Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The Rakes
Interview  (Paris)  avril 2007

Premier indice : l’interlocuteur est anglais. Deuxième indice, il se prénomme Jamie. Jamie T ?? Bien essayé, mais notre homme joue dans un groupe de rock. De la basse plus précisément. Ah … Jamie des Rakes !! Joli !! Bien vu !

Entretien avec l’intéressé quelques heures avant un Elysée Montmartre en forme de consécration.


Vous passez votre temps à Paris en ce moment : ce soir à l’Elysée Montmartre et puis dans quelques semaines au festival des Inrocks d’été. Vous connaissez les Inrocks en Angleterre ?

Jamie : Tout à fait mais on ne peut pas le lire car il n’est disponible qu’en français. Mais, c’est vraiment un super hebdo, très ouvert : on a beaucoup de respect pour eux. Rien à voir avec les journaux anglais qui accordent plus de place aux frasques des artistes qu’à leur musique. En plus, ils ont toujours été très gentils avec nous.

Si je me rappelle bien, vous aviez déjà joué pour ce festival en 2005 le même soir que Cat Power et The Organ …

Jamie : … et Test Icicles, un groupe super important avec le recul. Tout le monde est passé à côté à l’époque ... à bien réfléchir, quelle différence avec les Klaxons aujourd’hui ? Test Icicles ont été les premiers dans ce style.

Parlons un peu de votre nouvel album, vous étiez dans quel état d’esprit au moment de sa conception ?

Jamie : Il a quasiment été enregistré en live. Nous étions juste guidés par nos instruments, uniquement intéressés à ce que les chansons allaient donner en live. Pour le deuxième, nous avons tenté des choses et beaucoup ré-écouté le résultat. Une sorte de processus itératif. Tout en essayant d’insérer plus d’espaces dans le son. Il s’adresse plus à l’auditeur dans son salon qu’au spectateur de concert. Pour dire, nous avons même dû revoir certains arrangements pour la scène.

Et comment le public accueille les nouveaux morceaux ?

Jamie : Très bien, en même temps, nous n’avons joué qu’à Amsterdam dernièrement mais auparavant en Angleterre, les réactions étaient très enthousiastes.

A quel moment avez-vous commencé de bosser dessus ?

Jamie : Il y a très longtemps ! Certaines chansons datent d’avant le premier album. Mais il était trop tard pour les y intégrer. La majorité a donc été composée durant la tournée qui a suivi, notamment pendant les balances : on avait du temps, un son d’enfer dans ces grandes salles vides. On a pu essayer plein de trucs.

Et vous avez passé pas mal de temps en studio ?

Jamie : Un peu plus d’un mois : deux semaines d’enregistrement et trois semaines de masterisation. Deux chansons par semaine, c’est une bonne moyenne non ?

Des sources d’inspiration particulières pour cet album ?

Jamie : Alan et surtout Mathew seraient plus à même de répondre à cette question que moi ! Tout ce que je peux te dire, c’est que Mathew intellectualise énormément ses nombreuses lectures. Inconsciemment, on a également dû être influencés par des disques écoutés en tournée : Queens Of The Stone Age, Arcade Fire …

Franchement au niveau du titre, "Ten New Messages", vous ne vous êtes pas trop foulés ! A moins qu’il y ait un sens caché ?

Jamie : Non non, ça nous semblait aller parfaitement : dix nouveaux morceaux, chacun avec un message particulier …

Où allez-vous aller tourner cette année ? Vous avez toujours eu un penchant pour les endroits incongrus !

Jamie : On doit aller en Europe tout d’abord, avec un festival prévu en Allemagne, puis au Brésil et en Amérique du Nord. Mais c’est vrai qu’on adore aller jouer aux endroits où personne ne va. Par exemple on a fait un concert à Skopje en Serbie : les mecs nous ont appelés, on y est allés, un souvenir incroyable. Plein de groupes anglais ne pensent qu’à faire de l’argent et restent dans les circuits traditionnels : Londres, Manchester, Berlin, Amsterdam, Paris … Nous préférons aller à la rencontre de nouvelles cultures, voir la réaction d’un public auquel on n’est pas habitué. On est vraiment chanceux de pouvoir le faire !

Et ça marche pour vous aux Etats-Unis ?

Jamie : Disons qu’on remplit des salles de tailles équivalentes aux salles européennes …

Si tu n’étais pas dans un groupe de rock, tu ferais quoi ?

Jamie : Je ne sais pas précisément, artiste peintre … Ou autre chose dans le milieu de l’art ! C’est marrant, avant Mathew bossait dans un magasin de fringues, Alan faisait de la saisie de données dans un hôpital …

C’est pas un peu dur par moment la vie de rock star ?

Jamie : Tu sais je ne connais pas beaucoup de boulots où tu voyages autant, où tu rencontres plein de gens et où tu bosses seulement une heure par jour !

Vu sous cet angle, je ne peux qu’être d’accord ! Mais vous arrivez encore à avoir des contacts proches avec vos fans malgré le succès ?

Jamie : Oui, oui. Nous n’avons aucune envie de devenir énormes et d’être totalement coupés d’eux. C’est bon d’être un groupe relativement petit avec une bonne troupe de fans derrière. Je n’envie pas du tout ces groupes, genre Hard-Fi, Kaiser Chiefs, dont les fans écoutent des radios pourries, viennent les voir en concert comme ils iraient voir n’importe quel groupe … Pas des vrais fans en somme …

Sinon, quels sont les derniers disques qui t’ont marqué ?

Jamie : Good Shoes qui ouvrent pour nous ce soir sont vraiment excellents. Klaxons sont très bons : on a pas mal joué avec eux l’an passé ! Les Shins aussi … Le nouveau Bloc Party est pas mal non plus !

Klaxons justement, tu ne penses pas qu’ils viennent de jeter les bases de ce que sera le rock durant les deux prochaines années ?

Jamie : En Europe, c’est fort probable. Par contre, je ne pense pas que les américains suivront le mouvement.

Bonne chance pour ce soir !

Jamie : Merci !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Capture release de The Rakes
La chronique de l'album Ten new messages de The Rakes
La chronique de l'album Klang de The Rakes
The Rakes en concert au Trabendo (8 avril 2006)
The Rakes en concert au Festival Art Rock 2006 (Samedi)
The Rakes en concert au Festival Art Rock 2006 (Samedi) - 2ème
The Rakes en concert au Festival International de Benicassim 2006 (dimanche)
The Rakes en concert au Festival Le rock dans tous ses Etats 2007 (vendredi)

En savoir plus :

Le site officiel de The Rakes


Barbel         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 24 mai 2020 : Culture pour tous !

Toujours pas de festival, de théâtre, de concert, et autres ouvertures de lieux de réjouissances diverses sinon quelques passe droits pour les amis de Manu. En espérant que tout rentre dans l'ordre et que l'on retrouve le plaisir du spectacle vivant bientôt. Soyez prudents, sortez couverts et restez curieux !

Du côté de la musique :

Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac
et toujours :
"Chante-nuit" de Facteurs Chevaux
"9 songs" de Pierre
"Sex education" de Ezra Furman
"Cage meet Satie" de Anne de Fornel et Jay Gottlieb
Interview de Batist & the 73' réalisé à l'occasion de son live Twitch dont des extraits accompagnent cette entretien
"Hundred fifty roses" de Dune & Crayon
"F.A. Cult" de Hermetic Delight
"Love is everywhere" de Laurent Bardainne & Tigre d'Eau Douce
"Hum-Ma" de Les Enfants d'Icare
"Spirals" de Sébastien Forrestier

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Frida jambe de bois" de Pascal Rinaldi en vidéo
le diptyque Arne Lygre mis en scène par Stéphane Braunschweig :
"Je disparais" en vidéo
"Rien de moi" en vidéo
des comédies :
"Alors on s'aime"
"L'Appel de Londres"
"Hier est un autre jour"
du divertissement :
"On ne choisit pas sa famille"
"Double mixte"
du vaudeville avec "Le Système Ribadier"
du côté des humoristes :
"François Rollin - Colères"
"La Teuf des Chevaliers du fiel"
"Franck Duboscq - Il était une fois"
Au Théâtre ce soir :
"Le canard à l'orange"
"Le prête-nom"
"Deux hommes dans une valise"
des classiques par la Comédie française :
"Le Petit-Maître corrigé" de Marivaux
"Cyrano de Bergerac" d"Edmond Rostand
et aller à l'opéra pour :
"Fortunio" d'André Messager
"Falstaff" de Verdi

Expositions avec :

les visites commentées par les commissaires d'expositions qui se sont tenues au Musée Jacquemart-André :
"Hammershøi, le maître de la peinture danoise" en vidéo
et "La collection Alana - Chefs-d'oeuvre de la peinture italienne"
partir en province pour découvrir en images le Musée d'Art Moderne et Contemporain de Strasbourg
et le Musée des Beaux-Arts de Nancy
puis en Europe en Espagne le Musée national Thyssen-Bornemisza à Madrid
en Allemagne au Städel Museum à Francfort
ailleurs au Brésil à la Pinacothèque de Sao Paulo
et au Japon au Ohara Museum of Art à Kurashiki
avant de revenir dans l'Hexagone pour une déambulation virtuelle dans le Petit Palais

Cinéma at home avec :

du drame : "Aime ton père" de Jacob Berger
de l'espionnage : "Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
du thriller : "The Unseen" de Geoff Redknap
du thriller fantastique avec "La Neuvième Porte" de Roman Polanski
du divertissement :
"Cassos" de Philippe Carrèse
"Promotion canapé" de Didier Kaminka
"Les Frères Pétard" de Hervé Palud
de glorieux péplums italiens avec Steve Reeves :
"Les Travaux d'Hercule' de Pietro Francisci en VO
"La Bataille de Marathon" de Jacques Tourneur, Mario Bava et Bruno Vailati en VF
du western :
"L'Homme aux colts d'or" d'Edward Dmytryk
"Chino" de John Sturges
au Ciné Club, du cinéma français des années 30 :
"Mister Flow" de Robert Siodmak
"La Banque Némo" de Marguerite Viel
"Les amours de minuit" d'Augusto Genina et Marc Allégret
"Ces messieurs de la santé" de Pierre Colombier
et des films récents en DVD :
"Deux" de Filippo Meneghetti
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"La Dernière vie de Simon" de Léo Karmann

Lecture avec :

"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan
et toujours :
"Là où chantent les écrevisses" de Delia Owens
"Les lumières de Tel Aviv" de Alexandra Schwartzbrod
"Faites moi plaisir" de Mary Gaitskill
"La chaîne" de Adrian McKinty
"Incident au fond de la galaxie" de Etgar Keret

Froggeek's Delight :

Des lives jeux vidéo (mais aussi des concerts) tout au long de la semaine sur la chaine Twitch. Rejoignez la chaine et cliquez sur SUIVRE pour ne rien rater de nos diffusions.

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=