Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce No Logic - Erik Truffaz & Sly Johnson
Le Fil  (Saint-Etienne)  22 mars 2009

Il est des concerts comme des voyages. Voyages de par le monde, sur les terres, sur les mers, les océans, voyages dans son imagination, au plus profond de soi…

Et ce dimanche soir sous forme d’apéro jazz, heureux qui comme Ulysse furent ceux à faire de beaux voyages. Dehors, l’heure bleue teinte le ciel d’une couleur qui pousse à la rêverie et à l’évasion dans cette douce ambiance du soir.

No Logic, groupe de jazz Stéphanois, entre en scène. Première étape du voyage. Piano, percussions, batterie, basse et saxo s’accordent, se désaccordent pour mieux se combiner et faire monter en soi des petites madeleines de Proust, fort réconfortantes en ce premier dimanche de printemps. Ces rythmes si typiques du jazz, toujours décousus en apparence seulement, nous portent dans un melting-pot d'ambiance.

Le morceau "Souviens-toi" nous plonge ainsi sous le soleil se couchant sur Antibes, par un bel été.

L’atmosphère devient festive : rosée frais, tintements de verre entre amis, soleil cuisant sur les peaux, l’odeur d’une grillade se fait presque sentir… Mais les sons semblent vouloir nous emmener plus loin, nous plonger dans un doux songe. Et nous voilà après une soirée entre amis, sur un voilier voguant dans les mers du Sud, pour un long voyage en solitaire… Sentimental, mais non point mielleux, le titre rassasie par sa force à nous pousser hors les murs.

Suit "The meeting", le bien nommé. Un rythme comme une rencontre : pleine de lisse et de chaos, de doutes et de certitudes, chaque étape y est reprise, une valse de sentiments qui vous remue de l’intérieur, piochant dans votre petite bibliothèque de sentiments, passés, présents et à venir…

Dans "Life", c’est le corps qui est mobilisé, dans tous ses sens. La ligne de basse devient le rythme cardiaque d’une course effrénée pour la vie, le saxo comme une sirène, une alarme, inquiète et réconforte à la fois, vite, tout va très vite, comme la vie… Le piano, par à-coup, redonne de la poésie et du calme. Fin du premier acte musical, nous voilà fin prêts pour une exploration plus profonde du monde du son et de la musique.

Le très attendu Erik Truffaz entre en scène. Mais il n’est pas seul ! Sly Johnson (THE humanbeat boxer) et Philippe Garcia, batteur de son état (THE prime) sont aussi là. Trois pointures, la rencontre d’un battement, d’un souffle, d’une voix...

Tout commence par une impro, sur cette scène épurée. Mais déjà, dès les premiers sons, on sait que c’est la musique qui donnera la couleur de la soirée, pas besoin d’artifices, ni de mise en scène édulcorée avec ce trio. Ils sont là et cela suffit.

La trompette de Truffaz semble faire vibrer les murs, la voix de Sly, ah cette combinaison de scratchs, et autres vocalises, emplit la salle d’une magie rarement vue jusqu’alors ! Sly aux pieds nus, Sly dans le strict minimum pour un maximum d'effets.

La batterie discrète mais non moins imposante de Philippe Garcia donne le rythme en arrière fond. Et l’on a envie de dire que la prestation se suffit à elle-même, que les mots sont bien faibles face à cet ovni musical, ce phénomène.

A chaque concert, on se dit que l’on vit une expérience hors du commun, qu’il n’est pas né celui qui fera mieux, qui nous le fera oublier, et bien, celui-ci, il y a fort à parier qu’il restera graver longtemps dans nos mémoires, tellement le charme agit.

Plusieurs fois, Erik Truffaz se fait discret, il laisse la vedette à Sly Johnson, marquant respect et admiration face à cet objet musical identifié human beat box (OMIHB). Sur "Good Bye tomorrow", (composition de Sly Johnson), le son de la trompette devient un terrible écho à la douce voix de Sly. Le chant nous emmène dans un lieu sacré où la voix fait le tout, un gospel où se mêle une joyeuse tristesse, une mélancolie salvatrice, une requête à la paix et au bonheur.

Dernier morceau, lors du rappel, Sly enregistre des sons, les superpose, développe un scratch vocal sans précédent. Truffaz et Garcia le rejoignent pour une discussion musicale, ils se parlent, se répondent, se titillent, s’accordent, se combinent, fusionnent.

Un concert d’exception, pour un trio d’exception. Un de ceux qui sera marqué d’une pierre blanche. Un de ceux que l’on traquera dans d’autres salles...

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

No Logic en concert au Festival Paroles et Musiques #19 (2010) - vendredi
La chronique de l'album Arkhangelsk de Erik Truffaz
La chronique de l'album El Tiempo de la Revolución de Erik Truffaz Quartet
Erik Truffaz en concert à la Salle des fêtes de Ramonville (25 mars 2005)
Erik Truffaz en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2007 (jeudi)
Erik Truffaz en concert au Grand Mix (17 mars 2009)
Erik Truffaz en concert à L'Aéronef (jeudi 28 mars 2013)
Erik Truffaz en concert à L'Aéronef (vendredi 8 mars 2019)
L'interview de Erik Truffaz - Marcello Giuliani (avril 2007)
L'interview de Erik Truffaz Quartet (27 septembre 2012)

En savoir plus :
Le Myspace de No Logic
Le site officiel de Erik Truffaz
Le Myspace de Erik Truffaz
Le Myspace de Sly Johnson

Crédits photos : Sébastien Barriol (Toute les séries sur Taste of Indie)


Nathalie Besset         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 18 août 2019 : Au rythme des vacances
- 11 août 2019 : Sur la Route du Rock
- 4 août 2019 : De festival en festivals
- 28 juillet 2019 : La canicule recule
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=