Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Robin Leduc & The Pacemakers
Robin Leduc & The Pacemakers  ( Autoproduction)  novembre 2006

Bien que peu connu du grand public, cet originaire de Carcassone n’en est pas à son coup d’essai. Versant tout d’abord dans la house avec son groupe Only paradise, il est signé en 2003 par V2 et sort un premier album solo Tout devient tout. L’espoir était alors permis. Chansons pop, voix proprette voire même trop polie pour être honnête disait on à l’époque, mais un ensemble fait pour percer.

... Cependant les chemins du succès musical étant sinueux comme des routes de montagnes pyrénéennes, rien n’est jamais facile. Et l’on retrouve aujourd’hui Robin Leduc avec un album autoproduit, séparé de sa maison de disque mais accompagné d’un groupe.

Dans cet EP éponyme, Robin Leduc explore un vaste champ musical accompagné entre autre de Jean Thevenin (batterie) et Romain Corvez (basse), la section rythmique de Hopper. Ces derniers forment avec un troisième acolyte les pacemakers, touches à tout musicaux qui donnent à entendre scie musicale, banjo, bottleneck, wurlitzer, et même Dubreq stylophone.

Tout est affiché dans le titre mi-français, mi-anglais. Influences anglo-saxones pour la musique et chant dans la langue de molière. L’intro blues bayou de "Offense", le côté américana de "Miroir" bottleneck en prime et les jolis arpèges folk de "Sans trace", confirment l’indéniable inspiration d’outre Atlantique.

Avec un chant français légèrement plus parlé que chanté (une habitude décidément bien française), Robin Leduc raconte des histoires, petites tranches de vies. De l’obligatoire chanson de séparation ("Offense") au questionnement de toute génération d’adulescents qui se demande "A quoi ça sert d’être adulte" ("Adulte"), il associe joliment les mots et évite de tomber dans la facilité. Sur "Sans trace" la charmante voix féminine d’ "Austine", dont Robin a coréalisé l’EP, l’accompagne et il se permet même une petite escapade dans la langue anglaise avec "Watch the rain".

Avec ce EP bien fourni (8 titres annoncés mais 10 à l’arrivée), Robin Leduc trouve son chemin, mélange audacieux d’influences diverses. Pop, folk, un petit peu de bricole, des jolis arrangements. De ce fourre-tout ressort finalement une identité qu’il lui faudra continuer d’approfondir...

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Tout devient Tout de Robin Leduc
Robin Leduc en concert à La Flèche d'Or (8 février 2006)
Robin Leduc en concert au Grand Mix (jeudi 21 octobre 2010)

En savoir plus :

Le site officiel de Robin Leduc & The Pacemakers


Big Ben         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 18 août 2019 : Au rythme des vacances
- 11 août 2019 : Sur la Route du Rock
- 4 août 2019 : De festival en festivals
- 28 juillet 2019 : La canicule recule
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=