Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival A vos Zincs#11 (Tournée 2008)
Madjid Ziouane - Prisca - Syrano - Balbino Medellin - Polyglotte - Blérots de R.A.V.E.L.  (Paris, Cabaret Sauvage)  15 mai 2008

Pour cette nouvelle édition de la tournée A vos Zincs, pas moins de six groupes sont programmés ce soir. Le Cabaret Sauvage est l’endroit irréel idéal pour commencer le voyage : de Lyon à Lille, de Nantes à Toulouse, de Strasbourg à Paris à nouveau pour le concert de clôture.

Le Cabaret Sauvage est comme un chapiteau planté dans le Parc de la Villette, salle gironde d’un Palais des Glaces dessiné par un enfant. Installé aux abords du canal, à une encablure du périphérique nord, le Cabaret Sauvage est un repère pour les gens du voyage, les saltimbanques de toutes origines (tenus à distance des beaux quartiers).

Qu’à cela ne tienne, ce soir, faisons la fête, tous ensemble parce que c’est l’été, parce que les sons entraînants des contrebasses, guitares, violons, violoncelles, accordéons produisent une envie irrépressible de danser, de rire ; et parce que le prix (10 euros) est si démocratique et parce que cette fois, on commande au bar des picon bières.

Madjid Ziouane entre en scène le premier : est-ce qu’on peut parler de première partie quand cinq groupes vont encore se produire ? Disons alors qu’il assure l’ouverture. Acteur de théâtre dans une autre vie, il endosse le rôle de l’interprète qui ne craint pas de mettre en scène ses chansons et de les déployer dans tout l’espace.

Mariant le français et l’arabe, il prend également certaines des intonations de Brel. Et Ferré n’est pas si loin, lorsqu’il galvanise son auditoire dans la traduction en arabe du poème "Est-ce ainsi que les hommes vivent ?" qui fait partie des monuments indépassables du répertoire français. Madjid Ziouane fait davantage que défendre son premier album Alger, Lisbonne, Paris, il donne le "la" de la soirée : des textes de qualité servis par des musiciens interprètes rompus à la scène, décidés à faire le spectacle.

Prisca, originaire de Toulouse, envahit l’estrade, après une pause éclair. Plutôt dans le style fanfare, les instruments (guitares, clarinette, accordéon, contrebasse, batterie) ont le pouvoir. C’est l’été, les couleurs comme les styles se mélangent au bord du canal, du musette-ska à quelques lignes de musique yiddish, pas question de se ramollir.

Je distingue dans une de leurs chansons : "la vie c’est pas du camembert/ c’est pas rond, c’est pas mou/ et faut pas se laisser faire"… Cela me laisse tout de même perplexe : on a mieux dans le registre chansons de révoltés. Peu importe. Ils soufflent la joie de vivre et la générosité… Dehors, le soir tombe, le soleil est resté sous le chapiteau.

Quant à Syrano, c’est, selon moi, la révélation du festival. Autour de l’auteur–interprète, des musiciens (guitare, accordéon, violon, violoncelle, tiens ! Thècle qui participe à l’album de Jonathan Benisty… comme on se retrouve) installent toute une scénographie, réglée comme du papier à musique, justement.

Syrano fusionne les styles (chansons, rap, musette) pour donner à voir des petites histoires, de petits bouts de légendes inventées, avec des tics–tacs de réveil, des guest stars comme l’épouvantail du Magicien d’Oz. Un peu de Dionysos par ci, un peu de Tim Burton par là. Voilà ouvert le pays des songes où Monsieur Neige fond d’amour pour une fille qui reste de glace … sous les jeux du langage apparaissent des mondes parallèles.

La boite du magicien s’est refermée parce que l’univers de Balbino Medellin tranche par sa sobriété et son réalisme.

Accompagné par un accordéoniste, il joue à la guitare des chansons qui dépeignent le monde des petites gens, qui prennent le bus avant le lever du soleil pour aller travailler, qui s’occupent d’une station service ouverte 24h/24, qui sont vigiles sur un parking avec un rottweiler… Cacher ce monde que je ne saurais voir, dirait–on dans certaines soirées privées.

Balbino joue, en effet, sur un fil parce qu’il faut beaucoup de tendresse et de talent pour infuser de la poésie dans ces univers ingrats, ces vies de la déveine.

Faut dire, qu’au premier coup d’œil : la frousse ! Gros malabar tatoué, crâne rasé, son histoire de rott, voix bourrue et ton impératif : "Toi ! Tape dans tes mains !" Et on tend l’oreille (de peur qu’il nous la tire) sur ses histoires : on est touché par un homme qui se dévoile, qui parle de l’amour et de ses racines (il dédie "le soleil et l’ouvrier" à son grand-père qui travaillait dans le bâtiment – travaux publics comme manœuvre), avec la compassion qu’on lit dans certaines pages de Cendrars. Son album intitulé Le Soleil et l’Ouvrier est sorti en mars 2008 et vaut vraiment le détour.

Pour le groupe suivant, Polyglotte, mon attention s’est relâchée. Originaire du Limousin, ils s’inscrivent dans un style déjà servi avec Prisca : fanfare, ska un peu plus punk.

Les textes se réduisent comme peau de chagrin. A cette heure-ci, c’est vrai qu’on n’a plus grand-chose à dire : "Tout est dit et déjà vu", chantent-ils pendant que certains, sous l’effet Picon bière, n’en finissent pas d’échafauder des projets mirifiques : "Bla bla bla" comme Polyglotte intitule son dernier album sorti en mars 2008.

Alors le groupe est allé les rejoindre au bar, enfin, eux sur le zinc, et ont continué avec une chanson unplugged tandis que la scène se transforme pour Les Blérots de R.A.V.E.L.

Tête d’affiche de la soirée, le groupe est pourtant un peu hors jeu dès le départ. La soirée a pris du retard, il faut clôturer le festival à 2 heures. Malgré l’attente de leur public, ils ne peuvent jouer le temps imparti comme les autres. Alors, ils essaient de faire vite pour présenter un maximum de titres.

Energiques, ils terminent en fanfare et je m’endors doucement au pied de la scène en rêvant aux instruments qui prennent vie comme les jouets de Toys Story ou au petit vieux excentrique … et à ces personnages de carillon qui tapent, en rond, sur mon pauvre crâne.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Tas de ferraille de Prisca
La chronique de l'album Les cités d'émeraudes de Syrano

En savoir plus :
Le site officiel du festival
Le site officiel de Madjid Ziouane
Le Myspace de Madjid Ziouane
Le Myspace de Prisca
Le site officiel de Syrano
Le Myspace de Syrano
Le site officiel de Balbino Medellin
Le Myspace de Balbino Medellin

Le site officiel de Polyglotte
Le Myspace de Polyglotte

Le site officiel des Blérots de R.A.V.E.L.
Le Myspace des Blérots de R.A.V.E.L.

Crédits photos : Vanessa Bureau (retrouvez toute la série sur Taste of Indie)


Sandrine Gaillard         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 16 février 2020 : Pour les amoureux de culture

La Saint Valentin est passée. Nous espérons que vous avez pioché des idées de cadeaux culturels dans notre sélection de la semaine dernière. Ceci dit il n'y a jamais assez d'occasions de faire plaisir, alors voici une nouvelle sélection qui saura vous séduire. C'est parti !

Du côté de la musique :

"Monolithe" de Octave Noire
"Origenes" de Sotomayor
"Perdida" de Stone Temples Pilots
"Endless voyage" de Sunflowers
"Brothers in ideals" de The Inspector Clouzo
"Come on in" de Thorbjorn Risager & The Black Tornado
"Bury the moon" de Asgeir
"The wall single" de Fontiac
"M. I. A." la 10ème émission de Listen in Bed à écouter en ligne
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Ghosts" de Mokado
Frustration & The Jackson pollock au Fil de Saint Etienne
et toujours :
"I become a beast" de Caesaria
"Hopetown" de Claudial Solal et Benoit Delbecq
"L'îlot" de Cyril Adda, à retrouver aussi en session
"Granados Goyescas" de Jean Philippe Colard
"On both sides of the atlantic" de Jon Bouteiller
"Lovers" de Kid Francescoli
"Ooh Hah" le mix numéro 10 de Listen in Bed
"Show no mercy" de Loki Lonestar
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Simido" de Moonlight Benjamin

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"La Collection" au Théâtre L'Etoile du Nord
"Correspondance avec la mouette" au Théâtre Les Déchargeurs
"Ni couronne ni plaque" au Théâtre de Belleville
"Dans les forêts de Sibérie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Hedda" au Théâtre de Belleville
"Roi du silence" au Théâtre Les Déchargeurs
"Aime-moi" au Théâtre de Belleville
"Mon Olympe" au Théâtre de Belleville
"Ciel, mon Paris !" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Les Faucheuses" à la Comédie Nation
"Le petit résistant illustré" au Théâtre Essaion
des reprises :
"Huis Clos" au Théâtre Dejazet
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"What is love" à la Divine Comédie
"Ah ! Félix (n'est pas le bon titre)" au Trois Baudets
et la chronique des spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Picasso - Tableaux magiques" au Musée national Picasso
"Luca Giordano - Le triomphe de la peinture napolitaine" au Petit Palais
"Le Rêveur de la forêt" au Musée Zadline
"Du Douanier Rousseau à Séraphine - Les grands maîtres naïfs" au Musée Maillol
"Le Marché de Art sous l'Occupation 1940-1944" au Mémorial de la Shoah

Cinéma avec :

"Sortilège" de Ala Eddine Slim
Oldies but Goodies avec "Les Vertes Années" de Paulo Rocha
et la chronique des films sortis en février

Lecture avec :

"Apaiser hitler" de Tim Bouverie
"L'odysée du plastique" de Eric Loizeau
"La résurrection de Joan Ashby" de Cherise Wolas
"Les lumières de Niteroi" de Marcello Quintanilha
"Préférer l'hiver" de Aurélie Jeannin
"Ted" de Pierre Rehov et "Grand froid" de Cyril Carrère
"Undercover" de Amaryllis Fox
et toujours :
"Alt life" de Joseph Falzon & Thomas Cadène
"Ce qui est nommé reste en vie" de Claire Fercak
"Dévorer les ténèbres" de Richard Lloyd Parry
"Il est juste que les forts soient frappés" de Thibault Bérard
"L'homme qui n'est jamais mort" de Olivier Margot
"La chute" de Jacques Ravenne
"Le livre de Sarah" de Scoot McClanahan

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=