Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Shy child
Noise won’t stop  (Wall of sound)  mai 2007

L’électro-rock, à force de ne plus choisir entre la programmation et le live, finit par refuser de trancher entre LCD Soundsystem et les Klaxons. Shy Child, en bon enfant des années 00, n’échappe pas à la règle, et ce Noise won’t stop porte bien son nom, album décacophonique de premier ordre qui hésite également entre le bruit et la mélodie. Choix cornélien.

Le combo US n’y va pas avec la petite cuillère. Son surcompressé, synthés mixés en avant, voix fantomatique. Tous les éléments semblent réunis pour tenter le bis repetita après le succès de LCD Soundsystem ou Tom Wek sur ce registre. L’art polymorphe au sommet des buildings.

Las. Les compositions manquent de mélodie sur la première partie de l’album. Autant essayer de mixer avec la prise électrique débranchée. Il faut attendre, patience oblige, "The Volume", pour comprendre la démarche du duo américain, qui lorgne ouvertement vers les Klaxons et Hot Chip pour titiller l’auditeur sur le terrain electro-sensible.

Bien trop axé sur les synthés qui font le trottoir sur "Pressure to come" et "Kick drum", Shy Child, oui, est un enfant timide qui peine à montrer ses dents. La bonne impression perdure sur "Generation Y we got it", alternant les synthés 90’ et la fameuse boucle de boite en arpeggio. On ne sait si le disque se conjugue au présent ou au passé. C’est actuel, chose sûre.

Il manque cela dit quelque chose, comme dans toutes les musiques louchant sévère vers l’ordinateur comme instrument de musique (comme MSTRKRFT par exemple) : l’émotion. La transpiration des auteurs, pas celle des danseurs. Le dessin visé est lisible, manquent les couleurs pour colorier le polichinelle. "Good and Evil" marque cela dit le pas.

L’inconvénient de Shy Child, au final, étant de montrer tout son jeu dans les 30 premières secondes de chaque piste. Mort à l’improvisation et aux cassures. Une recette est trouvée, et d’emblée elle est conservée, sans ingrédients supplémentaires. Il y a bien ce "Summer" parfait pour le coït. Emotion facile du présent qui se consomme/consume facilement en moins d’un quart d’heure...

Noise won’t stop ? Pas si sûr. Il suffit d’éteindre la platine.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Liquid Love de Shy Child

En savoir plus :

Le site officiel de Shy Child


Little Tom         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

Abonnez vous à la Newsletter pour recevoir, outre les mises à jour en avant première, des infos de première importance et peut être des choses dont vous n'avez même pas encore imaginé l'existence et l'impact sur votre vie... et nous non plus.

se désabonner, changer son mail ... c'est ici!


» Contacter un membre ou toute
   l'équipe (cliquez ici)


Afficher les chroniques d'un membre :

Liste des chroniques... Cécile B.B.
Liste des chroniques... David
Liste des chroniques... Didier Richard
Liste des chroniques... Fred
Liste des chroniques... Jean-Louis Zuccolini
Liste des chroniques... Julien P.
Liste des chroniques... LaBat’
Liste des chroniques... Laurent Coudol
Liste des chroniques... Le Noise (Jérôme Gillet)
Liste des chroniques... Margotte
Liste des chroniques... MM
Liste des chroniques... Monsieur Var
Liste des chroniques... Nathalie Bachelerie
Liste des chroniques... Nicolas Arnstam
Liste des chroniques... Paola Simeone
Liste des chroniques... Philippe Person
Liste des chroniques... Rickeu
Liste des chroniques... Séb.T

 

Les articles de ce site sont la propriété de froggydelight.com et de leurs auteurs.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=