Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The Craftmen Club
Thirty Six Minutes  (Upton park / Booster / Discograph)  février 2009

Les trois Français sortent enfin leur second album de rock garage péchu. Plutôt sombre, souvent furieux, parfois même en français, cet opus nous compte l’histoire de Gary Blood, un pauv’gars dont la famille a été assassinée. D’après les paroles, il ne saurait rien faire d’autre que tenir un flingue et cracher sur son père…

Dès les premières notes, je suis plongé au cœur d’un road movie tarantinesque mâtiné de touches western. Et encore davantage après l’écoute du deuxième titre "Desert land" aux accents spaghetti, usant d’une boucle de banjo fantasque et d’une batterie à la caisse claire typée cavalerie. Quant à la guitare (style ES335), elle est assez claire au début de l’album puis deviendra plus fuzzy. Thirty Six Minutes est ainsi parsemé de morceaux rock’n roll jouissifs comme "I can’t get around" , "Sexodrome"  ou mon préféré "When I try" (déjà présent sur le premier album avec un son plus criard), parfaits pour s’exercer avant un championnat de air guitar. Mais quelques titres savent être plus doux, comme le morceau instrumental de clôture : "Death song". Ennio Morriconesque, il semble évoquer une tragique scène finale dans un standard de Sergio Leone.

Mais en règle générale, la voix est gueularde, les guitares sont saillantes, overdrivées, avec fuzz nasillarde, parfois jouées en slide ou avec du tremolo ; le banjo revient régulièrement. Certains titres sont clôturés par un accord final en vibrato-reverb ; tellement surf. Tout cela, dans un boogie énervé façon Ten Years After, ou un garage-punk style Buzzcocks ou Ramones. Question efficacité des riffs, Jet ou The Hives ne sont pas très loin non plus.

Autant dire que ce deuxième opus est réussi ; il donne même envie de crier "Wouh !" le long des trois-quarts des morceaux.

Mais c’est peut-être en live que les Craftmen abattent leurs meilleures cartes, tant Steeve, le chanteur-guitariste, est charismatique et omniprésent. A ne pas louper s’ils passent près de chez vous, donc.

Ah, au fait, The Craftmen Club est un groupe originaire de Guingamp. A priori, il ne doit pas s’agir de la sous-préfecture des Côtes d’Armor abritant ce fier stade du Roudourou ; ça doit sûrement être un village perdu au fin fond de l’Arizona.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

The Craftmen Club en concert au Festival Art Rock 2014 - 6, 7 et 8 juin
Craftmen Club en concert à La Boule Noire (28 février 2005)
Craftmen Club en concert à La Boule Noire (28 février 2005) - 2ème

En savoir plus :

Le site officiel de The Craftmen Club
Le Myspace de The Craftmen Club


Spud         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=