Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Jerry Lee Lewis
Last man standing  (Naive)  novembre 2006

Le revoilà donc, le vieux gominé triporteur de sweet little sixteen. Prêt a remarteler l’ivoire comme en 1954, à ses débuts, comme le dernier homme encore debout, lui l’ultime, le dernier forcené de l’époque de Sun Recors qui comptait à l’époque Elvis the Pelvis, Johnny Cash ou Chuck Berry. Excusez du peu.

Cinquante trois plus tard, la plupart de ses rivaux et descendants enterrés six feet underground, le vieux gominé est de nouveau en ville, carbure pas au botox, mais au Rock&Roll, ici savamment distillé avec un album essentiellement constitué de duos prestigieux sur le papier.

Des duos qui donnent l’impression de la dernière visite post-mortem avant le trépas. Les amis de longue date sont bien là (BB King, Little Richard, Willie Nelson), la jeune garde baba ridée (Mick Jagger, Springsteen, Clapton), les jeunes loups édentés (Kid Rock !?), le prêtre aux cheveux qui se barrent plus que la guitare (Neil Young). Comme une cérémonie parfaite au Hall of fame pour couronner l’illustre pianiste. Oui mais…53 après ses débuts, le Killer peut-il encore lever la jambe assez haut pour atteindre les octaves ?

L’incrédulité rivalise avec l’admiration, la défiance avec l’engouement, tant l’auditeur n’est plus conditionné à écouter le VRAI Rock&Roll, celui des débuts et des pionniers. Et justement, le bien-nommé Rock&Roll ouvre le bal avec "Jimmy "Droopy face" Page" à la guitare pour reprendre l’un des titres phares de Led Zeppelin. Sourire en coin, bouche qui claironne devant la resucée un brin facile, en dépit de l’agilité du vieux gominé et de face de Droopy à faire groover le swing.

Il faut néanmoins admettre que Jerry Lee Lewis n’a rien perdu de sa voix, en dépit de ses 71 ans. Le doute subsiste sur l’honnêteté de ce album de covers, on résiste on prend garde… Et puis "Before the night is over" feat BB King fait son entrée, c’est tout un flashback de l’époque dorée qui revient alors en tête, avec ses accords chaloupés, la slide de BB faisant le reste, on échoue à rester objectif face à l’objet, c’est un trop plein d’émotions qui ressurgit, de fantômes qui reviennent, tels Pr Longhair et son gumbo gumbo. Le vieux gominé n’a pas dit son dernier mot, ni fracassé son dernier piano.

Album de rencontres et de retrouvailles, The last man standing surprend par la discrétion de ses invités, qui ont enlevé les chaussures à l’entrée. Il est d’autant plus troublant de retrouver le Mick à grosses lèvres comme au temps de Beggars Banquet, gentiment assis sur la banquette de Jerry pour un "Evening Gown" magique. Car simple et sans fioriture. Brian Jones n’est pas loin.

Il faudrait ici détailler chaque chanson, s’étendre sur le mythique "You don’t have to go" en duo avec Neil Young, qui en dépit des descentes d’accords si classiques reste immuable, perdu dans l’éternel. Avec un Young meconnaissable. Bravo vieux gominé, tu as bien trompé ton monde avec tes dix ans d’absence.

Introduction magique sur "Twilight", parfaite chanson pour la descente de sapin accompagnant le coffret Ally McBeal, prouvant que Jerry Lewis a touché tous les styles, de la ballade mélancolique au Boogie Woogie. Sans fausse note. Si le procédé, des covers en duo pour une rentabilité maximale, est critiquable, le contenu reste parfaitement génialement décent, écoutable au-delà d’une écoute, meilleur des 50 dernières années sur la sainte planète. Une fois oublié le traumatisme d’avoir encore à subir quarante ans après la voix de Ringo Starr sur "Sweet little sixteen", reste une œuvre complète, revue ici en grande pompe (Le brillant "Honky tonk woman" un brin bastringue).

"Don’t be ashamed of your age" débute comme un bon vieux gimmick de Scott Joplin, et c’est un clin d’œil évident au temps qui passe, blanchit les cheveux et embellit les souvenirs. Oui, il s’agit plus que d’un disque, nous parlons de nostalgie, du temps de la TV en noir et blanc, du temps où James Blunt n’était pas encore dans le ventre de sa mère.

Le vieux gominé a vendu son âme au diable, au Rock&Roll, et semble parti pour vivre cent ans encore, comme sur le rageur "Hadacol Boogie" en duo avec Buddy Guy. Tête de sioux et vieux gominé semblent s’en donner à cœur joie sur les gammes pentatoniques.

Alors oui, vieux gominé bluffe encore cinquante ans après ses débuts, sans regarder vers le futur il honore le passé sans se travestir ni renier ses origines. La mèche est décatie mais l’esprit, lui, est toujours là.

 
Jerry Lee Lewis en concert au Festival des terre-Neuvas 2006 (Samedi)

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Jerry Lee Lewis en concert au Festival des Terre Neuvas 2006


Little Tom         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 18 août 2019 : Au rythme des vacances
- 11 août 2019 : Sur la Route du Rock
- 4 août 2019 : De festival en festivals
- 28 juillet 2019 : La canicule recule
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=