Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Coming Soon - Olivia Ruiz
Le Fil  (Saint-Etienne)  15 mai 2009

Il ne m'en faut pas beaucoup pour être heureux dans la vie ! Apprendre par exemple qu'une jeune Languedocienne, brune de surcroît, vient nous rendre visite ce vendredi 15 mai dans notre bonne ville de Saint-Étienne. Dans ces moments là, je passe très vite en mode monophasé version Bloubi-Boulga périmé (oui, je sais, ça ne veut rien dire, pourtant certains comprendront de quoi je parle…). Quand en plus vous apprenez que ce sont les petits gars de Coming Soon qui vont ouvrir le bal, vous vous dites forcement "Diantre, damned, fichtre, parbleu !!!, faut absolument que j’aille au Fil voir ça !" (accent stéphanois inside !)

J’arrive donc, en retard, au Fil pour retirer mon billet, quand je mesure l’ampleur de l’incroyable file d’attente qui s’est formée à l’extérieur du complexe. Problèmes internes ? Ouverture tardive ? Il n’en est rien, c’est juste que la soirée affiche complet. Il faut dire que Miss Olivia Ruiz ne faillit pas à sa réputation depuis quelques temps ! M’en fous ! Je vais patienter comme tout le monde dans la file… une fois n’est pas coutume, ce n’est pas moi qui me colle à la photo cette fois-ci, mon emplacement n’aura donc aucune importance !

Premier constat une fois rentré dans la grande salle du Fil : Wouaww ! Un grand rideau blanc sur lequel est projetée la pochette Miss Météores a été mis en place pour cacher la scène. Nouvelle tournée, nouveaux décors ? Certainement ! Une certaine inquiétude monte en moi : où qu’ils vont jouer les Coming Soon ? Dans la fosse ? Sur un écran géant via une webcam ? Pas loin ! Une sorte d’estrade a été mise en place dans cette fosse afin de pouvoir accueillir nos 6 phénomènes. Le terme "phénomène" n’est pas choisi au hasard car c’est bien de cela dont il s’agit les concernant !

Pour ceux qui ne connaissent pas (honte à eux !), Coming Soon, c’est une bande de joyeux lurons avec des noms assez curieux (Alex Banjo, Ben Lupus, Leo Beer Creek…) plutôt doués et pour la plupart multi-instrumentistes. Ceux-ci évoluant dans un registre Folk trash teinté de country, mélange étonnants mais méritants que l’on s’y attarde.

Le plus jeune d’entre eux, à peine 15 ans, tantôt batteur, tantôt human beatbox, tantôt chanteur est réellement déconcertant de facilité. Ses acolytes, certains à peine plus vieux, ne sont d’ailleurs pas en reste.

Malheureusement, le groupe n’est pas mis à son avantage sur ce petit bout de scène. Aussi bien en terme de disposition que d’éclairage : deux poursuites ultra-violentes et inesthétiques au possible ! L’explication est simple : tous les spots ont été re dirigés pour la suite du spectacle. Coming Soon ne peut donc pas en bénéficier… c’est vraiment dommage ! Heureusement, il en aurait fallu bien plus pour décourager et déstabiliser nos petits Savoyards. Ambiance et chaleur humaine assurées avec brio ! Chacun prenant à tour de rôle le chant, la batterie ou même la guitare. Ce n’était pas chose aisée dans telles conditions mais le pari est réussi ! Respect !

Après 45 minutes de folk Country à la sauce Trash, c’est au tour d’Olivia Ruiz de prendre la relève. Jeux d’ombres et de lumières pour commencer. Fond sonore angoissant en prime, on distingue des silhouettes et un décor improbable derrière ce satané rideau dont on ne souhaite qu’une chose : qu’il tombe ! Mon souhait est immédiatement exaucé ! Le coup du rideau a beau être très souvent utilisé dans les concerts, il fait toujours son petit effet ! Une explosion lumineuse et sonore s’offre à nous.

Décor splendide, que certains regretteront par son côté enfantin mais que je qualifierai personnellement de féerique, exploitant indéniablement un univers que ne renierai certainement pas Tim Burton : grand miroir mécanique, pieds de micro fleuris, balançoire (clin d’œil à la pochette du nouvel album), mini cages à oiseaux sur une scène baignée dans des reliefs lumineux étoilés, nous sommes vraiment gâtés !

Miss Olivia, devenue Miss Météores, mais que j’appellerai Miss Flamenco, en rapport à sa robe et à ses gestuelles si particulières, attaque son set tout en puissance. La lumière est sublime, à l’image de l’artiste, le son quand à lui est impeccable. On aime ou on déteste mais il faut avouer que la voix d’Olivia, très facilement reconnaissable, est d’une justesse et d’une finesse assez incroyable. Les fins d’intonations nasillardes et tremblantes très présentes par le passé ont pratiquement disparu, et ça c’est une bonne nouvelle !

Au menu de ce concert, beaucoup de titres de son nouvel album Miss Meteores. "Elle panique", très attendu par le public qui devient, le temps d’une chanson, choriste improvisé, "Les crêpes aux champignons" sublime, avec des suites d’accords dignes d’un Danny Elfman (Et oui, carrément ! The "Tim Burton touch", écoutez attentivement les chœurs !) mais aussi les grands classiques de son répertoire passé. Cerise sur le gâteau, tous les musiciens de Coming Soon reviennent sur scène pour accompagner Olivia sur un titre qu’ils ont composé dans ce nouvel album : "Don’t Call me Madam" … chic ! Bref, plein de belles choses !

Malheureusement, malgré toute la bonne volonté déployée pour tenir en haleine le public, une sensation de lassitude s’installe lentement mais irrémédiablement en deuxième partie du set. La faute à une succession de titres certes très homogènes mais sûrement trop monotones par rapport à la première partie. Une salle de concert avec des places aurait clairement été de mise. Passé ces petits tracas que les fans les plus assidus n’auront pas relevé, on en aura pris plein les mirettes et je peux dire que mes oreilles auront été comblées par autant de qualité sonore.

Que dire du rappel final (ou plutôt du dessert) ? Qu’un magnifique duo entre Olivia, haut perchée sur sa balançoire, et Howard Hughes (encore eux ! super !) nous a été proposé. Et là, je tire mon chapeau, car c’est une chose suffisamment rare pour pouvoir être soulignée : Miss Olivia est une dame, une grande et vraie dame (n’en déplaise à son titre "Don’t call me Madam"). Celle-ci ayant eu la finesse d’esprit de réinviter sur scène la troupe des Coming Soon pour le salut final ! Les jeunes avaient l’air tout gêné face à ce déluge d’applaudissements. Bravo et merci madame !

Vous l’aurez sûrement compris, ce n’est pas que je préfère les brunes ou que je possède un quelconque penchant pour Olivia… j’aime bien aussi les blondes (avis à la population…) mais je dois avouer que j’ai vraiment été conquis par ce petit bout de femme.

J’étais venu voir un concert et j’ai finalement assisté à un très beau spectacle. Ce n’est pas plus mal comme ça !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Coming Soon parmi une sélection de singles (juin 2007)
La chronique de l'album New Grids de Coming Soon
La chronique de l'album Ghost Train Tragedy de Coming Soon
Coming Soon en concert au Festival Musiques en Stock 2008
Coming Soon en concert au Festival des Inrocks iDTGV 2008
Coming Soon en concert au Festival Art Rock 2009 (Samedi)
Coming Soon en concert au Festival FNAC Indétendances 2010 (vendredi 6 août 2010)
La chronique de l'album La femme chocolat de Olivia Ruiz
Olivia Ruiz en concert au Tryptique (11 mai 2004)
Olivia Ruiz en concert à l'Espace Kiron (26 avril 2005)
Olivia Ruiz en concert à La Cigale (14 novembre 2005)
Olivia Ruiz en concert au Festival des Vieilles Charrues 2006 (dimanche)
Olivia Ruiz en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2007 (jeudi)
Olivia Ruiz en concert au Festival Art Rock 2007 (Samedi et Dimanche)
Olivia Ruiz en concert au Festival Les Eurockéennes 2007 (samedi)
Olivia Ruiz en concert au Festival Paroles et Musiques #19 (2010) - jeudi
Olivia Ruiz en concert au Festival Beauregard #5 (2013) - Dimanche
Olivia Ruiz en concert au Festival Fnac Live #3 (édition 2013) - Jeudi

En savoir plus :
Le Myspace de Coming Soon
Le site officiel de Olivia Ruiz

Crédits photos : Eric Ségelle (Toute la série sur Taste of Indie)


        
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 24 mai 2020 : Culture pour tous !

Toujours pas de festival, de théâtre, de concert, et autres ouvertures de lieux de réjouissances diverses sinon quelques passe droits pour les amis de Manu. En espérant que tout rentre dans l'ordre et que l'on retrouve le plaisir du spectacle vivant bientôt. Soyez prudents, sortez couverts et restez curieux !

Du côté de la musique :

Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac
et toujours :
"Chante-nuit" de Facteurs Chevaux
"9 songs" de Pierre
"Sex education" de Ezra Furman
"Cage meet Satie" de Anne de Fornel et Jay Gottlieb
Interview de Batist & the 73' réalisé à l'occasion de son live Twitch dont des extraits accompagnent cette entretien
"Hundred fifty roses" de Dune & Crayon
"F.A. Cult" de Hermetic Delight
"Love is everywhere" de Laurent Bardainne & Tigre d'Eau Douce
"Hum-Ma" de Les Enfants d'Icare
"Spirals" de Sébastien Forrestier

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Frida jambe de bois" de Pascal Rinaldi en vidéo
le diptyque Arne Lygre mis en scène par Stéphane Braunschweig :
"Je disparais" en vidéo
"Rien de moi" en vidéo
des comédies :
"Alors on s'aime"
"L'Appel de Londres"
"Hier est un autre jour"
du divertissement :
"On ne choisit pas sa famille"
"Double mixte"
du vaudeville avec "Le Système Ribadier"
du côté des humoristes :
"François Rollin - Colères"
"La Teuf des Chevaliers du fiel"
"Franck Duboscq - Il était une fois"
Au Théâtre ce soir :
"Le canard à l'orange"
"Le prête-nom"
"Deux hommes dans une valise"
des classiques par la Comédie française :
"Le Petit-Maître corrigé" de Marivaux
"Cyrano de Bergerac" d"Edmond Rostand
et aller à l'opéra pour :
"Fortunio" d'André Messager
"Falstaff" de Verdi

Expositions avec :

les visites commentées par les commissaires d'expositions qui se sont tenues au Musée Jacquemart-André :
"Hammershøi, le maître de la peinture danoise" en vidéo
et "La collection Alana - Chefs-d'oeuvre de la peinture italienne"
partir en province pour découvrir en images le Musée d'Art Moderne et Contemporain de Strasbourg
et le Musée des Beaux-Arts de Nancy
puis en Europe en Espagne le Musée national Thyssen-Bornemisza à Madrid
en Allemagne au Städel Museum à Francfort
ailleurs au Brésil à la Pinacothèque de Sao Paulo
et au Japon au Ohara Museum of Art à Kurashiki
avant de revenir dans l'Hexagone pour une déambulation virtuelle dans le Petit Palais

Cinéma at home avec :

du drame : "Aime ton père" de Jacob Berger
de l'espionnage : "Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
du thriller : "The Unseen" de Geoff Redknap
du thriller fantastique avec "La Neuvième Porte" de Roman Polanski
du divertissement :
"Cassos" de Philippe Carrèse
"Promotion canapé" de Didier Kaminka
"Les Frères Pétard" de Hervé Palud
de glorieux péplums italiens avec Steve Reeves :
"Les Travaux d'Hercule' de Pietro Francisci en VO
"La Bataille de Marathon" de Jacques Tourneur, Mario Bava et Bruno Vailati en VF
du western :
"L'Homme aux colts d'or" d'Edward Dmytryk
"Chino" de John Sturges
au Ciné Club, du cinéma français des années 30 :
"Mister Flow" de Robert Siodmak
"La Banque Némo" de Marguerite Viel
"Les amours de minuit" d'Augusto Genina et Marc Allégret
"Ces messieurs de la santé" de Pierre Colombier
et des films récents en DVD :
"Deux" de Filippo Meneghetti
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"La Dernière vie de Simon" de Léo Karmann

Lecture avec :

"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan
et toujours :
"Là où chantent les écrevisses" de Delia Owens
"Les lumières de Tel Aviv" de Alexandra Schwartzbrod
"Faites moi plaisir" de Mary Gaitskill
"La chaîne" de Adrian McKinty
"Incident au fond de la galaxie" de Etgar Keret

Froggeek's Delight :

Des lives jeux vidéo (mais aussi des concerts) tout au long de la semaine sur la chaine Twitch. Rejoignez la chaine et cliquez sur SUIVRE pour ne rien rater de nos diffusions.

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 24 mai 2020 : Culture pour tous !
- 17 mai 2020 : le joli mois de mai
- 10 mai 2020 : Sortez Masqués !
- 3 mai 2020 : Déconfi...ture
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=