Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les possédés d'Illfurth
Théâtre du Rond Point  (Paris)  mai 2024

Création originale du Munstrum Théâtre, mise en scène et interprétée par Lionel Lingelser, texte de Yann Verburgh.

Historiquement, avant le démarrage d'une représentation au théâtre, étaient frappés de rapides coups de bâton, puis trois derniers, pour attirer l'attention du public du début du spectacle.

Dans Les possédés d'Illfurth, Lionel Lingelser arrive en scène, tonitruant, frappant son tambour, coiffé de sa couronne et drapé de noir. Il débarque. Il accoste. À vrai dire, on ne saurait dire si le spectacle a d'ores et déjà commencé, et quelle est la destination pour laquelle on est invité à embarquer. 

Tout au long de cette pièce si singulière, le spectateur va naviguer entre émotions vives, rire, étonnement et subjugation. Voyager entre les rives de l'intime, de la mythologie, des repaires qui font les possédés, jusqu'à la génèse du destin d'un homme de théâtre. Et rester totalement abasourdi par la palette de nuances offertes par Lionel Lingelser, de la gestuelle - voire des pantomimes - qui habitent son personnage, et la scène toute entière.

La légende des possédés d'Illfurth raconte qu'à l’automne 1864, dans la région du Sundgau en Alsace, deux enfants, Joseph et Théobald, ont été atteints d’un mal mystérieux et que les autorités religieuses ont procédé à leur exorcisme. Illfurth est aussi et surtout le lieu d'enfance d'Hélios, le double du comédien Lionel Lingelser, qui occupe seul la scène nue du théâtre du Rond-point.

Cent-cinquante ans plus tard, cette troublante histoire résonne étrangement avec celle d’Hélios, le personnage principal, qui se lance sur leurs traces et sur celle du "Duende", qui selon Lorca, est l'esprit qui habite l'intime.

Seul en scène, Lionel Lingelser nous offre une performance spectaculaire ! Il occupe la scène avec tous son corps, sa voix et ses accents ; son entourage et ses fantômes. En cherchant à détricoter la mythologie des possédés, le personnage cherche à créer son propre chemin, à devenir lui-même. Possédé, lui l'est sûrement aussi. Possédé par ses personnages, par sa passion, par son amour évident du théâtre et de l'art en général.

On assiste à un cas d'exorcisme moderne. Les démons de son passé chaotique, de ses débuts professionnels, et autres créatures imaginaires indispensables à la construction de son histoire, sont littéralement invoqués, traversant le corps de Lionel / Hélios, qui devient le temps d'un soir le véhicule de toutes ces âmes égarées.

Sa quête prend l’allure d’une course-poursuite, et sous nos yeux, Lionel Lingelser se métamorphose, entre en transe, s'agite, se démène, et s'accomplit dans un voyage initiatique. Il nous bouleverse et nous accapare.

Les divers personnages incarnés habitent tour à tour ce remarquable comédien, l'espace d'une demi-seconde parfois, pour incarner au plus près le texte de Yann Verburgh, l'auteur d'un récit aux fulgurances poétiques nombreuses et aux émotions à fleur de mots, qui aura su placer les nuances les plus justes sur le passé du comédien. Son écriture est touchante de fluidité, et oscille avec une infinie délicatesse entre humour et dramaturgie.

Les jeux de lumières suggèrent des espaces de lieu et de temps, qui nous projettent au plus profond de l'intimité du personnage comme dans les nébuleuses de l'enfer.

La mise en scène de Lionel Lingelser est surprenante d'inventivité, survoltée et chorégraphique. On rit autant que l'on s'émeut, et l'on s'émerveille devant l'évidence du talent de Lionel Lingelser, qui touche au génie.  Du théâtre quasiment dénué d'artifices et de décor, avec juste le jeu du comédien pour nous captiver et nous emporter dans l'intimité de son histoire.

Même si les flammes de l'enfer sont évoquées dans cette pièce, ce sont bien les planches qui sont brûlées par la performance remarquable de l'artiste. Du théâtre pur, du pur théâtre. On sort de ce spectacle envoûté, et époustouflé par la performance artistique qu'il nous a été donné de voir.

Possédés...

 

Marie Bitschené & Laurent Duguet         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 14 juillet 2024 : La grande parade

C'est l'heure de la grande parade et du tintouin pour faire semblant que tout va bien depuis 1789. Mais le feu d'artifice culturel, c'est sur Froggy's Delight que ça se passe et plus précisément à Avignon ! Pensez aussi à nous suivre sur nos réseaux sociaux.

Du côté de la musique :

"Postindustrial Hometown Blues" de Big Special
"That golden time" de Villagers
"La maladresse" de Leila Huissoud
quelques découvertes avec The Silver Lines, Inwoods, Djinn, Coeur Joie, Pop Crimes et ODA
et toujours :
"Les chants de l'aurore" de Alcest
quelques clips à découvrir : Dropdead Chaos, MATW, For the Hackers, Elias Dris, CXK
Festival Chauffer la Noirceur #32, nous y fumes avec Gogol Bordello, Glauque, Mike Love et quelques autres
"Shame" de Venice Bliss
"Locust land" de Bill MacKay
"Flash-back" de de Laurène Heistroffer Durantel
"Hommage à Nadia Boulanger" de Lola Descours
"All things shining" de Oh Hiroshima
"Deutche theatre Berlin trilogy" de PC Nackt et Nico van Wersch
"Le seum" de Resto Basket
"Times" de Seppuku
des festivals à venir : U Rock Party #3, Cooksound #13, La Guinguette Sonore #7
quelques clips : BEBLY - Lofofora - Chien Méchant - Wendy Pot - Cloud House - JMF Band
on termine la saison du Morceau Caché par "Émission 33 - Alt-J, The Dream, analyse par Alt-J"

Au théâtre :

Spéciale Avignon :
"L'arbre de Mia" au Grenier à Sel
"Au creux de mon silence" au Théâtre 3S
"Des chèvres en Corrèze" au Théâtre Episcène
"Inavouable" de Théâtre La Manufacture
"Vive" au Théâtre du Train Bleu
"Brisby (blasphème !)" au Théâtre du Train Bleu
"L'art de ne pas dire" au Théâtre La Factory, salle Tomasi
"Constellation Bobin Leprest" au Théâtre Le Verbe Fou
"Femme non rééducable" au Théâtre du Balcon
"Métanoïa, le présage du papillon" au Théâtre La Factory, Chapelle des Antonins
"Normal" à La Scala Provence
"Le poids des fourmis" au Théâtre La Manufacture
"Les enchanteurs" au Théâtre des Gémeaux
"Cyborg Experiments #1" au Théâtre La Factory
"Cet amour qui manque à tout amour" au Théâtre Chapau Rouge
"Rêveries" au Présence Pasteur, salle Jacques Fornier
"160 000 enfants" au Théâtre des Lilas
"Anne Chrsitine et Philippe" au Tiers lieu La Respelid'/Carmel
"Blanc de blanc" au Théâtre Transversal
"Classement sans suite" au Théâtre La Luna
et également toutes les chroniques par théâtre :
Le récapitulatif des tous les spectacles d'Avignon chroniqués chez Froggy

Cinéma avec :

"Aventurera" de Alberto Gout
"Karmapolice" de Julien Paolini

"Saravah" de Pierre Barouh
"La récréation de juillet" de Pablo Cotten et Joseph Rozé

"El profesor" de Marie Alché & Benjamin Naishtat

"Six pieds sur terre" de Hakim Bensalah
"Nouveau monde" de Vincent Capello
et toujours :
"La Gardav" de Thomas et Dimitri Lemoine
"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein

Expos avec "Résistance" de l'artiste Ukrainien Pinhas Fishel, Pavillon Davioud

Lecture avec :

Nos polars de l'été :
"7m2" de Jussi Adler Olsen
"La meute" de Olivier Bal
"Les effacées" de Bernard Minier
"Norferville" de Franck Thilliez
et toujours :
"Délivrées" de Delilah S. Dawson
"Un autre eden" de James Lee Burke
"Joli mois de mai" de Alan Parks
"Se perdre ou disparaitre" de Kimi Cunningham Grant
"Vic Chestnutt, le calme et la fureur" de Thierry Jourdain
"La cité des mers" de Kate Mosse
"Merci la résistance !" par un Collectif d'auteurs
"Mon homme marié" de Madeleine Gray
"Rien de spécial" de Nicole Flattery
"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier
"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=