Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce 11ème Biennale Internationale d'Architecture
Jardins et Arsenal  (Venise)  Du 14 septembre au 23 novembre 2008

La 11ème Biennale Internationale d'Architecture se déroule du 14 septembre au 23 novembre 2008 à Venise sous le thème "Out There. Architecture Beyond Building" choisi par son directeur artistique Aaron Betsky.

Architecte, universitaire, ex-directeur de l'Institut néerlandais d'architecture et actuellement directeur du Musée d'art de Cincinnati, ce dernier a donc choisi un thème très ouvert qui va au-delà de la notion d'architecture entendue traditionnellement comme l'art de transformer, de concevoir et de construire des édifices et des espaces extérieurs.

Ce qui permet de présenter des installations et projets divers tenant tant au design, au paysagisme qu'à l'art - mais dans "architecture" n'y a-t-il "art" - ainsi que des architectures expérimentales.

D'où de sévères critiques, notamment en ce qui concerne l'exposition à l'Arsenal, résultant du seul choix du commissaire, quant à la personnalité des architectes distingués et qui ne comprend aucune proposition pour un bâtiment, sur une biennale qui se présente comme une vitrine pour l'élite de l'architecture d'avant garde.

Toutefois cette ouverture en fait une manifestation plus largement accessible au public néophyte.

Des pavillons éclectiques

Au demeurant, les pavillons nationaux ont fait de ce thème des lectures bien différentes.

Ainsi, la Grande Bretagne présente des projets de batiments d'habitation austères, la Suisse très sérieuse présente des études de cas réservés aux spécialistes, les Etats Unis se penchent sur l'habitat des couches sociales défavorisés et avec "L'italia cerca casa", le pavillon italien se penche sur l'habitat collectif depuis 1930.

Le pavillon français est placé sous le commissariat de Francis Rambert, journaliste, critique et directeur de l'Institut français d'architecture.

Il accueille un projet intitulé "GénéroCité, généreux vs. Générique" autour de la mouvance des architectes du collectif French Touch avec une articulation chronologique mettant en résonance des projets de référence réalisés depuis 1960 et des projets contemporains.

Dans l'ancien entrepôt de carburant de l'Arsenal, la Chine expose sagement sur des anciennes tables d'écoliers une collection de photographies documentaires sur des constructions pékinoises, jeux olympiques obligent.

Si la Suisse présente des études de cas sur la conception architectonique réservées aux spécialistes, la Belgique surprend toujours et non sans humour.

L'exposition organisée à l'initiative la communauté flamande, par l'Office Kersten Geers David Van Severen, se déroule dans le pavillon dont l'extérieur a été entièrement recouvert d'une structure métallique composée de planchers d'échafaudage en aluminium à l'intérieur duquel "After the party" prend la forme d'un sol jonché de confettis.

Avec "The afterlife of buildings", la Pologne, qui a reçu le Lion d’Or pour la meilleure participation nationale s'interroge sur le devenir des bâtiments.

Elle expose une série de photomontages de Nicolas Grospierre et Kobas Laksasur qui détourne la fonction de certains bâtiments comme, par exemple, la bibliothèque de l'université de Varsovie transformée en centre commercial.

La Russie s'interroge sur le paysage architectural de l'avenir au sortir de l'ère communiste avec le "Game of chess" mettant en compétition les projets des architectes locaux et ceux des architectes étrangers.

La Roumanie expose un mobilier hightech au design sophistiqué inspiré des mobiliers frustres du passé et l'Allemagne porte sa réflexion sur le réflexe écologique et les économies d'énergie.

Elle présente notamment une installation de Ton Matton, "Technical paradise" composé de plantes en pots sous perfusion et éclairage artificiel, pour interpeller sur la destruction de la nature et le recyclage du mobilier usagé.

Quant au pavillon vénitien, il rend hommage à l'architecte et designer véntien Carlos Scarpa, mort en 1978, qui a collaboré pendant trente ans à la Biennale de Venise.

A l'Arsenal, "Out There. Architecture Beyond Building" : des propositions artistiques

A l'Arsenal, dans les bâtiments de la Corderie, le choix d'Aaron Betsky, qui affirme "We need some icons and some enigmas", est bien évidemment subjectif correspond de surcroît aux icones médiatiques de l'avant garde architecturale au premier rang de laquelle figure Frank Gehry, dont il fut le collaborateur, et qui vient d'obtenir le Lion d'Or pour l'ensemble de sa carrière.

Par ailleurs, pas de trace de constructions mais uniquement des propositions artistiques hautes en couleurs.

Frank O. Gehry Associates expose une oeuvre "in progress" qui sera édifiée au cours de la Biennale.

Chacune des 38 propositions exposées est singulière, allant de l'hyper réalisme pop au futurisme utopique.

Le Lion d'Or de la meilleure installation a été décerné à l'américain Greg Lynn pour ses meubles cartoons fabriqués à partir de jouets recyclés.

Spectaculaire, le "Hyperhabitat" des espagnols de Guallart Architects est composé d'objets de la vie domestqiue en plastique transparents reliés à des ordinateurs voisine avec le "Singletown" du collectif hollandais Droog Design qui a planché sur l'habitat pour personne seule.

Reconnaissable entre toutes, la ligne très organique de Zaha Hadid Architects se décline ici dans une structure hybride et modulable, entre habitation et mobilier, intitulée "Le lotus".

Les croates Penezic & Rogina propose une autre vision, complètement déstructurée, de l'architecture d'intérieure avec leur appartement cabines relié au monde par des fibres optiques.

La réalisation la plus étonnante est sans doute les "objets architectures" créés par le bureau new-yorkais Asymptote qui constituent des "Houses for the Subconscious".

Enfin, hors le site offciel, d'autres pays investissent les bâtiments vénitiens.

Ainsi, le National Taiwan Museum of fine arts propose au Palazo delle Prigioni, qui jouxte la place Saint Marc, une exposition "Dark City" en invitant six jeunes architectes à proposer une nouvelle vision dans l'espace de la ville nocturne.

Et la Russie occupe l'Eglise San Stae pour y nicher une crèche rutilante creusée de niches dans lesquelles sont exposées des œuvres conceptuelles.

A vous de juger...sur place

 

En savoir plus :

Le site officiel de la Biennale Internationale d'Architecture

Crédits photos : MM (Plus de photos sur La Galerie)


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=