Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Les Eurockéennes de Belfort #21 (2009)
Presqu’île du Malsaucy  (Territoire de Belfort)  samedi 4 juillet 2009

Chaleur moite et suffocante. Le réveil sous la tente est pénible. Le mauvais temps prévu ne sera pas au rendez-vous et si le soleil empêche de finir sa nuit, il est quand même bien plus agréable pour profiter de la longue série de concerts qui s'annonce.

La programmation est très proche de la grille de clips de n'importe quelle abrutissante chaîne musicale. Pour cette journée de samedi, tout  est plus calme, plus pop. Certainement que les organisateurs ont voulu s'assurer la venue du plus grand nombre.

La journée commence par une sieste devant le groupe d’indie-pop-folk, You And You. Sous couvert de minimalisme mélodique et poésie du fond de l'âme, le groupe ennuie. On est loin des grands noms du folk dont ils se réclament presque comme leurs égaux. Cela venait de la voix sans identité ou de la mollesse des mélodies, je ne peux le dire. Une partie du maigre public semble toutefois apprécier. Passons.

A l'heure du goûter, je me dirige innocemment vers la suissesse Sophie Hunger. La voyant arriver seule armée d'une guitare sous le chapiteau, je commence à prendre peur et m'imagine déjà en train d'écouter à nouveau le même genre de musique insipide que précédemment.

Quelle erreur ! Le reste du groupe de Sophie arrive dès la deuxième chanson. Le tout prend alors une autre dimension. Les guitares sont parfois douces et folk, parfois clairement plus rock. Le trombone à coulisse qui les accompagne apporte une originalité et une saveur délicieuse aux chansons. Sophie quant à elle, chante à merveille, sa voix intimiste, tantôt douce, tantôt amère nous transporte. Sophie Hunger finit de séduire le public en interprétant une version magnifique de la chanson "Le vent l'emportera" de Noir Désir. Le set ne dure que trois petits quarts d'heure mais ce fut un régal.

20h pétantes. Du chapiteau émanent les premières notes de Tricky. Le pionnier du trip-hop est venu ce soir pour la deuxième date de sa tournée européenne.

La musique se propage doucement, les premières chansons sont une lente gradation planante, le style est résolument ambient électro. Tricky est presque effacé face à la chanteuse qui l'accompagne et elle nous enivre de sa voix. Il se contente de frapper le micro sur son torse nu tout en secouant les quelques dreadlocks qui parsèment le sommet de son crâne, et semble complètement absorbé par la musique. Alors que les boucles lancinantes commencent à lasser, Tricky sort de son apparente autarcie. Des morceaux du dernier album résolument plus rock font s'agiter le chapiteau. Le chanteur laisse le micro pour se jeter dans le public.

Porté par la foule, il slamme sur près de la moitié du chapiteau et revient de la même manière. La sécurité s'arrache les cheveux mais le public, lui, est enjoué par la performance.

Au final, Tricky a su capter son public malgré le côté un peu longuet de la première partie du set et ce, malgré l'absence d'images vidéos qui rendaient le spectacle difficile à apprécier depuis le fond.

Retour sur la grande scène, c’est au tour de la tête d’affiche française Olivia Ruiz de faire son show.

Sur le papier, la belle a pioché dans toutes ses influences musicales, folk, rock, chanson et jazz pour sortir son nouvel album, tellement qu’elle l’a écrit toute seule comme une grande, tellement qu’il est bien, tellement qu’il est composé par son mec, tellement qu’il est connu, tellement que c’est le chanteur de Dionysos.

Une fois sur le live, Olivia nous bassine une soupe pop indigeste au visage. Si les premiers rangs du public semblent très réceptifs à la performance, l’arrière écoute d’une oreille distraite et vaque à d’autres occupations.

Et ce n’est pas l’intervention de Mathias Malzieu, le chanteur de Dionysos pour une chanson qui changera la donne. C’est gentil, bien propret, très convenu. Le trop-plein de mièvrerie a raison de ma patience, je vais voir ailleurs si j’y suis. Je ne suis décidément pas fait pour le format radio.

Direction la scène de la plage, Nneka nous y attend. La situation ici est complètement différente. La plage est devenue une immense boite de sardines.

Flirtant habituellement entre soul et hip-hop, Nneka nous livre ce soir un concert orienté soul et afro-beat. Le timbre de sa voix fait fondre les cœurs et les musiciens qui l’accompagnent font secouer doucement les têtes. La justesse et la sincérité de Nneka transmettent une profonde émotion à la foule subjuguée.

La chanteuse nigérienne porte un grand T-shirt avec le message "Africa is the future", une mise en image des paroles engagées de ses chansons. Le concert file à toute allure et Nneka quitte la scène sous un tonnerre d’applaudissements.

A la surprise générale, Nneka va à l’encontre des impératifs des festivals et revient au bout de quelques minutes pour une dernière chanson, cette dernière nous permet de découvrir ses talents en tant que chanteuse hip-hop. La chanteuse disparaît pour de bon une nouvelle fois sous les acclamations de la foule.

En ces temps de crises, je vous propose de nous économiser du temps, de lecture pour vous et d’écriture pour moi. Ainsi je ne vous parlerai donc pas de la performance douteuse et pathétique de Peter Doherty.

Sur la grande scène, un autre spectacle s'affiche. Le très populaire Kanye West a fait le déplacement jusque dans le nord-est de la France. Le rappeur et producteur de hip-hop nous livre un show très visuel. Il manie l’art du bling-bling à la perfection et ferait passer notre président pour un petit bourgeois de province. En effet, la grande scène a été transformée en une immense mine de cristal ! Les murs, les enceintes, chaque volume a été décoré par d’énormes cristaux chromés. Un énorme écran géant diffuse tout le long du concert des images de cristaux en 3D couleur flaque d’essence. Les cristaux se répandent jusque sur les tenues des choristes ou sur les épaules de danseuses à demi-nu qui se contentent de prendre la pose immobile au pied du chanteur. Le chanteur perché sur son promontoire nous meurtrit les oreilles avec son vocoder lors des chansons "chantées". Les passages réellement  rappés sont déjà plus audibles mais le tout présente une forme très aseptisée.

Le public est nettement moins enflammé que le soir précédent. On n’en gardera pas un souvenir impérissable si ce n’est la scène totalement bling-bling.

La nuit est déjà bien avancée quand démarre le set de Yuksek sous le chapiteau. Le Dj compose un mix orienté dancefloor. Le beat est lourd et acéré et ne met pas deux minutes à mettre la foule en délire.

Bien que tout seul derrière ses platines, Yuksek arrive sans peine à faire exulter la foule et ne lui laisse aucun répit grâce à ses basses sursaturées.

Pour les moins aidés d’entre nous, des lights diffusent les rares samples de paroles des morceaux. Le nouveau nom de la french touch fait un malheur. Et lorsque Yuksek termine sa prestation, le public le salue à grand renfort d’applaudissements et de cris. L’homme part visiblement touché par l’accueil que lui a fourni la foule.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

You And You en concert à La Péniche (11 mai 2010)
La chronique de l'album Monday's Ghost de Sophie Hunger
La chronique de l'album 1983 de Sophie Hunger
La chronique de l'album The Danger of Light de Sophie Hunger
Sophie Hunger en concert au Festival GéNéRiQ 2008 (6 mars 2008)
Sophie Hunger en concert à Paléo Festival #34 (2009)
Sophie Hunger en concert au Grand Mix (samedi 17 otobre 2009)
Sophie Hunger en concert à L'Aéronef (1er juin 2010)
Sophie Hunger en concert au Festival Fnac Live #3 (édition 2013) - Dimanche
La chronique de l'album Knowle West Boy de Tricky
La chronique de l'album Mixed Race de Tricky
La chronique de l'album Ununiform de Tricky
Tricky en concert au Festival International Benicàssim 2008
Tricky en concert au Festival International Benicàssim 2008 - 2ème
Tricky en concert au Festival Art Rock 2009 (Samedi)
Tricky en concert au Festival FNAC Indétendances 2010 (vendredi 13 août 2010)
Tricky en concert au Festival Jardin du Michel #9 (édition 2013) - vendredi et samedi
Tricky en concert au Splendid (samedi 14 décembre 2013)
Tricky en concert à Oeno Music Festival #2 (édition 2015)
La chronique de l'album La femme chocolat de Olivia Ruiz
Olivia Ruiz en concert au Tryptique (11 mai 2004)
Olivia Ruiz en concert à l'Espace Kiron (26 avril 2005)
Olivia Ruiz en concert à La Cigale (14 novembre 2005)
Olivia Ruiz en concert au Festival des Vieilles Charrues 2006 (dimanche)
Olivia Ruiz en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2007 (jeudi)
Olivia Ruiz en concert au Festival Art Rock 2007 (Samedi et Dimanche)
Olivia Ruiz en concert au Festival Les Eurockéennes 2007 (samedi)
Olivia Ruiz en concert au Fil ( 15 mai 2009)
Olivia Ruiz en concert au Festival Paroles et Musiques #19 (2010) - jeudi
Olivia Ruiz en concert au Festival Beauregard #5 (2013) - Dimanche
Olivia Ruiz en concert au Festival Fnac Live #3 (édition 2013) - Jeudi
Nneka en concert au Festival Foreztival 2011 (7ème édition)
Nneka en concert au Festival Rock en Seine 2011 (dimanche 28 août 2011)
Peter Doherty en concert à L'Aéronef (dimanche 31 octobre 2010)
Peter Doherty en concert au Festival We Love Green #1 (édition 2011)
Peter Doherty en concert au Festival We Love Green 2011 (1ère édition) - dimanche 11 septembre
La chronique de l'album Away From The Sea de Yuksek
Yuksek en concert au Festival International Benicàssim #15 (2009)
Yuksek en concert au Festival International de Benicàssim #18 (jeudi 12 juillet 2012)


En savoir plus :
Le site officiel du festival Les Eurockéennes de Belfort
Le Myspace du festival Les Eurockéennes de Belfort

Crédits photos : Vincent Courtois (Toute la série sur Taste of Indie) sauf 1: DR


Bubba         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 22 mars 2020 : Homeworks

Nos chroniqueurs ont fait leurs devoirs à la maison cette semaine. On vous parle toujours de musique, de littérature et de jeux vidéo mais aussi d'expositions virtuelles, de cinéma et de théâtre en DVD ou en ligne. C'est parti, voici de quoi vous occupez en restant chez vous.

Du côté de la musique :

"La course" de Bon Voyage Organisation
"Où ça en est ?" de Ceylon
"Blossom" de Coralie Royer
"Brothers of string" de Duplessy & the Violins of the World
"Atomised single" de Gogo penguin
"Onkalo" de Julie Campiche Quartet
"Single carry me home" de Kokoroko
"The pain, the blood and the sword" de Lion's Law
"Five for five" de Michael Fine
"Mon étrangère" de Valentin Vander
et toujours :
"Ludi" de Chassol
"D'ombres" de Elodie Vignon
"L'univers" de Goodbye Moscow
"Single / Clip des champions" de Klub des Loosers
"Robert Schumann : L'hermaphrodite" de Laurianne Corneille
"A Milli" le podcast numéro 11 de Listen in Bed
"Outlaws" de Ludivine Issambourg
"It's only us" de Monophonics
"Premier EP" de Panic Party
"Ornithologie" de Un Poco Loco

Au théâtre :

dans un fauteuil de salon avec la sélection de la semaine en diffusion sur le net :
du boulevard avec :
"Le Sommelier" en replay sur la chaîne Paris-Première et la captation de "Un amour de jeunesse"
un classique avec la captation de "Ruy Blas" créé aux Fêtes Nocturnes de Grignan
un classique revisité avec le streaming de "L'Ecole des femmes" au Théâtre national de l'Odéon
une comédie circassienne avec la captation de "La Nuit du Cerf" du Cirque Leroux
dans la rubrique "Au Théâtre ce soir" : "Potiche" de Barillet et Grédy avec Jacqueline Maillan
et des spectales à voir ou a revoir en DVD :
"Le Récital emphatique de Michel Fau"
"Le Gros, la Vache et le Mainate"
"Elephant Man"
"Dans les yeux de Jeanne"
"Orphée"
"Il y aura la jeunesse d'aimer"

Expositions :

en toute tranquilité mais qui déménagent avec sur le Musée de la Sacem avec :
"Le Punk français" qui a fêté son quarantième anniversaire et "Le Disco français" toujours présent sur les dancefloors
le parcours virtuel sur le site du Petit Palais correspondant à l'exposition "Paris 1900"
en passant les frontières avec la visite virtuelle des collections du Rijksmuseum d'Amsterdam
et, en attendant la réouverture de l'exposition "Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée, le documentaire "Sur les pas de Christian Louboutin" de Olivier Garouste

Cinéma :

se faire une toile à domicile avec parmi les films récents sortis en DVD :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin

Lecture avec :

"Confession téméraire" de Anita Pittoni
"L'âne mort" de Chawki Amari
"L'archipel des larmes" de Camilla Grebe
"Riposte" de David Albertyn
"Temps noirs" de Thomas Mullen
"Toute la violence des hommes" de Paul Colize
"Une île sur la Volga" de Iwan Lépingle
et toujours :
"Alerte rouge" de Tomaz Lavric
"Chez nous" de Louis Candlish
"de Gaulle et les grands" de Eric Branca
"El Nino de Hollywood" de Oscar & Juan José Martinez
"Idiot wind" de Peter Kaidheim
"L'intégrale de F A U S T" de Serge Lehman
"Pacifique" de Stéphanie Hochet

Froggeek's Delight :

Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 22 mars 2020 : Homeworks
- 15 mars 2020 : La culture sans bouillon de culture
- 8 mars 2020 : La vie en (mo) rose
- 1er mars 2020 : bonne semaine à "Tousse"
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=