Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Benoït Mouchard
Brigitte Fontaine -Intérieur/Extérieur  (Editions Panama)  février 2008

C’est une chanson ("Hollywood" de l’album French Corazon), qui conduisit Benoît Mouchard, par ailleurs directeur artistique du festival de BD d’Angoulême, à s’intéresser à la vie et l’œuvre de cette artiste inégalable qu’est Brigitte Fontaine.

A pas feutrés, au cours de longs entretiens il recueillit les confidences de la Fontaine. Ce n’est donc pas un hasard si la biographie "Brigitte Fontaine : Intérieur/Extérieur" est plus que l’ouvrage d’un fan : elle met en prise directe le lecteur avec la vivacité et l’originalité.

Car pour Brigitte Fontaine, il n’est jamais question de nostalgie, ni de regrets, encore moins d’amertume ; c’est plutôt hic et nunc, ici et maintenant, toujours insaisissable, jamais alourdie , encombrée , fossilisée par le passé.

Et pourtant quelle histoire ! Quel roman ! ET merci à Benoît Mouchard de reprendre ce travail d’historiographe, parce que les journaux, les radios ne se sont jamais trop fendues de reportages hommage, de soirées spéciales etc… Allons savoir pourquoi ? Et la vie artistique de Brigitte est passionnante.

Elle commence seule à chanter dans les cabarets parisiens, elle s’accompagne à la guitare. Ses textes font la preuve d’une personnalité à part, nourrie de littérature, se sentant désemparée dès qu’elle quitte la scène, où elle produisait déjà en Bretagne dans des pièces de théâtre. Puis avec Rufus et Jacques Higelin, ils créent des spectacles, scénettes de la vie ordianire , critiques du conformisme ambiant .

Un conformisme chassant l’autre, elle ose prendre la fuite ainsi dans les années 70 alors qu’elle devait jouer au Ranelagh :"Le public était composé de babas et de gauchos bardés de principes : ils n’avaient aucune spontanéité et je les trouvais bidons, vils et serviles. Ils voulaient absolument que je sois ce qu’ils désiraient ! Je me rappelle être arrivée sur scène comme on pose une bombe après avoir demandé au patron de partir avec la caisse. J’ai balancé aux spectateurs médusés : je vais partir dans un quart d’heure et vous ne serez pas remboursés ! Vous êtes comme des oisillons qui attendent la becquée…Vous avais l’air d’un cimetière militaire… la situation est dégradante : Sheila-Fontaine, même combat !" (p107).

Est-ce que la situation a tellement changé ? Le public n’a-t-il pas les artistes qu’il mérite ? Qui sont-ils aujourd’hui celles et ceux qui sont seulement des produits à consommer sous toutes ses formes ?

Vent, que dis-je tornade ! L’éveil, la vigilance de Fontaine séduisent ; la curiosité et la jeunesse d’esprit d’Areski Belkacem, son compositeur, avec qui elle partage sa vie, captivent. Musiques universelles, qui ont depuis toujours abattu les frontières géopolitiques, le français classique ou vernaculaire qui remporte le morceau !

Les collaborations ont été riches : hier le Art Ensemble of Chicago, aujourd’hui Matthieu Chedid, et les amitiés qui se renforcent, passées les épreuves de la vie. Mélange de permanence et de renaissance perpétuelle, les chansons de Fontaine/Areski n’ont pas d’âge ; "Les nougats", "C'est normal" semblent avoir été écrites hier , alors que …

L’écriture de Fontaine est sa meilleure arme, sa meilleure amie, celle qui absorbe les peurs, qui fouette les bourreaux. Reconnus au Japon, aux Etats-Unis où un groupe comme Sonic Youth n’hésite pas une seconde à collaborer avec eux, Fontaine et Belkacem sortiraient déjà leur dernier album si les maisons de disque travaillaient aujourd’hui autrement qu’elles ne le font, si simplement elles considéraient aussi la diversité des goûts du public et sa maturité.

Las d’entendre parler de nos glorieux disparus (glorieux parce que disparus) de la chanson française (Piaf, Ferré, Gainsbourg), précipitez vous à la rencontre de Brigitte Fontaine … vous trouverez l’eau si belle.

 

Sandrine Gaillard         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 22 mars 2020 : Homeworks

Nos chroniqueurs ont fait leurs devoirs à la maison cette semaine. On vous parle toujours de musique, de littérature et de jeux vidéo mais aussi d'expositions virtuelles, de cinéma et de théâtre en DVD ou en ligne. C'est parti, voici de quoi vous occupez en restant chez vous.

Du côté de la musique :

"La course" de Bon Voyage Organisation
"Où ça en est ?" de Ceylon
"Blossom" de Coralie Royer
"Brothers of string" de Duplessy & the Violins of the World
"Atomised single" de Gogo penguin
"Onkalo" de Julie Campiche Quartet
"Single carry me home" de Kokoroko
"The pain, the blood and the sword" de Lion's Law
"Five for five" de Michael Fine
"Mon étrangère" de Valentin Vander
et toujours :
"Ludi" de Chassol
"D'ombres" de Elodie Vignon
"L'univers" de Goodbye Moscow
"Single / Clip des champions" de Klub des Loosers
"Robert Schumann : L'hermaphrodite" de Laurianne Corneille
"A Milli" le podcast numéro 11 de Listen in Bed
"Outlaws" de Ludivine Issambourg
"It's only us" de Monophonics
"Premier EP" de Panic Party
"Ornithologie" de Un Poco Loco

Au théâtre :

dans un fauteuil de salon avec la sélection de la semaine en diffusion sur le net :
du boulevard avec :
"Le Sommelier" en replay sur la chaîne Paris-Première et la captation de "Un amour de jeunesse"
un classique avec la captation de "Ruy Blas" créé aux Fêtes Nocturnes de Grignan
un classique revisité avec le streaming de "L'Ecole des femmes" au Théâtre national de l'Odéon
une comédie circassienne avec la captation de "La Nuit du Cerf" du Cirque Leroux
dans la rubrique "Au Théâtre ce soir" : "Potiche" de Barillet et Grédy avec Jacqueline Maillan
et des spectales à voir ou a revoir en DVD :
"Le Récital emphatique de Michel Fau"
"Le Gros, la Vache et le Mainate"
"Elephant Man"
"Dans les yeux de Jeanne"
"Orphée"
"Il y aura la jeunesse d'aimer"

Expositions :

en toute tranquilité mais qui déménagent avec sur le Musée de la Sacem avec :
"Le Punk français" qui a fêté son quarantième anniversaire et "Le Disco français" toujours présent sur les dancefloors
le parcours virtuel sur le site du Petit Palais correspondant à l'exposition "Paris 1900"
en passant les frontières avec la visite virtuelle des collections du Rijksmuseum d'Amsterdam
et, en attendant la réouverture de l'exposition "Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée, le documentaire "Sur les pas de Christian Louboutin" de Olivier Garouste

Cinéma :

se faire une toile à domicile avec parmi les films récents sortis en DVD :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin

Lecture avec :

"Confession téméraire" de Anita Pittoni
"L'âne mort" de Chawki Amari
"L'archipel des larmes" de Camilla Grebe
"Riposte" de David Albertyn
"Temps noirs" de Thomas Mullen
"Toute la violence des hommes" de Paul Colize
"Une île sur la Volga" de Iwan Lépingle
et toujours :
"Alerte rouge" de Tomaz Lavric
"Chez nous" de Louis Candlish
"de Gaulle et les grands" de Eric Branca
"El Nino de Hollywood" de Oscar & Juan José Martinez
"Idiot wind" de Peter Kaidheim
"L'intégrale de F A U S T" de Serge Lehman
"Pacifique" de Stéphanie Hochet

Froggeek's Delight :

Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 24 mai 2020 : Culture pour tous !
- 17 mai 2020 : le joli mois de mai
- 10 mai 2020 : Sortez Masqués !
- 3 mai 2020 : Déconfi...ture
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=