Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Second Sex
Petite mort  (Warner)  novembre 2008

Second Sex fait partie de cette nouvelle scène rock française, parrainée par Manœuvre, Eudeline & Co, et suivie au jour le jour dans les pages de Rock&Folk (rubrique "Busty Theory", chroniquant les concerts au Gibus). Dans leur enthousiasme, ces vénérables plumes rock n’hésitent pas à comparer ce mouvement à la mythique déflagration punk française de 1977 (Asphalt Jungle, Stinky Toys, Guilty Razors, Bijou, Gazoline et consorts). Manque de recul oblige, on ne sait pas encore s’il faut souscrire à une comparaison aussi flatteuse. Néanmoins, ce retour du rock en France et l’engouement qu’il suscite chez les jeunots ne peut que nous réjouir : il vaut mieux que les adolescentes s’enflamment pour ces baby rockers  fougueux et stylés, plutôt que pour des bellâtre R’n’B ou des vedettes pré-mâchés de la télé-réalité.

Les premiers pas de ces nouveaux rockeurs avaient précédemment été recueillis dans le live Passe Ton Bac D’abord (avec le soutien d’Eudeline) et la compilation studio Paris Calling (produite par Yarol Poupaud).

Après ces coups d’essais plutôt réussis (surtout le live), les premiers albums respectifs des uns et des autres avaient fini par sortir, et les déceptions s’étaient succédées : ni Naast, ni les Shades, et encore moins les Plasticines ne semblaient tenir la route sur la durée d’un disque complet, et aucun d’entre eux ne concrétisait les espoirs entrevus le temps d’un ou deux titres sur les compiles collégiales précitées.

Aujourd’hui, c’est donc au tour des Second Sex d’affronter le format LP, et concrétiser (ou pas) les espoirs placés en eux.

La première impression est (comme le bilan du stalinisme) globalement positive : les bougres n’y vont pas de main morte et nous rentrent dans le lard d’entrée de jeu, 16 titres et pas le temps de souffler, très peu de ralentissements de tempo. La bonne surprise se confirme au fil des écoutes : malgré la nuance un peu ironique qui accompagne souvent le terme "baby rockeurs", ce disque-là n’a rien de ridicule. Mieux encore : il contient suffisamment de titres efficaces pour mettre en transe les petites adolescentes stylées qui pistent le groupe de concert en concert, balançant culottes trempées et sous-tifs rembourrés en direction de ces petits veinards. [Note : et l’on se prend soudain un méchant coup de vieux (31 ans, le début de la fin ?), en réalisant que toute cette furia nous est désormais interdite, et que l’on ne saurait participer à ces célébrations teenage rock païennes sans risquer de faire tâche ou tapisserie ; passer pour un vieux con frustré grinçant de partout]

Blague mise à part : si tout n’est pas excellent dans ce premier album (qui aurait évidemment gagné à être plus resserré ; mais n’est-ce pas le cas avec tous les disques de rock ?), on distingue assez de bons titres pour être positivement impressionné. Amours diaboliques et problématiques loubardes sont au programme, dans des brûlots aux titres et textes évocateurs : "Petite Mort" (instru pied au plancher en intro et conclusion), "J’ai couché avec le diable", "(Je ne suis pas une) Fille Facile", "Lick My Boot", etc. Aux guitares saturées se mêlent mille petits détails d’arrangements malins (l’harmonica de "Mon Autre Côté", les claps dans "Lick my boot", les chœurs woo-ho-ho de "We Lost Control"), qui évitent au disque de sombrer dans la lourdeur ou le bourrin univoque. Au contraire, c’est souvent classieux, au diapason de la pochette qui voit nos petites frappes immortalisées par le regretté rock-dreamer Guy Palleart.

Si la filiation musicale la plus évidente semble ici être les Strokes (dont le premier disque a été, manifestement, le déclencheur à toute cette scène), on peut aussi trouver des connexions soniques avec les (plus) glorieux Asphalt Jungle ou Bijou… et même parfois Téléphone (pourquoi pas ?), pour ces chœurs débordants et juvéniles qui éclatent sans crier gare. En tout cas, une musique qui a le mérite de transcender les étiquettes classiques (rock ? punk ? pop ? un peu des trois, c’est l’idéal). Dans le même ordre d’idée, les chansons alternent anglais et français, sans que l’on puisse dire laquelle des langues leur sied le mieux. Après des années de tergiversations (peut-on faire du rock dans la langue de Molière ?), le problème n’est plus d’actualité : l’idiome rock des Second Sex est aussi efficace dans les deux sens, et il faut s’en réjouir.

Parmi nos titres favoris, on mentionnera particulièrement "We Lost Control" (bastonneur et répétitif à souhait, sur un riff à faire pâlir Ron Asheton, Johnny Thunders et Keith Richards réunis) ; "Mon Autre Côté", morbide histoire de baisers vampiriques et "dents malsaines", amour-haine et alter ego à sacrifier ; "(Je ne suis pas une) Fille Facile", (auto)portrait plein d’humour d’une fillette paradoxale, à la fois innocente et fatale, ingénue bandante et pétasse casse-couille/castratrice… morceau de scène rêvé, que les petites fans vont se faire un plaisir de reprendre en chœur. "Stay", mi-tempo plus sophistiqué que le reste, propose de jolis breaks de chœurs et une belle écriture pop. Enfin, le meilleur pour la fin : "Lick My Boots",  chronique mythifiée d’un duel-baston dans un bar, belligérants demi-dieux encerclés par la foule complice ; le morceau est une perpétuelle succession d’accélérations et accalmies, passages instrus permettant à chaque guitariste d’y aller de son solo perso, impressionnant & frimeur mais sans être trop démonstratif (oui, c’est possible !), avec cris de foule pour faire monter la sauce et encourager le clash.

Au final, on l’a dit, il nous manque le recul nécessaire pour savoir si cette scène rock actuelle sera à la hauteur de celle de 77. Néanmoins, à première vue, l’enthousiasme du public est au rendez-vous, et nos bébés rockeurs disposent d’une logistique dont n’auraient même pas osé rêver leurs prédécesseurs punk rock. L’album de Second Sex est donc une très bonne surprise, et l’on prie maintenant pour que les autres graines de rock stars transforment aussi bien l’essai (notamment Violett, autre pousse prometteuse repérée sur Passe ton Bac D’abord)…

Et pour finir sur un hommage aux anciens : l’on espère aussi que ce regain d’intérêt pour le chaos électrique donnera la bonne idée à une maison de disque d’enfin publier en CD l’intégralité des 45 tours d’Asphalt Jungle… afin que le parrain Eudeline récolte les dividendes des graines (de violence) semées 30 ans plus tôt, et joliment écloses ici.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Articles : La Nouvelle scène rock parisienne : Parisians - The Naast - Second Sex - Violett - Brats - -
Second Sex en concert à La Maroquinerie (1er décembre 2005)
Second Sex en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2006 (vendredi)
Second Sex en concert au Festival des Inrocks Motorola 2007
Second Sex en concert au Fil (22 novembre 2008)


En savoir plus :
Le Myspace de Second Sex


Nicolas Brulebois         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

• Edition du 2020-02-23 :
Cyril Adda - Interview
Listen in Bed - Satchidananda (Mix #11)
Waxahatchee - Saint Cloud
Julien Gasc - L'appel de la forêt
Fazil Say - Beethoven : Intégrale des sonates pour piano
Cyrielle Golin & Antoine Mourlas - Un moment musical chez les Schumann
The Chocolatines - Rêve d'un jour
Noé Huchard - Song For
The Fantasy Orchestra - The Bear and Other Stories
Adélaïde Ferrière - Contemporary
Smoking Joséphine - Amours, toujours !
François Ripoche - Happy Mood !

• Edition du 2020-02-16 :
Octave Noire - Monolithe
Mira Cétii - Cailloux & météores
Fontiac - The Wall single
Thorbjorn Risager & The Black Tornado - Come on In
The Inspector Cluzo - Brothers in Ideals
Mokado - Ghosts EP
Baptiste Dupré - Petites choses et vaste monde
The Jackson Pollock - Frustration - Le Fil
Sotomayor - Orígenes
Stone Temple Pilots - Perdida
Ásgeir - Bury the Moon
Sunflowers - Endless Voyage
Listen In Bed - M. I. A. (émission 10)
 

• Archives :
Feu Robertson - The Underground Secession
Bo - Everything Begins EP
Tito Candela - Paradais EP
Jean-Louis Bergère - Ce qui demeure
Rodrigue - A fuck toute - A love toute
André Minvielle & Papanosh - Prévert Parade
Superbravo - Sentinelle
Ensemble Gustave - Bretagne[S]
Hortense Cartier-Bresson - Brahms : Fantasien, 116, Intermezzi, 117 & Klavierstücke, OP. 118
En attendant Ana - Juillet
Listen in Bed - Whosampled.com, part 2 (Mix #9)
Listen in Bed - Il Est Où Le Bonheur (émission 9)
Blankass - C'est quoi ton nom ?
Alexandre Tharaud - Pesson, Abrahamsen & Strasnoy : Piano Concertos
Naclia - La légende de Naclia
Pierre Génisson, BBC Concert Orchestra & Keith Lockhart - Swing, a Benny Goodman Story
Theo Hakola - Water is wet
Le Noiseur - Musique de chambre
Cyril Mokaiesh - Paris-Beyrouth
Mr Bosseigne - Theo Lawrence - Le Fil
No One is Innocent - Interview
Tristen - Les identités remarquables
Listen in Bed - Vinyle, Suite No 2 (émission 8)
Bombay Bicycle Club - Everything Else Has Gone Wrong
Burkingyouth - Fire EP
Andriamad - Jaimalé EP
Abel Orion - Late Night Music EP
Okidoki - When Oki meets Doki EP
Ensemble Consonance - François Bazola - Dolci Affeti
Emmanuel Tugny - Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)
- les derniers albums (5931)
- les derniers articles (145)
- les derniers concerts (2322)
- les derniers expos (4)
- les derniers films (20)
- les derniers interviews (1086)
- les derniers livres (8)
- les derniers oldies (20)
- les derniers spectacles (8)
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=