Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival GéNéRiQ 2009
Zone Libre Vs Hamé et Casey - Charlie Winston  (La Poudrière, Belfort)  20 février 2009

Les roues libres que nous proposent Zone Libre depuis l’association en 1999 de trois mousquetaires de la scène française n’ont eu de cesse d’évoluer, d’expérimenter, en quête de territoires à défricher, de nouveaux espaces de liberté loin du politiquement correct qu’imposent les normes radiophoniques.

Les guitaristes Serge Teyssot-Gay (Noir Désir) et Marc Sens (Yann Thiersen), le batteur Cyril Bilbeaud (Sloy) s’affranchissent dès le début de leur collaboration des lourdeurs consensuelles pour distiller une alternative incisive, une dissection au scalpel des inepties sonores d’un système formaté. Mais si les guitares sont acérées, c’est pour mieux nous détacher de ce carcan, tendre une corde vers d’autres cieux, poser un trait d’union entre le réel et l’irréel, une manière de prendre du recul en déplaçant son angle de vision.

Restait au projet un champ libre à combler, celui du chant, mais surtout pas n’importe lequel. Pas juste une case à remplir pour dire : "hé les gars, on a un chanteur maintenant, vous signez !" Non, il manquait un vrai projet dans le projet (c’est pourquoi le groupe a sans doute tourné si longtemps dans sa version instrumentale), une participation cohérente et mûrie qui sonne aujourd’hui comme un bras d’honneur à ceux qui les attendaient au tournant.

Ce pied de nez pertinent a pris voix avec les rappeurs Casey et Hamé (La Rumeur), "figures libres et radicales dans l’univers policé du rap français" dont les textes engagés restent boudés par les play-lists des radios bien pensantes. C’est donc dans la contestation sociale et la subversion qu’ont fusionné ces deux mondes du rock et du hip hop, les valeurs des uns rejoignant celles des autres, dans la complémentarité et l’union, dispersant les frontières pour se recentrer sur l’essentiel.

Cet animal hybride a accouché de L’Angle Mort, album sorti à la mi-février et signé sous les propres labels des musiciens (La Rumeur Records et T-rec) et son essence a pris feu avec la tournée qui l’accompagne.

Sur scène, la rage et la puissance des instruments appuient les mots des rappeurs qui balancent sans concession, dénoncent, enfoncent leurs poignards verbaux, s’engouffrent dans les failles, heurtant les politiques, bousculant les conventions, bottant le cul à l’immobilisme ambiant. Et tout est si vrai qu’ils en touchent presque l’intime, au plus profond de chacun.

Ce soir là, La Poudrière de Belfort est pleine à craquer, le public assez jeune et agréablement féminin s’étant déplacé en masse pour le show à suivre de Charlie Winston. Nous sentons la timidité et l’inquiétude au début du concert de Zone Libre mais les riffs guerriers de Serge Teyssot-Gay, félin bondissant à la souplesse élastique, la folie de Marc Sens qui martyrise les micros de sa gratte en y faisant passer le son d’une visseuse, la puissance de frappe de Cyril Bilbeaud et l’efficacité des rappeurs finissent de conquérir la salle qui attendra l’apparition de Charlie Winston pour revenir sur terre.

Enfin, loin du chichi et des manières, nous avons pu apprécier les musiciens déballant et remballant leur matériel eux-mêmes, comme si la simplicité, l’honnêteté et l’humilité convergeaient pour souligner un sentiment en péril : la liberté, d’expression et d’action.

Le buzz du moment aura fait patienter ses fans jusque près d’une heure du matin dans une Poudrière à guichet fermé. Ce gendre idéal propre à réconcilier les jeunes filles et leur maman fait une arrivée triomphale, fendant la foule en compagnie de ses musiciens, guitare acoustique en main et fredonnant le haahahahahahaaa de "Like a hobo", le tubuesque morceau qui l’a propulsé aux sommets à une vitesse supersonique, aussitôt repris par toute l’assemblée. C’est comme un rêve qui commence.

Le temps de se plugger sur le plateau, la fièvre s’empare du public et nous sentons un frémissement, une onde, une vague de bonne humeur sur les visages. Le vagabond au chapeau déchiré déroule son set, embrassant des influences larges entre folk, soul, blues, jazz et aussi un zest de rock dans une ambiance générale relativement groovy. Flirtant avec les instruments, guitare et clavier, Charlie Winston utilise également sa voix comme human beat box tandis qu’un multi instrumentiste navigue entre harmonica et cuivres. Malgré un concert de qualité assez inégale, le charme opère entre balades romantiques et chansons au goût pop légères.

Sa maison de disque française, Atmosphériques, a eu du flair en signant cet enfant de la balle né de parents musiciens. Pourtant lancé par Peter Gabriel en Angleterre sous son propre label Realworld, son album n’a pas connu le succès escompté chez nos voisins d’outre-Manche. La réussite semble donc passer par la France qui succombe littéralement au vu des ventes d’albums et du remplissage des concerts.

Emporté par le capital sympathie qu’il dégage derrière un sourire ravageur, nous comprenons mieux la ferveur du public. Si le french lover ne fait plus recette, la mode est désormais à l’english lover, routard et beau gosse, propre à faire oublier les petits tracas du quotidien.

Le concert se termine comme il a commencé, les musiciens fendent la foule sur un haahahahahahaaa hahahaa collégial et disparaissent en coulisse avant de laisser le boss réapparaître au balcon des loges artistes surplombant la salle, au moment où tout le monde se prépare à rentrer chez soi. Tonnerre d’applaudissements, retraversée du public pour un rappel pendant lequel je m’éclipse, histoire d’éviter les bousculades de la sortie.

Au final c’est une formule efficace qui fait mouche et les programmateurs de Génériq peuvent se féliciter d’avoir misé tôt sur ce poulain prometteur. Quant à nous, passé ce succès grandissant, nous attendrons une confirmation.

Génériq est un vaste évènement aux contours infinis, sa programmation éclectique et ses lieux éclatés ne permettent pas physiquement de participer à chaque rendez-vous. Pourtant, en s’adaptant à tous les publics dans des lieux aussi variés que des appartements, bureaux, théâtres, salles de musiques actuelles, châteaux, usines, ce phénomène venu du froid ouvre à chacun les portes de la découverte.

Parce que cette chronique ne se veut pas exhaustive et que chaque groupe n’a pas été référencé dans nos billets de Dijon à Belfort, je vous invite à visiter le site du festival, d’autres pépites vous y attendent.

Parfois déçu (Birdy Nam Nam), souvent charmé (We Are Enfant Terrible, Yuksek, Elysian Fields, Elliott Brood…), toutes ces musiques offrent de vastes perspectives émotionnelles, de nouveaux territoires à explorer, de nouvelles voies en marge du conformisme sclérosant que d’autres tentent de nous vendre.

Keep on rockin'

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Les contes du chaos de Zone Libre vs Casey & B. James
Casey en concert au Fil (28 mars 2009)
Casey en concert au Festival Furia Sound 2009
Casey en concert au Festival Garden Nef Party #4 (2009)
Casey en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2010 (mardi 13)
Casey en concert au Festival FNAC Indétendances 2010 (vendredi 30 juillet 2010)
Casey en concert au Festival Rocktambule 2010 (16ème édition)
Casey en concert au Festival Paroles et Musiques #20 (édition 2011) - samedi
Casey en concert au Festival Solidays #13 (édition 2011) - samedi
La chronique de l'album Faites vibrer la chair de Zone Libre
Zone Libre en concert au Bataclan (26 mai 2007)
Zone Libre en concert au Festival Beauregard #6 (édition 2014)
Zone Libre en concert au Festival de Beauregard #6 (édition 2014) - samedi
Zone Libre en concert à La Maroquinerie (mercredi 2 décembre 2015)
Charlie Winston en concert au Festival Art Rock 2009 (Samedi)
Charlie Winston en concert à Paléo Festival #34 (2009)
Charlie Winston en concert au Festival FNAC Indétendances 2009
Charlie Winston en concert au Festival Solidays #14 (édition 2012) - dimanche

En savoir plus :
Le site officiel de Hamé / La Rumeur - Casey - Zone Libre
Le Myspace de Zone Libre
Le Myspace de Casey
Le site officiel de La Rumeur
Le site officiel de Charlie Winston
Le Myspace de Charlie Winston
Le site officiel du Festival GéNéRiQ 2009
Le Myspace de Festival GéNéRiQ 2009

Crédits photos : Vincent Courtois (Toute les séries sur Taste of Indie)


Vincent Courtois         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

K! Karina Duhamel (3 avril 2018)


# 16 février 2020 : Pour les amoureux de culture

La Saint Valentin est passée. Nous espérons que vous avez pioché des idées de cadeaux culturels dans notre sélection de la semaine dernière. Ceci dit il n'y a jamais assez d'occasions de faire plaisir, alors voici une nouvelle sélection qui saura vous séduire. C'est parti !

Du côté de la musique :

"Monolithe" de Octave Noire
"Origenes" de Sotomayor
"Perdida" de Stone Temples Pilots
"Endless voyage" de Sunflowers
"Brothers in ideals" de The Inspector Clouzo
"Come on in" de Thorbjorn Risager & The Black Tornado
"Bury the moon" de Asgeir
"The wall single" de Fontiac
"M. I. A." la 10ème émission de Listen in Bed à écouter en ligne
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Ghosts" de Mokado
Frustration & The Jackson pollock au Fil de Saint Etienne
et toujours :
"I become a beast" de Caesaria
"Hopetown" de Claudial Solal et Benoit Delbecq
"L'îlot" de Cyril Adda, à retrouver aussi en session
"Granados Goyescas" de Jean Philippe Colard
"On both sides of the atlantic" de Jon Bouteiller
"Lovers" de Kid Francescoli
"Ooh Hah" le mix numéro 10 de Listen in Bed
"Show no mercy" de Loki Lonestar
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Simido" de Moonlight Benjamin

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"La Collection" au Théâtre L'Etoile du Nord
"Correspondance avec la mouette" au Théâtre Les Déchargeurs
"Ni couronne ni plaque" au Théâtre de Belleville
"Dans les forêts de Sibérie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Hedda" au Théâtre de Belleville
"Roi du silence" au Théâtre Les Déchargeurs
"Aime-moi" au Théâtre de Belleville
"Mon Olympe" au Théâtre de Belleville
"Ciel, mon Paris !" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Les Faucheuses" à la Comédie Nation
"Le petit résistant illustré" au Théâtre Essaion
des reprises :
"Huis Clos" au Théâtre Dejazet
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"What is love" à la Divine Comédie
"Ah ! Félix (n'est pas le bon titre)" au Trois Baudets
et la chronique des spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Picasso - Tableaux magiques" au Musée national Picasso
"Luca Giordano - Le triomphe de la peinture napolitaine" au Petit Palais
"Le Rêveur de la forêt" au Musée Zadline
"Du Douanier Rousseau à Séraphine - Les grands maîtres naïfs" au Musée Maillol
"Le Marché de Art sous l'Occupation 1940-1944" au Mémorial de la Shoah

Cinéma avec :

"Sortilège" de Ala Eddine Slim
Oldies but Goodies avec "Les Vertes Années" de Paulo Rocha
et la chronique des films sortis en février

Lecture avec :

"Apaiser hitler" de Tim Bouverie
"L'odysée du plastique" de Eric Loizeau
"La résurrection de Joan Ashby" de Cherise Wolas
"Les lumières de Niteroi" de Marcello Quintanilha
"Préférer l'hiver" de Aurélie Jeannin
"Ted" de Pierre Rehov et "Grand froid" de Cyril Carrère
"Undercover" de Amaryllis Fox
et toujours :
"Alt life" de Joseph Falzon & Thomas Cadène
"Ce qui est nommé reste en vie" de Claire Fercak
"Dévorer les ténèbres" de Richard Lloyd Parry
"Il est juste que les forts soient frappés" de Thibault Bérard
"L'homme qui n'est jamais mort" de Olivier Margot
"La chute" de Jacques Ravenne
"Le livre de Sarah" de Scoot McClanahan

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=