Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Mièle
Interview par mail  13 octobre 2006

"Il pleut sur Bruxelles" chante Stéphane Daubersy sur l’étonnant "Mireille", l’une des perles du récif que constitue ce premier album tonitruant de Mièle. A Paris aussi il pleut, mais Mièle s’en fout. Mièle à l’à l’avenir devant lui et la Belgique en écusson.

"Nous sommes juste, au juste quoi" chante Catherine De Biasio sur le martial "Nous sommes". Un autre sommet du plat pays. Nous, nous sommes juste l’auditeur un peu fébrile, unis comme un seul homme pour écouter le duo binôme déclamer ses grandes vérités sonores.

Les Belges nous livrent ici et en exclu quelques ficelles de l’album, sorte de T-shirt aux milles étiquettes. Lavable à la main.


Toute cette scène Belge semble seulement se révéler maintenant aux médias français, alors qu’elle est présente depuis plus de dix ans. Comment expliquez vous ce "malentendu", au sens littéral ?

Catherine De Biasio : Je pense que c'est surtout dû au fait que les structures belges (labels, distributeurs, tourneurs, etc.) se sont professionnalisées par rapport à il y dix ans, ou du moins, ont étendu leurs contacts, notamment vers la France. Et elles ont surtout aujourd'hui beaucoup moins le complexe "petit belge" qu'auparavant. Ce qui a pour conséquence que de plus en plus de groupes belges sont signés et sortent des disques en Belgique, puis à l'étranger.

Comment est venu ce choix des compositions sans compromis, avec des titres résolument rock rentre-dedans ("Vois tu", "Les chiffres rouges") et ces ballades intimistes ? Quelles sont les préférences de chacun ?

Catherine De Biasio : C'est un choix tout à fait revendiqué. On n'a pas de préférences en fait. Mièle a débuté par un duo, avec des chansons très douces et innocentes. Par la suite, avec la venue d'autres musiciens, le son a grossi et on a évolué vers des choses plus "rentre-dedans"... Ca reflète aussi nos influences, je crois. Et puis, je pense qu'on ne doit pas choisir, c'est très humain finalement. On a tous en nous un côté calme, mélancolique, rêveur, et puis un autre côté plus dur, plus noir...

L’addition de Gregory Remy (Ghinzu) aux guitares sur l’enregistrement studio a-t-elle été bénéfique au groupe sur les parties musclées de l’album ?

Catherine De Biasio : Pas uniquement. Greg a participé à tous les morceaux, et apporte sa sensibilité aussi bien sur un morceaux comme "nous sommes au juste" que "les méfaits".

Ne craignez vous pas que les journalistes se focalisent sur la participation de Gregory au projet Miele, alors qu’il n’est qu’un membre du collectif ? (Cette question en est encore la preuve…)

Catherine De Biasio : Non, pas du tout...(On imagine le clin d’œil de l’artiste au journaliste et ses questions à la con)

Le choix du français dans le texte, contrairement à la majorité des groupes Belges, c’est un choix, celui de raconter de vraies histoires compréhensibles par tous, ou la volonté de se démarquer des autres groupes Belges (Major Deluxe, Ozark Henry, etc..) ?

Catherine De Biasio : En fait, Stéphane et moi parlons plutôt mal anglais et on se voit mal faire semblant de raconter un histoire dans une langue qu'on maîtrise mal. Même si j'aimerais composer une chanson en anglais un jour, mais alors plus comme un jeu. Personnellement, j'ai toujours écrit des histoires en français, avant d'écrire des chansons.

Des références françaises en la matière ? Puisque votre bio fait référence à Gainsbourg, notamment….A-t-il été une influence marquante ? Je pense la à "L’homme à tête de chou" notamment ?

Catherine De Biasio : Evidemment, Gainsbourg reste une grande référence... Les textes, la musique, les arrangements, tout est beau et soigné. On aimerait tendre vers une telle perfection. Mais il y a encore du chemin!

Pourquoi un si long laps de temps entre la formation du groupe, 98, et la sortie de ce premier album ? Le besoin de mûrir les chansons ?

Catherine De Biasio : En 98, tout le monde était encore aux études. On a donc commencé par terminer cela... Et nous avons tout produit nous-mêmes, ce qui inclut beaucoup de préparation, et énormément de temps (deux ans) pour réaliser l'album, sans direction artistique extérieure. Sans pressions non plus.

Qui a assuré la réa’ du clip Les chiffres rouges, excellent au passage… (visible sur les Inrocks.com ou www.myspace.com/legroupemiele) ?

Catherine De Biasio : Merci! Thomas Doneux, un ami réalisateur. Il a fait un boulot fantastique!

Peut-on définir Miele comme un collectif à géométrie variable, avec des collaborations diverses et ponctuelles ? Stéphane et Catherine sont-ils la colonne vertébrale du projet ? Comment se passe la cohabitation entre vos deux sensibilités ?

Catherine De Biasio : Je dirais qu'aujourd'hui, on a un noyau dur de trois personnes, avec moi, Stéphane et Franck. D'autres personnes jouent avec nous régulièrement, même si en live aujourd’hui, on tourne à trois. On fonctionne de manière démocratique, tant en ce qui concerne les compositions que les décisions inhérentes au fonctionnement d'un groupe. Ce qui est parfois assez compliqué...

Pour finir, de notre point de vue de français coincé entre l’Angleterre et la Belgique, le rock Belge sonne singulièrement différent ? Connaissez vous les ingrédients de cette recette miracle ?!

Catherine De Biasio : Franchement... non!

Contents de jouer au Triptyque ? Comment sonne Miele en Live, électrique ou intimiste ?

Catherine De Biasio : Plutôt électrique, je dirais! On est très contents, c'est la première fois qu'on vient jouer à Paris!

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album eponyme de Mièle
La chronique de l'album Le jour et la nuit de Mièle
L'interview de Mièle (mercredi 22 septembre 2010)

En savoir plus :

Le site officiel de Miele


Little Tom         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 25 octobre 2020 : Tous aux abris

Couvre feu encore plus contraint, nouveau confinement, tout est possible et tout est à craindre pour la culture. Restons groupés comme dirait Bernard Lenoir. Nous continuons évidemment de vous proposer chaque semaine notre sélection culturelle. Et bien entendu, découvrez le replay de La Mare Aux Grenouilles #13 de ce samedi 24 octobre

Du côté de la musique :

"Labyrinth" de Khatia Buniatishvili
"Contrasts", la 3eme émission de la saison 2 de Listen In Bed
"Dreamer" de Rosaway
"No future" de Samarabalouf
"Verdure" de The Hyènes
"Got the manchu" de We Hate You Please Die
et toujours :
"Armand-Louis Couperin : pièces de clavecin" de Christophe Rousset
"Ce qui suit" de Mondo Cane
"Awaiting ship" de Dominique Fillon Augmented Trio
"Soné ka-la 2 odyssey" de Jacques Schwarz Bart
"Killing Eve + Australie" nouveau mix de Listen in Bed
"LP2" de Pointe Du Lac
"Jorn" de Box Bigerri

Au théâtre :

une nouveauté :
"Tout Dostoievski" au Théâtre Le Lucernaire
des comédies pour rire et sourire :
"On purge bébé" au Théâtre de l'Atelier
"Les Faux British" au Théâtre Saint-Georges
"Dernier coup de ciseaux" au Théâtre des Mathurins
"Crise de nerfs" au Théâtre de l'Atelier
"De quoi j'me mêle" au Théâtre d'Edgar
"Mon meilleur copain" au Palais des Glaces
les reprises :
"Françoise par Sagan" au Théâtre L'Archipel
"Caroline Loeb - Chiche !" au Théâtre L'Archipel
"Play Loud" au Théâtre La Flèche
"Vous pouvez ne pas embrasser la mariée" à la Comédie des 3 Bornes
"Des Femmes" au Lavoir Moderne Parisien
"Comment épouser un milliardaire" à la Nouvelle Seine
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec :
"Voyage sur la route du Kikosaido - De Hiroshige à Kuniyoshi" au Musée Cernushi
"Pierre Dac - Du côté d'ailleurs" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"L’Age d’or de la peinture danoise (1801-1864)" au Petit Palais
"Man Ray et la mode" au Musée du Luxembourg
"Victor Brauner - Je suis le rêve. Je suis l'inspiration" au Musée d'Art Moderne de Paris
"Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris

"Alaïa et Balenciaga - Sculpteurs de la forme" à la Fondation Azzedine Alaïa

Cinéma :

en salle :
"Une vie secrète" de Aitor Arregi, Jon Garano et José Mari Goenaga
"L'Avventura" de Michelangelo Antonioni
at home :
"India Song" de Marguerite Duras
"Au bout du conte" de Agnès Jaoui
"L'effet aquatique" de Solveig Anspach
"Pourquoi tu pleures ?" de Katia Lewkowicz
"Henri" de Yolande Moreau
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert

Lecture avec :

"Le dérèglement joyeux de la métrique amoureuse" de Mathias Malzieu & Daria Nelson
"Le proche orient" de Catherine Saliou
"Mondes en guerre - tome 3 : Guerres mondiales et impériales, 1870-1945" de André Loez
et toujours :
"L'ange rouge" de François Médéline
"Le prix de la vengeance" de Don Wislow
"De Gaulle, stratège au long cours" de François Kersaudy
"Georges Clemenceau, lettres d'amérique" de Patrick Weil et Thomas Macé
"Justice de rue" de Kris Nelscott
"Plus fort qu'elle" de Jacques Expert

Froggeek's Delight :

"Hades" sur Windows, Mac OS et Switch
Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 25 octobre 2020 : Tous aux abris
- La Mare Aux Grenouilles #13
- 18 octobre 2020 : Le grand incendie
- 11 octobre 2020 : La Mare Aux Grenouilles
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=