Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les Cowboys Fringants
Olympia  (Paris)  3 février 2009

De retour en France avec sous le bras leur nouvel album L’Expédition, Les Cowboys Fringants ne font pas les choses à moitié et s’installent dans un des hauts lieux musicaux parisiens, l’Olympia.

Tant de légendes de la musique sont passées par cette salle mythique, qu’elle est devenue un graal pour tous les groupes. Et en ce début de semaine, c’est le nom des Cowboys Fringants qui est inscrit en grandes lettres rouges lumineuses sur le boulevard des capucines pour trois soirées à guichet fermé et sûrement plus encore si cela avait été possible.

Arrivés presque en catimini en France en 2004, les Cowboys disposent depuis le début d’un socle de fans français très motivés et souvent exaltés qui les suivent concert après concert. Le combo québéquois fait partie de ces groupes que l’on aime voir, revoir et revoir encore au fil du temps et bien sûr, année après année, passage après passage, le public se fait de plus en plus nombreux.

Composé de Karl Tremblay au chant, JF Pauzé à la guitare, Jérôme Dupras à la basse et de la charmante multi instrumentiste Marie-Annick Lépine, le groupe est devenu fin connaisseur des salles parisiennes. Ils ont tout d’abord débarqué à l’Elysée Montmartre puis arpenté le Zénith (pour une affiche partagée avec Charlebois ?!), avant de prendre quartier au Rex et au Bataclan pour finalement retourner dans la salle de leurs débuts parisiens (et tout cela sans compter les divers festivals en périphérie). Cependant l’Olympia, plus que n’importe quelle autre salle, a une saveur spéciale et représente une étape importante.

La salle se remplit rapidement. Le public d’initiés est arrivé tôt pour se placer stratégiquement dans la fosse. Impatients, les spectateurs trépignent sur place guettant le moindre mouvement dans les coulisses.

Mais l’heure fatidique passée, les minutes s’allongent et l’attente semble interminable. Un quart d’heure après l’heure prévue, les Cowboys arrivent enfin sous les clameurs du public.

Pas de première partie, le groupe prend possession de la salle pour la soirée entière et première constatation, le parfois-absent guitariste-auteur-compositeur JF est bien là, casquette vissée sur la tête. Quelques fois accompagné sur scène d’une section cuivre, le groupe apparaît aujourd’hui resserré et les instruments à vent ont laissé place à Simon Landry, multi instrumentiste.

Attaquant directement avec "Droit devant" qui ouvre également leur dernier album, les Cowboys Fringants donnent le ton. L’énergie et l’envie débordent et se déversent dans la salle. Karl invite le public à se joindre à lui sur "La Catherine" et ce dernier, en plus d’entonner joyeusement les refrains, précède même chaque parole du chanteur.

Piochant également dans l’ancien et très fourni répertoire, le groupe déclenche "La manifestation" et "En berne", chansons de circonstance et très facilement appropriables par le public français en cette période.

La température, déjà très élevée, atteint des sommets. L’ambiance de feu de ce soir aura sûrement sa part de responsabilité dans le réchauffement climatique, surtout qu’arrive le gimmick de "La Reine" qui fait sauter le public de plus belle. Puis plus sobre, car relatant une l’histoire vraie d’un jeune homme atteint d’un cancer, "La tête haute" plonge la salle dans un recueillement émouvant.

Au bout d’une heure, un entracte laisse quelques minutes au public pour souffler et aux vêtements pour sécher.

A peine le temps de prendre un petit rafraîchissement au bar et le groupe revient pour la seconde partie avec des premiers morceaux plus intimistes : "Banlieue" et "Rue des souvenirs" sont enchaînés pour former un diptyque sur la nostalgie tandis que Marie-Annick navigue inlassablement de l’accordéon, au violon et à la mandoline avec toujours une aisance étonnante.

Poussé par son enthousiasme, Karl se lance dans une improvisation sous les yeux quelque peu surpris de ses compères. Il décide de chanter des vieux titres qui figurent parmi les premiers écrits par le groupe. Ainsi, cahin-caha les musiciens  l’accompagnent sur "Le Plombier", "Les routes du Bonheur" ou le rare "Gaëtane". De l’imprévu plein de fraîcheur, on est vraiment loin du formatage habituel des groupes. Ce qui fait dire à Karl qu’ils doivent être le groupe le moins professionnel qu’ait vu passer l’Olympia.

Mais la deuxième partie ne baisse pas pour autant d’intensité. Avec "Ti cul", "Camping Sainte-Germaine" ou "Joyeux calvaire", le sol de l’Olympia vibre sous les sauts des spectateurs et se transforme en trampoline. Les corps en sueur se frôlent et se percutent tandis que les bras se lèvent bien haut. Finalement, après deux heures de concert, et plus d’une vingtaine de morceaux, Les Cowboys Fringants concluent le set avec la chanson en forme d’avertissement "Plus rien".

Mais dès la sortie de scène des artistes, la clameur populaire gronde dans la salle et rapidement le groupe reprend sa place pour prolonger le plaisir. C’est "Histoire de pêche" qui ouvre ce premier rappel. Le public au balcon est debout malgré les sièges. Karl monte sur deux mètres d’enceintes les salue, hésite à sauter avant de se raviser. Puis quand résonne la mélodie des "étoiles filantes", les spectateurs exultent. La chanson est reprise par la salle entière, les avions en papier volent en direction de la scène sur le premier refrain et Karl demande aux spectateurs de consteller la salle avec briquets et cellulaires pour finir en beauté cette soirée.

Mais cette dernière a décidément du mal à se finir, et de nouveau de retour, c’est avec "Tant qu’on aura de l’amour" que les Cowboys  tentent finalement d’achever le concert. Toutefois sous l’instance du public, le groupe ne quittera même pas la scène et jouera "Maurice au Bistro" avant de clôturer définitivement la soirée par "Toune d’automne" dont un couplet entier est chanté par les spectateurs.

Au final, deux heures et demie de concert, un sourire jusqu’aux oreilles (qui bourdonnent un peu d’ailleurs !) et une bonne dose de remontant pour affronter le froid. Une grosse moitié de l’expédition aura été jouée ce soir, mais aussi des classiques et quelques raretés. Le dépassement d’horaire, devenu habituel chez les Cowboys montre bien toute la générosité de ce groupe hors normes.

Un concert exceptionnel, dans une salle d’exception.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album La Grand-messe des Cowboys fringants
La chronique de l'album Attache ta tuque des Cowboys Fringants
La chronique de l'album L'Expédition des Cowboys Fringants
La chronique de l'album Que du vent des Cowboys Fringants
Les Cowboys Fringants en concert au Grand Rex (7 novembre 2005)
Les Cowboys Fringants en concert au Festival des Vieilles Charrues 2006 (samedi)
Les Cowboys Fringants en concert aux Docks (30 avril 2007)
Les Cowboys Fringants en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2010 (jeudi 15)
Les Cowboys Fringants en concert à L'Olympia (mardi 7 février 2012)
Les Cowboys Fringants en concert au Festival international de la chanson de Granby 2013 (45ème édition) - jeudi 12 septembre
L'interview des Cowboys Fringants (novembre 2005)
L'interview des Cowboys Fringants (29 janvier 2009)

En savoir plus :
Le site officiel des Cowboys Fringants
Le site de la fondation des Cowboys Fringants

Crédits photos : Jyl


Big Ben         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 8 décembre 2019 : Et si Noël n'avait pas lieu ?

Grève générale, transports bloqués, morosité ambiante, réchauffement climatique... Et si cette année Noël n'avait pas lieu ? Quoi qu'il en soit vous aurez largement de quoi vous réjouir avec notre proposition de découvertes culturelles hebdomadaires dès maintenant. Par ailleurs, suivez notre facebook pour gagner des places pour le concert de She Owl.

Du côté de la musique :

"The undivided five" de A Winged Victory for the Sullen
Rencontre avec Lofofora autour de leur album "Vanités"
"Fly fly" de Céline Bonacina
"Romantic sketches" de Fred Perreard Trio
"Not married anymore" de Hasse Poulsen
"Enfer et paradis" de Les Nus
"Une certaine urgence", émission #6 de notre podcast Listen In Bed
"De temps et de vents" de Bodh'aktan
"Building site" de Mata Hari
"Gréty : Raoul Barbe Bleue" de Orkester Nord, Martin Wahlberg
et toujours :
"D'où vient le nord" de Francoeur
"Other side effects" de Lion Says
"Black Cofvefe" 5eme volume des mixes en podcast de Listen in Bed
"Santa Maria Remix" de Carmen Maria Vega
"Paganini, Schubert" de Vilde Frang & Michail Lifits
"I don't want to play the victim, But i'm really good at it" de Love Fame Tragedy
"Little ghost" de Moonchild
"Los Angeles" de Octave Noire
"A blemish in the great light" de Half Moon Run
"Older" de Quintana Dead Blues eXperience
"C'est pas des manières" de The Glossy Sisters
"Zimmer" de Zimmer

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Architecture" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Elvira" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"New Magic People" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"A" à la Scène Parisienne
"Mister Paul" au Théâtre L'Atalante
"Deux amoureux à Paris" au Studio Hébertot
"Nobody is perfect" à la Scène Parisienne
des reprises :
"Allers-Retours" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Portrait de Ludmilla en Nina Simone" au Théâtre des Abbesses
"Métropole" au Théâtre de la Reine Blanche
"Chambre noire" au Monfort Théâtre
et la chronique des spectacles à l'affiche en décembre

Expositions avec :

"Marche et démarche - Une histoire de la chaussure" au Musée des Arts Décoratifs
"Helena Rubinstein - La Collection de Madame" au Musée du Quai Branly

Cinéma avec :

Les nouveautés de la semaine :
"La Vie invisible d'Euridice Gusmao" de Avénarius d’Ardronville
"Le Roi d'Ici" de Karim Aïnouz
Oldies but Goodies avec "Kanal" de Andrzej Wajda
et la chronique des films sortis en novembre

Lecture avec :

"Au plus près" de Anneli Furmark & Monika Steinholm
"Evolution " de Marc Elsberg
"L'amexique au pied du mur" de Clément Brault & Romain Houeix
"Rien que pour moi" de J.L. Butler
"Secret de polichinelle" de Yonatan Sagiv
et toujours :
"Le chant du bouc" de Carmen Maria Vega
"La tempête qui vient" de James Ellroy
"Le crime de Blacourt" de Daphné Guillemette
"Pas de répit pour la reine" de Frédéric Lenormand
"Stalingrad" de Antony Beevor
"Un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout" de Alice Munro

Froggeek's Delight :

"Oculus Quest" Le casque de réalité virtuel autonome

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 8 décembre 2019 : Et si Noël n'avait pas lieu ?
- 1er décembre 2019 : On prépare les cadeaux
- 24 novembre 2019 : Black Friday culturel
- 17 novembre 2019 : 4 ans déjà
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=