Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce 52ème Biennale d'Art Contemporain de Venise : Grande Bretagne
  (Venise)  Du 10 juin au 21 novembre 2007

L’exposition dans le très néo classique et marmoréen pavillon anglais, orné de colonnes et de balustrades, des oeuvres de Tracey Emin s’inscrit dans la tradition janusienne et ambigue de l’outre Manche où coexistent le british très collet monté et une fascination pour le mauvais goût.

En effet, choisie, dixit les officiels, pour sa manière non académique d’aborder les réalités universelles de la vie qui n’est, par ailleurs, pas exempte d’une certaine candeur, Tracey Emin a été affiliée au mouvement, originellement confidentiel, des Young British Artists - dont les mentors sont le très fameux galeriste Charles Saatchi et Jay Jopling, animateur de la White Cube Gallery, et le pape Damien Hirst - qui se sont fait connaître du public par des stratégies-actions très médiatiques.

Tracey Emin a acquis sa notoriété dans les années 90 par sa participation virulente et alcoolisée à une émission télévisée et l’exposition, très remarquée, à la Tate Gallery de Londres d’une installation intitulée "My bed".

Récompensée par le Prix Turner, ce qu’elle décrivait comme "a work of truth that illustrates themes of loss, sickness, fertility, copulation..." consistait à exposer son lit maculé de substances, corporelles et autres, et recouvert d’objets et détritus divers, dans l’état où il se trouvait après une semaine d’alitement forcé pendant lequel elle avait médité sur le suicide.

Travaillant sur différents supports, ces créations inscrites dans les arts visuels contemporains, utilisant tout ce qui lui tombait sous la main, elle pratiquait l’exhibition cathartique de sa vie dans ses aspects les plus violents ou éprouvants.

Fille spirituelle d’Annette Messager et d’Otto Muehl, Tracey Emin se révèle la petite soeur trash par alliance de Sophie Calle. Là où l’une pratique l’autofiction policée en exposant une vie rêvée sur le thème "le roman c’est la vie", l’autre dévoile des traumatismes réels et "la réalité dépasse la fiction".

Mais, en 2007, à Venise, l’exposition "Borrowed Light" de Tracey Emin, est introduite par un bucolique oiseau dans son nid en néon.

A côté de sculptures en bois considérés comme des totems délabrés et des transpositions en 3D de ses desseins, des œuvres figuratives, anciennes et récentes, très raisonnables, voire politiquement correctes, dont certaines presque puérils, des aquarelles gondolées sur papier d'écolier, même si les titres sont très explicites ("Asleep Alone With Legs Open ", "Masturbation").

Tracey Emin a-t-elle changé ? Andrea Rose, la commissaire de l’exposition, commente : "It's remarkably ladylike. …There is no ladette - no toilet with a poo in it - and actually it is very mature I think, quite lovely. ….What it shows is that she's moved a long way away from the YBAs. She's quite a lady actually!".

Très curieusement, 2007 marque le dixième anniversaire de la fameuse exposition qui révélait les Young British Artists à la Royal Academy of Arts et l’intronisation de Tracey Emin au sein de cette très conservatrice institution.

 

"Being an artist isn't just about making nice things, or people patting you on the back; it's some kind of communication, a message."Tracey Emin

En savoir plus :

Le site officiel de la Biennale de Venise

Crédits photos : MM (Plus de photos sur La Galerie)


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 20 octobre 2019 : De tout, pour Tous

Encore un programme bien chargé et très éclectique au travers de notre sélection culturelle hebdomadaire. Beaucoup à lire, à voir, à écouter... alors ne perdons pas de temps. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Engine of paradise" de Adam Green
"Phantom solids" de Lunt
"Fear of an acoustic planet" de Tahiti 80
"A wonder plante to" de Nilok 4tet & Daniel Zimmermann
"Six strings under" de Eric Legnini
Sarah McCoy et Dom La Nena au Nancy Jazz Pulsation
"Nothin' but" de Flyin' Saucers Gumbo Special
"Comfort zone" de Hugo Lippi
"Hors l'amour" de Jean Felzine
"A ciel ouvert" de Kaori
Rencontre avec Lady Arlette, accompagnée d'une session live et acoustique
"Vinyles, suite" c'est le titre de l'émission #3 de Listen in Bed
"Déluge" c'est le troisième volume des Mix de Listen in Bed
"Hybrid" de Yosta
et toujours :
"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Orouni en session live dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Cirque Leroux - La Nuit du Cerf" au Théâtre Libre
"Un jardin de silence" à La Scala
"Frida jambe de bois" au Théâtre de l'Union à Limoges
"Fleur de peau" au Théâtre Essaion
"Habiter le temps" au Lavoir Moderne Parisien
"Wilde - Chopin" au Théâtre Le Ranelagh
"En ce temps là l'amour..." au Théâtre des Mathurins
"Imposture posthume" au Centre Culturel Suisse
"Fred Tousch - Fée" au Théâtre de Belleville
"Corinne Zarzavatdjian - Un nom à coucher dehors !" au Mélo d'Amélie
des reprises :
"L'Ingénu" au Théâtre Le Lucernaire
"Le Crépuscule" au Théâtre de l'Epée de Bois
"J'aime Brassens" au Théâtre d'Edgar
et la chronique des spectacles déjà à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Vampires - De Dracula à Buffy" à la Cinémathèque française

Cinéma avec :

le film de la semaine :
"Au bout du monde" de Kiyoshi Kurosawa
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"Cléopâtre" de Alberto Angela
"Histoire du Canada" de Daniel de Montplaisir
"Je te suivrai en Sibérie" de Irène Frain
"La source de l'amour propre" de Toni Morrison
"Ordinary people" de Diana Evans
"Vik" de Ragnar Jonasson
et toujours :
"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Guerilla, le temps des barbares" de Laurent Obertone
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=