Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Oppenheimer
Christopher Nolan  (juillet 2023) 

Réalisé par Christopher Nolan. Etats-Unis, Royaume-Uni. Biopic, historique, thriller. 3h01 (Sortie 19 juillet 2023). Avec Cillian Murphy, Emily Blunt, Matt Damon.

Je me souviens étant enfant des premières fois où j’ai entendu parler d’armes nucléaires, des explications de ma mère à ce propos, appuyées par ce qu’elle avait pu glaner dans des généralités. Je voulais absolument comprendre ce qui se jouait dans la crise des Euromissiles, et cette possibilité de la destruction absolue fascinait autant qu’elle m’effrayait.

L’actualité de la guerre en Ukraine et de la menace nucléaire brandie aux frontières de l’Europe est l’écho d’un monde où la paix n’a jamais existé depuis 1945. Si on se réfère aux travaux de Jean-Pierre Dupuy, nous vivons dans une guerre virtuelle, potentielle et permanente, une guerre qui ne peut avoir lieu mais qui est inlassablement latente).

Dans ce contexte, la sortie d’Oppenheimer de Christopher Nolan est plus qu’une question cinématographique. Que l’on déteste le cinéaste ou que l’on polémique sur sa virtuosité obscure, on doit au moins lui reconnaître des intuitions thématiques qui sont le propre des grands artistes. Dans Tenet, n’est-il pas surprenant de voir cet oligarque russe acheter une toile résonnant ainsi avec l’affaire du Salvator Mundi, et le film débuter par une scène dans une salle de concert qui rappelle la prise d’otage du théâtre de Moscou en 2002.

Tous ce champ sémantique et ces symboles pointent vers une guerre à venir et tentent d’inverser le temps d’un évènement qui aurait dû être évité. Dans Oppenheimer, l’inversion du temps est perceptible dans la forme différemment de Memento : les images en noir et blanc sont dédiées au futur de la biographie contrairement aux habitudes cinématographiques classiques car le point de bascule se trouve dans l’explosion de Trinity à Los Alamos, présentée d’une manière intelligemment réaliste : lumineuse et silencieuse pour qu’ensuite vienne le fracas de l’onde de choc. Point de pyrotechnie futile ici même si, comme souvent, le réalisateur insiste pour qu’on fasse l’économie des effets spéciaux par ordinateurs dont on sait qu’ils vieillissent mal.

Mais Oppenheimer est-il seulement réductible à son invention de la bombe atomique ? Brillant à tous les égards, le scientifique s’intéressa à la psychanalyse pour des raisons de difficulté personnelles, aux langues, à la philosophie et à tout ce qui fait notre héritage civilisationnel. Il est, de manière très exacte, un contributeur majeur à la théorie des Trous-Noirs. Ainsi, les éléments historiques communiqués dans le film sont fondamentalement exacts, les interactions et les personnages qui ne vont pas seulement créer une arme mais nous faire changer de monde comme l’indique Niels Bohr (joué ici par Kenneth Branagh).

Au spectateur hésitant on pourra au moins recommander de voir ce film pour cette qualité de documentaire et sa vulgarisation des grandes figures scientifiques, ainsi que l’horreur illibérale qui était le lot du Mac Carthysme. Nollan utiliserait-il toutes ces ruses virtuoses pour nous perdre ? Non, la maestria technique est mise au service du sujet, et permet d’exposer la complexité des intrigues personnelles et politiques au travers de diverses strates narratives, habitées par une tension sous-jacente et un montage brillant qui font oublier que le film fait trois heures.

Pour ma part, je n’ai jamais douté du brio de Nollan même si j’entends que son cinéma n’est peut-être pas fait pour tout le monde. Avec Oppenheimer, le cinéaste britannique signe ce qui sera reconnu comme son plus grand film, et sûrement un chef d’œuvre. Le profane pourra contempler un fantastique bio-pic qui expose les turpitudes de la conscience morale dans les sciences. Le fan retrouvera la cohérence de l’œuvre : des armes de Tenet on voit l’origine destructrice, des trous noirs de Interstellar on découvre un de ses théoriciens, du noir et blanc de Following on retrouve la texture et l’œil de l’esprit qui contemple ces regards sur ce monde nouveau. La question demeure : quand allons-nous à nouveau changer de monde et comment le saurons-nous ?

 

Gilles Deles         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

• Edition du 2024-04-14 :
L'île - Damien Manivel
Amal - Jawad Rhalib

• Edition du 2024-04-07 :
Le Naméssime - Xavier Bélony Mussel
 

• Archives :
Yurt - Nehir Tuna
Le squelette de Madame Morales - Rogelio A. Gonzalez
Le Jeu De La Reine - Karim Aïnouz
Laissez-moi - Maxime Rappaz
L'innondation - Igor Miniaev
El Bola - Achero Manas
Blue Giant - Yuzuru Tachikawa
Alice - Jan Svankmajer
Universal Theory - Timm Kroger
Elaha - Milena Aboyan
L'Homme d'argile - Anaïs Tellenne
Means Girls, Lolita malgré moi - Samantha Jayne et Arturo Perez Jr
Sirocco et le royaume des courants d'air - Benoit Chieux
La Venus d'Argent - Helena Klotz
Ricardo et la peinture - Barbet Schroeder
A L'intérieur - Vasilis Katsoupis
Le Gang du Bois du Temple - Rabah Ameur-Zaimeche
Juniors - Hugo Thomas
Oppenheimer - Christopher Nolan
Les Meutes - Kamal Lazraq
Mission : impossible – Dead Reckoning Partie 1 - Christopher McQuarrie
Love Life - Koji Fukada
Le prix du passage - Thierry Binisti
Kokon - Leonie Krippendorff
Nothing but a man - Michael Roemer
Pulse - Aino Suni
La Femme de Tchaikovski - Kirill Serebrennikov
La ferme à Gégé - Florent Verdet
Amore Mio - Guillaume Gouix
J'aurais voulu être astronaute - Comédie de Paris
- les derniers articles (2)
- les derniers cineclub (6)
- les derniers concerts (20)
- les derniers expos (1)
- les derniers films (1684)
- les derniers interviews (15)
- les derniers spectacles (4)
           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=