Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Gagadilo - Les Ogres de Barback
Le Fil  (Saint-Etienne)  12 mars 2009

Accompagné par une petite troupe de potes au franchissement de la porte, j'entre dans l'antre (!) si prisée ce soir-ci, et ressens cette délicieuse ambiance festive déjà créée par ces futurs protagonistes de l'ombre que sont les spectateurs.

Gagadilo, groupe aux forts accents cuivrés, s'occupe de la première partie. Souvenez-vous, je vous avais parlé d'eux lors de leur performance dans la première édition de l'envers du Fil. Pour vous donner des nouvelles donc, sachez qu'ils vont très bien !

Leur musique est toujours aussi joyeuse et entraînante, l'assurance scénique est assumée et les sourires se propagent de la scène jusqu'aux moindres recoins de la salle. Décollage réussi !

La foule en veut encore et la formation nous offre un véritable final... En fanfare ! Gaité, bonheur, joie... Merci, c'était très bon ! Pour un peu, j'en aurai presque dansé (mais je ne sais toujours pas ce que j'ai bien pu faire de ce fichu balai ?!?).

Puis l'entracte, la pause entre les deux formations. Je dois avouer qu'il s'agit là d'une des entractes les plus réussies qu'il me soit arrivé de vivre. Tout était génial ! Le retour de la lumière dans la salle, intervenant tout-pile vingt-trois secondes après que le dernier musicien de Gagadilo ait quitté la scène ; les gens qui se répartissaient à une vitesse moyenne de trente-six pas à la minute, de la grande salle au bar, aux toilettes, voire même à l'extérieur pour s'adonner à une pause cigarette ; un brouhaha moyen mesuré à cinquante quatre décibels ; le tout, dans une désorganisation quasiment parfaite. Bravo à tous ceux qui ont oeuvré pour ce magnifique et somptueux spectacle. Merci, mille fois merci ! C'était formidable, je n'oublierai jamais...

Mais soudain, une sorte de frémissement devient palpable. Un frissonnement incertain parcourant la foule se fait ressentir. Le vent a interrompu sa course folle qui faisait vaciller jusqu'alors les feuilles dans les branches d'arbres bourgeonnants en cette saison dans la plaine du Forez qui s'extirpait douloureusement d'un rude hiver. Même les oiseaux avaient décidé de cesser leurs stridents sifflotements. Voici Les Ogres de Barback !

Bon, en fait lorsqu'ils ont débuté, j'étais en train de finir mon mégot dehors. Mais laissez-moi vous raconter un peu le reste du concert de ce groupe que je qualifierai d'emblée comme – que ça devrait même pas être permis que ça existe tellement c'est bien ! Une fraterie, deux frères, deux soeurs. Tous musiciens, et tous musiciens... multi-instumentistes, comme ont dit, je crois.

Mais là, lorsque les personnes en question, jouent chacun d'une dizaine d'instruments, faut inventer un nouveau mot. A partir de là, vous comprendrez que les possibilités sont nombreuses, voire infinies.

Un coup j'te fais un morceau avec le chanteur à la guitare, une frangine au piano, l'autre à la contre-basse et le frère à l'accordéon... Et puis, le jeu s'installe : "Passe-moi la caisse claire, moi j'te donne le violon ; tiens, je jouerai bien un peu de scie, tu n'auras plus qu'à prendre le trombone à coulisse... Et si on faisait tous de la guitare ! Et si on jouait tous de l'accordéon !"

Non d'une pipe en terre ! (rose !) Ai-je envie de m'esclaffer. Pardonnez-moi cette prolifération de points d'exclamation... Mais c'était tellement bon ! Et je regrette amèrement, à cet instant précis, d'avoir usé tous mes plus beaux superlatifs dans de précédentes chroniques !

Les Ogres de Barback ne passent pas ou peu à la radio. Ils ont la réputation d'être un sacré groupe de scène. Et c'est vrai. Je n'avais jamais eu l'occasion de les voir jusqu'à cette fois et j'ai passé un très très très très très bon moment! Je vous déconseille donc chaleureusement et très sincèrement de ne pas aller à leur rencontre...

Pour conclure (et parce que c'est un ami !), je vous rapporterai ici les propos dithyrambiques d'un de nos plus fameux chroniqueurs stéphanois, Icos, qui déjà en 1999 après Jésus Christ, écrivait dans la revue devenue désormais mythique L'oeil du Troll : "Les Ogres de Barback, c'est mieux que Johnny !"

Voilà, je crois que tout est dit... Alors, je ne sais pas vous, mais pour ma part, je leur dis "A très bientôt !" Car sait-on jamais où les vents nous mènent...

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Gagadilo en concert à B R OAD WAY - Quatuor Pli - Gagadilo - Jerri - L'Armée des Ombres - Mick est tout seul (29 octobre 2008)
La chronique de l'album Terrain Vague des Ogres de Barback
Les Ogres de Barback en concert au Cirque Royal (8 mai 2004)
Les Ogres de Barback en concert au Festival des Terre Neuvas 2005 (dimanche)
Les Ogres de Barback en concert au Festival Solidays 2005 (samedi)
Les Ogres de Barback en concert au Festival Les 3 éléphants
Les Ogres de Barback en concert au Festival du Bout du Monde
Les Ogres de Barback en concert à Paléo Festival #34 (2009)
Les Ogres de Barback en concert au Festival Paroles et Musiques #20 (édition 2011) - vendredi
Les Ogres de Barback en concert au Festival Jardin du Michel #10 (édition 2014)
L'interview des Ogres de Barback (mai 2004)
L'interview des Ogres de Barback (13 octobre 2005)

En savoir plus :
Le site officiel de Gagadilo
Le Myspace de Gagadilo
Le site officiel des Ogres de Barback
Le Myspace des Ogres de Barback

Crédits photos : Sébastien Barriol (Toute la série sur Taste of Indie)


17         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 9 août 2020 : Vacances, j'oublie tout

Il fait beau et chaud, on reste à l'ombre, on traine à la plage, mais si vous avez encore un petit moment pour jeter un oeil à Froggy's Delight, nous sommes toujours là. Voici le programme light et rafraichissant de la semaine.
petit bonus, le replay de la MAG (Mare Aux Grenouilles) numéro #1

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

Le compte-rendu de la 35ème édition du Festival Humour et Eau salée
et un spécial "Au Théatre ce soir dans un salon" avec les grands classiques de Barilet et Grédy :
"Peau de vache"
"Potiche"
"Folle Amanda"
"Le don d'Adèle"
"L'Or et la Paille"
et "Fleur de cactus" revisité par Michel Fau

Expositions :

en real life :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
"Voir le jour" de Marion Laine
"Le Défi du champion" de Leonardo D'Agostini
et at home avec des longs...
"2021" de Cyril Delachaux
"Les Robinsonnes" de Laurent Dussaux
"L'Ile aux femmes" de Eric Duret
"Quand j'avais 5 ans, je m'ai tué" de Jean-Claude Sussfeld
"The Storm" de Ben Sombogaart
...et des courts-métrages
"Odol Gorri" de Charlène Favier
"Poseur" de Margot Abascal

Lecture avec :

"Retour de service" de John Le Carré
"Un océan, deux mers, trois continents" de Wilfried N'Sondé
"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=