Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Hyperclean - Monsieur Roux
La Maroquinerie  (Paris)  13 avril 2006

Soirée franco française ce soir à La Maroquinerie avec un double plateau.

C'est Mr Roux qui entame la soirée.

Mr Roux est déjà connu des lecteurs de Froggy's Delight. Pour les autres sachez que Mr Roux est un trio, composé d'un contrebassiste (Brandon Michel), d'un guitariste (Jauni Bernardo) et d'un chanteur, /compositeur/guitariste (Mr Roux donc).

En veste de survet' puis en marcel, Mr Roux et ses compagnons chantent la rue, la vie de tous les jours, tapent un peu à gauche et à droite sans trop se mouiller. Ils dénoncent avec un peu d'humour le fanatisme religieux ("Les papiers sacrés"), l'intégration ("Nourredine"), les pauvres mecs ("Le bouffon de la cité" pour les popeux, "Petite pouffe")…

En fait Mr Roux ça pourrait être un one man show dans un café théâtre quelconque. Eux ont choisi de chanter la beauf attitude et cela fonctionne plutôt bien.

Tantôt pop, tantôt reggae ("Petit rasta" celui "qui deviendra grand et aussi gland que ses parents") et toujours à la limite de la caricature, le groupe s'amuse et amuse son public. Cerise sur le gâteau, 2 de leurs compères arrivent sur scène travestis en lolitas peu farouches.

Dommage, personne n'a osé entamer une chenille dans le public…

Hyperclean ne tarde pas à arriver sur scène et sans plus attendre le spectacle commence… en râlant contre le technicien du son qui leur envoie des retours monstrueusement forts là où il ne faut pas et ridiculement faibles ailleurs. Le spectacle commence parce qu'Hyperclean est hypershow !

Il s'avérera que ce petit jeu (fait de vrai et de faux) sera le fil rouge de ce concert, sorte de ponctuation entre les morceaux.

Après une intro en douceur de chœurs séraphins, Hyperclean entame son set avec "Sortez dehors" en annonçant qu'il est le groupe promotionnel d'un groupe qui porte le même nom que lui.

Ce titre quasi atmosphérique sur disque, premier album éponyme qui vient de sortir, laisse présager un live plus tendu et dynamique. Frédéric Jean, le chanteur semble survolté et commence déjà à descendre dans le public et serre quelques mains avec de grands yeux exorbités (émerveillés ? illuminés ??).

Après cette mise en bouche, le groupe commence à se déchaîner. Si Ludovic Dulac aux claviers et Julien Gasc à la basse restent relativement sobres, Benjamin Gilbert s'en donne à cœur joie et fait grincer son instrument contre son ampli, plié en deux (pas l'ampli, le guitariste), Julien Barbagallo cogne férocement ses fûts tandis que le chanteur gesticule et bondit en tous sens !

En live, tout le rock sous-jacent dans l'album ressort comme un diablotin de sa boite. "Halo" devient un titre punk rock, "Prison" ou "Pistolet" gagnent en dynamisme et débordent d'énergie.

Les textes, en français, décalés et iconoclastes, revêtent un côté complètement surréalistes avec la scansion particulière du chanteur qui déclame, râle, crie les mots qui prennent une couleur parfois noire en décalage avec la musique.

La scène mais aussi le public deviennent un terrain de jeu pour Frédéric Jean, front man charismatique ayant le sens de la scène, qui se livre à un vrai numéro de théâtre.

Il joue avec le public plutôt réceptif en général. Il fait danser certains, s'inquiète de la profession d'autres, dérobent en courrant quelques sacs et manteaux (qu'il rendra à la fin je vous rassure si vous croisez un jour leur chemin).

C'est un savant mélange de show et de spontanéité, arrosé d'une bonne dose de rock, qui fait le secret de Hyperclean en live. Un groupe atypique et relativement novateur, à l'aise dans sa musique comme sur scène, qui s'est déjà forgé une image. C'est très certainement la découverte de ce début d'année en matière de groupes français.

A voir autant qu'à entendre, ne les ratez pas !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album eponyme de Hyperclean
Hyperclean en concert au Festival des 3 éléphants 2006
La chronique de l'album Les derniers seront les premiers (Démo 6 titres) de Monsieur Roux
La chronique de l'album Ah si j'etais grand et beau... de Monsieur Roux
La chronique de l'album L'illégalité joyeuse de Monsieur Roux
Monsieur Roux en concert au Festival Festa Dies 2004
Monsieur Roux en concert au Centre Culturel d'Iffendic (3 février 2007)
Monsieur Roux en concert au Festival des Terre-Neuvas Bobital 2007 (vendredi)
L'interview de Monsieur Roux (août 2004)

En savoir plus :

Le site officiel de Hyperclean
Le site officiel de Monsieur Roux

Crédits photos :David (plus de photos sur Taste of indie )


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 19 mai 2019 : Préparez vos cadeaux

On ne va pas couper à la Fête des mères, alors autant offrir des chouettes cadeaux. Voici une sélection de disques, spectacles, livres et même jeux vidéo pour vos mamans. C'est parti !

Du côté de la musique :

Interview de Romain Humeau de Eiffel autour de "Stupor Machine" accompagnée d'une session acoustique avec le groupe au complet
"Chostakovitch" de Artemis Quartet
"Marilou" de Equipe de Foot
"Le fil d'ariane" de Marianne Piketty & Le Concert idéal
"Trois frères de l'orage : Quatuors de Schulhoff, Haas, Thèmes et variations de Krasa" de Quatuor Béla
"Saisons" de Quintette Aquilon
Jean Pierre Kalfon et Jad Wio aux Rendez vous d'ailleurs
et toujours :
"Beatnik or not to be" de Elias Dris
"Dogrel" de Fontaines D.C.
"Dans le lieu du non-où" de L'Etrangleuse
"Leopold Mozart : Missa Solemnis" de Bayerische Kammerphilarmonie & Alessandro de Marchi
"Traversée" de Chrystelle Alour
"L'odysée remix" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
présentation du Hellfest Open Air Festival #14
"Les cuivres sur le toit" de Paris Brass Quintet
Hublot EP" de Solal Roubine
"Home is everywhere EP" de Nara

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Happy Child" au Théâtre de la Bastille
"True Copy" au Centquatre
"Cataract Valley" aux Ateliers Berthier
"Folie" au Théâtre du Rond-Point
"Dans la solitude des champs de coton" à la Grande Halle de La Villette
"Logiquim-pertubable-dufou" au Théâtre du Rond-Point
"The importance of being earnest" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Amours, mode d'emploi" au Théâtre des Mathurins
"Déshonorée" au Théâtre de l'Opprimé
"Jacob, Jacob" au Théâtre-Sénart
"Qui croire " à la Comédie de Reims
les reprises :
"Roses" au Théâtre de la Bastille
"Fin de partie" au Théâtre Essaion
"La Mate" au Théâtre du Rond-Point
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en mai

Cinéma :

Oldies but Goodies avec "Divorce à l'italienne" de Pietro Germi
et la chronique des autres sorties de mai

Lecture avec :

"A la droite d'Hitler" de Nicolaus Von Below
"Des hommes en noir" de Santiago Gamboa
"Honorer la fureur" de Rodolphe Barry
"Les anges de Babylone" de Ghislain Gilberti
"Sa majesté des ombres" de Ghislain Gilberti
"Travelling" de Christian Garcin & Tanguy Viel
et toujours :
"A jeter sans ouvrir" de Viv Albertine
"Carnets clandestins" de Nicolas Giacobone
"Le sauvage" de Guillermo Arriaga
"Les carnets de guerre de Louis Barthas 1914-1918" de Fredman
"Toute une vie et un soir" de Anne Griffin
"War is boring" de David Axe & Matt Bors

Froggeek's Delight :

"A plage tale : Innocence" de Asobo / Focus sur PS4, XBOX et PC

"Day's Gone" sur PS4

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=