Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Rock and Roll
Vivons heureux, Vivons hantés  septembre 2006

Un rêve de plus, encore un habité. Un spectre planant dans la grande famille de mon karma céleste. Cette nuit c’est le groupe Cream au grand complet qui est venu gentiment me rendre visite. Une re-formation expresse pour mon cerveau ; la tête d’affiche de mes songes nocturnes. Une reformation exclusive, un concert unique dans un TGV en fait. Heureusement mon esprit m'a laissé le peu de temps que j’avais pour parlementer directement avec Clapton.

Mais pas le Clapton d’aujourd’hui, pas le binoclard à la Strat Blackie comme on dit… non, celui du bon vieux temps, avec les chemises psyché et la coupe de cheveux frisé façon afro blanc. Celui-là même. Le rêve halluciné par excellence, un concert de rock dans un TGV, avec le décorum qui fonce à 300 Km/h et le musicien qui rediscute sans fin le riff de "Sunhshine in Love". N’importe quoi. Comme cette espèce de grand abruti qui m'a interrompu en plein concert, la forme opaque, le mauvais esprit que l’on doit redresser à grand coup de point dans la tronche, lui corriger sa malformation sataniste à renfort de grosse bague… Quel enfoiré ce mec.

Et des rêves comme cela, des rêves hantés, j’en fais trois par semaine dans mes périodes les plus stables. C’est la fameuse citation de Yves Adrien : "Dans ma poitrine battaient deux cœurs, le mien et celui du rock and roll". Toute cette musique en revient à un grand flash médiumnique, un retour de l’on ne sait pas trop quoi, où des centaines d’âmes du passé vous tombent sur le coin de la tronche, comme des taulards sur un vieux playboy. Obsédé par le passé et les morts, c’est le pain quotidien.

Et il y avait Brian Jones qui lui aimait Elmore James. Tiens, un jeune mort encore, enfin mort à 45 ans en fait. Elmore James, le bluesman du Mississipi, celui qui emmena son blues à Chicago, comme son congénère de Muddy Waters. Mais lorsque il mourut (en 63), le jeune anglais blond de Cheltenham avait à peine abandonné son pseudonyme de Elmo Lewis. Et c’est ce fantasme du lointain qui s'y traduit encore, pas le passé car les deux destins se croisent, mais le fantasme de la distance, la mer qui séparent les USA de l’Angleterre, un noman’s land qui fait le contraste, démarque deux mondes.

Le rock est une machine à fantasme, à re-création du lointain. Et l’époque a été tellement recrée. Il est bizarre de constater que, en pleine explosion des technologies, l’avènement de la tronche de cul qu’est Bill Gates et sa bizarrerie qu’est Windows, bref, dans la deuxième moitié des années 80, des mecs se marrent à refaire à l’identique le rock and roll originel des années 50. Pire que cela, les Stray Cats feront des reprises exactes des morceaux de Eddie Cochran.

Mais c’est que nous l’avons dans les veines, ce rythme qui fait danser, que certains battent plus avec leurs genoux que du pied. C’est la machine à images, le kaléidoscope géant. Est-ce pour cela que tant de touristes vont se perdre à Memphis, pour aller retrouver l’univers qu’ils ont tant aimé dans les disques du label Sun. Comme dans le film de Jim Jarmush, "Mystery train", dans lequel un jeune couple de Japonais fan d’Elvis et de Carl Perkins vont se paumer là-bas. Et finalement s’y emmerder et oublier pourquoi ils sont venus. Car le disque est l’objet final du fantasme. Tout un petit monde enfermé dans un beau disque de vinyl noir, avec des creux et des bosses. Et il est témoin du temps, les craquements en rappellent les années passées.

Alors que recherche-t-on aujourd’hui ?. Le disque des Pipettes nous en parle bien, comme les ventes à la braderie de Lille, ou je ne sais quelle remarque de survivor des années 70. Quand tous les groupes de musique sont enfermés dans la re-création d’un époque, tout du moins les plus médiatisés. Et faut-il encore que je parle des fringue chez Zara… Ce n’est pas une critique, c’est juste que nous sommes hantés.

Un train fantôme géant, la poule aux œufs d’or pour tous les producteurs de toute sorte. Un train fantôme bien sympathique, celui qui fait sourire, immortel car bourré de gens déjà morts. Il a un nom de chanson blues, "My Best Friend" by Elmore James. Et il est triste à en pleurer.

Mais Dieu merci, toutes les nuits, quand le sommeil a réussi à enfin s’imposer, on peut reprendre un ticket pour le train sans faire gagner de sous à personne, juste se sentir un peu mieux soi même.

 

L.J.Jet         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 12 juillet 2020 : Un air d'été

On entre dans la saison des vacances, pour vous comme pour nos chroniqueurs. Vous nous retrouverez tout l'été quand même avec des éditions web plus légères et toujours notre Froggy's TV bien sûr avec La Mare Aux Grenouilles et plein d'autres émissions. c'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

La Mare Aux Grenouilles #6, sommaire et replay
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet
"INTENTA experimental & electronic music from Switzerland 1981-93" par divers artistes
"Jimmy Cobb" mix #19 de Listen In Bed
"Chausson le littéraire" de Musica Nigella & Takenori Nemoto
"Alessandro Scarlatti, il Martirio di Santa Teodosia" de Thibault Noally & l'Ensemble Les Accents"
et donc La Mare Aux Grenouilles numéro #5 avec la liste de ce qui a été abordé et le replay.

Au théâtre :

en salle :
"Littoral" au Théâtre de la Colline
"Karine Dubernet - Souris pas" au Point Virgule
et dans un fauteuil de salon :
des créations :
"Yvonne princesse de Bourgogne" par Jacques Vincey
"Lucrèce Borgia" par Lucie Berelowitsch
"La Dernière neige" de et par Didider Bezace
"Pinocchio" de Joël Pommerat
"Soulever la politique" de Denis Guénoun
"Je marche dans la nuit par un chemin mauvais" de et par Ahmed Madani
Au théâtre ce soir :
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"Le Tombeur" de Robert Lamoureux
"Une cloche en or" de Sim
du boulevard :
"Si c'était à refaire" de Laurent Ruquier
"Face à face" de Francis Joffo
du côté des humoristes :
"Bernard Mabille sur mesure"
"Christophe Alévêque est est Super Rebelle... et candidat libre !"
et finir l'Opéra :
avec du lyrique :
"Le Balcon" de Peter Eotvos par Damien Bigourdan
"Orlando furioso" de Antonio Vivaldi par Diego Fasolis
"La Flûte enchantée" de Mozart par Romeo Castellucci
et du ballet avec deux créations étonnantes : "Raymonda" de Marius Petipa et "Allegria" de Kader Atto

Expositions :

les expositions en "real life" à ne pas manquer :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma at home avec :
le cinéma contemporain
"A woman at war " de Benedikt Erlingsson
"Lulu" de Uwe Janson 
"L'Apotre" de Cheyenne Carron
"La tendresse" de Marion Hänsel
"Crawl" de Herve Lasgouttes
"Nesma" de Homeïda Behi
le cinéma culte des années 1920 :
"Le cuirassé Potemkine" de Sergueï Eisenstein
"Nosferatu le vampire" de Friedrich Wilhelm Murnau
"Le Cabinet du docteur Caligari" de Robert Wiene
"Les Deux Orphelines" de D.W. Griffith
et l'entre deux avec les années 1970 :
"Mado"de Claude Sautet
"La Traque" de Serge Leroy
"La femme du dimanche" de Luigi Comencini
et retour au 2ème millénaire avec de l'action :
"Lara Croft : Tomb Raider, le berceau de la vie" de Jan De Bont
"Blade Trinty" de David S. Goyer
avant de conclure en romance avec : "Un havre de paix  de Lasse Hallström

Lecture avec :

"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 12 juillet 2020 : Un air d'été
- 5 juillet 2020 : Un avant goût de vacances
- La Mare Aux Grenouilles #05
- 28 juin 2020 : Nouvelle Vague ?
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=