Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Godspeed You! Black Emperor
Cabaret Sauvage  (Paris)  11 mai 2003

"Et il eut alors envie, confusément et irrésistiblement, d'une musique immense, d'une bruit absolu, d'un bel et joyeux vacarme qui embrasserait, inonderait, étoufferait toute chose, où sombrerait à jamais la douleur, la vanité, l'insignifiance des mots." - Kundera in L'insoutenable légèreté de l'être.

Ce n'est pas une petite affaire qu'un concert de Godspeed. Personnellement on parle ici d'un groupe qui a changé l'an dernier mon échelle de valeur dans l'appréciation et l'expérience des concerts.

Le collectif investit le cabaret sauvage pour permettre aux parisiens d'assister à deux des treize dates de leur tournée française. Au fur et à mesure des tournées les salles ne cessent de devenir plus grandes sans pourtant que le frénésie liée à la recherche des ticket ne se calme.

Gy!be est en effet ce qu'on appelle un groupe culte, une hydre à neuf têtes qui marque son époque sans être jusqu'à présent avili par son succès tant leur ligne de conduite restera rigoriste, voire intégriste selon certains adeptes de la caricature. On peut rapprocher hâtivement leur musique au Mogwai de la première époque qui associe passages contemplatifs et déchainements en déflagration sonique, mais ici en même temps rien à voir : on peut alors évoquer les chateaux de sable qu'on construit pour les voir disparaitre dans les vagues, le groupe établissant respectueusement de monumentales cathédrales pour y mettre joyeusement le feu dès la dernière pierre posée. On aurait ainsi peut être une petite idée sans vraiment réussir à gratter la surface de l'entreprise musicale.

Car c'est aussi, et peut être avant tout, un collectif militant qui a une vision de la musique ambitieuse : anti-commercial non pas comme une pose ou une étiquette marketing de bon ton dans le rock (ie les popstars qui lachent un "stop the war" aux Brit awards), mais comme une raison d'être profonde justifiée par une reflexion en commun qui a mûri depuis des années dans les bas fonds de mile end à Montréal. Cette volonté ne prend sur scène la forme d'aucun message à l'intention du public (il n'y a pas de micro voix de toute façon), tout le propos du groupe passe par leur musique, et accessoirement par quelques projections suggestives (selon moi redondante tant la musique de Gdspeed est cinématographique).

Au final un set raisonnablement exceptionnel qui commence sur les arpèges étouffées de "Tazer floyd", seul titre du dernier LP à être joué ce soir (il y figure sous le nom "Rockets fall on rocket falls") qui déchaine une montée progressive que n'aurait pas renié Pink Floyd, justement, dans sa période meddle.

Ensuite "Monheim" un des magnifiques titres du "Lift yr..."(rappelez vous le sample "they don't sleep anymore on the beach") qui montre que le groupe peut tout en jouant très (très) fort montrer une sensibilité et une émotion à fleur de peau. Vient ensuite l'inédite du groupe nommé actuellement sobrement "Albanian" une nouvelle grande fresque épique avec un passage sur une gamme orientalisante qui relance sans cesse le morceau de l'avant dans le chaos.

Sur ce, Dave l'un des guitaristes (responsable des lignes mélodiques les plus précises) nous casse une corde, le temps de la changer le groupe en profite pour construite une improvisation tout à fait convaincante qui prend forme sous nos yeux. Car c'est un des aspects les plus stupéfiants dans ce groupe, c'est l'écoute entre eux : ils ont beau être neuf sur scène et être immergés dans leur musique à la limite de la transe ils se regardent toujours et communiquent avec un échange gestuel minimaliste implicite qui montre une complicité totale.

Ainsi quand Efrim tapote sur sa guitare on sait que les possibilités sont innombrables dépendant de la réception/réaction de chacun, ce passage sans grandiloquence nous aura ainsi permis de profiter de ce qui peut se passer quand Gy!be décide d'élaborer un nouveau morceau ou de chercher l'inspiration : elle vient à la fois de chaque individu mais surtout de la synergie de tout ce groupe.

Une fois la guitare en nouvel état de marche, l'enchainement se fait naturellement vers un frénétique "World police and the friendly fire" malsain et violent (un de mes titres préférés... comment ça rien à faire!) puis un titre de la même inspiration "Dead metheny" (providence) où la réponse des riffs est à son plus haut niveau entre ligne ciselée et insistante et vagues sonores saturées.

Efrim survolté et en transe, pourtant bien vissé sur sa chaise et à demi dos au public, traduit le mieux cet élan par les soubresauts qui agitent tout son corps et en particulier ses jambes dans une sorte de galop épique et statique. Le rappel (il n'y en aura qu'un! le groupe nous avait habitué à des concerts de plus de trois heures désormais on se recentre sur un format plus court, presque standard serait on tenté d'avouer) est un phénomène miraculeux : l'enchainement des deux faces du premier EP du groupe "Slow riot for new zero kanada" à savoir "Moya" et "Blaise bailey finnegan III" séparés par le sample associé des plus évocateur.

Au final une bonne setlist qui remplit toutes ses promesses, et si le concert n'atteint pas tout à fait les sommets de leur tournée précédente (en longueur et peut être aussi en intensité) les concerts des canadiens restent inratables et au dessus du lot de tout ce que j'ai jamais vu et c'est dire si cette chronique est en dessous de la réalité de l'expérience. La tournée en province se poursuit et c'est là qu'on pourra les voir avec le plus de proximité : les concerts de nombreuses dates ne sont pas encore complets...

Et pas vi vite! La chronique n'est pas tout à fait terminée. Devinez la première partie... Hanged'up ! (c'est un vrai point d'exclamation comme quand on est étonné/content/véhément et ainsi ne fait pas partie du nom du groupe comme pour... enfin vous voyez ce que je veux dire... toh!).

Un de mes groupes préférés dur disque qui convainct tout autant en concert. Le plus hallucinant c'est de découvrir sur scène qu'il ne sont que deux : Geneviève à l'alto et Eric à la batterie. La densité des albums est rendu par l'utilisation par la violoniste d'effets et d'auto-sampling, bien en vogue de puis quelques temps déjà, et par une batterie inventive, précise et virevoltante. En effet le batteur a étoffé son jeu de caisses et de cymbales classiques par des percussions préparées concrètes (dures et métalliques) et une sorte de pedal steel saturé sur lequel il s'acharne avec ses baguettes.

Un son riche, des relances au cordeau, des constructions incroyables, un jeu précis : c'est parfait mais vraiment trop court. Ils ont sortit deux disques sur Constellation tous deux géniaux.

La seule mauvaise nouvelle c'est que votre liste de disque à se procurer vient de s'allonger, zut.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album 'Allelujah ! Don't bend ! Ascend ! de Godspeed You! Black Emperor
Godspeed You! Black Emperor en concert à Cabaret Sauvage (13 mai 2003)
Godspeed You! Black Emperor en concert au Grand Mix (10 mai 2003)
Godspeed You! Black Emperor en concert à La Condition Publique (samedi 3 novembre 2012)
Godspeed You! Black Emperor en concert à La Condition Publique (samedi 3 novembre 2012) - 2ème
Godspeed You! Black Emperor en concert au Festival La Route du Rock #23 (vendredi 16 août 2013)
Godspeed You! Black Emperor en concert à L'Aéronef (jeudi 16 avril 2015 )
Godspeed You! Black Emperor en concert à Condition Publique (dimanche 22 octobre 2017)

En savoir plus :
Le site officiel de Godspeed You! Black Emperor
Godspeed You! Black Emperor sur le site de Constellation Records
Le Facebook de Constellation Records


Loopkin         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 1er juin 2020 : Retour à la réalité

Le monde d'après ne sera sans doute pas mieux que celui d'avant. Ces 2 mois de répit n'auront sans doute servi qu'à amplifier les frustrations en tout genre. Sans prétendre y remédier voic de quoi vous détendre un peu avec notre sélection culturelle de la semaine.

vous pouvez également revoir notre première émission "La mare aux grenouilles" sur la Froggy's TV. Suivez la chaine pour ne pas rater émissions et concerts en direct.

Du côté de la musique :

"Nunataq" de Alexandre Herer
"Vodou Alé" de Chouk Bwa & The Angstromers
"Wallsdown" de Enzo Carniel
Interview de Jo Wedin et Jean Felzine à l'occasion de leur concert sur la Froggy's TV
"Pictures of century" de Lane
"Lullaby (mix #15)" nouvelle émission de Listen In Bed à écouter
"Introssessions" de Minhsai
"Guinea music all stars" de Moh! Kouyaté
"Parcelle brillante" de Orwell
"Evocacion" de Quatuor Eclisses
"Is this natural" de Tazieff
"EP 2" de The Reed Conservation Society
et toujours :
Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

les créations contemporaines :
"Le Mardi à Monoprix" de Emmanuel Darley
"Lucide" de Rafael Spregelburd
"Le Royaume des animaux" de Roland Schimmelpfennig
"Délivre-toi de mes désirs" de María Velasco
"L'étudiante et Monsieur Henri" de Yvan Calbérac
de la comédie signée Pierre Palmade:
"Ma soeur est un chic type" de Pierre Palmade
"Pièce montée" de Pierre Palmade
"10 ans de mariage" de Alil Vardar
Au Théâtre ce soir :
"On dînera au lit" de Marc Camoletti
"Le canard à l'orange" de William Douglas Home
"L'Or et la Paille" de Barillet et Grédy
les classiques par la Comédie française :
"L'Avare" de Molière
"Les Rustres" de Goldoni
du côté des humoristes :
un spécial Christophe Alévêque à l'occasion de son inédit 2020 "Le trou noir"
avec
"Christophe Alévêque - Super rebelle... et candidat libre"
"Christophe Alévêque revient bien sûr"

"Christophe Alévêque - Debout"
et du théâtre lyrique revisité:
"Le Postillon de Lonjumeau" d'Adolphe Adam par Michel Fau
"Turandot" de Puccini par Robert Wilson
et de la caricature joyeuse avec "The Opera Locos"

Expositions :

découvrir la visite en ligne d'expositions virtuelles annulées :
"Giorgio de Chirico. La peinture métaphysique" au Musée de l'Orangerie
"Pompéi" au Grand Palais
et "Plein air, de Corot à Monet" au Musée des Impressionnismes de Giverny
s'évader en un clic en direction de la province :
à Nice pour une visite virtuelle du Musée Magnin et celle de l'exposition "Soulages, la puissance créatrice" à la Galerie Lympia
de l'Europe :
en Espagne vers le Musée Carmen Thyssen à Málaga
et en Allemagne avec la visite des 3 niveaux de la Kunsthalle de Brême
et plus loin encore aux Etats-Unis vers le Musée Isabella Stewart Gardner à Boston
et le Musée d'Art de Caroline du Nord à Raleigh
avant le retour sur Paris pour découvrir les éléments décoratifs de L’Opéra national de Paris

Cinéma at home avec :

de l'action :
"Code 211" de York Alec Shackleton
"Duels" de Keith Parmer
de la comédie : "Le boulet" de Alain Berbérian et Frédéric Forestier
du drame :
"Marion, 13 ans pour toujours" de Bourlem Guerdjou
"Happy Sweden" de Ruben Östlund
de la romance :
"Coup de foudre à Jaïpur" de Arnauld Mercadier
"Marions-nous !" de Mary Agnes Donoghue
du thriller :
"The Watcher" de Joe Charbanic
"Résurrection" de Russell Mulcahy
du fantastique : "Godzilla" de Masao Tamai
les années 40 au Ciné-Club :
"Boule de suif" de Christian Jaque
"Le carrefour des enfants perdus" de Léo Joannon
et un clin d'oeil au début du cinéma avec "Le Voyage dans la Lune" de Georges Méliès

Lecture avec :

"BeatleStones" de Yves Demas & Charles Gancel
"L'obscur" de Phlippe Testa
"La géographie, reine des batailles" de Philippe Boulanger
"Trouver l'enfant / La fille aux papillons" de René Denfeld
et toujours :
"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 1er juin 2020 : Retour à la réalité
- 24 mai 2020 : Culture pour tous !
- 17 mai 2020 : le joli mois de mai
- 10 mai 2020 : Sortez Masqués !
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=