Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Francoiz Breut
Interview  (Par mail)  3 janvier 2009

J’ai adressé mes questions à Françoiz Breut il y a quelques semaines. De retour de concert à Prague puis de vacances en famille, Françoise me renvoie aujourd’hui ses réponses tout en concision, qui me plaisent beaucoup pour leurs silences, pour ce qu’elles laissent deviner.

Pour commencer, un mot d'explication sur cette pochette iconoclaste. En la voyant, je repense à Y'a-t-il un pilote dans l'avion  ? Le héros avoue avoir des "problèmes de boisson" – avant de se jeter un verre de whisky dans l'œil au lieu de la bouche… Aurais-tu des "problèmes de glace" ?

Non non tout va bien, je joue juste à cache cache. C'est Manu, mon compagnon, qui a réalisé cette pochette. J'ai cherché dans ses croquis ce qui pourrait correspondre à ce disque, et j'ai trouvé celui-ci.

À propos de la courte introduction, "La conciergerie", un peu distante, qui donne l'impression d'entrer dans l'album en marchant sur des œufs : ça marchait très bien aussi dans Une saison volée, ça procède de la même intention pour toi ?

OUI c'est ça, c'est pour rentrer le plus doucement possible dans ce disque, ne pas être agressé par les mots au départ, un peu de douceur et d'élan pour se lancer dans un disque.

L'équipe est resserrée, "recentrée", notamment par rapport à Une saison volée. C'était une volonté, ou simplement un état de fait ?

Nous nous connaissons depuis 7 ans avec Boris (le guitariste) et 11 ans avec Luc, et j'avais envie de travailler avec eux. J'étais plus confiante, sachant que nous étions sur la même longueur d'ondes, pour qu'ils me fassent sortir de ma coquille au niveau du chant et aussi des textes.

J'imagine que c'est différent pour toi de chanter tes mots et non ceux que les autres t'ont écrits ?

Oui c'est trés différent car là on part de rien, on se demande si les mots qu'on a écrits vont sortir de la même façon que ceux qu'autres m'ont offert, et si ce qu'on va tenter de faire va fonctionner. C'est vraiment une expérience de création super intéressante.

Ça ne se sent pas : tu as toujours cette manière vraiment singulière de trouver la bonne distance avec le texte. Ce qui doit être plus difficile quand il est de soi ?

Je n'ai pas l'impression d'être distante avec mes chansons, je ne me rends pas compte de ça.

Un joli paradoxe : malgré cette apparence très "centrée", l’album s'ouvre avec la phrase "Je suis à l'autre bout de la terre", et se termine par les mots "Avant de finir complètement fou" – en étant passé en son milieu par "J'ai perdu l'équilibre". J'ai le sentiment que c'est précisément ce paradoxe qui nourrit l'album : le devenir-danger de la stabilité (ou inversement)...

Rien n'est stable, tout est fragile.

Attention, question de 3 kilomètres. Flavien et moi avons une notion pour certaines œuvres qui nous semblent atteindre un point précis, au-delà duquel l'artiste ne pourrait pas aller sans être dans le "trop". On appelle ça les oeuvres-limites. C'est génial d'arriver à trouver ce point, et c'est rare : Bitches Brew de Miles Davis, Angels with Dirty Faces de Tricky...
Pour moi, "Les jeunes pousses" et "L'automne avant l'heure" sont deux chansons-limites : l'utilisation d'expressions comme "les cheveux au vent", "à perdre haleine" (dont on dirait qu'elles n'existent que pour être chantées par toi – avec quelqu'un d'autre ça ne fonctionnerait pas), le côté un peu "héroïque" forcément induit par des balais qui font un rythme de marche sur une caisse claire, etc. Est-ce que tu vois ce que je veux dire ?

J'ai toujours rêvé de faire des chansons "squelettes" (c'était plus minimal sur mon premier disque), juste guitare-voix, mais j'aime ces enrobages, ces arrangements qui font partir le morceau ailleurs, des surprises qui arrivent tout au long de la chanson. C'est difficile de s'arrêter et de savoir ce qu'on garde ou pas dans toutes ces idées qui s'accumulent.

En même temps, la limite n'est jamais dépassée. Ton groupe a la science de la subtilité – tout le talent de Boris, c'est d'arriver à faire sonner cette batterie comme si elle n'était jamais vraiment "lâchée", avec toujours une sorte de retenue, de pudeur. Pareil pour ton interprétation...

On essaie quand même de ne pas trop se laisser aller, sinon il y aurait des solos de guitares, de batterie, une voix qui dégouline !

"Mouchoir de poche" a un côté Barry, ou Morricone : est-ce que tu écoutes toujours beaucoup de B.O. ? Comment tu procèdes pour les arrangements, comment est-ce que tu insuffles tes idées ?

Oui on écoute beaucoup de musiques de films, c'est Luc qui m'a fait découvrir aussi Henri Mancini, François de Roubaix, un autre ami  John Barry, et je suis archi fan de Lalo Shiffrin et Michel Legrand depuis longtemps.

Il y a de très belles fins dans A l'aveuglette. Tous les morceaux se finissent avec beaucoup de brio, parfois en jouant sur la surprise. Le morceau titre, notamment : l'un des plus fascinants de l'album à mon goût, par sa complexité, et à la fin hop, il nous "lâche". On est pantois, mais c'est assez jouissif. Vous étiez attentifs à ça pendant l'enregistrement ? Le travail des fins de morceaux ?

Oui, toujours. Le plus difficile est la chute dans un morceau, autant dans ce qu'on raconte que dans la musique.

Autre bel effet de surprise : l'arrivée de la voix de Julia (de Mansfield.TYA) sur "L'étincelle ou la contrainte du feu". Pourquoi (et comment) as-tu intégré Julia à l'album ?

Je suis fan de Mansfield tya depuis leur dernier disque, nous avons joué ensemble il y a 3 ans à Lorient et dans leur concert elles m'avaient beaucoup impressionnée, c'était trés fragile et tendu, et la voix de Julia m'avait bouleversée. Je voulais qu'elle participe plus vocalement, et finalement c'est Carla qui a joué un peu plus de violon.

"De fil en aiguille" est le deuxième morceau de toi (le premier était "La certitude" sur Une saison volée) qui me fait penser plus ou moins directement à Stereolab. Est-ce que tu connais bien ce groupe, ou bien est-ce que j'y pense au gré des hasards et des influences communes ?

Luc et Boris ont beaucoup écouté Stereolab.

"Portsmouth", "Tarifa", "Dunkerque"... Ton chant se prêterait-il particulièrement aux villes côtières ? Bon, tu parles aussi de Drogenbos, mais pour dire que tu l'as quitté... C'est assez littéraire, le thème de la femme au bord d'une étendue (non pas un précipice, mais un grand tout, l'inconnu). Peut-être que ceux qui ont écrit pour toi ont senti un côté "woolfien" chez toi (tes origines cherbourgeoises ?).

C'est tout simplement ma vie, j'ai quitté et choisi des villes portuaires, je viens de Cherbourg et Tarifa et Portsmouth sont des villes où nous sommes passés avec Dominique à l'époque où nous voyagions ensemble. Drogenbos est beaucoup moins poétique, c'est la banlieue sud de Bruxelles, la zone industrielle.

Merci à David.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album A l'aveuglette de Françoiz Breut
La chronique de l'album La chirurgie des sentiments de Françoiz Breut
Francoiz Breut en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2005 (mercredi)
Francoiz Breut en concert au Nouveau Casino ( 15 mai 2009)
Francoiz Breut en concert au Café de la Danse (lundi 18 février 2013)
Francoiz Breut en concert au Trianon (mardi 15 décembre 2015)
La conférence de presse de Françoiz Breut (20 avril 2005)

En savoir plus :
Le site officiel de Françoiz Breut
Le Myspace de Françoiz Breut


Mickaël Mottet         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

• Edition du 2017-11-19 :
Ignatus - [e.pok]
Fred Nardin - Interview
Coffees & Cigarettes - Freak Show
Sapiens Sapiens - Interview
Manolo Redondo - Helmet On
Dätcha Mandala - Rokh
Lise - L'International
Des Roses - Orouni - Bonnie Li - Sélection de EPs
Jean-Louis Murat - Travaux sur la N89
Gregory Porter - Nat "King" Cole & Me
Tout finira bien - Au coeur

• Edition du 2017-11-12 :
Caesaria - Come On & Dance
Nelson Freire - Brahms
Mr Yéyé - Hybride
Zéro Degré - Rituels
Nosfell - Echo Zulu
Xavier Boyer - Interview
Sandra Nkaké - Tangerine Moon Wishes
Blot - Tambourine
Kyle Eastwood - In Transit
Alee & Ordoeuvre - En désaccord
 

• Archives :
Ignatus - Théâtre de Verre
Zanarelli - L'écho des vertiges
Weezer - Pacific Daydream
AqMe - AqME
King Krule - The OOZ
Clarika - De quoi faire battre mon coeur
Chouf - Volatils
Romain Humeau - Mousquetaire #2
Loïc Lantoine & the Very Big experimental Toubifri Orchestra - Nous
Courtney Barnett & Kurt Vile - Lotta Sea Lice
Baja Frequencia - Catzilla EP
Godspeed You! Black Emperor - Mette Rasmussen - Condition Publique
Natalia Doco - El Buen Gualicho
Kitty, Daisy & Lewis - Superscope
The National - Sleep Well Beast
Claudia Solal & Benjamin Moussay - Butter in My brain
Tourcoing Jazz Festival #31 (édition 2017) - vendredi 20 octobre - Archie Shepp - Tony Allen
Anouar Brahem - Blue Maqams
François Chaplin, Jean-François Verdier & Orchestre Victor Hugo Franche-Comté - Mozart : Piano Concertos Nos. 23 & 24
Carousel Vertigo - Revenge of Rock and Roll
Xavier Boyer - Some / Any / New
David Lafore - Les cheveux
Ukuleleboboys - Emir Kusturica and The No Smoking Orchestra - L'Aéronef
Calypso Valois - Interview
Automatic City - Bongoes & Tremoloes
Adam H - Abolition
Sarah Toussaint-Léveillé - La mort est un jardin sauvage
Czech Philharmonic Orchestra - Semyon Bychkov - The Tchaikovsky Project - Manfred Symphony
Antonio Sánchez - Bad Hombre
St. Vincent - Masseduction
- les derniers albums (4996)
- les derniers articles (119)
- les derniers concerts (2233)
- les derniers expos (4)
- les derniers films (20)
- les derniers interviews (1019)
- les derniers livres (7)
- les derniers oldies (19)
- les derniers spectacles (8)
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=