Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The Rakes
Interview  (Paris)  avril 2007

Premier indice : l’interlocuteur est anglais. Deuxième indice, il se prénomme Jamie. Jamie T ?? Bien essayé, mais notre homme joue dans un groupe de rock. De la basse plus précisément. Ah … Jamie des Rakes !! Joli !! Bien vu !

Entretien avec l’intéressé quelques heures avant un Elysée Montmartre en forme de consécration.


Vous passez votre temps à Paris en ce moment : ce soir à l’Elysée Montmartre et puis dans quelques semaines au festival des Inrocks d’été. Vous connaissez les Inrocks en Angleterre ?

Jamie : Tout à fait mais on ne peut pas le lire car il n’est disponible qu’en français. Mais, c’est vraiment un super hebdo, très ouvert : on a beaucoup de respect pour eux. Rien à voir avec les journaux anglais qui accordent plus de place aux frasques des artistes qu’à leur musique. En plus, ils ont toujours été très gentils avec nous.

Si je me rappelle bien, vous aviez déjà joué pour ce festival en 2005 le même soir que Cat Power et The Organ …

Jamie : … et Test Icicles, un groupe super important avec le recul. Tout le monde est passé à côté à l’époque ... à bien réfléchir, quelle différence avec les Klaxons aujourd’hui ? Test Icicles ont été les premiers dans ce style.

Parlons un peu de votre nouvel album, vous étiez dans quel état d’esprit au moment de sa conception ?

Jamie : Il a quasiment été enregistré en live. Nous étions juste guidés par nos instruments, uniquement intéressés à ce que les chansons allaient donner en live. Pour le deuxième, nous avons tenté des choses et beaucoup ré-écouté le résultat. Une sorte de processus itératif. Tout en essayant d’insérer plus d’espaces dans le son. Il s’adresse plus à l’auditeur dans son salon qu’au spectateur de concert. Pour dire, nous avons même dû revoir certains arrangements pour la scène.

Et comment le public accueille les nouveaux morceaux ?

Jamie : Très bien, en même temps, nous n’avons joué qu’à Amsterdam dernièrement mais auparavant en Angleterre, les réactions étaient très enthousiastes.

A quel moment avez-vous commencé de bosser dessus ?

Jamie : Il y a très longtemps ! Certaines chansons datent d’avant le premier album. Mais il était trop tard pour les y intégrer. La majorité a donc été composée durant la tournée qui a suivi, notamment pendant les balances : on avait du temps, un son d’enfer dans ces grandes salles vides. On a pu essayer plein de trucs.

Et vous avez passé pas mal de temps en studio ?

Jamie : Un peu plus d’un mois : deux semaines d’enregistrement et trois semaines de masterisation. Deux chansons par semaine, c’est une bonne moyenne non ?

Des sources d’inspiration particulières pour cet album ?

Jamie : Alan et surtout Mathew seraient plus à même de répondre à cette question que moi ! Tout ce que je peux te dire, c’est que Mathew intellectualise énormément ses nombreuses lectures. Inconsciemment, on a également dû être influencés par des disques écoutés en tournée : Queens Of The Stone Age, Arcade Fire …

Franchement au niveau du titre, "Ten New Messages", vous ne vous êtes pas trop foulés ! A moins qu’il y ait un sens caché ?

Jamie : Non non, ça nous semblait aller parfaitement : dix nouveaux morceaux, chacun avec un message particulier …

Où allez-vous aller tourner cette année ? Vous avez toujours eu un penchant pour les endroits incongrus !

Jamie : On doit aller en Europe tout d’abord, avec un festival prévu en Allemagne, puis au Brésil et en Amérique du Nord. Mais c’est vrai qu’on adore aller jouer aux endroits où personne ne va. Par exemple on a fait un concert à Skopje en Serbie : les mecs nous ont appelés, on y est allés, un souvenir incroyable. Plein de groupes anglais ne pensent qu’à faire de l’argent et restent dans les circuits traditionnels : Londres, Manchester, Berlin, Amsterdam, Paris … Nous préférons aller à la rencontre de nouvelles cultures, voir la réaction d’un public auquel on n’est pas habitué. On est vraiment chanceux de pouvoir le faire !

Et ça marche pour vous aux Etats-Unis ?

Jamie : Disons qu’on remplit des salles de tailles équivalentes aux salles européennes …

Si tu n’étais pas dans un groupe de rock, tu ferais quoi ?

Jamie : Je ne sais pas précisément, artiste peintre … Ou autre chose dans le milieu de l’art ! C’est marrant, avant Mathew bossait dans un magasin de fringues, Alan faisait de la saisie de données dans un hôpital …

C’est pas un peu dur par moment la vie de rock star ?

Jamie : Tu sais je ne connais pas beaucoup de boulots où tu voyages autant, où tu rencontres plein de gens et où tu bosses seulement une heure par jour !

Vu sous cet angle, je ne peux qu’être d’accord ! Mais vous arrivez encore à avoir des contacts proches avec vos fans malgré le succès ?

Jamie : Oui, oui. Nous n’avons aucune envie de devenir énormes et d’être totalement coupés d’eux. C’est bon d’être un groupe relativement petit avec une bonne troupe de fans derrière. Je n’envie pas du tout ces groupes, genre Hard-Fi, Kaiser Chiefs, dont les fans écoutent des radios pourries, viennent les voir en concert comme ils iraient voir n’importe quel groupe … Pas des vrais fans en somme …

Sinon, quels sont les derniers disques qui t’ont marqué ?

Jamie : Good Shoes qui ouvrent pour nous ce soir sont vraiment excellents. Klaxons sont très bons : on a pas mal joué avec eux l’an passé ! Les Shins aussi … Le nouveau Bloc Party est pas mal non plus !

Klaxons justement, tu ne penses pas qu’ils viennent de jeter les bases de ce que sera le rock durant les deux prochaines années ?

Jamie : En Europe, c’est fort probable. Par contre, je ne pense pas que les américains suivront le mouvement.

Bonne chance pour ce soir !

Jamie : Merci !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Capture release de The Rakes
La chronique de l'album Ten new messages de The Rakes
La chronique de l'album Klang de The Rakes
The Rakes en concert au Trabendo (8 avril 2006)
The Rakes en concert au Festival Art Rock 2006 (Samedi)
The Rakes en concert au Festival Art Rock 2006 (Samedi) - 2ème
The Rakes en concert au Festival International de Benicassim 2006 (dimanche)
The Rakes en concert au Festival Le rock dans tous ses Etats 2007 (vendredi)

En savoir plus :

Le site officiel de The Rakes


Barbel         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 20 octobre 2019 : De tout, pour Tous

Encore un programme bien chargé et très éclectique au travers de notre sélection culturelle hebdomadaire. Beaucoup à lire, à voir, à écouter... alors ne perdons pas de temps. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Engine of paradise" de Adam Green
"Phantom solids" de Lunt
"Fear of an acoustic planet" de Tahiti 80
"A wonder plante to" de Nilok 4tet & Daniel Zimmermann
"Six strings under" de Eric Legnini
Sarah McCoy et Dom La Nena au Nancy Jazz Pulsation
"Nothin' but" de Flyin' Saucers Gumbo Special
"Comfort zone" de Hugo Lippi
"Hors l'amour" de Jean Felzine
"A ciel ouvert" de Kaori
Rencontre avec Lady Arlette, accompagnée d'une session live et acoustique
"Vinyles, suite" c'est le titre de l'émission #3 de Listen in Bed
"Déluge" c'est le troisième volume des Mix de Listen in Bed
"Hybrid" de Yosta
et toujours :
"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Orouni en session live dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Cirque Leroux - La Nuit du Cerf" au Théâtre Libre
"Un jardin de silence" à La Scala
"Frida jambe de bois" au Théâtre de l'Union à Limoges
"Fleur de peau" au Théâtre Essaion
"Habiter le temps" au Lavoir Moderne Parisien
"Wilde - Chopin" au Théâtre Le Ranelagh
"En ce temps là l'amour..." au Théâtre des Mathurins
"Imposture posthume" au Centre Culturel Suisse
"Fred Tousch - Fée" au Théâtre de Belleville
"Corinne Zarzavatdjian - Un nom à coucher dehors !" au Mélo d'Amélie
des reprises :
"L'Ingénu" au Théâtre Le Lucernaire
"Le Crépuscule" au Théâtre de l'Epée de Bois
"J'aime Brassens" au Théâtre d'Edgar
et la chronique des spectacles déjà à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Vampires - De Dracula à Buffy" à la Cinémathèque française

Cinéma avec :

le film de la semaine :
"Au bout du monde" de Kiyoshi Kurosawa
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"Cléopâtre" de Alberto Angela
"Histoire du Canada" de Daniel de Montplaisir
"Je te suivrai en Sibérie" de Irène Frain
"La source de l'amour propre" de Toni Morrison
"Ordinary people" de Diana Evans
"Vik" de Ragnar Jonasson
et toujours :
"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Guerilla, le temps des barbares" de Laurent Obertone
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 20 octobre 2019 : De tout, pour Tous
- 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres
- 6 octobre 2019 : Coup de froid
- 29 septembre 2019 : Une édition sans chichis
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=