Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The Rakes
Interview  (Paris)  avril 2007

Premier indice : l’interlocuteur est anglais. Deuxième indice, il se prénomme Jamie. Jamie T ?? Bien essayé, mais notre homme joue dans un groupe de rock. De la basse plus précisément. Ah … Jamie des Rakes !! Joli !! Bien vu !

Entretien avec l’intéressé quelques heures avant un Elysée Montmartre en forme de consécration.


Vous passez votre temps à Paris en ce moment : ce soir à l’Elysée Montmartre et puis dans quelques semaines au festival des Inrocks d’été. Vous connaissez les Inrocks en Angleterre ?

Jamie : Tout à fait mais on ne peut pas le lire car il n’est disponible qu’en français. Mais, c’est vraiment un super hebdo, très ouvert : on a beaucoup de respect pour eux. Rien à voir avec les journaux anglais qui accordent plus de place aux frasques des artistes qu’à leur musique. En plus, ils ont toujours été très gentils avec nous.

Si je me rappelle bien, vous aviez déjà joué pour ce festival en 2005 le même soir que Cat Power et The Organ …

Jamie : … et Test Icicles, un groupe super important avec le recul. Tout le monde est passé à côté à l’époque ... à bien réfléchir, quelle différence avec les Klaxons aujourd’hui ? Test Icicles ont été les premiers dans ce style.

Parlons un peu de votre nouvel album, vous étiez dans quel état d’esprit au moment de sa conception ?

Jamie : Il a quasiment été enregistré en live. Nous étions juste guidés par nos instruments, uniquement intéressés à ce que les chansons allaient donner en live. Pour le deuxième, nous avons tenté des choses et beaucoup ré-écouté le résultat. Une sorte de processus itératif. Tout en essayant d’insérer plus d’espaces dans le son. Il s’adresse plus à l’auditeur dans son salon qu’au spectateur de concert. Pour dire, nous avons même dû revoir certains arrangements pour la scène.

Et comment le public accueille les nouveaux morceaux ?

Jamie : Très bien, en même temps, nous n’avons joué qu’à Amsterdam dernièrement mais auparavant en Angleterre, les réactions étaient très enthousiastes.

A quel moment avez-vous commencé de bosser dessus ?

Jamie : Il y a très longtemps ! Certaines chansons datent d’avant le premier album. Mais il était trop tard pour les y intégrer. La majorité a donc été composée durant la tournée qui a suivi, notamment pendant les balances : on avait du temps, un son d’enfer dans ces grandes salles vides. On a pu essayer plein de trucs.

Et vous avez passé pas mal de temps en studio ?

Jamie : Un peu plus d’un mois : deux semaines d’enregistrement et trois semaines de masterisation. Deux chansons par semaine, c’est une bonne moyenne non ?

Des sources d’inspiration particulières pour cet album ?

Jamie : Alan et surtout Mathew seraient plus à même de répondre à cette question que moi ! Tout ce que je peux te dire, c’est que Mathew intellectualise énormément ses nombreuses lectures. Inconsciemment, on a également dû être influencés par des disques écoutés en tournée : Queens Of The Stone Age, Arcade Fire …

Franchement au niveau du titre, "Ten New Messages", vous ne vous êtes pas trop foulés ! A moins qu’il y ait un sens caché ?

Jamie : Non non, ça nous semblait aller parfaitement : dix nouveaux morceaux, chacun avec un message particulier …

Où allez-vous aller tourner cette année ? Vous avez toujours eu un penchant pour les endroits incongrus !

Jamie : On doit aller en Europe tout d’abord, avec un festival prévu en Allemagne, puis au Brésil et en Amérique du Nord. Mais c’est vrai qu’on adore aller jouer aux endroits où personne ne va. Par exemple on a fait un concert à Skopje en Serbie : les mecs nous ont appelés, on y est allés, un souvenir incroyable. Plein de groupes anglais ne pensent qu’à faire de l’argent et restent dans les circuits traditionnels : Londres, Manchester, Berlin, Amsterdam, Paris … Nous préférons aller à la rencontre de nouvelles cultures, voir la réaction d’un public auquel on n’est pas habitué. On est vraiment chanceux de pouvoir le faire !

Et ça marche pour vous aux Etats-Unis ?

Jamie : Disons qu’on remplit des salles de tailles équivalentes aux salles européennes …

Si tu n’étais pas dans un groupe de rock, tu ferais quoi ?

Jamie : Je ne sais pas précisément, artiste peintre … Ou autre chose dans le milieu de l’art ! C’est marrant, avant Mathew bossait dans un magasin de fringues, Alan faisait de la saisie de données dans un hôpital …

C’est pas un peu dur par moment la vie de rock star ?

Jamie : Tu sais je ne connais pas beaucoup de boulots où tu voyages autant, où tu rencontres plein de gens et où tu bosses seulement une heure par jour !

Vu sous cet angle, je ne peux qu’être d’accord ! Mais vous arrivez encore à avoir des contacts proches avec vos fans malgré le succès ?

Jamie : Oui, oui. Nous n’avons aucune envie de devenir énormes et d’être totalement coupés d’eux. C’est bon d’être un groupe relativement petit avec une bonne troupe de fans derrière. Je n’envie pas du tout ces groupes, genre Hard-Fi, Kaiser Chiefs, dont les fans écoutent des radios pourries, viennent les voir en concert comme ils iraient voir n’importe quel groupe … Pas des vrais fans en somme …

Sinon, quels sont les derniers disques qui t’ont marqué ?

Jamie : Good Shoes qui ouvrent pour nous ce soir sont vraiment excellents. Klaxons sont très bons : on a pas mal joué avec eux l’an passé ! Les Shins aussi … Le nouveau Bloc Party est pas mal non plus !

Klaxons justement, tu ne penses pas qu’ils viennent de jeter les bases de ce que sera le rock durant les deux prochaines années ?

Jamie : En Europe, c’est fort probable. Par contre, je ne pense pas que les américains suivront le mouvement.

Bonne chance pour ce soir !

Jamie : Merci !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Capture release de The Rakes
La chronique de l'album Ten new messages de The Rakes
La chronique de l'album Klang de The Rakes
The Rakes en concert au Trabendo (8 avril 2006)
The Rakes en concert au Festival Art Rock 2006 (Samedi)
The Rakes en concert au Festival Art Rock 2006 (Samedi) - 2ème
The Rakes en concert au Festival International de Benicassim 2006 (dimanche)
The Rakes en concert au Festival Le rock dans tous ses Etats 2007 (vendredi)

En savoir plus :

Le site officiel de The Rakes


Barbel         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 1er juin 2020 : Retour à la réalité

Le monde d'après ne sera sans doute pas mieux que celui d'avant. Ces 2 mois de répit n'auront sans doute servi qu'à amplifier les frustrations en tout genre. Sans prétendre y remédier voic de quoi vous détendre un peu avec notre sélection culturelle de la semaine.

vous pouvez également revoir notre première émission "La mare aux grenouilles" sur la Froggy's TV. Suivez la chaine pour ne pas rater émissions et concerts en direct.

Du côté de la musique :

"Nunataq" de Alexandre Herer
"Vodou Alé" de Chouk Bwa & The Angstromers
"Wallsdown" de Enzo Carniel
Interview de Jo Wedin et Jean Felzine à l'occasion de leur concert sur la Froggy's TV
"Pictures of century" de Lane
"Lullaby (mix #15)" nouvelle émission de Listen In Bed à écouter
"Introssessions" de Minhsai
"Guinea music all stars" de Moh! Kouyaté
"Parcelle brillante" de Orwell
"Evocacion" de Quatuor Eclisses
"Is this natural" de Tazieff
"EP 2" de The Reed Conservation Society
et toujours :
Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

les créations contemporaines :
"Le Mardi à Monoprix" de Emmanuel Darley
"Lucide" de Rafael Spregelburd
"Le Royaume des animaux" de Roland Schimmelpfennig
"Délivre-toi de mes désirs" de María Velasco
"L'étudiante et Monsieur Henri" de Yvan Calbérac
de la comédie signée Pierre Palmade:
"Ma soeur est un chic type" de Pierre Palmade
"Pièce montée" de Pierre Palmade
"10 ans de mariage" de Alil Vardar
Au Théâtre ce soir :
"On dînera au lit" de Marc Camoletti
"Le canard à l'orange" de William Douglas Home
"L'Or et la Paille" de Barillet et Grédy
les classiques par la Comédie française :
"L'Avare" de Molière
"Les Rustres" de Goldoni
du côté des humoristes :
un spécial Christophe Alévêque à l'occasion de son inédit 2020 "Le trou noir"
avec
"Christophe Alévêque - Super rebelle... et candidat libre"
"Christophe Alévêque revient bien sûr"

"Christophe Alévêque - Debout"
et du théâtre lyrique revisité:
"Le Postillon de Lonjumeau" d'Adolphe Adam par Michel Fau
"Turandot" de Puccini par Robert Wilson
et de la caricature joyeuse avec "The Opera Locos"

Expositions :

découvrir la visite en ligne d'expositions virtuelles annulées :
"Giorgio de Chirico. La peinture métaphysique" au Musée de l'Orangerie
"Pompéi" au Grand Palais
et "Plein air, de Corot à Monet" au Musée des Impressionnismes de Giverny
s'évader en un clic en direction de la province :
à Nice pour une visite virtuelle du Musée Magnin et celle de l'exposition "Soulages, la puissance créatrice" à la Galerie Lympia
de l'Europe :
en Espagne vers le Musée Carmen Thyssen à Málaga
et en Allemagne avec la visite des 3 niveaux de la Kunsthalle de Brême
et plus loin encore aux Etats-Unis vers le Musée Isabella Stewart Gardner à Boston
et le Musée d'Art de Caroline du Nord à Raleigh
avant le retour sur Paris pour découvrir les éléments décoratifs de L’Opéra national de Paris

Cinéma at home avec :

de l'action :
"Code 211" de York Alec Shackleton
"Duels" de Keith Parmer
de la comédie : "Le boulet" de Alain Berbérian et Frédéric Forestier
du drame :
"Marion, 13 ans pour toujours" de Bourlem Guerdjou
"Happy Sweden" de Ruben Östlund
de la romance :
"Coup de foudre à Jaïpur" de Arnauld Mercadier
"Marions-nous !" de Mary Agnes Donoghue
du thriller :
"The Watcher" de Joe Charbanic
"Résurrection" de Russell Mulcahy
du fantastique : "Godzilla" de Masao Tamai
les années 40 au Ciné-Club :
"Boule de suif" de Christian Jaque
"Le carrefour des enfants perdus" de Léo Joannon
et un clin d'oeil au début du cinéma avec "Le Voyage dans la Lune" de Georges Méliès

Lecture avec :

"BeatleStones" de Yves Demas & Charles Gancel
"L'obscur" de Phlippe Testa
"La géographie, reine des batailles" de Philippe Boulanger
"Trouver l'enfant / La fille aux papillons" de René Denfeld
et toujours :
"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 1er juin 2020 : Retour à la réalité
- 24 mai 2020 : Culture pour tous !
- 17 mai 2020 : le joli mois de mai
- 10 mai 2020 : Sortez Masqués !
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=