Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Eiffel
La Maroquinerie  (Paris)  15 janvier 2007

Aujourd’hui sort Tandoori, le nouvel album d’Eiffel. Le groupe a donc choisi cette date pour présenter ses nouvelles chansons à son public. Les retrouvailles se feront à la Maroquinerie…Ironie du sort (ou une volonté déterminée), c’est dans ce lieu que le groupe avait quitté le public parisien il y a trois ans.

La file d’attente est longue dans la petite rue, on croise les mêmes têtes que d’habitude… Les fans d’Eiffel sont là…la salle est archi comble…

Romain monte sur scène pour nous présenter la première partie : Samy Decoster. Il en profite aussi pour nous dire que ce soir, ce ne sera pas vraiment un concert normal…plutôt une petite fête…

Samy Decoster avait déjà fait la première partie d’Eiffel en novembre, pendant la pré-tournée, au concert de Chelles. Il débarque sur scène, seul avec sa guitare.
Il nous présentera un set impeccable de "pop" pendant une trentaine de minutes. En français ou en anglais, sa voix passera des basses aux aigus de façon remarquable… En poussant un peu son imagination, on pourrait presque ressentir Jeff Buckley, dans la manière de chanter, dans le son de sa guitare et dans sa voix… Vraiment sympa ce début de soirée !

Vient alors le tour du groupe de la soirée : Eiffel

Le quatuor commence en douceur par "Shalom". Le groupe est tout sourire, visiblement content d’être là.

Le son est excellent, les guitares se font plus agressives au fur et à mesure du titre ; le nouveau batteur, Christophe Gratien, tape de plus en plus fort…

Le très énergique single "Ma Part D’ombre" permet au groupe de se déchaîner… un son très électrique, Romain pousse sa voix.

Renouant avec leur passé, le groupe enchaîne avec "Ne Respire Pas", issu du ¼ d’heure des ahuris. Suivent "Loony Tune For The Moon" et "Saoul", tous deux extraits de Tandoori.

La chanson "Saoul" est encore meilleure en live ! Un rescapé d’Abricotine, "Inverse-Moi" réjouira les fans de la première heure. Le groupe ne parle pas beaucoup et enchaîne les titres…

"Dispersés" et "Qu’ai-Je Donc A Donner" viendront calmer le rythme. Le batteur viendra rejoindre Romain à la guitare sur "Dispersés" tandis que le nouveau bassiste, Hugo Cheschoz, accompagnera Estelle aux claviers.

Après le calme, la tempête de "Bigger Than The Biggest"… un titre encore plus électrique sur scène ! La ballade "Les Yeux Fermés" viendra stopper la hausse de température dans la Maroquinerie et permettra à Hugo de jouer de la contrebasse.

Cependant, le répit sera de courte durée puisque "Tes Vanités" et ses guitares viendront revitaliser le public. Eiffel se permettra ensuite de reprendre un titre de l’une de leur référence, David Bowie, avec une très bonne reprise de "Modern Love", titre extrait de Let’s Dance. "Sombre" clôturera la première partie du concert.

Le groupe reviendra très vite sur scène pour interpréter "Rien N’est Pour De Vrai", le très rapide "Paris minuit", la ballade "Tandoori" et le rituel et énergisant "Hype". Un dernier rappel pour finir le concert : "Une A Une" et "Je Ne Voudrais Pas Crever" avec le texte de Boris Vian.

Sous de nombreux applaudissements, le groupe quittera définitivement la scène…
Le temps d’aller chercher des saladiers remplis d’olives et de saucissons et le groupe viendra continuer la fête en se mêlant au public pour un apéro / discussion très sympa !!!

Bref, une très bonne soirée, le groupe est toujours aussi intéressant sur scène.

La playlist mélange les trois albums, on passe de l’un à l’autre tout le long du concert…seul petit regret, l’absence de "Te Revoir"…

J’ai pourtant vu une bonne dizaine de concerts d’Eiffel mais je n’arrive pas à m’en lasser… le groupe est à chaque fois excellent, présent, énergique et musicalement sans reproches… Les chansons d’Eiffel se vivent en concert, elles changent, évoluent, gagnent en intensité et en émotions; les nouvelles chansons prennent un autre tournant en live…

Chez Eiffel, écouter le disque ne suffit pas, il faut absolument les voir en concert.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Les yeux fermés de Eiffel
La chronique de l'album Live aux Eurockéennes de Belfort 6 juillet 2003 de Eiffel
La chronique de l'album Ma part d'ombre de Eiffel
La chronique de l'album Tandoori de Eiffel
La chronique de l'album Le Temps des Cerises et Gagnants / Perdants de Eiffel - Noir Désir
La chronique de l'album A Tout Moment de Eiffel
Eiffel parmi une sélection de singles (juin 2012)
La chronique de l'album Foule Monstre de Eiffel
La chronique de l'album Stupor Machine de Eiffel
Eiffel en concert à La Cigale (22 octobre 2003)
Eiffel en concert au Bataclan (4 avril 2007)
Eiffel en concert au Festival Class'Eurock 2007
Eiffel en concert à l'Olympia (19 novembre 2007 )
Eiffel en concert au Fil (jeudi 29 octobre 2009)
Eiffel en concert au Bataclan (mercredi 18 novembre 2009)
Eiffel en concert à Flèche d'or (lundi 14 décembre2009)
Eiffel en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2010 (jeudi 15)
Eiffel en concert au Centre Culturel Paul Baillart (jeudi 6 mai 2010)
Eiffel en concert au Festival Le Chant de Foire #15 (2010)
Eiffel en concert au Festival FNAC Indétendances 2010 (vendredi 6 août 2010)
Eiffel en concert au Zénith (vendredi 15 octobre 2010)
Eiffel en concert au Trianon (mercredi 28 novembre 2012)
L'interview de Eiffel (octobre 2003)
L'interview de Eiffel (8 décembre 2006)
L'interview de Eiffel (31 août 2009)
L'interview de Eiffel (vendredi 6 août 2010)
L'interview de Eiffel (mercredi 12 septembre 2012)
L'interview de Eiffel (mercredi 22 février 2019)

En savoir plus :

Le site officiel de Eiffel

Crédits photos : Fabrice (Plus de photos sur Taste of Indie)


Frizet         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 28 juin 2020 : Nouvelle Vague ?

Le premier tour des élections municipales fut le signe du début du confinement. Espérons que ce second tour ne sera pas l'appel à un second confinement. Quoi qu'il en soit : Soyez prudents, soyez heureux et cultivez vous ! c'est parti pour le sommaire en commençant par le replay de la Mare Aux Grenouilles #4 (eh oui déjà !)

Du côté de la musique :

"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa
et toujours :
"As found" de Fugu
"Désordres" de Austyn
"Anda Lutz" de Cie Guillaume Lopez
"A l'instinct A l'instant" de Daniel Jea
"Cérébro dancing" de Epilexique
"Cobra" de François Club
"Coquette" de Hailey Tuck
"Springtime with no harm" épisode 18 des mixes de Listen In Bed
"Fanfare XP, volume 2" de Magic Malik
"Avec son frère" de Volo
"Safeplace" de Yadam

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Démons" par Lorraine de Sagazan
"Misery" de William Goldman
"L'obéissance de la femme du berger "de Sergio Martínez Vila
"Migraaaants" de Matéi Visniec
"Le Remplaçant" d'Agnès Desarthe
"Portrait d'Amakoé de Souza - Salade Tomate Oignon" de et par Jean-Christophe Folly

"La Chose Commune" de David Lescot et Emmanuel Bex
de la comédie de boulevard :
"Hier est un autre jour "de Sylvain Meyniac et Jean-François Cros
"Madame Doubtfire" de Jaja Fiastri
"Le Clan des divorcées" de Alil Vardar
"A gauche en sortant de l'ascenseur" de Gérard Lauzier
du côté des humoristes :
"Mimie Mathy - J'adore papoter avec vous"
"Denis Maréchal - J'dis franchement"
dans le répertoire classique :
"Le Jeu de l'amour et du hasard" par Catherine Hiegel
"Roméo et Juliette" par Eric Ruf
Shakeaspeare :
à l'anglaise au Globe Teater : "Macbeth"
et en comédie musicale "Roméo et Juliette, de la haine à l'amour" de Gérard Presgurvic
et de l'Opéra revisité :
"La Traviata" de Verdi par Simon Stone
"Cendrillon" de Jules Massenet par David Hermann

Expositions :

en "real life" avec la réouverture progressive des musées :
"Pompéi" au Grand Palais
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières
"La Force du dessin - Chefs-d'oeuvre de la Collection Prat" au Petit Palais
"Esprit es-tu là ? Les peintres et les voix de l'au-delà" au Musée Maillol
"Le dessin sans réserve. Collections du Musée des Arts Décoratifs" au Musée des Arts Décoratifs
et en passant par la Lorraine, découvrir la Villa Majorelle œuvre de style Art nouveau.

Cinéma at home avec :

"Riens du tout" de Cédric Klapisch
"Noïse" de Henry Bean
"Sous surveillance" de Robert Redford
"La romancière" de John McKay
au Ciné-Club les années 50 :
"Un drôle de Dimanche" de Marc Allégret
"La vie à deux" de Clément Duhour
"L'homme au million ("The Million Pound Note") de Ronald Neame
des incontournables japonais :
des figures tutélaires :
"Tokyo drifter" de Seijun Suzuki
"A blind woman" de Teruo Ishii
et des plus jeunes :
"Mr Long" de Sabu
"Ichi, la femme samouraï" de Fumihiko Sori
et des raretés avec une sélection "Court metrage" :
"Le Chant du styrène" de Alain Resnais
"La chambre" de Chantal Akerman
"Pauline" de Céline Sciamma
"La traversée de l'Atlantique à la rame" de Jean-François Laguionie

Lecture avec :

"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin
et toujours :
"Le jour où Kennedy n'est pas mort" de R.J. Ellory
"Mauvaise graine" de Nicolas Jaillet
"Une immense sensation de calme" de Laurine Roux

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 2 août 2020 : Une petite pause s'impose
- La Mare Aux Grenouilles #08
- 26 juillet 2020 : Que le spectacle (re)commence
- 19 juillet 2020 : Un air de vacances
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=