Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival La Route du Rock 2006 (dimanche)
Isobel Campbell - El perro del mar - Grizzly Bear - The spinto Band - Katerine - Franz Ferdinand - Band of Horses  (Fort Saint Père (Saint Malo))  13 août 2006

Dernière journée du triptyque de la 16ème édition de la Route du Rock. La soirée du samedi s’est achevée avec Radio 4 sur "Packing this up" décliné en melting pot Coldplay/Clash qui résonent encore dans les oreilles des festivaliers.

Le dimanche s’annonce encore riche en émotions musicales malgré la déception consécutive à la défection de dernière minute des dinosaures de The Television Personalities, Franz Ferdinand et Katerine en têtes d'affiche du jour.

Le Palais du Grand Large offrait une après-midi placé sous le signe de la féminité et de la voix.

Le chien devenu sirène

El Perro del mar, le projet de Sarah Assbring, la blonde suédoise, est selon ses propres dires "le moyen le plus simple pour dire et faire les choses qui ne peuvent exister dans la vie réelle". Choeurs fantomatiques, voix chuchotante, mélodies minimalistes, le spleen bergmanien n’est pas une légende.

Sarah Assbring, chanteuse du groupe El Perro Del Mar, qui nous éclabousse de sa voix magnifique et cristalline. Presque timide sur cette grande scène entourée de tous ses musiciens, la suédoise (qui aurait trouvé le nom de son groupe en voyant sortir un chien de la mer lors de vacances ibériques) est une véritable mine d’émotions à l’état pur, faisant habillement rebondir sa voix sur les murs du Palais.

Soutenue par une guitare et un clavier, ne servant qu’à lui dérouler un discret tapis sonore, Sarah montre l’étendue de ses talents pendant un set d’une grosse demi heure seulement. On regrettera de ne pas avoir pu apprécier plus longtemps le timbre délicieux de cette suédoise éblouissante.

Sarah se retire tranquillement après un set plutôt court, en ayant formidablement conquit son assistance.

Isobel la discrète

Après une attente plus que longue, Isobel Campbell pointait enfin le bout de son nez, accompagné pour l’occasion d’une section rythmique et du chanteur des Vaselines Eugene Kelly.

Si on reconnaît volontiers à la demoiselle un joli filet de voix, passer après Sarah Assbring n’est certainement pas la meilleure chose qui pouvait lui arriver. Son timbre fluet et discret ne fait guère le poids face à celui de la suédoise, tout aussi fluet mais plus habité et envoûtant.

Isobel vient surtout ce soir présenter les chansons de son dernier album, écrit et interprété avec l’une des plus grosses voix actuelle, Mark Lanegan (ex-Screaming Trees, Queens Of The Stone Age), Ballades of the broken seas. La rencontre improbable entre deux voix que tout oppose, ou quand la Belle rencontre la Bête (c’est une image, Mark Lanegan n’a rien de la bête de Walt Disney).

L’ex Screaming Trees ne pouvant accompagné Isobel sur cette tournée, c’est Eugene Kelly, chanteur des Vaselines, qui reprend ses parties vocales. Si ce dernier a une bien belle voix, elle ne restitue pas toute la noirceur et la profondeur du timbre si particulier de Mark Lanegan. Les morceaux s’enchaînent, mais on ne retrouve pas vraiment le charme inhérent à l’album.

Le show est un peu mou du genou, et on se surprend à regarder sa montre. Dommage.

Deux concerts pour le prix d'un !

Au Fort de Saint Père, la soirée commençait donc avec Grizzly Bear. Le malheur des uns faisant le bonheur des autres, la défection de The Television Personalities leur donnait l’occasion de jouer sur la Grande scène après leur passage très remarqué au Palais du Grand Large vendredi.

En effet, ils ne seront pas venus pour rien les Grizzly Bear à cette 16ème édition de la Route du Rock.

Programmés dans l’intimiste et confortable salle du Palais du Grand Large vendredi après midi, les voici ce dimanche propulsés sur la grande scène du Fort de Saint Père en remplacement des Television Personnalities.

Un jeune groupe plein d’avenir donc, qui remplace un vieux groupe punk mythique… la roue tourne dans le bon sens pour les Ours Polaires venu de Brooklyn.

Les Grizzly Bear c’est une équipe de joyeux drilles déparaillés, au look anti rock’n’roll au possible et qui agitent une scène indé partagée entre pop bricolo et électro sautillante (ou le contraire).

C’est d’ailleurs peut être ce que l’on pourrait reprocher à ce groupe que de ne pas savoir exactement où il va.

Ou plutôt devrais je dire, de ne pas savoir pour nous, auditeurs, vers quelle direction il nous emmène

Parfois à la frontière du post rock toutes guitares dehors, on se retrouve sans crier gare l’instant d’après au beau milieu d’une plage planante et quasi éthérée faisant aussitôt retomber l’ambiance déjà bien difficile à créer en ce tout début de soirée alors que les festivaliers arrivent à peine sur le site.

Quoi qu’il en soit après leur remarquée prestation au Palais et cette deuxième chance ce soir, les Grizzly Bear sauront attirer votre attention et votre curiosité avec leur nouvel album Yellow House à paraître à la rentrée.

L'énergie de la jeunesse

A peine 20 ans de moyenne d'âge et déjà 7 albums au compteur...ce sont les américains de The Spinto Band. Décris comme un croisement entre Pavement et Weezer ils sont finalement un énième groupe de rock remuant et juvénile.

Loin d'être mauvaise, la musique de The Spinto Band est simplement peu originale et relativement téléphonée.

Nous avons typiquement à faire à un groupe qui saura certainement se trouver une place et vendre des disques, mais qui n’arrive pas à m’emballer plus que ça.

En même temps, je ne suis pas friand de ce genre de groupe, à part les tous jeunes également The Kooks qui m’ont plutôt bluffé. Là où, en revanche, les américians font le différence, c'est dans leur jeu de scène.

Energique, sautillant, frais et fougueux, le groupe est un véritable plaisir à regarder. A six sur scène, ils occupent parfaitement l’espace et paraissent montés sur ressort.

Rien de nouveau mais une passion communicative qui fait plaisir à voir et à entendre.

Katerine tient ses promesses !

Bonne idée d'avoir invité Katerine pour cette 16ème Route du Rock placée sous l'étendard de "Pop is not dead".

1991-2006 : 15 ans séparent le premier album de Katerine Les mariages chinois et son dernier opus Robots avant tout. 15 ans et 10 ans en termes de registre musical. Mais si le premier est romantiquement très pop lisse sixties, le dernier est furieusement pop art seventies.

Accompagné en backing- back d'une partie des ex-Little Rabbits recomposée sous le nom de Secte Machine (Federico Pelegrini faisant la Plage avec Héléna Noguerra), qui à la fin du concert se déguisent en queers warholiens, slip vert fluo, pull à col roulé rose et perruque platine, pour deux titres phares du dernier album "Louqsor j'adore" et "Borderline" et un final apocalyptique, Katerine lui-même en short, basket et collant blancs et le torse décoré en body-art, faux T shirt bleu avec le Christ auréolé sur la poitrine et un arbre crucifixionnel au dos, la mèche barettée, offre au public en délire un show monstrueux !

Dès les premiers titres, "Etres humains" et "Qu'est-ce qu'il dit?", le public est sous hypnose et Katerine n'a aucune difficulté à leur faire répéter des onomatopées ou borborygme.

Des textes fortement intellectualisés sous des abords de galéjades allitératives ou de jeux de chiffres - Katerine ne dit-il pas être inspiré par les démarches telles celles de Raymond Roussel, du rock qui dépote orchestré par des musiciens aguerris et complètement barrés eux-aussi - Stéphane Louvain et Philippe Eveno aux guitares, Gaétan Chataigner à la basse, Eric Pifeteau à la batterie.

Et Katerine en front man délirant, toujours "borderline", qui mène le public où il veut et cela donne un concert puissant, funk et tout à fait unique dans ce festival et la confirmation du talent de Katerine au-delà des considérations subjectives.

Et le public du Fort de Saint Père ne s'y est pas trompé.

L’affiche promo de Robots après tout représente la pochette particulièrement kitsch de l'album, sous pull moulant à col roulé rose bonbon, petites culottes blanches de manguettes et Katerine, cuisses velues et tenue ambiguë, entouré de katerinettes emperruquées, customisée handmade pour annoncer que "Katerine en concert, ça promet".

Promesse tenue !

Franz Ferdinand : on a eu show !

Rock calibré pour certains, machines à tubes pour d’autres, Franz Ferdinand divise mais laisse rarement indifférent. En tout cas, si c’est sur scène que l’on juge un groupe, il faut bien reconnaître que les écossais maîtrisent parfaitement leur affaire.

Véritable tête d’affiche de ce dernier soir, Franz Ferdinand déploie la grosse artillerie. Estrade rouge qui borde le fond de scène, immense drapeau, light show monstrueux…tout est fait pour faire de ce concert un véritable show.

Alex Kapranos et sa bande débarquent toutes guitares dehors, avec sa ribambelle de tubes à faire danser un mort. Si le tout paraît minutieusement calculé, impossible de ne pas headbanger en rythme.

Les nouveaux papes du rock dansant électrisent un public en surnombre. Le fort se transforme en immense dancefloor, et la poussière commence à voler.

Un rappel en forme de bœuf (improvisé ?... rien n’est moins sûr) à trois sur la batterie, un final ovationné, et le groupe repart en remerciant copieusement son public.

Un show pas forcément rok’n’roll, mais terriblement efficace. On s’incline.

La chevauchée fantastique

Contrairement à ce que pourrait laisser croire son nom, Band of Horses n’officie pas dans la country folk. Ses leaders, Ben Bridwell et Matt Brooke, membres de l’ex-groupe Carissa’s Wierd, une excellente formation dream pop, viennent de sortir un premier album, "Everything All The Time", qui ravit les fans de pop à guitare.

Band of Horses c'est un peu comme la pub pour le fromage de chèvre en bûche… des bûcherons qui font dans la délicatesse et la douceur.

Car derrière leurs chemises à carreaux et tatouages king size, les 4 membres de ce groupe tout droit venu de Seattle nous la jouent berceuses et mélodies planantes.

Bien loin donc de l'étiquette grunge qui marquera encore longtemps leur ville d'origine, la musique de Band of Horses fait la part belle aux mélodies. Ou plutôt aux harmonies car ici et particulièrement en live, tout est fait pour mettre en valeur la superbe voix du chanteur Ben Bridwell. Puissante et cristalline à la fois, elle rappelle le meilleur de Mercury Rev ou des Flamming Lips.

Mais une belle voix ne suffit pas toujours et si l'album est fort agréable avec quelques titres superbes comme "The Funeral" ou "Weed party" et ses guitares qui louchent du côté du Wedding Present, en live il en est tout autrement.

En effet les 4 compagnons semblent un peu perdus sur cette scène vraiment trop grande pour eux (quand elle parait trop petit pour les 3 dingues des Liars) et la présence du chanteur est quasi inexistante tant il se cache derrière sa steel guitare y compris quand il n'en joue pas et la troque pour une guitare électrique.

Et croyez moi, un petit gars presque chétif en chemise à carreaux assis derrière une guitare steel devant 10 000 personnes, ça n'est pas très sexy surtout à 1h30 du matin et après l'énergique concert des Franz Ferdinand.

Néanmoins ce concert n'était pas pour autant désagréable et nous a offert une fin de festival en douceur, un départ sur la pointe des pieds, fatigués de 3 jours de déambulations et qui réclament déjà leur content de concerts en 2007…

D'ailleurs les Band of Horses auraient fait une belle affiche pour la collection hiver … Vivement février !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Le Vendredi à la Route du Rock 2006
Le Samedi à la Route du Rock 2006

La chronique de l'album Ballad of the broken seas de Isobel Campbell & Mark Lanegan
La chronique de l'album Keep me in mind Sweetheart de Isobel Campbell & Mark Lanegan
La chronique de l'album Hawk de Isobel Campbell & Mark Lanegan
Isobel Campbell en concert au Festival Les femmes s'en mêlent 2006
Isobel Campbell en concert au Festival Les femmes s'en mêlent 2006 - 2ème
Isobel Campbell en concert au Festival Primavera Sound 2006 (vendredi)
El perro del mar en concert à La Maroquinerie (4 avril 2006)
El perro del mar en concert au Festival Les Femmes s'en melent #11 (2008)
La chronique de l'album Yellow House de Grizzly Bear
Grizzly Bear en concert au Festival La Route du Rock 2006 (vendredi)
Grizzly Bear en concert au Nouveau Casino (4 septembre 2006)
Grizzly Bear en concert au Festival Primavera sound 2007 (samedi)
Grizzly Bear en concert au Festival La Route du Rock 2009 (dimanche)
Grizzly Bear en concert à Pitchfork Music Festival #2 (édition 2012) - samedi 3 novembre
Grizzly Bear en concert au Festival La Route du Rock #28 (édition 2018)
La chronique de l'album Nice and Nicely done de The Spinto Band
La chronique de l'album Cool Cocoon de The Spinto Band
The spinto Band en concert à La Maroquinerie (27 avril 2006)
The spinto Band en concert au Festival Les Inrocks 2006
L'interview de The Spinto Band (27 avril 2006)
La conférence de presse de The Spinto Band (13 août 2006)
La chronique de l'album Robots après tout de Katerine
La chronique de l'album Border Live cd/dvd de Philippe Katerine
La chronique de l'album Aéronef de Katerine - Da Brasilians
La chronique de l'album Le Film de Katerine
Katerine en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2006 (samedi)
Katerine en concert au Festival Art Rock 2006 (Samedi)
Katerine en concert au Festival Art Rock 2006 (Samedi) - 2ème
Katerine en concert au Festival des Vieilles Charrues 2007 (jeudi)
Katerine en concert au Fil (jeudi 9 décembre 2010)
Katerine en concert au Festival Solidays #13 (édition 2011) - vendredi
Katerine en concert au Festival Beauregard #3 (édition 2011) - Vendredi
Katerine en concert au Festival Fnac Live #6 (édition 2016) - vendredi 22 juillet
La conférence de presse de Katerine (29 avril 2006)
L'interview de Katerine (15 août 2006)
La chronique de l'album eponyme de Franz Ferdinand
La chronique de l'album You Could Have It So Much Better de Franz Ferdinand
Franz Ferdinand parmi une sélection de singles (juin 2006)
La chronique de l'album Tonight : de Franz Ferdinand
La chronique de l'album Always Ascending de Franz Ferdinand
Franz Ferdinand en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2004
Franz Ferdinand en concert au Festival International de Benicassim 2006 (samedi)
Franz Ferdinand en concert au Festival des Inrocks iDTGV 2008
Franz Ferdinand en concert à L'Aéronef (16 mars 2009)
Franz Ferdinand en concert à l'Olympia (17 mars 2009)
Franz Ferdinand en concert à Paléo Festival #34 (2009)
Franz Ferdinand en concert au Festival Garden Nef Party #4 (2009)
Franz Ferdinand en concert au Festival International Benicàssim #15 (2009)
Franz Ferdinand en concert au Festival International Benicàssim #15 (2009) - 2ème
Franz Ferdinand en concert au Festival Beauregard #4 (édition 2012) - Dimanche
Franz Ferdinand en concert au Festival Rock en Seine 2013 (vendredi 23 août 2013)
Franz Ferdinand en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #26 (édition 2014) - Samedi
Franz Ferdinand en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2014 - Vendredi
Franz Ferdinand en concert au Festival Cabaret Vert #13 (édition 2017) - Samedi 26 août
Franz Ferdinand en concert à Music Festival Reims La Magnifique Society #3 (édition 2019)
Franz Ferdinand en concert à Music Festival Reims La Magnifique Society #3 (édition 2019) Vendredi 14 juin
La vidéo de DVD par Franz Ferdinand
La conférence de presse de Franz Ferdinand (24 avril 2004)
La chronique de l'album Everything all the time de Band of horses
La chronique de l'album Cease to begin de Band of horses
La chronique de l'album Infinite Arms de Band of Horses
La chronique de l'album Acoustic at the Ryman de Band of Horses
Articles : Festival Rock en Seine 2010 - Programmation du vendredi - Minus The Bear - All Time Low - Roken is Dodelijk - Band of
Band of Horses en concert au Festival Pukkelpop 2010 (jeudi 19 août 2010)
Band of Horses en concert au Festival Rock en Seine 2010 (vendredi 27 août 2010)
Band of Horses en concert au Festival Cabaret Vert #13 (édition 2017) - Vendredi 25 août

En savoir plus :

Le site officiel de Grizzly Bear
Le site officiel de The Spinto Band
Le site officiel de Katerine
Le site officiel de Franz Ferdinand
Le site officiel de Band of Horses
Le Soundcloud de Band of Horses
Le Myspace de Band of Horses
Le Facebook de Band of Horses
Le site officiel de Chloé
Le site officiel d'Isobel Campbell
Le site officiel de El Perro del mar

Crédits photos : Fred (plus de photos sur Taste of Indie)


        
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

• Edition du 2019-10-20 :
Listen in Bed - Déluge (Mix #3)
Listen in Bed - Vinyles, suite (émission 3)
Kaori - A ciel ouvert
Hugo Lippi - Comfort Zone
Flyin' Saucers Gumbo Special - Nothin' But
Yosta - Hybrid
Lunt - Phantom Solids
Festival Nancy Jazz Pulsations #46 (édition 2019) - Dom La Nena - Sarah McCoy
Jean Felzine - Hors l'amour EP
Adam Green - Engine of Paradise
Lady Arlette - Interview
Nilok 4tet & Daniel Zimmermann - A wonder plante to...
Éric Legnini - Six Strings Under
Tahiti 80 - Fear of an acoustic planet

• Edition du 2019-10-13 :
Orouni - Interview
Listen in Bed - The Sopranos (Mix #2)
Listen in Bed - Vinyles (émission 2)
Vanille - Amazona
Parlor Snakes - Disaster Serenades
Olivier Rocabois - Ship Of Women / Somewhere In A Nightmare EP
Marie Sigal - Les géraniums EP
Festival Levitation France #7 (édition 2019) - The Warlocks - Black Midi - Frustration - Iceage - Fat White Family - Vanishing Twin - France - L'Epée - Frankie and the Witch Fingers
Pierre Daven-Keller - Kino Music
Michel Dalberto - Beethoven, 5 Sonates pour piano
Sarah Amsellem - Miracles
Vincent David - Pulse
La Féline - Vie Future
Samba de la Muerte - A Life with Large Opening
 

• Archives :
Johanna Saint-Pierre - The NYC Summer Sessions EP
Holy Fuck - Luxe featuring Alexis Taylor
Alarm Will Sound - The hunger
Bruno Rigutto - Chopin : Nocturnes
Sylvain Rifflet - Troubadours
Ensemble Aedes & Mathieu Romano - Brel & Barbara A cappella
Initiative H - Initiative H X Moondog Pax for a Sax Remix
Boucan - Déborder
Caravan Palace - Chronologic
Nantucket Nurse - The Uncompleted Works Volumes 1, 2 &3
Mister Moonlight - The Basement Tapes
Debout sur le Zinc - Vian par Debout sur le Zinc
Studio Electrophonique - Buxton Palace Hotel
Quatuor Béla & Moriba Koïta - Impressions d'Afrique
Mike Patton & Jean-Claude Vannier - Corpse Flower
Samir Barris - Fin d'été
Gérald Genty - Là-Haut
Joseph Fisher - Interview
Florian Noack - Prokofiev : Visions Fugitives
Hildebrandt - ïLeL
Dpt Store - Tokyo dreams
Kronos Quartet - Terry Riley : Sun Rings
One Rusty Band - Voodoo Queen
Marie-Nicole Lemieux - Mer(s) : Elgar, Chausson & Joncières
Black Midi - Schlagenheim
Moddi - Like In 1968
L'épée - Diabolique
Violet Arnold - Moon
Festival Check-In Party #1 (édition 2019) - jeudi 22 août - Prince Miiaou - Julia Jacklin - Clara Luciani - Patti Smith - Jeanne Added
Festival Check-In Party #1 (édition 2019) - Vendredi 23 août - Namdose - Puts Marie - Yak - Slaves - Lysistrata - Gogol Bordello - The Psychotic Monks - Foals
- les derniers albums (5774)
- les derniers articles (130)
- les derniers concerts (2315)
- les derniers expos (4)
- les derniers films (20)
- les derniers interviews (1078)
- les derniers livres (7)
- les derniers oldies (20)
- les derniers spectacles (8)
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=