selon Camille" de Benjamin Fogel
"Sub Pop, des losers à la conquête du monde" de Jonathan Lopez
"Au nord de la frontière" de R.J. Ellory
"Anna 0" de Matthew Blake
"La sainte paix" de André Marois
"Récifs" de Romesh Gunesekera

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=