Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Amélie
Dina Dinah  (Boxson)  mai 2009

Dina, Dinah est le deuxième album d'Amélie.

La jeune femme qu'on avait croisée au volant d'un camion de marchand de glaces; sa liberté, son goût des mélodies faciles et des instruments sans esbrouffes nous avaient bien plu. Un petit côté comptines avec une stridence contenue, de quoi inquiéter les esprits tourmentés.

Après la reconnaissance, Amélie continue sans beaucoup plus de fioritures, sans ajouter un nom de famille par exemple. Amélie, un nom de scène un peu trop sobre, un peu trop "poulain-esque" comme si elle faisait partie de la famille des filles bien sages.

Après le camion du marchand de glaces, elle propose un nouveau voyage : "Dina, Dinah", titre un peu mystérieux, qui provient du nom du chat d'Alice dans le conte Alice aux Pays des Merveilles. Ce petit personnage fait partie du monde réel d'Alice, la suit-il dans ses explorations dans le fantastique, où elle perd pied dans l'irrationnel du rêve ?

Pour cet album, Amélie s'est donc transformée en chatte, cachée sous un masque dont émanent les circonvolutions, dentelles, dessins d'églises orthodoxes : l'esthétique rappelle Björk. A l'écoute, pas de surprises, le charme n'opère pas, mélodies trop attendues. La voix d'Amélie ne joue plus. Son monde est habité de chevaux et d'enfants sans que la ménagerie ne s'affole, ni ne libère la sauvagerie et l'innocence insolentes. Rien ne tremble vraiment. On pense à Cocorosie, à Björk mais sans le panache, ni l'audace.

Amélie, réveille toi : le monde court, la vie va vite. Qu'as-tu fait de ta flamme ? Pourquoi avoir sorti un album avant qu'il ne soit terminé ?

J'étais embarrassée, comme lorsqu'on est déçue par un artiste qu'on attendait, dont la belle découverte nous laissait espérer mieux. Heureusement pour moi, j'étais à son concert à l'Internationale le 26 mai et là , je les ai vus les chevaux, les monstres, les enfants, la poussière sur leur passage, et le sol qui résonnait sous leur pas... L'artiste était présente, vivante et ses chansons avaient du coffre et de l'envergure.

Ah ! Si l'album ressemblait au live de l'International, il irait à plus vive allure !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album The real nature of the fantastic ice cream car de Amélie
La chronique de l'album Love full of hands EP de Amélie
Amélie en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2004
Amélie en concert au Festival de Dour 2006 (jeudi)
Amélie en concert au Festival Paris-Bamako (5 avril 2008)
Amélie en concert à L'Aeronef ( 25 mai 2009)
Amélie en concert à L'International (26 mai 2009)
Amélie en concert à La Cave aux Poètes (dimanche 14 mars 2010)
Amélie en concert au Festival Le Cabaret Vert #11 (édition 2015) - dimanche 23 août
La conférence de presse de Amélie les crayons (23 avril 2004)

En savoir plus :
Le Myspace de Amélie
Le site officiel de Amélie


Sandrine Gaillard         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 18 août 2019 : Au rythme des vacances
- 11 août 2019 : Sur la Route du Rock
- 4 août 2019 : De festival en festivals
- 28 juillet 2019 : La canicule recule
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=