Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Kill the Young
Interview  (Paris)  17 septembre 2007

A l’occasion de la sortie de leur deuxième album, le Kill The Young étaient en promo et on accepté une interview dans un appartement parisien loué pour la durée de la promotion qui les verra faire une série d concerts dans une chaîne de magasins de disque assez célèbre.

Tom : On ne les à pas choisis, ce sont eux qui nous ont choisis (rires) On les a rencontrés dans un festival à Manchester ou on nous avait proposés de jouer. Ils nous ont vus et nous ont proposé une un contrat. Ce qui nous a tout de suite intéressés c'est les gens avec qui on allait travailler. Ca nous a semblé la meilleure chose à faire, vraiment. Et c'est encore le cas.

Olly : et contrairement à d'autres maisons de disques, nous avons vraiment une liberté artistique.

Vous étiez en position de choisir plusieurs maisons de disques ?

Tom : Pas vraiment, oui et non en fait. Avec d'autres rien n'était aussi concret.

Dylan : ils ne nous offraient pas la même chose que les autres et il y aussi le fait qu'on nous proposait 3 albums et c'était comme un pari sur la durée.

Certaines maisons de disques proposent à des groupes de ne signer avec personne d'autre pour avoir une sorte d'exclusivité et être surs qu'ils ne signeront pas avec leurs concurrents. Puis le groupe n’est jamais réellement signé

Tom : absolument, certains groupes se font avoir comme ça, pour des raisons stupides. C'est là que le business prend le dessus sur l'artistique. C'est de la connerie.

Vous avez enregistré "Proud Sponsors of Boredom" avec le même producteur que le précédent.

Olly : On a décidés de recommencer avec Dimitri Tikovoï parce qu'on s'est bien entendus avec lui et qu'il était très facile de travailler avec lui. Il est vraiment intelligent, il à de très bonnes idées. Au moment du second album on s'est dit que c'était une évidence.

Tom : on avait déjà enregistrés 6 titres du second album avec Robert comme ingénieur du son (ingénieur du son live) Il avait enregistré la majorité du disque.

Etant donné que le premier disque avait plutôt bien fonctionné, vous auriez pu prendre n'importe qui de plus connu sur la place. Pourquoi ce choix ?

Dylan : En fait Dimitri nous à été présenté par notre label.

Tom : Pour le premier album, oui ça à été le cas. Après avoir fait beaucoup de scène on savait beaucoup plus vers quoi on voulait aller musicalement. On avait envie de travailler avec quelqu'un que nous connaissions et qui connaissait notre son sur scène. Quelqu'un d'autre n'aurait pas forcément compris ce qu'on voulait faire ou dire sur ce disque et quelques idées que nous avions auraient pu être perdues. On a préféré opter pour la connaissance les uns des autres.

Cette dernière piste, cette surprise, d'ou viens l'idée ?

Dylan : C'est ma faute (rires)

Tom : C'est fait pour gêner. Je ne veux pas trop parler de ce qui viens après, mais l'idée c'est que les gens arrêtent le disque. Que les curieux et les fans aillent jusqu'au bout pour découvrir ce "cadeau"

Olly : Ca va aussi de pair avec le titre de l'album, l'idée que le coté mercantile ne s'arrêtera pas.

Vous aller reprendre ce principe sur scène ?

Olly : non, pas aussi long (rire)

Dylan : certains groupes font ça à la fin des concerts, mais c'est leur style. Nous on veut juste cette idée que le disque ne s'arrête pas, comme un secret.

Tom : Puis ça fait parler les gens.

Avez-vous voulu faire une sorte de clin d'œil à un groupe ou style musical ?

Tom : Non, on n’a jamais entendu ça avant, aussi long.

Dylan : Si il y a ce groupe dont je me rappelle plus le nom, ils ont fait ça pendant 5 minutes environ.

Tom : C’est tout, pfff petits bras (rires) En fait c'est notre album, ça a vraiment été fait pour embêter les gens.

Qu'est-ce qui a changé pour vous entre ces deux albums ?

Tom : Plein de choses !

Olly : On a beaucoup grandis ...

Tom : Mais pas mûris, là ce serait plutôt l'inverse de coté là (rires)

Dylan : On a énormément tourné, plus d'une centaine de dates l'an dernier. Cet album représente ce qu'on a fait, appris entre les deux. On était plus jeunes et cette expérience nous a fait évoluer, ça se ressent dans les chansons.

Tom : Quand tu vis de la musique, pour parler ainsi, tu te rends pas forcément compte que tu prends des influences des gens que tu rencontre, des pays que tu visite, des expériences que tu vis, des groupes que tu écoutes. C'est subliminal, mais ça te remplit.

Olly : Pour l'enregistrement, la production, nous avions plus de choses à dire qu'avant. On savait vraiment où on voulait aller.

Tom : Et puis ce n'est plus comme la première fois; on étais très fiers et surpris pour notre premier album, du genre "Oh regarde c'est notre premier CD" (regards faussement émerveillé) La on c'est pas qu'on soit blasés, mais bon, c'est presque de la routine (rires).

Dylan, j'ai lu quelque part que pendant le premier album tu avais un travail de comptable, ça en est où ?

Dylan : oui j'avais un boulot jusqu'au moment ou à est partis en tournée l'an dernier. Je devais demander à mon patron si je pouvais faire tel ou tel concert. Ma place m’attend toujours là bas, mon patron m'a dit que si je revenais, il serait déçu pour moi, mais très content de me retrouver au travail.

Tom : On est tous les trois à 100 % dans la musique, si nous avions un travail à coté, cet album ne serait pas aussi bon qu'il ne l'est aujourd'hui. Tu dois mettre tout ton corps et ton âme dans un disque, sinon il n'est pas vrai.

Est-ce que vous pouvez me parler un peu des textes de cet album ?

Olly : Fait main

Tom : Tu sais, je suis anglais, je passe mon temps me plaindre de tout et de rien. Je mets différentes choses dans les textes, à propos de la religion. Une chose que je dis c'est si Jésus Christ existait et qu'il revenait, il serait surpris des choses actuelles. Je pense qu'il repartirait tout de suite d'où il vient. La religion à un problème, tout ça c'est de l'argent, du pouvoir, il ne s'agit plus de foi pure, chose avec laquelle je n'ai aucun problème. Les Etats-Unis disent toujours "Dieu bénisse l'Amérique", je ne crois pas que vous ayez ça en France, on ne l'a pas non plus chez nous. George Bush joue avec Dieu alors qu'il est corrompu.

Olly : Il utilise Dieu pour avoir plus de vote.

Tom : Tout à fait.

Et la chanson "Travesty"?

Olly : Non ça c'est "Dial S for Savior".

Tom : Travesty c'est à propos de la célébrité. Des gens comme Bono ou Geldof, qui gagnent des millions et disent au gens plus pauvres qu'eux "Donnez-nous votre argent pour sauvez des pauvres" T'as qu'a les sauver toi même!! Tu gagnes beaucoup d'argent, tu peux payer pour ça. C'est de l'hypocrisie, je ne critique pas les causes en elle même, mais les gens qui disent ce qu'il faut faire. Bono pourrait sauver des dizaines de villages au lieu d'avoir un yacht ou d'autre choses.

Vous commencer une longue promo ces jours-ci, vous aller passer par où ?

Tom : On à plusieurs dates en France, on va aussi aller jouer chez nous, mais rien n'est encore arrêté.

Olly : On va aller en Amérique Centrale et du Sud en janvier, et peut-être aller plus au Nord pour les Etats-Unis. Rien n'est fait. En ce moment on regarde surtout la météo en France, là il pleut, c'est pas terrible. On va jouer sur le toit de la FNAC des Ternes le jour de la sortie de l'album, on espère qu'il pleuvra pas (NDA le lundi 24 septembre)

Dylan : On est le seul groupe à jouer là bas depuis les Smashing Pumpkins.

Tom : Même si il pleut je serais content d'attendre sous la pluie pour voir le concert d'un groupe que j'aime. On apportera peut-être des parapluies.

Olly : Aller les gars, faut être positif, il va faire beau !!

En Parlant des Etats-unis, le premier disque est sorti là bas ?

Olly : Non il est passé sur quelque radios de campus, mais que ça.

Tom : On à des temps en temps des messages sur MySpace "Hey guys" (il imite un accent américain horrible, ce qui déclenche l'hilarité générale)

Dylan : On a aussi eu quelques messages disant "on est pour Tony Blair, il est avec nous dans cette guerre".

Tom : Ouais c'est flippant. Mais je pense qu'il y à une incompréhension avec le nom de notre groupe, on à nos idées, mais on va pas tuer des gens. A part ces messages sur MySpace, on à aussi des photos de filles qui montrent leurs seins. Mais on les regarde pas (rires) C'est bizarre de se dire qu'internet permet d'avoir toute cette communication avec tous ces gens et de voir ce qu'il en résulte vraiment. C'est un peu comme les informations à la télé, on te parle de tout ce qui se passe à l'autre bout du monde traité comme n'importe comment.

Dylan : un soir aux infos en Angleterre un présentateur à annoncé "Aujourd'hui, il n'y à pas de nouvelles" Il n'y avait rien à dire apparemment, a part la disparition d'un chien dans un village. Ils peuvent développer pendant des heures un sujet anodin.

Tom : Mais c'est ce qui participe à la "Peur", les terroristes le savent, si ils font une action à un endroit, le monde entier le saura. Tout change la façon dont vivent et pensent les gens, et c'est ce qu'ils veulent. En plus on dirait que les médias veulent que tu aies peur tous les jours. C'est bien que la France ne soi pas entrée dans cette guerre en Irak. Le gouvernement anglais aurait du écouter le peuple et ne pas y aller. Si on demandait à des politiciens, quels sont ceux qui ont des enfants dans l'armée et ceux dont les enfants sont allés en Irak, on n’aurait pas le même nombre de mains levées. Mais que veux-tu faire avec ça, on va pas écrire une chansons "Il faut être gentils entre nous ..." on va se faire buter !!!

Les hippies on déjà fait ce genre de chansons, on voit ce que ça a donné ...

Tom : on va faire une reprise, au lieu de "Give Peace a Chance", on va faire "Give War a Chance".

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Proud Sponsors of Boredom de Kill the Young
La chronique de l'album Thicker Than Water de Kill The Young
La chronique de l'album Fingers for guns de Kill The Young
Kill the Young en concert au Festival Les Trans 2005 (Vendredi)
L'interview de Kill The young (16 juillet 2007)

En savoir plus :

Le site officiel de Kill The Young


Monsieur Var         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 18 août 2019 : Au rythme des vacances
- 11 août 2019 : Sur la Route du Rock
- 4 août 2019 : De festival en festivals
- 28 juillet 2019 : La canicule recule
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=