Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Anna Ternheim
Interview  (Paris)  30 mai 2007

C’est sous une pluie battante que je sors du métro Pigalle. Il doit faire seize degrés à tout casser… Aujourd’hui c’est le lancement d’un nouveau concept pour Froggy’s Delight : interview, photos et … Captation.

Ana Ternheim est descendue dans un luxueux hôtel au goût assez kitsch. Elle nous reçoit dans un salon exigu.

La Suédoise de 28 ans ressemble inéluctablement à l’image que beaucoup se font d’une Suédoise : grande, élancée et surtout blonde. Pendant que nous installons le matériel, elle s ‘entretient dans sa langue maternelle avec une amie, ce qui lui rajoute un charme fou.

Avant qu’elle ne nous joue deux morceaux (sublimes), nous lui avons posé quelques questions à l’occasion de son nouvel album Separation Road.

Tu vas sortir ton deuxième album "Separation Road" en France, où l’on te connaît peu… Peux-tu nous en dire un peu plus sur tes débuts ?

Ana Ternheim : Mon premier disque est sorti il y a deux ans et demi, ça ne fait pas longtemps que je suis dans le circuit. Je joue et compose de la musique depuis que j’ai onze ans. J’ai toujours joué, chez moi comme ça, souvent après l’école… Mais ça fait trois ans que la musique est devenue une activité professionnelle à part entière. J’habite à Stockholm, je vais avoir 29 ans demain. C’est cool, parce que l’année dernière j’ai également fêté mon anniversaire à Paris, je jouais au Café De La Danse. Donc cette année je vais encore fête mon anniversaire à Paris !

Sur ton premier album, certaines chansons auraient été composées lorsque tu avais une quinzaine d’années… Peux tu nous en dire un peu, plus ?

AnaTernheim : Oui et non. Certains ont dit que les chansons avaient été écrites quand j’avais quinze ans… Pas toutes. La plupart ont été écrites il y a seulement quelques années. J’ai abordé ces deux albums de manière totalement différente. D’ailleurs, cela s’entend… Ce sont deux albums qui ne sonnent pas de la même manière…

Même si l’on sent que tes morceaux sont arrangés et travaillés, on sent que la base de la composition reste la guitare acoustique… Tu es du genre a toujours avoir ta guitare sous la main au cas où ?

Ana Ternheim : J’ai commencé la guitare par hasard. En Suède à l’école nous avons tous quelques rudiment s de musique… Tout le monde est poussé à prendre un instrument et en jouer. J’ai donc choisi la guitare. Ca a été un déclic, les choses semblaient me venir naturellement avec une guitare à la main. J’ai appris trois accords et je suis rentré chez moi et j’ai commencé à jouer des mélodies, écrire mes morceaux, des paroles… C’était un moyen de m’occuper… Certains peignent, mangent, ou dorment… Moi c’était la guitare. Et puis il y a un côté thérapeutique… C’est une bonne manière de faire ressortir les choses. Par la suite, j’ai joué en groupe. Mais la plupart du temps, c’est moi avec ma guitare…

Tu as grandi en écoutant quoi en Suède ?

Ana Ternheim : Un tas de choses… Quand on est enfant, il est difficile d’avoir des goûts musicaux sûrs… On a aucune idée de ce qui est cool ou ne l’est pas. A la maison, il y avait les disques d’un pianiste de jazz suédois, qui doit être mort maintenant. Cela m’a beaucoup marqué, car il jouait beaucoup de musique traditionnelle suédoise. David Bowie aussi.

Et puis j’ai aussi pas mal écouté de trucs un peu nazes, genre ce qui passe à l’eurovision. Après les choses changent, cela dépend beaucoup des gens que tu fréquentes. Quand j’habitais aux Etats-Unis, j’écoutais pas mal de hip hop, mais aussi pas mal de rock indé. Mais aussi, les Cure, Dépêche Mode, les Smiths, de la musique pop mélancolique…

On t’imagine assez fan de choses comme Cat Power, Will Oldham et toute la scène folk alternative américaine…

Ana Ternheim : aujourd’hui je n’écoute plus du tout ce genre de musique… J’en ai écouté bien sûr, j’adore ça. J’ai grandi avec Neil Young, Bob Dylan. Mais bon, ces derniers temps je me suis rendu compte que je n’écoutais pas beaucoup de musique, ou alors si j’en écoute, il s’agit de musique qui n’a rien à voir avec ce que je fais. Ce n’est pas plus mal, ça peut donner des idées.

Tu parlais de musique comme thérapie… Ce n’est pas gênant de dévoiler certaines chansons sur scènes, quand tu es en concert ?

Ana Ternheim : Jouer une chanson soir après soir est différent du moment où tu as composé cette chanson. La raison pour laquelle tu as écris cette chanson ne te cause plus de tracas. On prend du recul, on se concentre plus sur l’énergie de la chanson.

Kings Of Convenience, Nicolai Dunger, l’Europe du Nord recèle d’auteurs compositeurs folk… Tu as une explication à cela ?

Ana Ternheim : Je ne sais pas, c’est une remarque que l’on me fait souvent… Mais c’est vrai, depuis quelques temps, les productions d’Europe du Nord sont nombreuses. Il y a beaucoup de petits labels activistes. Chaque maison en Suède est connecté au net et les enfants téléchargent plein de musique. Les grosses maisons de disques ont des soucis en Suède, plus qu’en Angleterre où les gens achètent encore pas mal de Cd’s.

Et puis nous ne sommes que neuf millions, nous ne sentons pas prisonniers de notre culture… Nous parlons beaucoup anglais, nous sommes tournés vers l ‘Angleterre. Peu de gens chantent en suédois… Chez vous c’est différent, la musique francophone est très présente. Je ne sais pas, mais il y a une scène en Suède.

En ce qui concerne Separation Road, tu prévois une sortie aux Etats-Unis ? Ce genre de disque aurait de fortes chances de leur plaire…

Ana Ternheim : Ce n’est pas prévu. Un jour j’espère. Il va déjà sortir en Angleterre fin Août. Ensuite on verra… je me suis surtout concentré sur l’Europe pour cette sorti, je n’ai pas pensé aux autres possibilités… On verra, même si cela ne se passe que dans quelques années…

Anna Ternheim - No Subtle men
Anna Ternheim - Nights in goodville

Enregistrement live pour Froggy's Delight réalisé par Fabrice Delanoue

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Leaving on a mayday de Anna Ternheim
La chronique de l'album The Night Visitor de Anna Ternheim
Anna Ternheim en concert au Festival Le Rock dans tous ses états 2006 (samedi)
L'interview de Anna Ternheim (23 février 2009)

En savoir plus :

Le site officiel de Ana Ternheim

Crédits photos : David (Plus de photos sur Taste of Indie)


Julien P.         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

Abonnez vous à la Newsletter pour recevoir, outre les mises à jour en avant première, des infos de première importance et peut être des choses dont vous n'avez même pas encore imaginé l'existence et l'impact sur votre vie... et nous non plus.

se désabonner, changer son mail ... c'est ici!


» Contacter un membre ou toute
   l'équipe (cliquez ici)


Afficher les chroniques d'un membre :

Liste des chroniques... Cécile B.B.
Liste des chroniques... David
Liste des chroniques... Didier Richard
Liste des chroniques... Fred
Liste des chroniques... Jean-Louis Zuccolini
Liste des chroniques... Julien P.
Liste des chroniques... LaBat’
Liste des chroniques... Laurent Coudol
Liste des chroniques... Le Noise (Jérôme Gillet)
Liste des chroniques... Margotte
Liste des chroniques... MM
Liste des chroniques... Monsieur Var
Liste des chroniques... Nathalie Bachelerie
Liste des chroniques... Nicolas Arnstam
Liste des chroniques... Paola Simeone
Liste des chroniques... Philippe Person
Liste des chroniques... Rickeu
Liste des chroniques... Séb.T

 

Les articles de ce site sont la propriété de froggydelight.com et de leurs auteurs.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=