Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Jeremy Warmsley
The art of fiction  (Rykodisc)  avril 2007

Le nouveau venu d’Angleterre se nomme Jeremy Warmsley. A à peine 23 ans, il fait sensation outre manche en produisant un album inclassable, sorte d’indie-pop-electronica. Avec son look d’adolescent un peu timide, ce jeune anglais de mère française, n’a que peu de choses en commun avec la production musicale actuelle.

Jeune prodige anglais, Jeremy Warmsley sort un premier album iconoclaste The Art Of Fiction, dont il se fait fort d’être également le producteur.

V éritable OMNI (objet musical non identifié) en ces temps de formatage musical, Jeremy se permet l’outrecuidance de faire un bras d’honneur à son époque. Flamboyance, préciosité, exubérance, le risque de tomber dans le grandiloquent et de finir par brasser de l’air est grand. Cependant, Jeremy Warmsley a beau flirter avec la ligne séparant le "juste assez" du "presque trop", il réussit, tel un équilibriste insouciant, à maintenir l’ensemble debout.

Une fraîcheur de premier album où les barrières ne sont pas encore fixées et une insouciance salutaire lui permettent d’exprimer son inventivité débordante. Et alors que toute une génération d’anglais a grandit au son d’Oasis, couplet/refrain répété à l’envie, le jeune Warmsley a pris des chemins de traverse. Citant au passage Talking Heads, Brian Eno, ou Bjork comme influences, ce garçon ne fait décidément rien comme les autres.

La base reste pop mais une pop déstructurée, recomposée et enfin enrobée. Couches superposées, chœurs, sons bizarres, instruments à cordes ou à vent, la panoplie d’éléments utilisés est large. Pourtant sous cette cascade sonore, cet excès de détails, se cachent cependant des mélodies efficaces.

Malgré les rythmes parfois torturés, les structures difficiles à suivre on apprécie la belle folie qui anime le jeune homme. Et si on a parfois l’impression que ça part dans tous les sens, on ne perd jamais réellement le fil. Entre bricolage sur PC et arrangement symphoniques, Jeremy Warmsley a trouvé son équilibre qui lui procure une identité propre.

Le presque easy-listening (dans l’excellence sens du terme), telle la ritournelle pop "I promise" ou "5 verses", côtoie des chansons plus expérimentales tel "Hush" fait d’ambiances et de sons. Sa marque de fabrique consiste en ces ruptures, ces changements de directions soudains qui peuvent donner un effet décousu aux chansons. Mais Jeremy Warmsley sait aussi faire dans la presque simplicité avec "I knew her face was a lie" joué au piano.

Que ce soit avec des textes à la premières personne ou placé comme observateur extérieur, Jeremy raconte de petites histoires, sortant du schéma habituel couplet/refrain et fait des chroniques de la vie ordinaire.

Jeremy Warmsley se fabrique un style personnel, original et vérifie ce vieil adage qui prétend que la valeur n’attend pas le nombre d’années. La profusion peut dérouter au premier abord, on peut risquer l’indigestion, cela peut paraître parfois décousu, mais le jeune homme réussit son pari de ne pas sonner comme les autres et d’accrocher l’auditeur.

Une maturité étonnante pour son age et un sens de la liberté, lui permettent toutes ses extravagances et lui donnent une place à part dans le l’univers musical actuel.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Interview de Jeremy Warmsley
La chronique de l'album How we became de Jeremy Warmsley
L'interview de Jeremy Warmsley (19 novembre 2008)

En savoir plus :

Le site officiel de Jeremy Warmsley


Big Ben         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Jeremy Warmsley (19 novembre 2008)


# 8 décembre 2019 : Et si Noël n'avait pas lieu ?

Grève générale, transports bloqués, morosité ambiante, réchauffement climatique... Et si cette année Noël n'avait pas lieu ? Quoi qu'il en soit vous aurez largement de quoi vous réjouir avec notre proposition de découvertes culturelles hebdomadaires dès maintenant. Par ailleurs, suivez notre facebook pour gagner des places pour le concert de She Owl.

Du côté de la musique :

"The undivided five" de A Winged Victory for the Sullen
Rencontre avec Lofofora autour de leur album "Vanités"
"Fly fly" de Céline Bonacina
"Romantic sketches" de Fred Perreard Trio
"Not married anymore" de Hasse Poulsen
"Enfer et paradis" de Les Nus
"Une certaine urgence", émission #6 de notre podcast Listen In Bed
"De temps et de vents" de Bodh'aktan
"Building site" de Mata Hari
"Gréty : Raoul Barbe Bleue" de Orkester Nord, Martin Wahlberg
et toujours :
"D'où vient le nord" de Francoeur
"Other side effects" de Lion Says
"Black Cofvefe" 5eme volume des mixes en podcast de Listen in Bed
"Santa Maria Remix" de Carmen Maria Vega
"Paganini, Schubert" de Vilde Frang & Michail Lifits
"I don't want to play the victim, But i'm really good at it" de Love Fame Tragedy
"Little ghost" de Moonchild
"Los Angeles" de Octave Noire
"A blemish in the great light" de Half Moon Run
"Older" de Quintana Dead Blues eXperience
"C'est pas des manières" de The Glossy Sisters
"Zimmer" de Zimmer

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Architecture" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Elvira" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"New Magic People" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"A" à la Scène Parisienne
"Mister Paul" au Théâtre L'Atalante
"Deux amoureux à Paris" au Studio Hébertot
"Nobody is perfect" à la Scène Parisienne
des reprises :
"Allers-Retours" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Portrait de Ludmilla en Nina Simone" au Théâtre des Abbesses
"Métropole" au Théâtre de la Reine Blanche
"Chambre noire" au Monfort Théâtre
et la chronique des spectacles à l'affiche en décembre

Expositions avec :

"Marche et démarche - Une histoire de la chaussure" au Musée des Arts Décoratifs
"Helena Rubinstein - La Collection de Madame" au Musée du Quai Branly

Cinéma avec :

Les nouveautés de la semaine :
"La Vie invisible d'Euridice Gusmao" de Avénarius d’Ardronville
"Le Roi d'Ici" de Karim Aïnouz
Oldies but Goodies avec "Kanal" de Andrzej Wajda
et la chronique des films sortis en novembre

Lecture avec :

"Au plus près" de Anneli Furmark & Monika Steinholm
"Evolution " de Marc Elsberg
"L'amexique au pied du mur" de Clément Brault & Romain Houeix
"Rien que pour moi" de J.L. Butler
"Secret de polichinelle" de Yonatan Sagiv
et toujours :
"Le chant du bouc" de Carmen Maria Vega
"La tempête qui vient" de James Ellroy
"Le crime de Blacourt" de Daphné Guillemette
"Pas de répit pour la reine" de Frédéric Lenormand
"Stalingrad" de Antony Beevor
"Un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout" de Alice Munro

Froggeek's Delight :

"Oculus Quest" Le casque de réalité virtuel autonome

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=