Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival des Inrocks Motorola 2007
Happy Mondays - Bonde to role - New Young Pony Club - Koko Von Napoo  (La Cigale)  8 novembre 2007

Rendez-vous à ne pas manquer en ce traditionnellement triste mois de novembre pour se mettre (ou remettre) musicalement à la page : le festival des Inrocks. Celui qui a su se poser sinon en défricheur, du moins en alléchante vitrine des tendances musicales, ouvrait ses portes pour la 20e fois jeudi soir, fidèle à une Cigale qui l’accueille depuis ses premiers cris.

Le marathon des festivités débutait à 18h30 tapantes. Et malheur à celui qui, comme moi, aurait pu penser que, comme tout bon concert qui se respecte, le set ne commencerait pas sans un bon quart d’heure de retard. Qu’on se le dise, le festival des Inrocks suit une minuterie implacable.

C’est donc à 18h30 que les jeunes Koko Von Napoo montaient sur scène devant un parterre encore à moitié vide.

Les Koko Von Napoo, c’est la révélation CQFD du dernier été (oui car qu’on se le dise aussi, le festival des Inrocks sert avant tout de vitrine aux révélations made by les Inrocks, le magazine, tout est affaire de famille).

Trois filles pour un garçon, du slim, du court, de la mèche de côté, bref du look sérieusement étudié mais bien enserré dans la tendance actuelle. La formule ne sonne pas forcément nouvelle, basse, batterie, voix, synthé, mais pourtant j’accroche à leur pop un peu déjantée, me ramenant irrésistiblement (synthé obligé) à une certaine new wave.

C’est un peu court, à peine une demi-heure heure de show, mais je commence déjà à avoir envie de bouger frénétiquement des jambes

Changement de plateau efficace, puisqu’on a à peine le temps de descendre une bière que les New Young Pony Club (NYPC) ont déjà pris le relais sur scène.

Pas de véritable rupture avec le groupe précédent dans l’apparence du moins, ce jeune groupe est presque tout aussi looké que le premier, legging et fluo en force pour la chanteuse Tahita à laquelle on décerne une mention spéciale pour l’énergie qu’elle décuple mais aussi pour sa coiffure imparable avec une moitié latérale du crâne rasée !

Là encore le synthé, semble-t-il tendance lui aussi ce soir, donne toute sa dimension 80’s, voire 90’s à leur pop/new wave/disco/électro/rock ou ce que vous voulez. ça me rappelle les barrées de Terry Poison, ça groove, ça bouge, c’est accrocheur et le public de la Cigale (qui commence à s’amasser en nombre) ne tarde pas à acquiescer du bassin. Joie dans la salle lors d’une excellente reprise de "Pump up the jam" des Tecknotroniks !

C’est frustrés qu’on les laisse quitter la scène au bout de leur demi-heure heure syndicale de set. Ils s’annoncent déjà comme la bonne surprise de cette soirée.

La rumeur disait d’eux qu’ils étaient "les nouveaux CSS", "en mieux" allaient même jusqu’à s’avancer certains. Attendus au tournant, les brésiliens de Bonde do Role n’auront pourtant pas rempli leur mission.

Et bien ceux-là n’avaient pas encore du les voir sur scène. La formule est un peu pauvre d’une part, un chanteur garçon, une chanteuse fille, un DJ.

Le son n’est pas tellement révolutionnaire non plus et les samples semblent avoir été piochés comme on remplit son caddy dans un supermarché : avec un peu tout et n’importe quoi ; Grease, Europe ("The final countdown"), plus traditionnellement Daft Punk.

Alors ils essaient peut être de compenser en déployant une énergie à tout va sur scène, et c’est effectivement assez amusant au début, mais ça finit surtout par devenir lassant pour un public qui ne semble plus trop savoir de quel côté dodeliner de la tête.

Public échaudé ne craint pas l’eau et la Cigale surchauffée ne risque pas de se désemplir malgré cette prestation en demi-teinte. Les Happy Mondays, les mythiques bad boys de Manchester sont de retour depuis peu après de bonnes années d’errance et d’abus en tous genres et plus d’un trentenaire dans la salle ne manquerait ça pour rien au monde.

Pourtant ceux qui auront eu la chance de les voir au sommet de leur forme (?) diront certainement que "c’était mieux avant".

Le fait de cramer sa vie par tous les bouts en se prenant pour des éternels djeuns pendant des années n’empêche effectivement pas qu’on se prenne un jour un bon coup de vieux dans la tronche.

Alors forcément les Happy Mondays apparaissent un peu fatigués et "c’était sûrement mieux avant". Mais n’empêche, il y en a un qui n’a pas décrépi de la même façon et qui assure le ravalement de façade à lui tout seul, cet extraterrestre, c’est Bez, l’homme aux maracas et aux danses hallucinantes et hallucinées.

Du fond de la salle où l’on se trouve il passerait presque encore pour un ado attardé, bermuda treillis, chemise ouverte et lacérée à la fin du concert qui laisse entrevoir une petite bedaine pourtant plus très crédible de l’adolescence.

Son acolyte Shaun ne semble pas avoir eu autant de chance, un peu voûté, nonchalant dans son jean/pull, il passe la majeure partie du temps assis un verre à la main derrière la chanteuse-choriste black. Vieux tubes imparables, "Loose fit", "Hallelujah", mais aussi morceaux du dernier album In the blood, "Dysfonctional uncle" suffisent à mettre le public en transe.

D’ailleurs la sécu a le droit elle aussi aux feux des projecteurs ce soir-là sur la scène de la cigale puisqu’il ne se passe pas 5 minutes sans qu’un fan alcoolisé des premiers rangs (que la jeune femme blonde au sac en main se reconnaisse) ne grimpe lourdement sur scène pour quelques pas de danse plus ou moins assurés aux côtés de Bez.

La grande époque des Happy Mondays est sans doute révolue, néanmoins leur son incomparable électrise encore les foules nostalgiques et avides de légende vivante alors rien que pour ça, chapeau bas !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Uncle Dysfunktional de Happy Mondays
Happy Mondays en concert au Festival Art Rock 2006 (Samedi)
Happy Mondays en concert au Festival Art Rock 2006 (Samedi) - 2ème
Happy Mondays en concert au Festival des Inrocks Motorola 2007
New Young Pony Club en concert à La Maroquinerie (19 octobre 2006)
New Young Pony Club en concert au Festival La Route du Rock 2007 (vendredi)
Koko Von Napoo en concert au Divan du Monde (15 février 2008)

En savoir plus :

Le site officiel de Happy Mondays
New Young Pony Club sur MySpace
Koko Von Napoo sur MySpace

Crédits photos : Loic Le Quéré - Fred pour NYPC (Plus de photos sur Taste of Indie)


SLB         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 17 mai 2020 : le joli mois de mai

Après tout ce temps confiné, l'impression d'une liberté quasi retrouvée n'a d'égale que la prudence avec laquelle il faut aborder ses semblables. En attendant des jours meilleurs, voici de quoi se mettre du baume au coeur avec notre petite sélection culturelle hebdomadaire.

Du côté de la musique :

"Chante-nuit" de Facteurs Chevaux
"9 songs" de Pierre
"Sex education" de Ezra Furman
"Cage meet Satie" de Anne de Fornel et Jay Gottlieb
Interview de Batist & the 73' réalisé à l'occasion de son live Twitch dont des extraits accompagnent cette entretien
"Hundred fifty roses" de Dune & Crayon
"F.A. Cult" de Hermetic Delight
"Love is everywhere" de Laurent Bardainne & Tigre d'Eau Douce
"Hum-Ma" de Les Enfants d'Icare
"Spirals" de Sébastien Forrestier
et toujours :
"Soir paien" de Alexis Kossenko, Anna Reinhold & Emmanuel Olivier
Interview de Morgane Imbeaud accompagnée d'une belle session acoustique
"Enrique Granados : Oeuvres pour piano" de Myriam Barbaux-Cohen
"For their love" de Other Lives
"Schubert, sonates pour piano D.845 & D.850" de Philippe Cassard
"Nothing is never over" de The Eternal Youth

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Cléopâtre in love"
"Affordable Solution for Better Living"
"Queen Blood"
"One night with Holly Woodlawn"
du des classiques revisistés :
"Antigone"
"La Dame de chez Maxim"
des comédies de moeurs:
"La garçonnière"

"Deux hommes tous nus"
du boulevard :
"Panique au Plaza"

"Grosse chaleur"
"Oscar"
du côté des humoristes :
"Shirley & Dino à Marigny"
"Philippe Lelièvre - Givré !"
Au Théâtre ce soir :
"Trois partout"
"Quand épousez-vous ma femme ?"
"J'y suis, j’y reste"
et une échappée opératique de classiques recontextualisés :
"Madame Butterfly" de Puccini
Pelléas et Mélissande" de Debussy

Expositions :

voir et revoir:
la récente exposition "Le Rêveur de la forêt " du Musée Zadkine en vidéo et avec les images commentées sur le site du musee
et la rétrospective "Christian Dior - Couturier du rêve" qui s'est tenue au Musée des Arts Décoratifs avec une visite-reportage réalisée par Benjamin Wu assortie des commentaires des commissaires
sillonner l'Hexagone en direction de l'exposition"Balenciaga, Magicien de la Dentelle" à la Cité de la Dentelle et de la Mode à Calais et du Musée La Piscine de Roubaix
partir ensuite pour l'Europe :
au Pays-Bas avec le Musée Van Gogh à Amsterdam et la visite virtuelle de chacun des quatre niveaux de monstration
puis au Danemark au Ny Carlsberg Glyptotek de Copenhague
et encore plus loin en Turquie au Pera Museum d'Istanbul
et en Corée du Sud pour explorer en 6 étapes le National Museum of Modern and Contemporary Art
enfin revenir à Paris au Musée du Louvre avec les visites commentées par les commissaires des expositions "Vermeer et les maîtres de la peinture de genre" et "Un rêve d'Italie, la collection Campana"
et finir en musique avec un revival musical avec l'exposition en ligne "Mai 68 - De la révolte à la légende" au Musée de la Sacem

Cinéma at home avec :

voir ou revoir :
de la romance avec "Coup de foudre au Caire"
de la comédie musicale hollywoodienne avec "Mariage royal" de Stanley Donen
de la comédie dramatique avec "Coffee and Cigarettes" de Jim Jarmush
du policier avec "Jeff" de Jean Herman
du thriller avec "Volte face" de John Woo
du western avec "Mon nom est personne" de Tonino Valerii et Sergio Leone
du fantastique avec "La femme aux bottes rouges" de Juan Luis Bunuel
de la comédie avec :
"Absolument Fabuleux" de Gabrieh Aghion
"Cash Express" de Jerry Zucker
au Ciné Club avec des films des années 50 :
"Topaze" de Marcel Pagnol
"Sacré jeunesse" d'André Berthomieu
"Vous n'avez rien à délarer ?" de Clément Duhour
une curiosité avec "Le Père Noël contre les Martiens" de Nicholas Webster
et une rareté avec "L'invincible Kid du Kung Fu" de Eddie Niccart

Lecture avec :

"Là où chantent les écrevisses" de Delia Owens
"Les lumières de Tel Aviv" de Alexandra Schwartzbrod
et toujours :
"Faites moi plaisir" de Mary Gaitskill
"La chaîne" de Adrian McKinty
"Incident au fond de la galaxie" de Etgar Keret

Froggeek's Delight :

Des lives jeux vidéo (mais aussi des concerts) tout au long de la semaine sur la chaine Twitch. Rejoignez la chaine et cliquez sur SUIVRE pour ne rien rater de nos diffusions.

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 5 juillet 2020 : Un avant goût de vacances
- La Mare Aux Grenouilles #05
- 28 juin 2020 : Nouvelle Vague ?
- 21 juin 2020 : la Fête de la Musique Sanson
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=