Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Da Silva
De beaux jours à venir  (Tôt ou Tard)  avril 2007

J'étais assez mitigé concernant Da Silva. Son premier album Décembre en été, sorti il y a deux ans, m'avait littéralement enchanté. Alors, c'est quoi, le problème ?

Sans être rancunier, mes p'tites réticences sont liées à une rencontre qui me laissa un sentiment mitigé. Sûrement pas le bon jour, ni la bonne heure, encore moins le bon endroit... Les concerts de cet été et cette nouvelle galette confirment les promesses entrevues avec le premier disque et me réconcilient définitivement avec le monsieur.

On retrouve d'emblée l'univers musical de Da Silva, fait de guitares acoustiques tranchantes, de touches sensuelles de glockenspiel, de pincées de ukulélés et de mandoline (magnifique Pierre Sangra), d'envolées de violon et de mélodies accrocheuses. Pas de nouveauté alors ? Pas réellement mais le Breton d'adoption transforme le premier essai avec une dose de maturité et de décontraction en plus.

Chaînon manquant entre Miossec et Louise Attaque, Da Silva reprend le flambeau là où le groupe parisien l'avait laissé avant les magnifiques envolées rock de leur dernier album (A plus tard crocodile). Les textes magnifiquement ciselés passent de la morosité météorologique (superbes "L'averse" et "De là-haut" à la rythmique impeccable) à la lucidité politique (le prémonitoire "Le retour du rose"), en faisant un détour par les sentiments amoureux ("Au moment des amours").

Sans bouleverser la chanson française, Da Silva nous propose un très bel album, habillé remarquablement par la réalisation de Renaud Letang et la production de Dominique Ledudal. 12 titres subtils (même si "L'arc-en-ciel" me touche nettement moins), portés par la voix vibrante de son auteur.

Digne héritier de Décembre en été, De beaux jours à venir n'en est pas pour autant une pâle copie. Alternant les rayons de soleil, les ciels de traîne et les averses, Da Silva porte un regard lucide sur le climat actuel. La morosité et la mélancolie laissent toujours entrevoir des éclaircies.

"Dans le retour du rose", Manu a vu le coup venir. "On mise gros sur le retour du rose et pourtant ce sont des bleus que l'on se traîne et c'est un bleu qui s'étend". Comme sur son premier album (avec la chanson "L'éclaircie"), l'artiste nous glisse discrètement un titre à l'engagement subtil mais nécessaire.

De beaux jours à venir, c'est tout ce qu'on espère...

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Décembre en été de Da Silva
La chronique de l'album La Distance de Da Silva
La chronique de l'album L'Aventure de Da Silva
Da Silva en concert au Festival Mythos 2005
Da Silva en concert au Festival Alors..chante ! 2005
Da Silva en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2006 (vendredi)
Da Silva en concert au Festival Art Rock 2006 (Dimanche)
Da Silva en concert au Festival des Vieilles Charrues 2006 (dimanche)
Da Silva en concert au Festival FNAC Indétendances 2006
Da Silva en concert au Festival Du Bout Du Monde 2006
L'interview de Da Silva (10 novembre 2005)
L'interview de Da Silva (jeudi 29 mars 2018)

En savoir plus :

Le site officiel de Da Silva


Groggy         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Les 4 derniers journaux
- 11 novembre 2018 : En route pour l'hiver
- 4 novembre 2018 : Peur sur la ville
- 28 octobre 2018 : Formidable !
- 21 octobre 2018 : Réchauffement culturel
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=