Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Raymonde Howard - Apple Jelly - Cobra killer
Le Fil  (Saint-Etienne)  6 juin 2009

Du 4 au 6 juin se déroulait la 3e édition du festival gay-friendly nommé Autrement Gay organisant des rencontres, des diffusions de films et des spectacles dans l’intention de sensibiliser autour de la culture gay. Pour clôturer le festival, un concert était organisé ce samedi soir. A l’affiche pour la première partie Raymonde Howard, un duo stéphanois qui joue dans un registre folk rock. Ensuite viendra Apple Jelly, un groupe d’electro-pop d’origine grenobloise. Le tout finira avec les très attendues Cobra Killer duo féminin servant une électro berlinoise complètement déjantée !

21H le concert débute. Le public est surtout représentatif de la communauté homosexuelle du coin, c’est un peu dommage pour un festival de sensibilisation. Raymonde et un homme, que nous appellerons Howard, rentrent sur scène humblement. Howard se place derrière les futs et Raymonde s’arme de sa grat’, de quelques pédales au sol et lance le premier morceau.

Les deux compères nous livrent alors une musique folk simple mais pas simpliste. Le public semble réceptif. Puis les morceaux s’étoffent, une boucle de guitare par la, une voix doublée par ci, on peut dire que la jolie voix de Raymonde est bien mise en valeur. Puis, les riffs se font moins doux, le rythme s’accélère, les morceaux gagnent ainsi en énergie pour virer un peu plus dans le rock, pour notre plus grand plaisir. On sent que Raymonde Howard n’en est pas à son coup d’essai et maîtrise son sujet, aussi il n’est pas étonnant de les retrouver dans le groupe La Seconda Volta. Le concert est une réussite et fait l’effet d’un bon tour de chauffe pour la suite.

 

La suite parlons-en. Apple Jelly. L’écoute de leur dernier album m’avait laissé dubitatif, un bonbon pop-rock, qui fait penser à The Good, the Bad and the Queen mais avec moins de saveur. Je suis donc un peu craintif. Mais sur la scène du club, c’est un autre groupe que j’ai découvert.

Dès leur arrivée sur scène, on sent que le groupe est en forme. Les yeux se tournent instantanément sur le charismatique chanteur, son maquillage façon "Un indien dans la ville" n’y est pas pour rien. Première bonne surprise ce n’est pas de la soupe qu’on nous sert, mais un son électro-rock très accrocheur. Une chanson et quelques mots de Benn le chanteur suffisent à condenser le public. Un mince filet de groupies défraichies (comprendre de plus de 16 ans) s’est rassemblé devant la scène. Benn bouge dans tous les sens, attire le regard, joue avec le public et les photographes. Accompagné de ses sbires, il livre un son puissant et survolté. En trois chansons, Apple Jelly a réussi à embraser le public qui s’est mis à danser. Le groupe maintient le feu sans faiblir jusqu’à la fin et on en redemande. De véritables bêtes de scènes sur lesquelles il va falloir garder un œil !

23H et des patates, l’heure est venue pour les très attendues Cobra Killer. Talons immenses, Imper en cuir noir, oreilles d’elfes, lunettes de soleil, gant médical en latex à la main droite qui tient une bouteille de vin. L’ambiance est posée. Le son est fidèle aux bizarreries sonores typiques des deux filles.

Celles ci sont réputées pour avoir un grain sur scène, sautant dans le public, se vidant du vin sur la tronche, de vraies rock stars. Et elles ne faillirent pas aux habitudes, très rapidement les deux filles accomplissent le rituel vinicole. Elles finissent la chanson et filent en backstage pour revenir avec des serviettes sur la tête. Je tique: les cobras s’embourgeoiseraient-ils ? Le show continue et la salle est surexcitée. Mais une certaine routine s’installe, les cobras lancent les morceaux sur les platines avec des enchaînements foireux et douloureux pour les tympans, puis elles reviennent chanter et poser sur le devant la scène.

Les groupies, lesbiennes cette fois-ci, sont toujours hystériques, mais pourtant on ne peut s’empêcher de ressentir une certaine fadeur, l’impression tenace que le spectacle n’est qu’une répétition sans âme. Mais on espère encore que ça va changer. Une nouvelle chanson commence, "Au revoir Saint-Etienne". Une pluie d'applaudissements s'ensuit, des cris s'élèvent dans l'attente d'un rappel… qui ne viendra pas.

Quelqu’un regarde sa montre, seulement 45 minutes de concert. On a envie de dire "What the f*** !?!". On rentre, frustré. Les Cobra Killer auraient intérêt à revoir leur copie pour l’avenir car ce n’est pas la tête d’affiche que l’on retiendra de cette soirée.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album For all the bruises black eyes and peas de Raymonde Howard
La chronique de l'album Le Lit de Raymonde Howard
La chronique de l'album S.W.E.A.T. de Raymonde Howard
Raymonde Howard en concert au Fil (22 novembre 2008)
Raymonde Howard en concert au Fil (mercredi 6 octobre 2010)
L'interview de Raymonde Howard (16 avril 2010)
L'interview de Raymonde Howard (lundi 3 mars 2014)
La chronique de l'album Nanana Club de Apple Jelly

En savoir plus :
Le Myspace de Cobra Killer
Le site officiel de Raymonde Howard
Le Bandcamp de Raymonde Howard
Le Myspace de Raymonde Howard
Le Facebook de Raymonde Howard
Le Myspace de Apple Jelly

crédits photos : Eric Ségelle (Toutes les séries sur Taste of Indie)


Bubba         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 18 août 2019 : Au rythme des vacances
- 11 août 2019 : Sur la Route du Rock
- 4 août 2019 : De festival en festivals
- 28 juillet 2019 : La canicule recule
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=