Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival A vos Zincs#11 (Tournée 2008)
Madjid Ziouane - Prisca - Syrano - Balbino Medellin - Polyglotte - Blérots de R.A.V.E.L.  (Paris, Cabaret Sauvage)  15 mai 2008

Pour cette nouvelle édition de la tournée A vos Zincs, pas moins de six groupes sont programmés ce soir. Le Cabaret Sauvage est l’endroit irréel idéal pour commencer le voyage : de Lyon à Lille, de Nantes à Toulouse, de Strasbourg à Paris à nouveau pour le concert de clôture.

Le Cabaret Sauvage est comme un chapiteau planté dans le Parc de la Villette, salle gironde d’un Palais des Glaces dessiné par un enfant. Installé aux abords du canal, à une encablure du périphérique nord, le Cabaret Sauvage est un repère pour les gens du voyage, les saltimbanques de toutes origines (tenus à distance des beaux quartiers).

Qu’à cela ne tienne, ce soir, faisons la fête, tous ensemble parce que c’est l’été, parce que les sons entraînants des contrebasses, guitares, violons, violoncelles, accordéons produisent une envie irrépressible de danser, de rire ; et parce que le prix (10 euros) est si démocratique et parce que cette fois, on commande au bar des picon bières.

Madjid Ziouane entre en scène le premier : est-ce qu’on peut parler de première partie quand cinq groupes vont encore se produire ? Disons alors qu’il assure l’ouverture. Acteur de théâtre dans une autre vie, il endosse le rôle de l’interprète qui ne craint pas de mettre en scène ses chansons et de les déployer dans tout l’espace.

Mariant le français et l’arabe, il prend également certaines des intonations de Brel. Et Ferré n’est pas si loin, lorsqu’il galvanise son auditoire dans la traduction en arabe du poème "Est-ce ainsi que les hommes vivent ?" qui fait partie des monuments indépassables du répertoire français. Madjid Ziouane fait davantage que défendre son premier album Alger, Lisbonne, Paris, il donne le "la" de la soirée : des textes de qualité servis par des musiciens interprètes rompus à la scène, décidés à faire le spectacle.

Prisca, originaire de Toulouse, envahit l’estrade, après une pause éclair. Plutôt dans le style fanfare, les instruments (guitares, clarinette, accordéon, contrebasse, batterie) ont le pouvoir. C’est l’été, les couleurs comme les styles se mélangent au bord du canal, du musette-ska à quelques lignes de musique yiddish, pas question de se ramollir.

Je distingue dans une de leurs chansons : "la vie c’est pas du camembert/ c’est pas rond, c’est pas mou/ et faut pas se laisser faire"… Cela me laisse tout de même perplexe : on a mieux dans le registre chansons de révoltés. Peu importe. Ils soufflent la joie de vivre et la générosité… Dehors, le soir tombe, le soleil est resté sous le chapiteau.

Quant à Syrano, c’est, selon moi, la révélation du festival. Autour de l’auteur–interprète, des musiciens (guitare, accordéon, violon, violoncelle, tiens ! Thècle qui participe à l’album de Jonathan Benisty… comme on se retrouve) installent toute une scénographie, réglée comme du papier à musique, justement.

Syrano fusionne les styles (chansons, rap, musette) pour donner à voir des petites histoires, de petits bouts de légendes inventées, avec des tics–tacs de réveil, des guest stars comme l’épouvantail du Magicien d’Oz. Un peu de Dionysos par ci, un peu de Tim Burton par là. Voilà ouvert le pays des songes où Monsieur Neige fond d’amour pour une fille qui reste de glace … sous les jeux du langage apparaissent des mondes parallèles.

La boite du magicien s’est refermée parce que l’univers de Balbino Medellin tranche par sa sobriété et son réalisme.

Accompagné par un accordéoniste, il joue à la guitare des chansons qui dépeignent le monde des petites gens, qui prennent le bus avant le lever du soleil pour aller travailler, qui s’occupent d’une station service ouverte 24h/24, qui sont vigiles sur un parking avec un rottweiler… Cacher ce monde que je ne saurais voir, dirait–on dans certaines soirées privées.

Balbino joue, en effet, sur un fil parce qu’il faut beaucoup de tendresse et de talent pour infuser de la poésie dans ces univers ingrats, ces vies de la déveine.

Faut dire, qu’au premier coup d’œil : la frousse ! Gros malabar tatoué, crâne rasé, son histoire de rott, voix bourrue et ton impératif : "Toi ! Tape dans tes mains !" Et on tend l’oreille (de peur qu’il nous la tire) sur ses histoires : on est touché par un homme qui se dévoile, qui parle de l’amour et de ses racines (il dédie "le soleil et l’ouvrier" à son grand-père qui travaillait dans le bâtiment – travaux publics comme manœuvre), avec la compassion qu’on lit dans certaines pages de Cendrars. Son album intitulé Le Soleil et l’Ouvrier est sorti en mars 2008 et vaut vraiment le détour.

Pour le groupe suivant, Polyglotte, mon attention s’est relâchée. Originaire du Limousin, ils s’inscrivent dans un style déjà servi avec Prisca : fanfare, ska un peu plus punk.

Les textes se réduisent comme peau de chagrin. A cette heure-ci, c’est vrai qu’on n’a plus grand-chose à dire : "Tout est dit et déjà vu", chantent-ils pendant que certains, sous l’effet Picon bière, n’en finissent pas d’échafauder des projets mirifiques : "Bla bla bla" comme Polyglotte intitule son dernier album sorti en mars 2008.

Alors le groupe est allé les rejoindre au bar, enfin, eux sur le zinc, et ont continué avec une chanson unplugged tandis que la scène se transforme pour Les Blérots de R.A.V.E.L.

Tête d’affiche de la soirée, le groupe est pourtant un peu hors jeu dès le départ. La soirée a pris du retard, il faut clôturer le festival à 2 heures. Malgré l’attente de leur public, ils ne peuvent jouer le temps imparti comme les autres. Alors, ils essaient de faire vite pour présenter un maximum de titres.

Energiques, ils terminent en fanfare et je m’endors doucement au pied de la scène en rêvant aux instruments qui prennent vie comme les jouets de Toys Story ou au petit vieux excentrique … et à ces personnages de carillon qui tapent, en rond, sur mon pauvre crâne.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Tas de ferraille de Prisca
La chronique de l'album Les cités d'émeraudes de Syrano

En savoir plus :
Le site officiel du festival
Le site officiel de Madjid Ziouane
Le Myspace de Madjid Ziouane
Le Myspace de Prisca
Le site officiel de Syrano
Le Myspace de Syrano
Le site officiel de Balbino Medellin
Le Myspace de Balbino Medellin

Le site officiel de Polyglotte
Le Myspace de Polyglotte

Le site officiel des Blérots de R.A.V.E.L.
Le Myspace des Blérots de R.A.V.E.L.

Crédits photos : Vanessa Bureau (retrouvez toute la série sur Taste of Indie)


Sandrine Gaillard         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 1er juin 2020 : Retour à la réalité

Le monde d'après ne sera sans doute pas mieux que celui d'avant. Ces 2 mois de répit n'auront sans doute servi qu'à amplifier les frustrations en tout genre. Sans prétendre y remédier voic de quoi vous détendre un peu avec notre sélection culturelle de la semaine.

vous pouvez également revoir notre première émission "La mare aux grenouilles" sur la Froggy's TV. Suivez la chaine pour ne pas rater émissions et concerts en direct.

Du côté de la musique :

"Nunataq" de Alexandre Herer
"Vodou Alé" de Chouk Bwa & The Angstromers
"Wallsdown" de Enzo Carniel
Interview de Jo Wedin et Jean Felzine à l'occasion de leur concert sur la Froggy's TV
"Pictures of century" de Lane
"Lullaby (mix #15)" nouvelle émission de Listen In Bed à écouter
"Introssessions" de Minhsai
"Guinea music all stars" de Moh! Kouyaté
"Parcelle brillante" de Orwell
"Evocacion" de Quatuor Eclisses
"Is this natural" de Tazieff
"EP 2" de The Reed Conservation Society
et toujours :
Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

les créations contemporaines :
"Le Mardi à Monoprix" de Emmanuel Darley
"Lucide" de Rafael Spregelburd
"Le Royaume des animaux" de Roland Schimmelpfennig
"Délivre-toi de mes désirs" de María Velasco
"L'étudiante et Monsieur Henri" de Yvan Calbérac
de la comédie signée Pierre Palmade:
"Ma soeur est un chic type" de Pierre Palmade
"Pièce montée" de Pierre Palmade
"10 ans de mariage" de Alil Vardar
Au Théâtre ce soir :
"On dînera au lit" de Marc Camoletti
"Le canard à l'orange" de William Douglas Home
"L'Or et la Paille" de Barillet et Grédy
les classiques par la Comédie française :
"L'Avare" de Molière
"Les Rustres" de Goldoni
du côté des humoristes :
un spécial Christophe Alévêque à l'occasion de son inédit 2020 "Le trou noir"
avec
"Christophe Alévêque - Super rebelle... et candidat libre"
"Christophe Alévêque revient bien sûr"

"Christophe Alévêque - Debout"
et du théâtre lyrique revisité:
"Le Postillon de Lonjumeau" d'Adolphe Adam par Michel Fau
"Turandot" de Puccini par Robert Wilson
et de la caricature joyeuse avec "The Opera Locos"

Expositions :

découvrir la visite en ligne d'expositions virtuelles annulées :
"Giorgio de Chirico. La peinture métaphysique" au Musée de l'Orangerie
"Pompéi" au Grand Palais
et "Plein air, de Corot à Monet" au Musée des Impressionnismes de Giverny
s'évader en un clic en direction de la province :
à Nice pour une visite virtuelle du Musée Magnin et celle de l'exposition "Soulages, la puissance créatrice" à la Galerie Lympia
de l'Europe :
en Espagne vers le Musée Carmen Thyssen à Málaga
et en Allemagne avec la visite des 3 niveaux de la Kunsthalle de Brême
et plus loin encore aux Etats-Unis vers le Musée Isabella Stewart Gardner à Boston
et le Musée d'Art de Caroline du Nord à Raleigh
avant le retour sur Paris pour découvrir les éléments décoratifs de L’Opéra national de Paris

Cinéma at home avec :

de l'action :
"Code 211" de York Alec Shackleton
"Duels" de Keith Parmer
de la comédie : "Le boulet" de Alain Berbérian et Frédéric Forestier
du drame :
"Marion, 13 ans pour toujours" de Bourlem Guerdjou
"Happy Sweden" de Ruben Östlund
de la romance :
"Coup de foudre à Jaïpur" de Arnauld Mercadier
"Marions-nous !" de Mary Agnes Donoghue
du thriller :
"The Watcher" de Joe Charbanic
"Résurrection" de Russell Mulcahy
du fantastique : "Godzilla" de Masao Tamai
les années 40 au Ciné-Club :
"Boule de suif" de Christian Jaque
"Le carrefour des enfants perdus" de Léo Joannon
et un clin d'oeil au début du cinéma avec "Le Voyage dans la Lune" de Georges Méliès

Lecture avec :

"BeatleStones" de Yves Demas & Charles Gancel
"L'obscur" de Phlippe Testa
"La géographie, reine des batailles" de Philippe Boulanger
"Trouver l'enfant / La fille aux papillons" de René Denfeld
et toujours :
"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 1er juin 2020 : Retour à la réalité
- 24 mai 2020 : Culture pour tous !
- 17 mai 2020 : le joli mois de mai
- 10 mai 2020 : Sortez Masqués !
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=