Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Kokon
Leonie Krippendorff  (avril 2023) 

Réalisé par Leonie Krippendorff. Allemagne. Drame/Romance. 1h35 (Sortie 5 avril 2023). Avec Lena Urzendowsky, Anna Lena Klenke, Jella Haase et Elina Vildanova.

On ne voit pas beaucoup de films allemands en France, encore moins de films sur la jeunesse allemande.

Pour des pays désormais plus que voisins, des Etats que d'aucuns voudraient unis, cette méconnaissance - voire peut-être ce manque d'intérêt - pose beaucoup de questions.

Ce n'est pas en un film qu'on y répondra ni qu'on résoudra tous les problèmes mais, dans le contexte actuel, découvrir "Kokon" de Leonie Krippendorff permettra de poser quelques sujets sur la table...

Ainsi, d'emblée, on ne trouvera pas beaucoup d'analogies entre un collège/lycée allemand et son homologue français. On est à Berlin, dans un quartier plutôt populaire et on ne voit pas bien un établissement parisien, même des quartiers les plus au nord, qui connaîtrait une ambiance pareille.

D'abord, fait majeur, ici on peut aller à l'école avec des signes ostentatoires religieux, on peut appartenir à des communautés différentes sans que cela pose problème. Et, quand on aborde les questions sexuelles et les questions de genre, on est à cent mille lieux là aussi d'un lycée français, fût-il d'un centre ville.

Nora, l'héroïne du film, est supposée avoir 14 ans et être une fille un peu mal dans sa peau. Née dans une famille où le père est absent, elle cohabite avec sa mère et sa grande-sœur et peine à trouver sa juste place dans ce milieu où sa mère continue à vivre sa vie et où elle est sous l'aile (trop) protectrice de sa sœur aînée.

On devine que le titre du film, "Kokon", a un rapport direct avec sa situation personnelle. On va la suivre pendant l'année où elle va, peu à peu, s'émanciper, commencer elle aussi à voler de ses propres ailes, elle qui aime les papillons...

Et ce passage, il va avoir comme déclencheur l'arrivée d'une nouvelle élève, Romy, totalement libérée des contraintes qui effraient Nora. On aura la confirmation (cinématographique et sociologique) que les jeunes Berlinois(e)s sont apparemment moins conformistes que leurs équivalent(e)s parisiens.

Evidemment, ils ou elles subissent les mêmes addictions aux réseaux sociaux. Mais, à la différence de Paris, le Berlin juvénile semble vivre encore l'époque des squats et les jeunes paraissent plus libres que leurs aînés. Peut-être cela vient-il du fait que la jeunesse reste une denrée rare dans un pays en recul démographique depuis beaucoup plus longtemps qu'en France.

Et puis, la situation économique étant nettement meilleure, du moins dans les grandes villes, la lutte des places n'est pas la préoccupation de ces jeunes gens, qu'on sent prêts à s'aimer d'amour et d'eau fraîche.

Pendant que les jeunes français vivent avec une épée de Damoclès nommée Parcoursup sur la tête, leurs homologues allemands découvrent la sexualité. Nora, elle, va tomber amoureuse de Romy, vivre une idylle romantique, contrariée par Romy elle-même qui n'est pas douée pour l'exclusive amoureuse...

Mais Nora va vite comprendre, en un bon tiers de film, que l'amour c'est aussi faire des concessions et faire fi, surtout si on adopte une sexualité imprévue, des conventions dites bourgeoises quoi qu'on vienne d'un milieu plutôt populaire...

"Kokon" de Leonie Krippendorff est un joli film féministe et lesbien. Mais pas seulement. Il permettra aux jeunes français des deux sexes de constater qu'ils ne sont pas à la pointe de la modernité européenne. Qu'ils acceptent beaucoup de choses qui sembleraient intolérables à Nora et à Romy.

Cela devrait être aussi ça l'Europe : donner un regard sur ce qui se passe ailleurs, tout près, et en discuter entre voisins, afin d'échanger. Car tout n'est pas rose non plus de l'autre côté du Rhin...

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

• Edition du 2024-04-21 :
Marilu - Sandrine Dumas
Que notre joie demeure - Cheyenne-Marie Carron
Le déserteur - Dani Rosenberg

• Edition du 2024-04-14 :
L'île - Damien Manivel
Amal - Jawad Rhalib

• Edition du 2024-04-07 :
Le Naméssime - Xavier Bélony Mussel
 

• Archives :
Yurt - Nehir Tuna
Le squelette de Madame Morales - Rogelio A. Gonzalez
Le Jeu De La Reine - Karim Aïnouz
Laissez-moi - Maxime Rappaz
L'innondation - Igor Miniaev
El Bola - Achero Manas
Blue Giant - Yuzuru Tachikawa
Alice - Jan Svankmajer
Universal Theory - Timm Kroger
Elaha - Milena Aboyan
L'Homme d'argile - Anaïs Tellenne
Means Girls, Lolita malgré moi - Samantha Jayne et Arturo Perez Jr
Sirocco et le royaume des courants d'air - Benoit Chieux
La Venus d'Argent - Helena Klotz
Ricardo et la peinture - Barbet Schroeder
A L'intérieur - Vasilis Katsoupis
Le Gang du Bois du Temple - Rabah Ameur-Zaimeche
Juniors - Hugo Thomas
Oppenheimer - Christopher Nolan
Les Meutes - Kamal Lazraq
Mission : impossible – Dead Reckoning Partie 1 - Christopher McQuarrie
Love Life - Koji Fukada
Le prix du passage - Thierry Binisti
Kokon - Leonie Krippendorff
Nothing but a man - Michael Roemer
Pulse - Aino Suni
La Femme de Tchaikovski - Kirill Serebrennikov
La ferme à Gégé - Florent Verdet
Amore Mio - Guillaume Gouix
J'aurais voulu être astronaute - Comédie de Paris
- les derniers articles (2)
- les derniers cineclub (6)
- les derniers concerts (20)
- les derniers expos (1)
- les derniers films (1687)
- les derniers interviews (15)
- les derniers spectacles (4)
           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=