Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Archive
Lights  (Warner)  mai 2006

S'il y a une chose qui est rassurante, c'est de pouvoir compter sur les gens. Il n'en va pas autrement dans le domaine de la musique où, si on peut apprécier de bonnes surprises ou pardonner de mauvaises, on saura toujours gré à un artiste de proposer, avec constance, régularité et même un certain zèle des albums de qualité égale. Ce doit être une des raisons pour lesquelles j'apprécie toujours Archive aujourd'hui.

Malgré les changements de lineup et de label incessants, malgré la polémique constante entourant chaque nouvel album, dont il faut toujours se demander s'il est enfin l'album du renouveau tant attendu, ou si, au contraire, il est une nouvelle manifestation de la crise qui tourmente le groupe ; malgré tout cela, il me semble, à moi, qu'Archive ne s'est jamais vraiment écarté de son chemin et a toujours proposé des albums relativement égaux (si l'on excepte la consternante B.O du film Michel Vaillant).

D'ailleurs, si changements de lineup il y a effectivement souvent eu, il ne s'agissait que de changements de surface, n'atteignant pas le noyau dur de la formation : le duo Darius Keeler / Danny Griffiths, membres fondateurs et têtes composantes qui, pour leur part, semblent résister au temps qui passe.

D'où une certaine unité musicale, finalement évidente dans les compositions, malgré des arrangements et des interprétations différentes. Et cette unité, on peut la retrouver tout au long de la discographie du groupe. Bien entendu, du trip hop minimaliste de Londinium (Island records limited, 1996) aux guitares rageuses de Noise (East West, 2004), un certain chemin a été parcouru. Mais n'y a-t-il pas ici mutation progressive, plutôt que rupture perpétuelle ?

Quant à l'album du renouveau tant attendu, il me semble n'être qu'un fantasme, parce que je ne crois pas qu'Archive ait jamais déchu, qu'Archive ait perdu la gloire d'antan. Ce qui signifie deux choses : premièrement, que les albums d'Archive ne sont pas de plus en plus mauvais, n'illustrent aucune perte d'inspiration ou difficulté à avancer ; deuxièmement, que les anciens albums d'Archive n'étaient pas meilleurs que les nouveaux, que le groupe n'a jamais connu de véritable âge d'or et n'a jamais proposé d'album véritablement incontournable. En d'autres termes : le chef d'œuvre d'Archive reste à venir.

Bien entendu, on pourra être plus sensible à Londinium qu'à Take my head (Independiente ltd, 1999), ou considérer You all look the same to me (Warner, 2002) plus inspiré que Noise. Mais il n'y a là, finalement, qu'affaire de goûts, ou de nuances. En réalité, tous les albums d'Archive sont un mélange plus ou moins heureux de pièces finement ciselées, de matière première à l'état brut, de verroterie et de contrefaçons honteuses. Tout n'étant plus que question de proportion.

Lights, le nouvel opus du collectif, ne me semble pas devoir renouveler en profondeur ces analyses. On y assiste au départ de Craig Walker, qui avait été la voix d'Archive depuis You all look the same to me, remplacé par un Pollard Berrier qui se tire plutôt bien de l'exercice.

Du côté des compositions, et puisqu'il faut bien s'acquitter de cette besogne ingrate, on soulignera vite, au rayon des contrefaçons, l'incroyablement soporifique titre éponyme, "Lights", qui, du long de ses 18 minutes ( !) aurait pu être l'"Again" de Pollard Berrier mais n'est finalement qu'une espèce d'entracte superflu au milieu de l'album, que l'on mettra avantageusement à profit pour passer un coup de fil ou deux. C'est chiant, tout simplement. Presque déplacé.

Les bonnes surprises, comme sur Noise, viennent plutôt de titres courts, répétitifs, martelés, comme le "Sane" d'ouverture, où la voix de Pollard Berrier, un rien kraftwerkienne, sert à merveille un chant pop-synthétique de bon augure ; ou "System", le premier single, qui sait retrouver, dans ses paysages très machiniques, un groove rock'n'roll. "Sit back down" aurait pu être très bon, également, à ce jeu là, s'il ne se dispersait pas dans un bruitisme atmosphérique au léger arrière-goût de faux-départ.

Malheureusement, sur d'autres titres, Archive ne joue pas son propre jeu, et le reste de l'album est fait de pièces ennuyeuses ("I will fade", chanté par Maria Q ; "Fold"), carrément indigestes ("Veins") ou plus ou moins déconcertantes ("Taste of blood", qui commence dans une atmosphère digne d'OK computer pour terminer noyé sous d'horripilantes nappes de synthétiseur issues des années 80 ; "Headlights", où l'on tente de mettre dans la bouche de Pollard Berrier non seulement Craig Walker, mais aussi Jay Jay Johanson).

Avec ce Lights inégal et décousu, Archive reste donc dans sa propre lancée, en proposant un album que l'on aura du mal à écouter comme tel, mais duquel on pourra bien retenir quelques titres tout à fait efficaces. Reste ouverte la question de savoir si ces petits élans de génies parfaitement jubilatoires, voire grandioses, sont le signe d'une grande oeuvre à venir, ou si, petit à petit, au fil des chaos de son histoires, Archive se contente de s'écrire une bio-discographie en forme de best-of idéal, qu'il n'y aura plus qu'à compiler le moment venu.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Noise de Archive
La chronique de l'album Controlling Crowds de Archive
La chronique de l'album With us until you're dead de Archive
La chronique de l'album Restriction de Archive
Archive en concert au Festival des 3 éléphants 2006
Archive en concert à l'Ancienne Belgique (6 octobre 2006)
Archive en concert au Festival Europavox 2007
Archive en concert au Nouveau Casino (2 avril 2009)
Archive en concert au Fil (mercredi 27 janvier 2010)
Archive en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2010 (mercredi 14)
Archive en concert au Grand Rex (lundi 4 avril 2011)
Archive en concert au Festival Beauregard #3 (édition 2011) - Dimanche
Archive en concert au Grand'place (samedi 9 juillet 2011)
Archive en concert au Festival Rock en Seine 2011 (dimanche 28 août 2011)
Archive en concert au Zénith (vendredi 16 novembre 2012)
Archive en concert au Festival Les Paradis Artificiels #7 (édition 2013) - vendredi 12 avril
Archive en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #25 (2013) - Vendredi

En savoir plus :

Le site officiel de Archive


Cédric Chort         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 28 juin 2020 : Nouvelle Vague ?

Le premier tour des élections municipales fut le signe du début du confinement. Espérons que ce second tour ne sera pas l'appel à un second confinement. Quoi qu'il en soit : Soyez prudents, soyez heureux et cultivez vous ! c'est parti pour le sommaire en commençant par le replay de la Mare Aux Grenouilles #4 (eh oui déjà !)

Du côté de la musique :

"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa
et toujours :
"As found" de Fugu
"Désordres" de Austyn
"Anda Lutz" de Cie Guillaume Lopez
"A l'instinct A l'instant" de Daniel Jea
"Cérébro dancing" de Epilexique
"Cobra" de François Club
"Coquette" de Hailey Tuck
"Springtime with no harm" épisode 18 des mixes de Listen In Bed
"Fanfare XP, volume 2" de Magic Malik
"Avec son frère" de Volo
"Safeplace" de Yadam

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Démons" par Lorraine de Sagazan
"Misery" de William Goldman
"L'obéissance de la femme du berger "de Sergio Martínez Vila
"Migraaaants" de Matéi Visniec
"Le Remplaçant" d'Agnès Desarthe
"Portrait d'Amakoé de Souza - Salade Tomate Oignon" de et par Jean-Christophe Folly

"La Chose Commune" de David Lescot et Emmanuel Bex
de la comédie de boulevard :
"Hier est un autre jour "de Sylvain Meyniac et Jean-François Cros
"Madame Doubtfire" de Jaja Fiastri
"Le Clan des divorcées" de Alil Vardar
"A gauche en sortant de l'ascenseur" de Gérard Lauzier
du côté des humoristes :
"Mimie Mathy - J'adore papoter avec vous"
"Denis Maréchal - J'dis franchement"
dans le répertoire classique :
"Le Jeu de l'amour et du hasard" par Catherine Hiegel
"Roméo et Juliette" par Eric Ruf
Shakeaspeare :
à l'anglaise au Globe Teater : "Macbeth"
et en comédie musicale "Roméo et Juliette, de la haine à l'amour" de Gérard Presgurvic
et de l'Opéra revisité :
"La Traviata" de Verdi par Simon Stone
"Cendrillon" de Jules Massenet par David Hermann

Expositions :

en "real life" avec la réouverture progressive des musées :
"Pompéi" au Grand Palais
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières
"La Force du dessin - Chefs-d'oeuvre de la Collection Prat" au Petit Palais
"Esprit es-tu là ? Les peintres et les voix de l'au-delà" au Musée Maillol
"Le dessin sans réserve. Collections du Musée des Arts Décoratifs" au Musée des Arts Décoratifs
et en passant par la Lorraine, découvrir la Villa Majorelle œuvre de style Art nouveau.

Cinéma at home avec :

"Riens du tout" de Cédric Klapisch
"Noïse" de Henry Bean
"Sous surveillance" de Robert Redford
"La romancière" de John McKay
au Ciné-Club les années 50 :
"Un drôle de Dimanche" de Marc Allégret
"La vie à deux" de Clément Duhour
"L'homme au million ("The Million Pound Note") de Ronald Neame
des incontournables japonais :
des figures tutélaires :
"Tokyo drifter" de Seijun Suzuki
"A blind woman" de Teruo Ishii
et des plus jeunes :
"Mr Long" de Sabu
"Ichi, la femme samouraï" de Fumihiko Sori
et des raretés avec une sélection "Court metrage" :
"Le Chant du styrène" de Alain Resnais
"La chambre" de Chantal Akerman
"Pauline" de Céline Sciamma
"La traversée de l'Atlantique à la rame" de Jean-François Laguionie

Lecture avec :

"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin
et toujours :
"Le jour où Kennedy n'est pas mort" de R.J. Ellory
"Mauvaise graine" de Nicolas Jaillet
"Une immense sensation de calme" de Laurine Roux

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 28 juin 2020 : Nouvelle Vague ?
- 21 juin 2020 : la Fête de la Musique Sanson
- 14 juin 2020 : Et si on achetait des disques ?
- 7 juin 2020 : Venez voir des concerts
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=