Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Olivia Ruiz
La femme chocolat  (Polydor)  juillet 2006

Alors que la sixième édition de la Star Ac commence à peine, il est bon de faire preuve d’optimisme flamboyant et de revenir sur une artiste qui a su tirer son épingle de cette grande messe médiatique décervelante servant essentiellement à remplir les espaces entre deux pubs pour les boissons gazeuses.

Olivia Ruiz, demi-finaliste de la première édition avait dès sa sortie priît ses distances avec l’académie de l’étoile en sortant un premier album J’aime pas l’amour.

Aujourd’hui, fort bien et judicieusement entourée, la demoiselle en est à son deuxième opus La femme chocolat et s’affirme un peu plus encore en tant qu’artiste à part entière.

Avec sa voix haut perchée et espiègle, Olivia Ruiz a eut la chance et l’intelligence de pouvoir travailler avec des auteurs qu’elle aimait faisant partie de la scène française alternative, poétique et réaliste.

Ainsi Juliette, personnage atypique de la chanson à texte a concocté "La petite voleuse", et Christian Olivier, chanteur des Têtes Raides, lui offre une chanson et sa voix pour le duo "Non-dits". Mathias Malzieu participe à la réalisation de l’album et lui signe trois chansons qui portent en elles un fort accent dyonisos-ien. On y retrouve des thèmes charnels et culinaires ("La femme chocolat", "Goutez-moi"), et sa fantaisie toute personnelle ainsi que son inséparable yukulélé.

Album très autobiographique, la plupart des chansons sont autant d’hommage à sa famille. Le livret accompagnant l’album fait d’ailleurs office d’album photo de tout ce joli petit monde.

Au travers de textes personnels et réalistes, Olivia Ruiz nous montre les cartes postales de son enfance, comme dans "J’traine des pieds" où l’on découvre l’ambiance du café de sa jeunesse, et "Cabaret blanc", composé par Christophe Mali, chanteur de Tryo, où elle évoque son père musicien dans les bals. Ce dernier l’accompagne d’ailleurs sur "La Molinera", une des deux chansons en langue espagnole, reflets de sa fierté de ses origines catalanes.

Elle ne signe les textes que de 4 des chansons de l’album mais les autres auteurs ont su parfaitement coller à la personnalité de ce petit bout de femme.

Coté musique, du trois temps de "La valse de Narbonne plage" à la country déglinguée de "Goûtez-moi", Olivia Ruiz se crée un univers fait également de rock, de guinguette, de fanfare, accompagnés de clarinettes, cuivres ou bien même scie musicale. Un grand melting-pot (au feu) musical qui donne un album diversifié tout en restant homogène.

Avec cet album, Olivia Ruiz est certainement parvenue à se débarrasser définitivement d’une certaine étiquette télévisuelle pesante. Elle n’avait pas gagné dans le château et c’est sûrement mieux ainsi car elle est maintenant devenue une artiste avec une propre personnalité malicieuse et attachante.

Comme quoi on peut toujours trouver "une fleur qui pousse dans le ciment".

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Olivia Ruiz en concert au Tryptique (11 mai 2004)
Olivia Ruiz en concert à l'Espace Kiron (26 avril 2005)
Olivia Ruiz en concert à La Cigale (14 novembre 2005)
Olivia Ruiz en concert au Festival des Vieilles Charrues 2006 (dimanche)
Olivia Ruiz en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2007 (jeudi)
Olivia Ruiz en concert au Festival Art Rock 2007 (Samedi et Dimanche)
Olivia Ruiz en concert au Festival Les Eurockéennes 2007 (samedi)
Olivia Ruiz en concert au Fil ( 15 mai 2009)
Olivia Ruiz en concert au Festival Paroles et Musiques #19 (2010) - jeudi
Olivia Ruiz en concert au Festival Beauregard #5 (2013) - Dimanche
Olivia Ruiz en concert au Festival Fnac Live #3 (édition 2013) - Jeudi

En savoir plus :

Le site officiel d'Olivia Ruiz


Big Ben         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 20 octobre 2019 : De tout, pour Tous

Encore un programme bien chargé et très éclectique au travers de notre sélection culturelle hebdomadaire. Beaucoup à lire, à voir, à écouter... alors ne perdons pas de temps. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Engine of paradise" de Adam Green
"Phantom solids" de Lunt
"Fear of an acoustic planet" de Tahiti 80
"A wonder plante to" de Nilok 4tet & Daniel Zimmermann
"Six strings under" de Eric Legnini
Sarah McCoy et Dom La Nena au Nancy Jazz Pulsation
"Nothin' but" de Flyin' Saucers Gumbo Special
"Comfort zone" de Hugo Lippi
"Hors l'amour" de Jean Felzine
"A ciel ouvert" de Kaori
Rencontre avec Lady Arlette, accompagnée d'une session live et acoustique
"Vinyles, suite" c'est le titre de l'émission #3 de Listen in Bed
"Déluge" c'est le troisième volume des Mix de Listen in Bed
"Hybrid" de Yosta
et toujours :
"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Orouni en session live dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Cirque Leroux - La Nuit du Cerf" au Théâtre Libre
"Un jardin de silence" à La Scala
"Frida jambe de bois" au Théâtre de l'Union à Limoges
"Fleur de peau" au Théâtre Essaion
"Habiter le temps" au Lavoir Moderne Parisien
"Wilde - Chopin" au Théâtre Le Ranelagh
"En ce temps là l'amour..." au Théâtre des Mathurins
"Imposture posthume" au Centre Culturel Suisse
"Fred Tousch - Fée" au Théâtre de Belleville
"Corinne Zarzavatdjian - Un nom à coucher dehors !" au Mélo d'Amélie
des reprises :
"L'Ingénu" au Théâtre Le Lucernaire
"Le Crépuscule" au Théâtre de l'Epée de Bois
"J'aime Brassens" au Théâtre d'Edgar
et la chronique des spectacles déjà à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Vampires - De Dracula à Buffy" à la Cinémathèque française

Cinéma avec :

le film de la semaine :
"Au bout du monde" de Kiyoshi Kurosawa
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"Cléopâtre" de Alberto Angela
"Histoire du Canada" de Daniel de Montplaisir
"Je te suivrai en Sibérie" de Irène Frain
"La source de l'amour propre" de Toni Morrison
"Ordinary people" de Diana Evans
"Vik" de Ragnar Jonasson
et toujours :
"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Guerilla, le temps des barbares" de Laurent Obertone
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 20 octobre 2019 : De tout, pour Tous
- 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres
- 6 octobre 2019 : Coup de froid
- 29 septembre 2019 : Une édition sans chichis
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=