Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Jeanne Cherhal
Le Rive Gauche  (Saint Etienne du Rouvray (Seine Maritime))  5 décembre 2006

Sautillante. Pimprenelle de la chanson française, piquante, mutine et intelligente, tout à été dit sur Jeanne Cherhal depuis des années, à mesure que sa renommée se faisait, avec une phrase ritournelle : "La Jeanne, il faut la voir sur scène". C’était le cas, mardi 5 décembre dernier au Rive Gauche, la salle de St Etienne du Rouvray, près de Rouen.

En effet, depuis son premier album, enregistré live à Nantes, c’est sur scène que Jeanne Cherhal met tout le monde d’accord. Le concert, l’un des premiers qui fait suite à la sortie de son nouvel album - toujours commencer ses tournées à Rouen, le public est froid, c’est ce qui se dit, c’est souvent faux mais les rumeurs sont tenaces - commence par une Jeanne au piano dans un noir quasi complet. La chanteuse entame par deux chansons de son nouvel album au piano.

Moins orchestré que sur l’album, plus de la veine de ce qu’elle faisait avant, plus cru, et finalement dans quelque chose où on la sent finalement plus à l’aise…

Triomphe d’un public acquis à la cause et qui attend, en vain dans un premier temps une intimité plus grande avec la chanteuse.

Ca viendra. Le Rive Gauche est de ces scènes chaleureuse malgré sa taille, et le dialogue va peu à peu s’instaurer, et plus facilement sur ses anciennes chansons que sur les nouvelles, peut être plus accessibles mais en même temps moins personnelles. Le show, roule. Löhrer, son guitariste, ancien d’Olympic Gramophon prend plus de place que lors de la précédente venue à Rouen en 2004, et la prestation générale y gagne en musicalité, en puissance rock aussi. La bassiste/choriste Annick Agoutborde apporte un peu plus de cette puissance d’ailleurs, tout en offrant à la chanteuse un peu plus de liberté au chant, même si elle a remplacé la basse par la guitare…

La nouvelle Jeanne est d’ailleurs plus rock, et se détache peu à peu de la filiation qui la rapprochats plus des arabesques de la belle Pascaline Herveet, chanteuse des Elles et d’Higelin que de la pop aérée qu’elle semble défendre aujourd’hui, en témoigne la réorchestration beaucoup plus dure de "La Déchetterie", par rapport à sa précédente tournée…

Avec un peu de mauvais esprit, on pourrait dire qu’en chanson, on monte le son quand on a moins de choses à dire ; sans aller jusque là, c’est vrai qu’on a l’impression que la chanteuse n’assume ou ne maîtrise pas encore complètement son nouvel album si différent des précédents, et surtout moins personnel, moins piquant…

Il y a eu tellement de changement, et pas seulement capillaire entre les premiers morceaux au vitriol, la prise en production de Vincent Ségal et ce dernier album très produit mais aux paroles plus convenues, que l’on se dit, peut être que cette tournée débutante n’a pas encore tout intégré.

C’est une sensation personnelle, qui est loin de refléter celle du public, visiblement pas heurté par le changement de genre de la demoiselle, et qui devient complice à mesure que la chanteuse se détend… Mais est-ce toujours le même public qui vient voir Jeanne Cherhal ?

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Charade de Jeanne Cherhal
Jeanne Cherhal en concert à La scène (4 mai 2004)
Jeanne Cherhal en concert au Festival Solidays 2005 (vendredi)
Jeanne Cherhal en concert au Festival des Vieilles Charrues 2005 (vendredi)
Jeanne Cherhal en concert au Trianon (30 novembre 2006)
Jeanne Cherhal en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2007 (mercredi)
Jeanne Cherhal en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2010 (mercredi 14)
Jeanne Cherhal en concert au Festival Paroles et Musiques #19 (2010) - jeudi
Jeanne Cherhal en concert au Festival Fnac Live #4 (édition 2014)
La conférence de presse de Jeanne Cherhal (8 juillet 2005)

Crédits photos : Franpi Barriaux


Franpi Barriaux         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

• Edition du 2020-08-02 :
Listen in Bed - Nina Simone 2/2(Mix #21)

• Edition du 2020-07-26 :
Crack Cloud - Pain Olympics
We hate you please die - Waiting room
 

• Archives :
Cheyenne - Surprends-moi
Listen in Bed - Nina Simone 1/2 (Mix #20)
La Mare Aux Grenouilles #06 - Talk Show Culturel
L'éclair - Noshtta EP
Toybloïd - Modern Love
Listen in Bed - Jimmy Cobb (Mix #19)
Divers artistes - INTENTA Experimental & Electronic Music from Switzerland 1981-93
Thibault Noally & L'ensemble Les Accents - Alessandro Scarlatti : Il Martirio di Santa Teodosia
Benoît Menut - Les îles
Musica Nigella & Takénori Némoto - Chausson le littéraire
Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet - Echange
Marianne Piketty, Le Concert Idéal - L'Heure bleue
Silas Bassa - Silas
Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay - Eivind Groven Symphonies N°1 & 2
Jean-Efflam Bavouzet - The Beethoven Connection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wölfl
Benjamin Biolay - Grand Prix
Merakhaazan - Veines
Marion Cousin & Kaumwald - Tu rabo par'abanico
Cie Guillaume Lopez - Anda-Lutz
François Club - Cobra
Yadam - Safeplace EP
Hailey Tuck - Coquette EP
Austyn - Désordres EP
Volo - Avec son frère
Daniel Jea - A l'instinct A l'instant
Epilexique - Cérébro Dancing
Fugu - As Found
Magic Malik - Fanfare XP, volume 2
Listen in Bed - Springtime With No Harm (Mix #18)
Listen in Bed - Two Lovers (Mix #17)
- les derniers albums (6111)
- les derniers articles (158)
- les derniers concerts (2323)
- les derniers expos (4)
- les derniers films (20)
- les derniers interviews (1095)
- les derniers livres (8)
- les derniers oldies (20)
- les derniers spectacles (8)
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=