Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Coming Soon - Olivia Ruiz
Le Fil  (Saint-Etienne)  15 mai 2009

Il ne m'en faut pas beaucoup pour être heureux dans la vie ! Apprendre par exemple qu'une jeune Languedocienne, brune de surcroît, vient nous rendre visite ce vendredi 15 mai dans notre bonne ville de Saint-Étienne. Dans ces moments là, je passe très vite en mode monophasé version Bloubi-Boulga périmé (oui, je sais, ça ne veut rien dire, pourtant certains comprendront de quoi je parle…). Quand en plus vous apprenez que ce sont les petits gars de Coming Soon qui vont ouvrir le bal, vous vous dites forcement "Diantre, damned, fichtre, parbleu !!!, faut absolument que j’aille au Fil voir ça !" (accent stéphanois inside !)

J’arrive donc, en retard, au Fil pour retirer mon billet, quand je mesure l’ampleur de l’incroyable file d’attente qui s’est formée à l’extérieur du complexe. Problèmes internes ? Ouverture tardive ? Il n’en est rien, c’est juste que la soirée affiche complet. Il faut dire que Miss Olivia Ruiz ne faillit pas à sa réputation depuis quelques temps ! M’en fous ! Je vais patienter comme tout le monde dans la file… une fois n’est pas coutume, ce n’est pas moi qui me colle à la photo cette fois-ci, mon emplacement n’aura donc aucune importance !

Premier constat une fois rentré dans la grande salle du Fil : Wouaww ! Un grand rideau blanc sur lequel est projetée la pochette Miss Météores a été mis en place pour cacher la scène. Nouvelle tournée, nouveaux décors ? Certainement ! Une certaine inquiétude monte en moi : où qu’ils vont jouer les Coming Soon ? Dans la fosse ? Sur un écran géant via une webcam ? Pas loin ! Une sorte d’estrade a été mise en place dans cette fosse afin de pouvoir accueillir nos 6 phénomènes. Le terme "phénomène" n’est pas choisi au hasard car c’est bien de cela dont il s’agit les concernant !

Pour ceux qui ne connaissent pas (honte à eux !), Coming Soon, c’est une bande de joyeux lurons avec des noms assez curieux (Alex Banjo, Ben Lupus, Leo Beer Creek…) plutôt doués et pour la plupart multi-instrumentistes. Ceux-ci évoluant dans un registre Folk trash teinté de country, mélange étonnants mais méritants que l’on s’y attarde.

Le plus jeune d’entre eux, à peine 15 ans, tantôt batteur, tantôt human beatbox, tantôt chanteur est réellement déconcertant de facilité. Ses acolytes, certains à peine plus vieux, ne sont d’ailleurs pas en reste.

Malheureusement, le groupe n’est pas mis à son avantage sur ce petit bout de scène. Aussi bien en terme de disposition que d’éclairage : deux poursuites ultra-violentes et inesthétiques au possible ! L’explication est simple : tous les spots ont été re dirigés pour la suite du spectacle. Coming Soon ne peut donc pas en bénéficier… c’est vraiment dommage ! Heureusement, il en aurait fallu bien plus pour décourager et déstabiliser nos petits Savoyards. Ambiance et chaleur humaine assurées avec brio ! Chacun prenant à tour de rôle le chant, la batterie ou même la guitare. Ce n’était pas chose aisée dans telles conditions mais le pari est réussi ! Respect !

Après 45 minutes de folk Country à la sauce Trash, c’est au tour d’Olivia Ruiz de prendre la relève. Jeux d’ombres et de lumières pour commencer. Fond sonore angoissant en prime, on distingue des silhouettes et un décor improbable derrière ce satané rideau dont on ne souhaite qu’une chose : qu’il tombe ! Mon souhait est immédiatement exaucé ! Le coup du rideau a beau être très souvent utilisé dans les concerts, il fait toujours son petit effet ! Une explosion lumineuse et sonore s’offre à nous.

Décor splendide, que certains regretteront par son côté enfantin mais que je qualifierai personnellement de féerique, exploitant indéniablement un univers que ne renierai certainement pas Tim Burton : grand miroir mécanique, pieds de micro fleuris, balançoire (clin d’œil à la pochette du nouvel album), mini cages à oiseaux sur une scène baignée dans des reliefs lumineux étoilés, nous sommes vraiment gâtés !

Miss Olivia, devenue Miss Météores, mais que j’appellerai Miss Flamenco, en rapport à sa robe et à ses gestuelles si particulières, attaque son set tout en puissance. La lumière est sublime, à l’image de l’artiste, le son quand à lui est impeccable. On aime ou on déteste mais il faut avouer que la voix d’Olivia, très facilement reconnaissable, est d’une justesse et d’une finesse assez incroyable. Les fins d’intonations nasillardes et tremblantes très présentes par le passé ont pratiquement disparu, et ça c’est une bonne nouvelle !

Au menu de ce concert, beaucoup de titres de son nouvel album Miss Meteores. "Elle panique", très attendu par le public qui devient, le temps d’une chanson, choriste improvisé, "Les crêpes aux champignons" sublime, avec des suites d’accords dignes d’un Danny Elfman (Et oui, carrément ! The "Tim Burton touch", écoutez attentivement les chœurs !) mais aussi les grands classiques de son répertoire passé. Cerise sur le gâteau, tous les musiciens de Coming Soon reviennent sur scène pour accompagner Olivia sur un titre qu’ils ont composé dans ce nouvel album : "Don’t Call me Madam" … chic ! Bref, plein de belles choses !

Malheureusement, malgré toute la bonne volonté déployée pour tenir en haleine le public, une sensation de lassitude s’installe lentement mais irrémédiablement en deuxième partie du set. La faute à une succession de titres certes très homogènes mais sûrement trop monotones par rapport à la première partie. Une salle de concert avec des places aurait clairement été de mise. Passé ces petits tracas que les fans les plus assidus n’auront pas relevé, on en aura pris plein les mirettes et je peux dire que mes oreilles auront été comblées par autant de qualité sonore.

Que dire du rappel final (ou plutôt du dessert) ? Qu’un magnifique duo entre Olivia, haut perchée sur sa balançoire, et Howard Hughes (encore eux ! super !) nous a été proposé. Et là, je tire mon chapeau, car c’est une chose suffisamment rare pour pouvoir être soulignée : Miss Olivia est une dame, une grande et vraie dame (n’en déplaise à son titre "Don’t call me Madam"). Celle-ci ayant eu la finesse d’esprit de réinviter sur scène la troupe des Coming Soon pour le salut final ! Les jeunes avaient l’air tout gêné face à ce déluge d’applaudissements. Bravo et merci madame !

Vous l’aurez sûrement compris, ce n’est pas que je préfère les brunes ou que je possède un quelconque penchant pour Olivia… j’aime bien aussi les blondes (avis à la population…) mais je dois avouer que j’ai vraiment été conquis par ce petit bout de femme.

J’étais venu voir un concert et j’ai finalement assisté à un très beau spectacle. Ce n’est pas plus mal comme ça !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Coming Soon parmi une sélection de singles (juin 2007)
La chronique de l'album New Grids de Coming Soon
La chronique de l'album Ghost Train Tragedy de Coming Soon
Coming Soon en concert au Festival Musiques en Stock 2008
Coming Soon en concert au Festival des Inrocks iDTGV 2008
Coming Soon en concert au Festival Art Rock 2009 (Samedi)
Coming Soon en concert au Festival FNAC Indétendances 2010 (vendredi 6 août 2010)
La chronique de l'album La femme chocolat de Olivia Ruiz
Olivia Ruiz en concert au Tryptique (11 mai 2004)
Olivia Ruiz en concert à l'Espace Kiron (26 avril 2005)
Olivia Ruiz en concert à La Cigale (14 novembre 2005)
Olivia Ruiz en concert au Festival des Vieilles Charrues 2006 (dimanche)
Olivia Ruiz en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2007 (jeudi)
Olivia Ruiz en concert au Festival Art Rock 2007 (Samedi et Dimanche)
Olivia Ruiz en concert au Festival Les Eurockéennes 2007 (samedi)
Olivia Ruiz en concert au Festival Paroles et Musiques #19 (2010) - jeudi
Olivia Ruiz en concert au Festival Beauregard #5 (2013) - Dimanche
Olivia Ruiz en concert au Festival Fnac Live #3 (édition 2013) - Jeudi

En savoir plus :
Le Myspace de Coming Soon
Le site officiel de Olivia Ruiz

Crédits photos : Eric Ségelle (Toute la série sur Taste of Indie)


        
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

• Edition du 2019-10-13 :
Orouni - Interview
Listen in Bed - The Sopranos (Mix #2)
Listen in Bed - Vinyles (émission 2)
Vanille - Amazona
Parlor Snakes - Disaster Serenades
Olivier Rocabois - Ship Of Women / Somewhere In A Nightmare EP
Marie Sigal - Les géraniums EP
Festival Levitation France #7 (édition 2019) - The Warlocks - Black Midi - Frustration - Iceage - Fat White Family - Vanishing Twin - France - L'Epée - Frankie and the Witch Fingers
Pierre Daven-Keller - Kino Music
Michel Dalberto - Beethoven, 5 Sonates pour piano
Sarah Amsellem - Miracles
Vincent David - Pulse
La Féline - Vie Future
Samba de la Muerte - A Life with Large Opening

• Edition du 2019-10-06 :
Xavier - Sprayed Love
Fabien Martin - aMour(s)
Alexandra Luiceanu - Matriochka : Romantic Fantaisies & Transcriptions from Russia
Maud Geffray - Still Life : a tribute to Philip Glass
Alex Beaupain - Pas plus le jour que la nuit
Lucienne Renaudin Vary - Mademoiselle in New York
The Great Old Ones - Interview
Hugues Mayot - L'Arbre rouge
Liam Gallagher - Why me ? Why not.
Baden Baden - La Nuit Devant
Rabih Abou-Khalil - The Flood and The Fate of The Fish
Listen in Bed - Drive (Mix #1)
Listen in Bed - Les disques dans notre vide poche (émission #1)
 

• Archives :
Johanna Saint-Pierre - The NYC Summer Sessions EP
Holy Fuck - Luxe featuring Alexis Taylor
Alarm Will Sound - The hunger
Bruno Rigutto - Chopin : Nocturnes
Sylvain Rifflet - Troubadours
Ensemble Aedes & Mathieu Romano - Brel & Barbara A cappella
Initiative H - Initiative H X Moondog Pax for a Sax Remix
Boucan - Déborder
Caravan Palace - Chronologic
Nantucket Nurse - The Uncompleted Works Volumes 1, 2 &3
Mister Moonlight - The Basement Tapes
Debout sur le Zinc - Vian par Debout sur le Zinc
Studio Electrophonique - Buxton Palace Hotel
Quatuor Béla & Moriba Koïta - Impressions d'Afrique
Mike Patton & Jean-Claude Vannier - Corpse Flower
Samir Barris - Fin d'été
Gérald Genty - Là-Haut
Joseph Fisher - Interview
Florian Noack - Prokofiev : Visions Fugitives
Hildebrandt - ïLeL
Dpt Store - Tokyo dreams
Kronos Quartet - Terry Riley : Sun Rings
One Rusty Band - Voodoo Queen
Marie-Nicole Lemieux - Mer(s) : Elgar, Chausson & Joncières
Black Midi - Schlagenheim
Moddi - Like In 1968
L'épée - Diabolique
Violet Arnold - Moon
Festival Check-In Party #1 (édition 2019) - jeudi 22 août - Prince Miiaou - Julia Jacklin - Clara Luciani - Patti Smith - Jeanne Added
Festival Check-In Party #1 (édition 2019) - Vendredi 23 août - Namdose - Puts Marie - Yak - Slaves - Lysistrata - Gogol Bordello - The Psychotic Monks - Foals
- les derniers albums (5764)
- les derniers articles (128)
- les derniers concerts (2314)
- les derniers expos (4)
- les derniers films (20)
- les derniers interviews (1077)
- les derniers livres (7)
- les derniers oldies (20)
- les derniers spectacles (8)
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=