Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Machine sans cible
Théâtre de la Colline  (Paris)  février 2008

Partition pour 7 comédiens écrite et mise en scène par Gildas Milin, avec Marc Arnaud, Morgane Buissière, Julia Cima, Rodolphe Congé, Éric Didry, Déborah Marique et Gildas Milin.

Vous avez un projet de spectacle et de films et vous ne savez pas vraiment où ça peut vous mener. Une vague idée. Pourquoi ne pas rassembler quelques amis et leur demander de s’exprimer sur l’Amour et l’intelligence ?

Voilà le point de départ de Machine sans cible … Et le public est naturellement convié à rentrer dans l’expérience. Que dire alors… comment le dire ? Quoi de plus familier et à la fois quoi de plus personnel que sa définition de l’intelligence et de l’amour.

Pourquoi les mots ont-ils du mal à sortir, pourquoi est-ce qu’ils s’accompagnent d’une fragilité extrême ? C’est l’image évoquée d’un papillon qu’on voudrait voir se poser sur sa main, alors faut-il partir à sa rencontre, le chasser et chercher à l’attraper ? ou au contraire attendre sa venue improbable dans le silence et le calme.

L’amour, l’intelligence s’opposent-ils, l’un appelle-t-il l’autre ? et qui vient en premier de l’œuf et de la poule.

A notre époque où les moyens de communiquer sont multiples, faciles, un téléphone à portée de main, faudrait-il se faire violence pour expliquer ce qu’évoquent les mots Amour Intelligence. Et si on oubliait de déclarer son amour à celui/celle qu’on aime…

Gildas Milin a orchestré une machination savante, qui n’en est pas moins drôle et sensible. La mise en scène est belle, déclinée sous le signe du noir et du blanc, les corps sont souples et cependant ils restent distants, chacun seul dans ses propres sensations à expliquer. Ils se retrouvent parfois mais les uns à côté des autres, ne se voyant plus, ils esquissent quelques pas gracieux ou chantent.

Serait-il désormais plus facile de parler à des machines : parler devant des micros, à travers des téléphones, que de s’adresser directement à l’autre, présence à ses côtés. Faudrait-il que ce soit la machine qui nous révèle aussi qui nous sommes ?

Et si la cible n’était pas finalement que le cœur de l’Homme ?

 

Sandrine Gaillard         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

Abonnez vous à la Newsletter pour recevoir, outre les mises à jour en avant première, des infos de première importance et peut être des choses dont vous n'avez même pas encore imaginé l'existence et l'impact sur votre vie... et nous non plus.

se désabonner, changer son mail ... c'est ici!


» Contacter un membre ou toute
   l'équipe (cliquez ici)


Afficher les chroniques d'un membre :

Liste des chroniques... Cécile B.B.
Liste des chroniques... David
Liste des chroniques... Didier Richard
Liste des chroniques... Fred
Liste des chroniques... Jean-Louis Zuccolini
Liste des chroniques... Julien P.
Liste des chroniques... LaBat’
Liste des chroniques... Laurent Coudol
Liste des chroniques... Le Noise (Jérôme Gillet)
Liste des chroniques... Margotte
Liste des chroniques... MM
Liste des chroniques... Monsieur Var
Liste des chroniques... Nathalie Bachelerie
Liste des chroniques... Nicolas Arnstam
Liste des chroniques... Paola Simeone
Liste des chroniques... Philippe Person
Liste des chroniques... Rickeu
Liste des chroniques... Séb.T

 

Les articles de ce site sont la propriété de froggydelight.com et de leurs auteurs.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=